Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi – Environnement.

Albert Mbonerane plaide pour le parc national de la Rusizi

15 décembre 2012

Bujumbura, le 15 décembre 2012 (Net Press). A travers une correspondance adressée le 10 décembre 2012 à Pie Ntavyohanyuma et Gabriel Ntisezerana, respectivement président de l’assemblée nationale et président du sénat burundais, le représentant légal de l’Acve (Action ceinture verte pour l’environnement) invite les deux hautes personnalités à sauver le parc national de la Rusizi envahi par la culture de la canne à sucre de la société Tanganyika business company (Tbc) de Nahum Barankiriza.

Ambassadeur Albert Mbonerane leur demande que cette intervention soit rapide car, ce parc unique au Burundi est menacé de destruction par des investisseurs qui ignorent son importance. Principalement, il pointe du doigt la Tbc pour la culture de la canne à sucre, la Cogerco, une compagnie de l’Etat chargée de la culture du coton, de hautes personnalités burundaises qui ont acquis des terres dans cette zone inaliénable et qui dévastent le faux palmier Hyphaenabenguellensis var ventricosaIbikoko au profit de leur culture du palmier à huile.

Il signale aussi que suite à l’aménagement du territoire, le site ne couvre depuis l’an 2000 que 5.932 hectares alors qu’en 1980, il s’étendait sur 10.000 hectares. Au même moment, il a changé d’appellation passant de parc national de la Rusizi à la réserve naturelle de la Rusizi.

Le représentant légal de l’Acve reconnaît que l’investissement de Nahum Barankiriza qui menace la palmeraie unique en Afrique générera beaucoup d’emplois. Il explique néanmoins que des effets néfastes de la dégradation de cette réserve vont coûter plus chers que le bénéficie de cette sucrerie. Albert Mbonerane déplore qu’une année plus tard, le décret présidentiel n°100/282 du 14 novembre 2011 qui ramenait la superficie dudit parc à ses dimensions de 1980 n’est pas encore appliquée. Plutôt, précise-t-il, des machines continuent à déraciner le faux palmier et le décret est conservé soigneusement dans les tiroirs pendant que le parc disparaît au vu de tout le monde.

Cette contradiction lui rappelle la célèbre déclaration de Jacques Chirac lors du sommet mondial sur le développement en septembre 2002 à Johannesburg : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs… Il est temps d’ouvrir les yeux ». En paraphrasant cette déclaration, poursuit-il, nous disons aujourd’hui « Le parc national de la Rusizi brûle et ceux qui détiennent le pouvoir de le sauver regardent ailleurs ».

Pour l’Acve, ce n’est pas gratuit que le Dieu Tout-Puissant a mis cette palmeraie dans cette localité et pas ailleurs. D’où, ses membres restent convaincus que la production sucrière de Tbc ne pourra jamais jouer la fonction que le Créateur a confiée à ce parc.

Elle recommande alors aux députés et sénateurs de faire une descente sur terrain pour découvrir cette catastrophe. Une visite selon elle qui ne leur coûterait pas beaucoup d’argent puisque le parc est proche de Bujumbura et que 120 minutes seulement suffiront pour constater de leurs propres yeux cette destruction d’un écosystème dit « aire protégée ». Cette association leur recommande aussi de demander à l’Isabu de faire des analyses pédologiques pour trouver d’autres terres pouvant servir à la culture de la canne à sucre. L’autre recommandation adressée aux parlementaires est celle d’identifier l’autorité administrative qui a autorisé la société de Nahum Barankiriza à détruire cet écosystème en violation des textes légaux signés par le président de la République sur initiative du ministère en charge de l’environnement.

Burundi – Economie.

Partenariat entre Socar et Soras.

Bujumbura, le 15 décembre 2012 (Net Press). C’est hier soir que la Société burundaise d’assurance et de réassurance (Socar) et la Société régionale d’assurance (Soras) du Rwanda ont manifesté et conclu des accords de leur partenariat. Le président du conseil d’administration de la Socar, le Dr Yves Sahinguvu, a indiqué que ce partenariat vise la promotion des services de qualité au sein des deux sociétés. Un objectif qui se concrétisera notamment par le renforcement des capacités et le lancement de nouveaux produits.

Selon lui, leurs clients profiteront de ce partenariat puisqu’actuellement, la priorité de la Socar est que des assurés victimes d’accident rentrent dans leurs droits dans les meilleurs délais. A en croire le Dr Sahinguvu, une loi claire en matière de réparation des préjudices subies par les assurés sera votée prochainement.

Le représentant de la société Soras, M. Charles Mporanyi, a quant à lui précisé que le partenariat avec la Socar vise l’efficacité et un échange d’expérience d’autant plus qu’au Rwanda, il y a déjà une avancée significative en la matière. Le choix de travailler avec cette société burundaise a été dicté par sa volonté manifeste par rapport à d’autres sociétés d’assurance opérant au Burundi, a fait savoir le représentant de Soras. Il a encore expliqué que les actions ne dépassent pas 33%, car la loi en vigueur ne le permet pas. Signalons qu’à cette occasion, le nouveau directeur général de la société Socar du nom de M. Pierre-Claver Nkwirikiyinka a été présenté à l’auditoire.

Burundi – Malversations économiques.

Campagne contre la corruption en province Bubanza par le président de l’Abuco.

Bubanza, le 15 décembre 2012 (Net Press). C’est aujourd’hui que Noël Nkurunziza s’est rendu en province Bubanza pour mener une campagne très offensive contre le système de la corruption, devenu presqu’institutionnalisé. C’était dans le cadre de la semaine de lutte contre ce fléau qui gangrène le pouvoir actuel et qui a du mal à y mettre fin, malgré les discours presque quotidiens des dirigeants dominés par des promesses lénifiantes et l’autosatisfaction du « pas déjà franchi depuis 2005 ».

Le président de cette association burundaise des consommateurs n’est pas de cet avis lorsqu’il s’est adressé à la population ce samedi. Il a affirmé, comme avant lui le président de la Parcem, Faustin Ndikumana, que si effectivement la petite corruption a légèrement diminué, la grande corruption en revanche s’est considérablement accrue.

M. Nkurunziza a fait savoir en outre que son association va entreprendre une grande campagne de sensibilisation contre ce mal des maux qui se poursuivra dans les autres provinces du pays. Cependant, la tâche ne se révélera pas du tout facile car l’opinion risque d’être contrariée par les déclarations quotidiennes du président de la République relayée par toutes les administrations provinciales et communales cnddfddistes que les corrupteurs et les corrompus sont soit en prison, soit en train de rembourser ce qu’ils doivent au trésor public.

Burundi – Rdc – Sécurité.

Joseph Kabila, parviendra-t-il à rendre combattive l’armée gouvernementale congolaise ?

Kinshasa, le 15 décembre 2012 (Net Press). C’est ce samedi 15 décembre que le chef d’Etat congolais, Joseph Kabila s’est adressé au peuple congolais pour évoquer la situation qui prévaut à l’Est de son pays en général et dans la province du Nord-Kivu en particulier. A l’issue de son discours, les observateurs dans la capitale congolaise ont noté que le numéro un congolais est passé de l’option diplomatique à l’option militaire, lorsqu’il a lancé un appel pressant à la jeunesse pour se faire enrôler massivement au sein de l’armée nationale afin de bouter l’ennemi hors d’état de nuire.

Mais la concrétisation de la volonté présidentielle sera difficile à se traduire dans les faits, car c’est à partir de 1965, année de son putsch contre Joseph Kasavubu, que Mobutu décida d’affaiblir délibérément son armée véritablement « nationale » afin de se prémunir contre un éventuel coup d’Etat. Il choisit en revanche de créer la fameuse Division spéciale présidentielle faite uniquement des militaires de son clan, qu’il arma en équipements hautement sophistiqués, bien payés et très motivés.

Quant à ce qui faisait figure d’armée nationale, il s’agissait de soldats aux pieds nus, presque sans tenue militaire, rarement payés et qui vivaient de la quête forcée faite auprès de la population congolaise. C’est ce qui expliqua la victoire facile de Laurent-Désiré Kabila contre Mobutu en juillet 1997 qui marcha sur Kinshasa sans que ses hommes aient à se battre. Et c’est ce qui explique également que le M23 a conquis la ville de Goma, il y a quelques semaines dans « une promenade de santé » qui n’a surpris personne. Et c’est ce qui fait penser aujourd’hui aux mêmes observateurs susmentionnés que cet autre « mobutisme militaire » synonyme du manque de volonté à se battre qui vient de durer 47 ans va être balayée comme par un coup de baguette magique par un discours de 60 minutes.

Burundi – Etats-Unis – Politique

Hilary Clinton a enfin un successeur

Washington, le 15 décembre 2012 (Net Press). Depuis ce samedi matin, les télévisions américaines annoncent à l’unisson que la secrétaire d’Etat américaine, Hilary Clinton va enfin trouver un successeur, en la personne de John Kerry, le candidat malheureux à la Maison Blanche lors de la présidentielle de 2004 qui l’opposait à George W. Bush qui était à la recherche d’un second mandat pour se succéder à lui-même.

Jusqu’à présent, il était à la tête de la puissante commission sénatoriale des affaires étrangères et se trouve donc être l’homme qu’il faut à la place qu’il faut et qui va faire de lui le numéro deux du gouvernement américain, comme l’était l’épouse de l’ancien président Bill Clinton depuis 2008. Pressentie pour succéder à Hilary Clinton, Susan Rice, une proche de Barack Obama qui était son ambassadrice aux Nations Unies a jeté l’éponge avant-hier, car la confirmation de sa nomination par la chambre des représentants et le sénat était loin d’être acquise.

Les élus républicains lui reprochaient en effet d’avoir déclaré, lors de l’attaque des terroristes sur le consulat de Benghazi qui avait fait des morts dont l’ambassadeur américain en Libye, n’était pas un acte prémédité. C’est cette appréciation erronée qui vient de la contraindre à renoncer à l’avance à ce poste le plus prestigieux aux Etats-Unis après le bureau oval de la Maison Blanche.

Mais les journaux américains annoncent déjà que Barack Obama pourrait « consoler » sa fidèle ambassadrice en l’affectant à un poste-clé très sensible, celui de conseillère à la sécurité nationale, une place qu’occupa de 1968 à 1972 le plus grand secrétaire d’Etat américain de l’histoire moderne des Etats-Unis, le Dr Henry Kissinger.

Burundi – France – Société.

Des milliers de manifestants dans les rues françaises pour dire « oui » au mariage gay.

Paris, le 15 décembre 2012 (Net Press). C’est ce samedi 15 décembre que des milliers de manifestants sont descendus dans les rues des grandes villes françaises pour dire « oui » et tout le bien qu’ils pensent du mariage légal entre homosexuels (hommes – hommes et femmes – femmes).

Depuis que le gouvernement français a adopté le projet-loi ad hoc au début du mois de novembre et que le parlement (assemblée nationale et sénat) dominé par le parti socialiste au pouvoir a déjà fait savoir qu’il va suivre la voie du gouvernement au début du mois de janvier 2013, c’est un véritable lever de boucliers de la part d’une large partie de l’opinion publique, en tête de laquelle l’Eglise catholique de France.

C’est le successeur du cardinal Jean-Marie Lustiger à la tête de l’archevêché de Paris en 2007, Mgr André XXIII en sa qualité de président en exercice de la conférence épiscopale française a résumé le plus la colère des catholiques de France. Pour lui, un mariage ne peut être conçu comme tel que s’il s’agit d’une union entre un homme et une femme.

Au cours d’une manifestation organisée il y a quelques semaines par des opposants au mariage gay, une des associations était allée jusqu’à caricaturer avec une métaphore outrancière la décision que venait de prendre le gouvernement socialiste : « Il est impensable », pouvait-on lire sur une des pancartes exhibées dans les rues de Paris, « de s’imaginer un enfant se réveillant à minuit en train de pleurer à la recherche de l’affection et du sein de sa mère et qui se retrouverait entre deux poitrines velues ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur