Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 octobre 2017
|Il tue six voisins avant de se donner la mort

Burundi - Sécurité9 octobre 2017
|Un dimanche pas tout-à-fait tendre

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Rumonge : une dizaine de transferts vers la prison de Bujumbura

5 août 2017

Rumonge, le 5 août 2017 (Net Press) . Dans son édition antérieure, la rédaction avait évoqué une fouille-perquisition dans la prison de Rumonge suite à un cafouillage qui s’y était observé en début d’après midi de ce 3 août 2017. La rédaction avait alors parlé de trois blessés dans les affrontements entre les détenus et les policiers en intervention.

Des informations en provenance de cette province du Sud indiquent que finalement, le nombre de blessés oscille autour de 10, y compris un policier. L’on apprend également qu’une dizaine de détenus ont été transférés à la prison centrale de Mpimba (Bujumbura) et qu’ils pourraient être amenés ailleurs. L’on apprend enfin que la plupart d’entre eux sont des anciens militaires ex-Fab ou alors des détenus supposés être opposés au régime de Pierre Nkurunziza.

Les mêmes sources d’informations précisent que depuis la tentative de révolte dans la soirée du 2 août, la quantité du repas a été sensiblement diminuée si bien que les prisonniers craignent de mourir de faim.

La police de Makamba a procédé à l’arrestation ce vendredi le 4 août 2017 d’Irambona et de Sirabahenda ainsi que leur mère Pauline en zone Kazirabageni, commune Nyanza-Lac, province de Makamba (Sud du pays ) pour s’être chamaillés avec les membres de la ligue du parti au pouvoir Cndd-Fdd.

Selon les sources sous couvert d’anonymat, ces Imbonerakure ont été blessés alors qu’ils s’entremêlaient dans les affaires de la justice. Les voisins réclament que ces détenus puissent être libérés sans condition, avant d’affirmer que la sexagénaire serait détenu pour cause de n’avoir pas donné une bonne éducation à ses enfants qui ne sont pas dociles face aux injonctions du parti aux affaires.

Burundi - Chine - Sécurité

La Chine de plus en plus dans l’œil du cyclone

Bruxelles, le 5 août 2017 (Net Press) . Depuis plus deux ans que le Burundi est plongé dans une crise multisectorielle due au 3ème mandat controversé de Pierre Nkurunziza, la Chine n’a cessé de soutenir le régime en place, aussi bien dans le pays que dans des fora internationaux, si bien que les réunions de l’Onu par exemple sur le Burundi n’aboutissent jamais à rien suite à l’opposition de l’Empire du Milieu.

C’est ce qui a poussé certains milieux de l’opposition de s’attaquer aux forces qui soutiennent le régime de Bujumbura, à commencer par la Chine. Ainsi, le Cnared attire l’attention des pays, organisations et institutions financières internationales qui concluent des engagements avec Bujumbura. Pour lui, ces derniers sont nuls et de nul effet. En outre, ces financements sont à l’origine des crimes de toutes natures commises par le pouvoir en place.

Ces messages sont adressés particulièrement à la banque nationale chinoise qui aurait accordé un crédit de plusieurs milliards de dollars au pouvoir de Pierre Nkurunziza, un crédit remboursable sur 20 ans. L’on se rappelle qu’il y a peu, le vice-président de la République populaire de Chine Li Yuanchao arrivait dans notre pays en date du 10 mai 2017 pour une visite de 3 jours dans notre pays. Il avait affirmé son soutien sans faille au Burundi et ce, sans contrepartie, ce qui avait indigné les milieux de l’opposition, voire de l’Occident.

Mais ceux qui connaissent bien le peuple chinois, il ne fait rien pour rien, il a certainement des intérêts qu’il défend et que la population burundaise ne voit pas dans l’immédiat. Ce pourrait être l’exploitation du sous sol burundais ou autres constructions des routes et infrastructures comme on en voit tous les jours.

Burundi - Justice

"Ce ne peut pas empêcher la terre de tourner", clame une opinion

Bujumbura, le 5 juin 2017 (Net Press) . Un ancien membre très zélé de la ligue du parti aux affaires (Imbonerakure) et homme d’affaires, Christian Gahomera, connu sous le sobriquet Kiki, est entre les murs du service national des renseignements depuis ce mercredi et pour cause, " trafic illégal des minerais et collaboration avec les ennemis de la République". Une large opinion dit que la terre continue tourne même avec l’incarcération de Kiki Gahomera qui manifestait tous les jours qui contre l’Union européenne pour le compte du parti de l’Aigle.

Selon une source non encore confirmée, après son arrestation, son épouse élue députée en mairie de Bujumbura serait en fuite. Mais sa famille dément et précise que la députée était partie pour la Belgique pour accoucher de son quatrième enfant et qu’elle siège comme à l’accoutumée à l’hémicycle de Kigobe.

Burundi - Justice

Qu’est-ce qui manque ?

Bujumbura, le 5 août 2017 (Net Press) . C’est la grande question que doit se poser la Parcem et son président à propos de la mise en application des recommandations des Etats-Généraux de la justice. Lors de sa conférence de presse d’hier qui coïncidait avec le 4ème anniversaire des Etats-Généraux de la justice tenus à Gitega (Centre du pays), le président de la Parcem, Faustin Ndikumana, ne comprend pas pourquoi 4 ans après, il n’y a eu jamais ni suivi ni rapport.

Pourtant, estime-t-il, la justice est la base de tout. Ces Etats- Généraux avaient proposé des mécanismes pour une meilleure justice réellement indépendante mais au regard de la situation actuelle, le pays a perdu du temps et de l’argent, déplore-t-il.

Burundi - Nécrologie - Anniversaire

Le président Michel Micombero, 34 ans déjà !

Bujumbura, le 5 août 2017 (Net Press) . Dans 24 heures, le Burundi se souviendra des 34 ans qui viennent de s’écouler jour pour jour après la mort de son premier président de la République, le lieutenant général Michel Micombero, un samedi le 6 août 1983. Cet homme politique burundais qui avait pris le pouvoir en 1966 à 26 ans, - il a vu le jour en 1940 - avait été également mis en retraite anticipée par Jean Baptiste Bagaza qui l’a renversé en 1976, à seulement 36 ans.

Il avait quitté le pays pour se rendre en Somalie de Siad Barre où il vécut en exil jusqu’à la fin de ses jours. Selon des informations qui n’ont jamais été confirmées ni par ses proches ni même par sa famille, Michel Micombero avait abandonné l’alcool et fréquenté l’université d’Alger en Algérie.

Estimant que son retour devait être fatal pour lui, le président Jean Baptiste Bagaza aurait payé un médecin somalien ami à Michel Micombero pour qu’il mette fin à ses jours, le régime de Bujumbura préférant évoquer la crise cardiaque de l’ancien président. Jean Baptiste Bagaza n’avait pas oublié la crise des caporaux qui avaient revendiqué le retour de Michel Micombero à la tête du pays en 1978.

C’est dans ce contexte que Michel Micombero rentra les pieds en avant. Arrivé à Bujumbura, ce n’était pas non plus facile car ce n’est pas tout le monde qui devait se rendre à l’aéroport international de Bujumbura pour attendre sa dépouille mortelle. Non plus, ce n’est pas tout le monde qui devait l’accompagner à son enterrement dans sa commune natale de Rutovu.

Sur le plan de la gestion du pays, les Burundais gardent de Michel Micombero les massacres de 1972 que les deux principales ethnies hutu et tutsi n’interprètent pas de la même manière. Outre cet événement, il est difficile d’établir un bilan pour ce président qui ne fréquentait presque jamais son bureau, le plus clair de son temps étant réservé aux différents loisirs d’un tout jeune chef d’Etat dont la seule référence était la royauté.

Burundi - Rwanda - Elections

Victoire sans surprise de Paul Kagame

Kigali, le 5 août 2017 (Net Press) . Pour un troisième septennat, le président Paul Kagame vient de gagner les élections avec un score brejnévien de plus de 98%. Sans surprise, Paul Kagame, l’homme fort du Rwanda depuis plus de deux décennies, a obtenu une victoire écrasante à l’élection présidentielle et a été réélu avec plus de 98% des voix. La commission électorale a en effet publié dans la nuit de samedi des résultats partiels portant sur 80% des bulletins dépouillés. Ses adversaires, le candidat indépendant Philippe Mpayimana et Frank Habineza le président de la seule formation d’opposition autorisée du pays, le parti démocratique vert ont tous deux recueilli moins de 1% des voix.

Avec environ 80% des bulletins dépouillés, Paul Kagame, qui dirige le Rwanda depuis le génocide de 1994, obtient 98,66 des suffrages exprimés, ses deux adversaires recueillant chacun moins de 1%.

La Commission électorale estime que 97% des 6,9 millions d’électeurs inscrits ont voté. « Nous pensons qu’à ce niveau, nous aurons les mêmes résultats demain (samedi matin, ndlr). Il n’y aura pas de changement après que nous ayons compté 100% des votes », a déclaré le président de la commission électorale, Kalisa Mbanda.

Selon ces résultats partiels, l’indépendant Philippe Mpayimana obtenait 0,72% des suffrages exprimés, et Frank Habineza, leader du parti démocratique vert, le seul parti d’opposition au Rwanda, recueillait 0,45% des voix.

Burundi - Usa - Administration

L’administration Trump veut mettre fin aux fuites qui plombent la présidence

Washington, le 5 août 2017 (Net Press) . Aux Etats Unis, le ministre de la justice veut en finir avec « la culture des fuites » qui, dit-il, mine l’administration de Donald Trump et l’empêche de fonctionner correctement. Jeff Sessions annonce qu’il triple le nombre d’enquêtes portant sur la diffusion non autorisée d’informations confidentielles et que quatre personnes ont été inculpées.

« Nous le disons haut et clair : la culture de la fuite doit cesser », a martelé dans une conférence de presse le ministre américain de la justice Jeff Sessions, à côté du chef des renseignements, Dan Coats.

Dénonçant un nombre sidérant de fuites qui selon lui « mettent en danger la sécurité nationale », Jeff Sessions a annoncé que le gouvernement a triplé les investigations contre ceux qui parlent trop aux médias. Il examine aussi comment il peut juridiquement forcer les organes de presse à révéler leurs sources, un acte contraire à la déontologie journalistique.

A la tête du service en charge d’enquêter sur ces fuites, Dan Coats, a été très clair sur les risques encourus par ceux qui enfreindraient la loi. « Toute fuite, hors du cadre autorisé est un crime. Quiconque participe à ces actes criminels trahit la communauté du renseignement et le peuple américain », a déclaré le chef des renseignements. Et s’adressant à ceux qui pourraient être tentés de communiquer des informations aux médias, il a menacé : « Si vous divulguez abusivement des informations classées confidentielles, nous vous trouverons, nous enquêterons sur vous, nous vous traduirons devant la justice, en fonction de tout ce que permet la loi, et vous ne serez pas content du résultat ».

Quatre personnes viennent d’être inculpées, a indiqué Jeff Sessions. Bien que leur l’identité n’ait pas été révélée, il pourrait s’agir de fonctionnaires travaillant pour l’administration.

Le coup de fouet du ministre de la justice l’aidera probablement à retrouver les faveurs du président que les fuites rendent fou de colère, car elles donnent une pauvre image de sa présidence. Dernier exemple en date : la publication à la Une du Washington Post de ses conversations avec son homologue mexicain Enrique Pena Nieto et le premier ministre australien.

Même les critiques de Donald Trump reconnaissent que dans ce cas, les fuites sont allées un peu trop loin. Mais les journalistes défendent le principe des indiscrétions, car elles leur permettent d’assurer leur rôle de chiens de garde protégeant les citoyens contre d’éventuels méfaits de leur gouvernement.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.