Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Burundi -Sécurité15 août 2018
|Une explosion de grenade fait un mort au Nord du pays

Burundi - Justice - Sécurité 14 août 2018
|Accusé de fournir des informations qui ternissent l’image du pays, il écope de 20 ans prison

Burundi - Sécurité13 août 2018
|Un enfant tué par une explosion de grenade à Gitega

Burundi - Justice11 août 2018
|Le Burundi accueille la deuxième conférence internationale de la FA-UJA

Burundi - Sécurité10 août 2018
|Les jeunes du parti au pouvoir toujours pointés du doigt

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand la police devient une source d’insécurité !

22 février 2016

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). Décidément, la police burundaise devient une source d’insécurité dans tous les sens, au propre comme au figuré. En effet, elle traque toute personne qu’elle soupçonne d’être contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, voici bientôt 8 mois. Et si ce n’est pas la prison ou l’élimination physique tout simplement, c’est la rançon opérée par les policiers, y compris même ceux de la garde présidentielle.

C’est le cas de l’attaque des camps militaires des 11 et 12 décembre 2015 où des débordements policiers ont été observés dans tous les quartiers de la capitale Bujumbura. En effet, une répression aveugle à l’endroit des anti-troisième mandat venait d’engager une vitesse supérieure. Un jeune du nom de Jean Pierre Bigirimana vivant dans le quartier de Nyakabiga a été arrêté en date du 19 février 2016 dans la logique de réprimer les manifestations qualifiées par le régime en place de rébellions. L’infraction était juste d’avoir participé à ces manifestations. Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que la police serait en train de lui demander de l’argent pour qu’il soit relâché. La rédaction a essayé de contacter les membres de sa famille mais en vain.

Signalons qu’auparavant, Jean-Pierre Bigirimana était parvenu à tromper la vigilance des policiers en allant se cacher chez sa tante paternelle dans un autre quartier. Il s’est enfui de chez sa tante quand la police est venu l’y chercher mais était parvenu là aussi à la camoufler.

Une histoire qui en ramène une autre

Nous apprenons que le 13 mai 2015, jour du coup d’Etat manqué au Burundi, une grenade avait explosé dans la rue devant le restaurant Le Flamboyant, ne faisant aucun dégât ni matériel ni humain. L’auteur du forfait n’a pas été identifié ni son motif car le restaurant en question est fréquenté par des gens respectables et d’un certain rang social aussi bien du pouvoir que de l’opposition, tout comme des étrangers d’ailleurs.

L’on signalera que de nos jours, les services de la police ne mènent plus des enquêtes pour que la vérité éclate au grand jour, ce qui fait dire à l’opinion que ce pourrait être la police qui aurait lancé cette grenade afin d’arrêter la gestionnaire pour lui soutirer de l’argent et cela, en toute impunité des autorités car celui qui vole de l’argent doit déposer une certaine quantité pour ses supérieurs hiérarchiques.

L’insécurité gagne du terrain au marché dit « Chez Sion »

Burundi – Sécurité

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). Pour la deuxième fois en une semaine jour pour jour, une explosion de grenade a été entendue au marché dit « Chez Sion » dans la matinée. Selon des informations en provenance de ce marché, le ou les auteur (s) de cette explosion n’a pas été identifié. L’on parle d’une personne tuée et de trois autres blessées.

Quelques heures plus tard, vers 13 heures, une autre grenade a été lancée dans la zone de Kamenge au nord de la capitale, tout près du marché. L’on ne connaît pas encore les dégâts causés par cette explosion.

Rappelons qu’en date du 15 février dernier, des grenades avaient été lancées ici et là dans la capitale où au moins cinq endroits ont été victimes de ces explosions, y compris ce marché. Le bilan des attaques dernières était, rappelons-le, d’une personne morte et d’une trentaine de blessées.

En ce qui concerne les attaques d’aujourd’hui, une certaine opinion pense que la visite de Ban Ki-Moon ne serait pas étrangère à ces attaques, des gens qui auraient l’intention de lui montrer qu’il y a toujours l’insécurité à Bujumbura malgré les assurances des plus hautes autorités de ce pays.

Burundi – Usa – Politique

Les Etats-Unis rencontrent encore une fois le président Nkurunziza

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). L’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des grands lacs, Thomas Perriello, en compagnie de l’ambassadrice de ce pays au Burundi, Dawn Liberi, ont rencontré le président Nkurunziza, d’autres hauts fonctionnaires et quelques représentants de la société civile dans une mission effectuée par l’envoyé spécial du 19 au 21 février 2016.

L’on saura que cette délégation étasunienne a participé aux travaux communautaires aux côtés du président de la République. Mais son objectif était de poursuivre les discussions sur le dialogue inclusif, un espace démocratique ouvert et la sécurité au Burundi. Le gouvernement américain a accueilli favorablement la condamnation publique de la rhétorique violente et haineuse contre le Rwanda, ils apprécient la déclaration publique que tous les Burundais, y compris ceux qui ont fui, doivent participer au dialogue inclusif afin de tracer le chemin de la paix pour le Burundi.

Les Etats-Unis se réjouissent également de l’autorisation de la réouverture de deux médias privés par le gouvernement. Ils auraient cependant souhaité que cette autorisation soit étendue à toutes les radios privées ainsi que la création des conditions favorables pour le retour des journalistes indépendants sans plus tarder. Le gouvernement des Etats-Unis exhorte celui du Burundi pour prendre des mesures supplémentaires au cours de deux prochaines semaines. Pendant cette période, le gouvernement du Burundi recevra des délégations de très haut niveau de l’Onu et de l’Union africaine, avant le sommet de la communauté de l’Afrique de l’Est.

Par ailleurs, l’envoyé spécial du président américain Barack Obama, Thomas Perriello, a indiqué à la presse que toute l’opposition ne devrait pas être prise comme ennemie de la Nation, mais de véritables partenaires pour la construction du pays. Thomas Perriello indique que si le gouvernement de Bujumbura ne profite pas de la présence des délégations de haut niveau pour s’ouvrir au dialogue inclusif, le Burundi risque de se diriger vers un avenir incertain.

Burundi – Nations Unies – Politique

Ban Ki-Moon bientôt dans nos murs

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, est attendu à Bujumbura dans une visite de deux jours qu’il effectuera dans ce pays. Il est prévu que son avion se pose sur le sol burundais autour de 16 heures, heure de Bujumbura, 14 heures en temps universel.

Il s’entretiendra avec le ministre burundais des relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe avant de poursuivre ses consultations avec d’autres groupes concernés par la crise politique de notre pays, dont notamment les quelques rares politiciens de l’opposition encore au Burundi ainsi que les membres du Cnared, ce conseil composé essentiellement des Burundais de la diaspora, mais qui sera représenté à Bujumbura. Dans la matinée de ce mardi 23 février, il devrait s’entretenir avec les fonctionnaires des agences des Nations unies avant son tête-à-tête avec le président de la République.

Le gros des diplomates contactés par la rédaction indiquent qu’il y a des changements significatifs qui s’observent comme l’accord de principe du dialogue inclusif, l’accord sur la présence des experts indépendants de l’Onu pour enquêter sur les fosses communes ainsi que la condamnation de ceux qui véhiculent des mots de haine envers le Rwanda ainsi que la levée des mandats d’arrêt internationaux contre 15 personnes parmi les 34 qui étaient frappées par cette mesure.

Mais une autre opinion pense que tout ce qui est promis ne sera pas réalisé d’autant plus que ce n’est pas la première fois que des changements de dernière minute se fassent dans le chef des autorités burundaises. La même opinion est curieuse de voir le gouvernement de Bujumbura accepter de dialoguer sur le troisième mandat de Pierre Nkurunziza. En effet, il est convaincu qu’il a été élu par le peuple dans la plus totale transparence et que pour lui, les prochaines échéances électorales auront lieu en 2020. Qui pourrait l’en dissuader ?

Burundi – Sécurité

Le rapport n° 10 de la campagne Sos-Torture est sorti

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). Elle s’étend du 13 au 20 février 2016. Comme cela est d’habitude, il y a des arrestations, des enlèvements et des disparitions qui sont évoqués dans les différentes zones et quartiers de la capitale Bujumbura. Dans un deuxième temps, le rapport parle des assassinats, des exécutions sommaires et des attaques armées répertoriés. Comme pour le premier point, tous ces forfaits sont observés aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays.

Dans ce rapport, ce que Sos-Torture trouve de nouveau est que pour la première fois, le Burundi pense à la restauration de la peine de mort et que dans les moments forts de l’insécurité, notamment en date du 15 février 2016, des attaques ont été essentiellement à la grenade dans plusieurs coins de la capitale.

Burundi – Catastrophe Naturelle

Une désolation totale pour les riziculteurs de Mutimbuzi

Bujumbura, le 22 février 2016 (Net Press). L’origine de la désolation ? C’est le débordement de la rivière Muzazi, séparant la mairie de Bujumbura et la commune de Mutimbuzi dans Bujumbura rural. Ainsi 20 ha de champ de riz ont été endommagés tout comme ceux des légumes.

Des populations en larmes ont indiqué qu’elles vont mourir de faim car ils vivaient de la production du riz dont une partie était revendue pour qu’elles puissent s’acheter ce dont elles ont besoin. Elles demandent au gouvernement et aux autres humanitaires de leur venir en aide au regard de l’ampleur de la chose.

Burundi - Rwanda – Sécurité

Le président rwandais s’exprime sur la situation au Burundi

Kigali, le 22 février 2016 (Net Press). Pour la deuxième fois en 10 mois que vient de durer la grave crise politique burundaise, Paul Kagame, accusé ces derniers jours par Bujumbura et une partie de la communauté internationale comme étant une source de déstabilisation du Burundi, a choisi de réagir par son compte twitter. Ainsi, dans une série de messages sur son compte, Paul Kagame rejette toutes les accusations portées contre lui.

Par contre, il se pose la question suivante : « Avec toutes les preuves disponibles sur les assassinats qui ont été commis, comment se peut-il que la seule réponse soit la diversion ? ». Il est convaincu que toute cette provocation ne permettra en aucun cas de trouver une solution, a-t-il ajouté.

Dans son message, Paul Kagame donne ce qu’il pense être la stratégie du Burundi. Tout d’abord, c’est reporter un problème interne sur quelqu’un d’autre. En outre, c’est ne pas commanditer des massacres de masse, mais des assassinats ciblés au fur et à mesure, une sorte de solution finale si l’on peut dire. Ici, le président rwandais faisait référence au plan nazi d’exterminer les Juifs d’Europe.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi