Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Burundi - Sécurité13 octobre 2017
|Un présumé voleur tué dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 12 octobre 2017
|Trois personnes tuées dans la plaine de la Rusizi

Archives

 

 

 



Burundi – UE – Négociations

Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

8 décembre 2015

Bruxelles, le 8 décembre 2015 (Net Press). C’est ce 8 décembre 2015 que les consultations entre la partie burundaise et celle de l’Union européenne doivent commencer dans la capitale européenne, Bruxelles. La délégation burundaise est composée de plus de 20 personnes qui vont discuter face à face avec les bailleurs de notre pays et l’on s’imagine que toute forme de récréation sera écartée lors de cette session.

En effet, l’Union européenne a des exigences à l’endroit de la partie burundaise et en cas de non-compromis, le Burundi risque des sanctions conformément à l’article 96 de l’accord de Cotonou. C’est notamment le respect des libertés fondamentales comme l’expression, la réunion, l’association au moment où les radios privées n’émettent plus, à la fois détruites et interdites par la justice, au moment où des comptes bancaires des associations de la société civile sont fermés, les derniers en date étant ceux de la ligue Iteka et de la radio publique africaine, Rpa.

Ce sera également les questions de la bonne gouvernance et de la justice dans ces moments où l’on parle de plusieurs prisonniers politiques, en plus des dossiers fabriqués dans les différentes instances judiciaires à l’endroit des opposants au troisième mandat de Pierre Nkurunziza. Bref, toutes les questions seront au nombre de neuf et il sera en tout cas difficile pour la délégation burundaise de convaincre l’Union européenne qui est plus qu’informée sur l’évolution de la situation au Burundi et ce, dans tous les secteurs, sécurité, politique, économie, social, droits de l’homme, etc.

Pendant trois mois, des évaluations à mi-parcours seront organisées par les deux parties pour que le Burundi reprenne la voie de la démocratie, un des objectifs de ces consultations qui avaient été toujours demandées et que Bujumbura a acceptées à contrecœur.

Burundi – Médias – Justice

Le procureur général demande l’extradition de quatre journalistes

Bujumbura, le 8 décembre 2015 (Net Press). Le procureur général de la République, Valentin Bagorikunda, a saisi sa ministre de tutelle pour lui demander de solliciter par voie diplomatique au Rwanda l’extradition de quatre journalistes burundais pour être jugés au Burundi. Il s’agit d’ailleurs d’une correspondance qui date d’il y a un mois, le 9 novembre 2015 mais qui n’a été portée à la connaissance de l’opinion que dans la journée d’hier.

Ces journalistes recherchés sont Innocent Muhozi, directeur général de la radio et télévision Renaissance, Anne Niyuhire, directrice de la radio Isanganiro, Patrick Mitabaro, rédacteur en chef de la radio Isanganiro ainsi qu’Arcade Havyarimana, journaliste à la même radio Isanganiro.

Cela porte à huit les journalistes burundais qui sont recherchés par la justice burundaise. Les quatre autres sont Bob Rugurika, directeur de la radio publique africaine, Gilbert Niyonkuru, chef des programmes à la Rpa, Patrick Nduwimana, directeur de la radio Bonesha ainsi qu’Antoine Kaburahe, directeur du journal Iwacu. L’on signalera qu’Antoine Kaburahe et Innocent Muhozi avaient déjà été interpellés par la justice sur le dossier relatif au coup d’Etat manqué du 13 mai 2015. Ils étaient rentrés après interrogatoire.

Cette requête se fait remarquer au moment où le procureur général de la République se trouve à Bruxelles, faisant partie d’une délégation qui doit tenir des consultations avec l’Union européenne. Il devra certainement répondre à des questions des Occidentaux car la réouverture des radios est parmi les toutes premières conditions que l’Union européenne entend poser. Il serait donc inconcevable que les radios reprennent leur travail au moment où leurs patrons sont malmenés par la justice, surtout qu’ils sont tous accusés de putsch manqué de mai dernier.

Burundi – Sécurité

Des rumeurs d’assassinat existaient déjà, dixit les membres de sa famille

Bujumbura, le 8 décembre 2015 (Net Press). C’est une information qui vient de parvenir à notre rédaction, cinq mois après l’assassinat du colonel Jean Bikomagu. D’après nos sources d’information, l’une de ses parentés, Léonard Nshimirimana, qui avait eu l’écho d’une telle entreprise funeste, est entré en clandestinité en date du 11 août 2015, ne sachant pas que les jours de son oncle sont comptés.

Pour rappel, en date du 15 août 2015, alors qu’il rentrait de la messe, le colonel a été fauché par des hommes qui roulaient à moto devant sa maison avant de se sauver par la suite, ce qui fait qu’ils n’ont pas été identifiés. Par ailleurs, les mêmes sources d’information indiquent qu’il se pourrait qu’il ne soit pas le seul à être recherché dans sa famille car, presqu’une semaine après, le 21 août 2015, la maison inhabitée de Léonard Nshimirimana, située à Kibenga, dans la zone de Kinindo, a été fouillée dans la matinée.

L’on se souviendra qu’un cas similaire s’était produit peu avant cet assassinat. En effet, en date du 2 août 2015, juste après l’assassinat du général Adolphe Nshimirimana, des rumeurs faisaient déjà état de l’assassinat du célèbre défenseur des droits de l’homme, Pierre-Claver Mbonimpa, président d’une association de promotion des droits de l’homme et des prisonniers, Aprodh. Mais il y aura une tentative de l’assassiner 24 heures plus tard, dans la soirée du 3 août 2015, ce qui avait fait dire à beaucoup de gens qu’au Burundi, la rumeur vaut actuellement une information.

Burundi – Sécurité

Détonation des armes à feu dans plusieurs coins de la capitale

Bujumbura, le 8 décembre 2015 (Net Press). Dans la soirée d’hier, des explosions de grenade et des crépitements d’armes automatiques ont été entendus dans la zone de Bwiza, plus précisément à Jabe. Les mêmes bruits d’armes ont également retenti dans la zone de Musaga. Il semble qu’à Jabe, des hommes armés non identifiés ont attaqué une position policière qui s’est défendue. A Musaga, l’on signale un cadavre qui a été trouvé aujourd’hui, probablement fauché par les balles d’hier. Il est à préciser que les crépitements d’armes dans cette zone ont été entendus autour de 21 heures passées de quelques minutes.

Par ailleurs, un cadavre a été retrouvé également ce matin en plein centre-ville, tout près de l’alimentation dite Dimitri. Selon des témoins oculaires, cette personne aurait été tuée avant d’être transportée à cet endroit.

Burundi - Sécurité

Les fouilles érigées en mode de rançonnement

Bujumbura, le 8 décembre 2015 (Net Press). Depuis l’éclatement de la crise, des jeunes gens sont emportés par les éléments de la police qi les tuaient dans un premier temps après des tortures innommables. Dans un second temps, les gens étaient surpris de voir que le leur est rentré saint et sauf, sans rien révéler des conditions dans lesquelles il a vécu. L’On saura plus tard que certains policiers, détenteurs des clés des cachots, exigeaient de l’argent pour que e jeune appréhendé soit libéré. Tels sont des témoignages des familles qui vivent dans les quartiers contestataires de Mutakura et de Ngagara.

Actuellement, ils viennent fouiller, mais quand bien même ils ne trouvent rien, ils n’hésitent pas à embarquer des gens qui s’y trouvent ou alors ils prennent des objets de valeur qui sont dans les ménages, témoignent les mêmes habitants. Selon toujours les mêmes informations, certains policiers le font au grand jour sans rien craindre et si par hasard il y a des contestations parmi eux, ceux qui dénoncent cette pratique sont à leur tour pris pour ennemis et emprisonnés.

Ces citoyens malheureux précisent que dans la plupart, ils ne trouvent pas là facilement où les leurs sont enfermés et si par hasard ils localisent leur emplacement, on leur demande des sommes colossales comme rançon.

Dans le but de sauver cette personne, des réunions de familles se tiennent pour pouvoir rassembler des moyens à donner afin de sauver l’individu en question. Ces membres des familles expriment le souhait, du moins pour ceux qui le peuvent, de surveiller le surpeuplement des différentes maisons de détention afin de limiter les dégâts, même sien réalité, il est déjà trop tard.

Burundi - Société

Dans ces moments de 16 jours d’activisme, une vie s’en est allée !

Bujumbura, le 8 décembre 2015 (Net Press). L’association pour une jeunesse africaine progressiste (Ajap) regrette la mort d’une certaine Jacqueline Hakizimana, tuée après avoir été violée à Musaga, ce que cette association considère comme un acte de barbarie.
Cela se commet alors que cette association estime qu’elle est dans les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et filles initiés par l’Etat burundais, en collaboration avec les agences des Nations-Unies comme Unfpa et l’Institut français.

Ce matin, ils ont organisé une conférence-débat sous le thème « Changement des comportements : la redevabilité des institutions et l’implication des communautés ». L’Ajap indique donc que les actes de ce genre ne résoudront rien et invite à punir ce genre de crime. Elle est enfin outrée par des attaques faites contre les forces de l’ordre, tout cela pour perturber la sécurité publique et semer la zizanie entre les Burundais qui, normalement, cohabitent bien dans la sérénité.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.