Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Burundi – Sécurité14 août 2017
|Quand l’insécurité augmente d’un clan

Burundi - Sécurité12 août 2017
|Un corps décapité trouvé dans la rivière Ndurumu

Burundi - Justice11 août 2017
|Le commerce illégal du café à la base des comparutions en flagrance au sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Quand l’insécurité augmente d’un clan

14 août 2017

Bubanza, le 14 août 2017 (Net Press) . Des personnes non encore identifiées ont lancé deux grenades à travers la fenêtre, sur la colline de Rugeyo commune de Musigati de la province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Selon les premières informations à notre dispositions, ces explosions ont fait un mort.

Des sources sur places indiquent que la police de Musigati a arrêté ce lundi 14 août 2017 neuf personnes soupçonnées d’être derrière cette attaque. Dans la même rubrique, un enfant qui était en train de manipuler une grenade a été blessé par cet engin explosif ce lundi matin sur la colline Kigoma de la commune de Buhiga dans la province Karusi, au Centre du pays

Des sources sur place affirment qu’un autre individu qui était dans les environs a été grièvement blessé. Le commissaire provincial de la police de Karuzi, l’Opc Donatien Bizimana invite la police de se débarrasser des armes détenues illégalement par les populations de cette province.

Sur un autre chapitre, accusé d’inciter ses fidèles à ne pas répondre aux élections de 2020, un pasteur de l’église pentecôte, Manassé Kazungu, a été arrêté par la police présidentielle ce dimanche sur la colline Kagome, commune de Vyanda, province de Bururi (Sud du pays) et conduit manu militari au service national des renseignements de Bururi. Selon des informations en provenance de cette contrée, sa famille s’inquiète.

Burundi - Rdc - Sécurité

La Cirgl réagit face à une attaque de son employé

Goma, le 14 août 2017 (Net Press) . Après l’attaque de l’un des agents chargé de la sécurité Major Amani Mwemez, au sein de la conférence internationale sur la région des grands lacs dans la localité de Goma en République démocratique du Congo il y’a un mois, la Cirgl réagit face à cette attaque.

Le directeur de communication de la Cirgl, Macdonald Mwakasendile, à travers un communiqué rendu public ce lundi, condamne fermement cette attaque et appelle le pays de Kabila à combattre farouchement les forces négatives localisées en Rdc pour garantir la paix et la sécurité dans la sous-région.

Cependant, les voix critiques à l’endroit de la Cirgl indiquent que cette conférence est marquée par son inertie car elles ne comprennent pas comment son agent peut être attaqué par les mêmes forces négatives et qu’une réaction soit enregistrée un mois plus tard. Pour les mêmes critiques, ceci ressemble ni plus ni moins à une impunité qui s’observe dans la plupart des pays qui composent la Cirgl.

Burundi - Justice - Administration

Le sénat approuve six nominations des autorités judiciaires

Bujumbura, le 14 août 2017 (Net Press) . Six magistrats récemment nommés par le chef de l’Etat ont été approuvés par le sénat ce lundi 14 août. L’équilibre ethnique y a sa part mais celui dit de genre laisse à désirer car cette équipe est faite de 6 hommes, trois Tutsi et trois Hutu, sans aucune femme.

Il s’agit notamment de François Harerimana, un Hutu originaire de la province de Karuzi qui est désormais procureur de la République de sa Karusi natale. Il s’agit également de Thierry Irakoze, un Tutsi originaire de la province de Muyinga, qui occupait jusqu’ici les fonctions de procureur de la République dans la province de Muyinga et qui va se déplacera jusqu’à Kirundo pour les mêmes fonctions.

Jean Claude Habimana, un Hutu citadin de la ville de Bujumbura et qui travaillait au tribunal du travail de Gitega devient le procureur de la République dans la province de Muramvya. Quant à Alphonse Banderembako, un Hutu ressortissant de la province de Gitega, était conseiller à la cour d’appel de Ngozi et devient procureur de la République dans la province de Gitega.

Aristide Nsengiyumva, un Tutsi de Bururi, ancien procureur de la République dans la province de Karuzi, est désormais le substitut du procureur à la cour suprême. Enfin, Fidèle Nsengiyumva, un Tutsi de la province de Gitega devient conseiller à la cour suprême au moment où il était cadre au parquet général.

Ces magistrats ont été approuvés à l’unanimité des sénateurs, soit 36 voix sur 36, dont 32 qui étaient sur place au sénat et 4 qui ont voté par procuration.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome contre un crédit chinois

Bujumbura, le 14 août 2017 (Net Press) . L’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, a saisi, en date du 9 août 2017, le chef de l’Etat pour lui demander de faire cesser la requête d’un crédit du gouvernement burundais à la banque chinoise "Exim Bank" et des contrats coûteux, illégitimes, odieux et insoutenables signés par le Burundi. L’on signalera que ce crédit, selon l’Olucome, est équivalent à 32,6 millions de dollars américains et remboursable sur une période de 20 ans.

En effet, l’Olucome s’étonne du fait que l’assemblée nationale ait adopté en date du 3 août un projet de ratification d’un tel crédit et dont l’affectation est une réalisation d’un projet presque privé de migration vers la télévision numérique au Burundi. Selon toujours les informations de l’Olucome, la société chinoise Star Times aura dans ce projet 60% des actions contre 40% seulement pour la Rtnb, ce qui veut dire que cette dernière aura le dernier mot sur le fonctionnement de la Rtnb, une société étatique d’un pays réputé indépendant.

Pour cet observatoire, ce crédit vient compliquer les choses car l’Etat avait déjà une dette intérieure oscillant autour de 1.250 milliards de francs burundais. Pour l’Olucome, au lieu de demander ce crédit au nom du peuple burundais, le gouvernement devait lancer un avis d’appel d’offres international pour que la Rtnb augmente ses actions d’une part et que le crédit se fasse au nom de Star Times d’autre part. C’est pour toutes ces raisons que l’Olucome demande au président de la République de ne pas décréter ce projet de crédit. En cas de refus, l’Olucome menace de plaider pour que ce fardeau ne tombe pas sur les épaules de la population burundaise.

Burundi - Sport

Caster à Francine : occupe la place qui est la tienne !

Londres, le 14 août 2017 (Net Press) . C’est en quelque sorte le message de la Sud Africaine à la Burundaise Francine Niyonsaba à Londres dans les récentes compétitions internationales. Alors que les deux athlètes ne s’étaient pas encore rencontrées, Francine Niyonsaba a toujours été première jusqu’en demi-finale. Il a fallu la dernière étape pour que notre compatriote se mesure.

Au moment de la course, alors qu’il ne restait que 400 mètres, Caster Semenya a engagé une vitesse supérieure, laissant croire à une athlète qui est au début de sa course sur 100m. Elle a immédiatement doublé Francine qui a couru les 800 m en 1’55’’92 alors que la Sud Africaine a fait la même distance en 1’55’16.

Francine Niyonsaba s’est contentée de la médaille d’argent pour avoir occupé la deuxième place. Malgré cela, elle nourrit l’espoir qu’un jour, elle va démystifier sa rivale de toujours afin de savourer elle aussi le statut de la star mondiale sur 800 mètres.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture sort son rapport n° 87

Bujumbura, le 14 août 2017 (Net Press) . Le rapport couvre la semaine du 5 au 12 août 2017 sur les violations des droits de l’homme au Burundi. Il évoque le traitement cruel, inhumain et dégradant infligé au colonel Adrien Kadende par les autorités de la prison de Mpimba à Bujumbura. Depuis une semaine, le directeur de cette prison refuse que l’officier en détention soit hospitalisé et opéré des blessures de balles.

Ce détenu a été transféré d’urgence de Rumonge vers Bujumbura, après qu’un policier de garde à la prison de Rumonge lui eut tiré dans les hanches à bout portant dans une tentative de l’éliminer physiquement, selon les informations collectées par Sos-Torture. Le ministère de la justice et tout le corps judiciaire restent silencieux face à l’attitude des directeurs de prisons qui s’acharnent sur les prisonniers politiques.

Selon toujours ce rapport, au moins neuf personnes ont été assassinées au cours de la période. Parmi les victimes, quatre ont été jetées dans des rivières et deux sont des enfants victimes d’une explosion de grenade. A ce nombre, s’ajoute la mort suspecte d’un militaire de la brigade spéciale de protection des institutions (Bspi) que l’armée présente comme un suicide dans les enceintes mêmes de la présidence de la République. Au moins vingt personnes ont été arrêtées dans différentes localités au cours de la semaine.

Les arrestations sont menées par des agents de la police, du service national des renseignements aussi bien que des miliciens Imbonerakure du parti au pouvoir Cndd Fdd qui agissent en violation de la procédure et de la loi. A ce nombre, s’ajoutent cent cinquante personnes arrêtées dans la ville de Bujumbura dont des mineurs sans logement, des mendiants et des prostituées. Le rapport évoque enfin aussi la situation carcérale en ce début du mois d’août 2017. En un mois, 150 nouveaux détenus sont venus grossir le nombre de détenus dans les prisons du Burundi.

Burundi - Burkina Faso - Sécurité

Attaque terroriste dans un café de Ouagadougou

Ouagadougou, le 14 août 2017 (Net Press) . Un café-restaurant de Ouagadougou, la capitale burkinabè, a été attaqué par plusieurs hommes armés. L’assaut des forces de l’ordre a pris fin vers 5h (TU), deux assaillants ont été « neutralisés » et le quartier est bouclé selon le ministre de la communication joint par Rfi. Le bilan est de 18 personnes tuées et une vingtaine d’autres blessées. Une attaque qui rappelle celle du café Capuccino, en janvier 2016, cible d’une action meurtrière semblable.

L’attaque est terminée, les dernières personnes retenues dans l’établissement ont été libérées, mais le quartier du café-restaurant Aziz-Istanbul est toujours bouclé par les forces de sécurité qui ratissent le secteur à la recherche d’éventuels assaillants selon les autorités. Les rues environnantes sont bouclées. Le jour s’est levé sur la capitale burkinabè où les derniers tirs ont été entendus vers 3 h 45 (TU).

Deux assaillants ont été « neutralisés », a déclaré le ministre de la communication, Rémi Dandjinou, joint par Rfi. Le procureur et des membres du gouvernement sont sur place pour les « constats d’usage », précise notre correspondant, avant que la police scientifique ne commence son travail.

Le quartier est en voie de sécurisation mais le Quai d’Orsay invite les ressortissants français à « éviter le secteur » du restaurant.

Burundi - Usa - Sécurité

"Charlottesville : l’embarrassant soutien de Fields et des supémacistes à Trump", selon Rfi

Virginie, le 14 août 2017 (Net Press) . Après les violences ayant émaillé un rassemblement de l’extrême-droite dans la ville de Charlottesville, aux Etats-Unis, la Maison Blanche a fini par publier un communiqué pour condamner « les suprémacistes blancs, le Ku Klux Klan et les néonazis », dont James Fields, auteur présumé de l’attaque à la voiture bélier, est devenu le symbole. Mais la modération initiale de Donald Trump laissera des traces.

Dimanche 13 août aux Etats-Unis, il a beaucoup été question des mots employés par Donald Trump après les violences ayant émaillé un rassemblement de l’extrême-droite dans la ville de Charlottesville. Ou plutôt l’absence de mots, puisque le président américain n’a pas formellement dénoncé les actions des groupuscules identitaires, semblant d’abord les renvoyer dos à dos avec les militants antiracistes qui étaient venus contre-manifester.

Sur place, la journée de dimanche a été calme, même si l’organisateur du rassemblement initial a été chahuté par des opposants alors qu’il essayait de parler à la presse. Désormais, Charlottesville, progressiste et multiculturelle, espère surtout ne pas devenir un quelconque symbole pour l’extrême-droite.

Car si les extrémistes s’y sont rassemblés plusieurs fois cette année, ce n’est pas parce que c’était un foyer de racistes et de xénophobes. Au contraire, c’est parce que son conseil municipal, démocrate, a voté le déboulonnage de la statue d’un héros confédéré.

James Fields, un visage de la jeunesse d’extrême-droite américaine

Comme James Fields, venu de l’Ohio après avoir grandi dans le Kentucky, les identitaires ont donc afflué en ville pour défendre la mémoire du général Lee, héros de la guerre de Sécession qui a dirigé les troupes des Etats esclavagistes du Sud.

Pour sa part, Fields était ce week-end un simple soldat dans cette « armée » de militants d’extrême-droite. Armée, car certains portaient parfois des armes en bandoulière ou à la ceinture. Le jeune homme de 20 ans a quant à lui utilisé une voiture pour tuer une personne et en blesser une vingtaine d’autres.

Des photos montrent James Fields dans la journée, portant un bouclier aux côtés de miliciens néonazis. L’un de ses anciens professeurs avait d’ailleurs déjà noté sa fascination pour Adolf Hitler. Inculpé de meurtre, de violences volontaires ayant causé des blessures et de délit de fuite, il doit être présenté à un juge ce lundi.

Néonazis, Ku Klux Klan, confédérés… Ces groupes prennent des formes différentes, et une bonne partie des sympathisants n’est pas affiliée officiellement. Mais Trump a libéré encore leur parole, et sans doute les promoteurs du rassemblement de samedi, intitulé « Unifier la droite », espéraient créer un mouvement encore plus vaste.

Mike Pence dénonce la dangerosité des groupes d’extrême-droite

« Nous n’avons pas de tolérance pour la haine et la violence des suprémacistes blancs, des néonazis ou du KKK », a déclaré dimanche le vice-président américain, répondant à une question lors d’une conférence de presse à Carthagène, en Colombie. « Ces dangereux groupes marginaux n’ont pas de place dans la vie publique américaine, et nous les condamnons dans les termes les plus fermes », a-t-il ajouté.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur