Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Burundi - Ouganda – Sécurité 6 novembre 2017
|Deux morts dont le directeur de ligue Iteka dans un accident de roulage en Ouganda

Burundi - Sécurité4 novembre 2017
|Un homme tué à Rugombo

Burundi - Sécurité 3 novembre 2017
|L’immeuble Tropicana Net Café légèrement touché par un incendie

Burundi - Sécurité2 novembre 2017
|Un homme de Rugombo édenté par les Imbonerakure

Burundi –Sécurité 1er novembre 2017
|De l’intifada entre les policiers et militaires dans Cankuzo

Burundi - Sécurité 31 octobre 2017
|Une fillette violée et tuée à Muyinga

Burundi - Sécurité30 octobre 2017
|Des corps sans vie ici et là à travers le pays

Burundi - Justice - Manifestations28 octobre 2017
|Le ministère de l’intérieur fête le retrait du Burundi du statut de Rome

Burundi - Sécurité27 octobre 2017
|Augmentation d’un cran du meurtre des personnes sans défense

Burundi - Sécurité26 octobre 2017
|Le marché de Buterere prend feu

Burundi - Sécurité 25 octobre 2017
|Le ministre Alain Guillaume Bunyoni percute des piétons

Burundi - Sécurité24 octobre 2017
|Découverte de plusieurs cadavres à travers le pays

Burundi - Sécurité23 octobre 2017
|Un homme reçoit des coups et blessures dans la province de Kayanza

Burundi - Anniversaire21 octobre 2017
|La date du 21 octobre fêtée de façon diverse par les Burundais

Burundi - Sécurité20 octobre 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité19 octobre 2017
|Visiblement agressée, une jeune fille perd sa conscience

Burundi - Sécurité18 octobre 2017
|Plus de dérangement dans Rukoko, dixit le porte-parole de l’armée

Burundi - Sécurité17 octobre 2017
|La foudre devient une grande cause d’insécurité dans notre pays

Burundi - Sécurité 16 octobre 2017
|Deux frères abattus par leur grand-mère

Burundi - Sécurité14 octobre 2017
|Après la pluie, le beau temps !

Burundi - Sécurité13 octobre 2017
|Un présumé voleur tué dans la province de Ngozi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne meurt dans un accident de voiture

23 août 2017

Bujumbura, le 23 août 2017 (Net Press) . Alors qu’elle venait d’assister à une messe du matin, Nelly Rukundo, chargée du recouvrement à la société étatique Regideso, à bord de son véhicule, l’a vu déraper tout près de l’hôpital militaire de Kamenge et a cogné un arbre, ne lui laissant aucune chance de survie.

Ceux qui ont vu cet accident témoignent que la voiture a été complètement déclassée si bien que la dame, très bien appréciée à la Regideso et qui s’empressait à son bureau pour ouvrir la porte de son entreprise pour les policiers devant éteindre l’incendie déclaré, faisait beaucoup plus objet de jérémiades des agents de cette entreprise que de l’accident au travail.

Pour revenir sur l’incendie déclaré ce matin à la Regideso, au moins 16 ordinateurs ont pris feu au service commercial de cette entreprise commerciale chargée de la distribution de l’eau et d’électricité. Cet incendie a été perçu vers 5 heures du matin et la police chargée de lutte contre les catastrophes est vite intervenue pour éteindre.

Jusqu’assez tard dans la matinée, mêmes les agents de la Regideso n’avaient pas accès à l’intérieur des bâtiments car la partie brûlée était encore très chaude. L’on saura que la cellule de facturation a vu quelques uns de ses dossiers brûler mais les informations recueillies sur place indiquent que les coffres forts n’ont pas été atteints, ce qui a réconforté plus d’un parmi les agents de cette entreprise qui étaient sur place.

Burundi - Politique - Elections

La contribution financière pour les élections de 2020 devient une obligation pour tous les Burundais

Bujumbura, le 23 août 2017 (Net Press) . Le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, demande à tous les responsables administratifs au niveau national de faire comprendre à leurs subalternes et populations de se présenter aux élections de 2020, mais surtout que la contribution financière devient une obligation pour tous les Burundais.

C’est ce qui est ressorti d’une réunion que le ministre a tenue avec les gouverneurs de toutes les provinces du pays aux côtés des administrateurs de toutes les communes que compte ce pays. Ces responsables administratifs ont d’abord la mission de faire comprendre aux populations le bien-fondé des élections. Pour lui, les populations doivent comprendre que les élections sont très importantes dans la vie d’un pays, une des principales voies de renforcement de la paix et de la sécurité. Le ministre Barandagiye est convaincu que sans les élections, point de gouvernance et dans ces conditions, c’est le désordre qui s’installe.

Les participants à cette réunion ont demandé qu’il y ait une proposition de contribution financière que chaque personne doit donner ainsi que la façon de collecter cet argent, voire que contribuer deviendrait une obligation pour tout le monde, pour un instruit et pour un non-instruit, pour un agriculteur et pour un fonctionnaire de l’Etat.

Les responsables administratifs provinciaux et communaux doivent se pencher sur cette question et proposer le niveau de contribution que doit libérer chaque personne une fois les trois mois ou alors une fois l’an. Concernant les fonctionnaires de l’Etat, ce travail sera dévolu aux syndicats qui proposeront le montant à prélever sur le salaire.

Ceux qui ont participé à cette réunion ont déclaré qu’ils soutiennent l’initiative de l’Etat de mobiliser toutes les populations afin que ces dernières contribuent financièrement aux élections de 2020.

Burundi - Politique

Le parti Uprona de l’opposition s’exprime

Bujumbura, le 23 août 2017 (Net Press) . Le parti Uprona, aile de Charles Nditije, estime que pour s’être farouchement opposé au changement de la constitution dans le cadre d’un vote à l’assemblée nationale le 21 mars 2014, le parti Uprona est devenu une cible principale de la politique de segmentation des partis politiques orchestrée par le parti Cndd-Fdd.

Ainsi, deux factions s’étaient développées et chacune prétendait à la légitimité qui est détenue par le parti dirigé par le professeur Charles Nditije. Pour cette formation politique, la première faction politique a été initiée par Gaston Sindimwo, devenu premier vice-président de la République en guise de remerciement. Elle est pilotée par Abel Gashatsi et est devenue un parti satellite du Cndd-Fdd qu’elle accompagne dans sa conduite désastreuse des affaires de l’Etat.

Selon toujours ce parti politique, la deuxième faction a été créée par M. Evariste Ngayimpenda, qui est entré en dissidence alors qu’il était le vice-président du professeur Charles Nditije. Cette faction, selon toujours la déclaration, s’est illégalement et irrégulièrement arrogée le droit d’abuser l’opinion en déclarant avoir suspendu le président du parti Uprona.

La déclaration montre que de par le règlement de l’Uprona, le prétendu bureau exécutif mis en place en 2009 et tombé en désuétude qu’Evariste Ngayimpenda a fait prévaloir, n’avait pas la prérogative de suspendre le président du parti. Par ailleurs, la dernière trouvaille est de se constituer en ce qu’ils appellent l’Uprona Amizero y’Abarundi, l’idée étant de s’accrocher au parti Fnl d’Agathon Rwasa et de se prévaloir de cette étiquette pour participer aux négociations.

Pour tout cela, l’Uprona de l’opposition fait savoir que pure création du Cndd-Fdd, la faction mise en place par M. Gaston Sindimwo, actuel titulaire du strapontin de premier vice-président de la République et dirigée par Abel Gashatsi, n’a aucune légitimité pour représenter le parti Uprona dans quelque instance que ce soit, y compris les négociations en cours. Ses positions peuvent être suffisamment exprimées par le parti au pouvoir auquel elle s’est inféodée.

A l’époque où elle était encore d’actualité, c’est-à-dire la période préélectorale de 2015 selon le prescrit de la constitution du Burundi, la coalition Amizero y’Abarundi était dirigée par deux acteurs politiques, à savoir le professeur Charles Nditije, président légitime du parti Uprona et Monsieur Agathon Rwasa, président du parti Fnl. Cette coalition momentanée devait disparaître après les élections conformément à la loi.

Le parti Uprona de l’opposition piloté par le professeur Charles Nditije est membre du Cnared tel que décidé par les organes habilités et il est par conséquent la seule institution légitime pour représenter l’Uprona dans toutes les instances requises, en particulier les négociations en cours.

Burundi - Education

Une amende frappe les étudiants irréguliers

Bujumbura, le 23 août 2017 (Net Press) . Dans nos éditions antérieures, nous avions évoqué une fouille-perquisition au campus Mutanga de l’université du Burundi où plus de 80 étudiants irréguliers avaient été arrêtés. Certains parmi eux étaient des étudiants en train de préparer leurs mémoires et affirmaient qu’aussitôt terminée la défense, ils quitteront le campus sans autre forme de procès.

Nous apprenons que la police, pour les libérer, leur a fait payer chacun une amende de 15.000 francs burundais, une pratique qui a eu lieu à l’insu de la mairie de Bujumbura même si la police a indiqué que cette somme a été versée sur le compte de la même marie. Ceci traduit évidemment un cafouillage entre les deux institutions de l’Etat.

Burundi - France - Politique

François Hollande met en garde son successeur sur la réforme du code du travail

Paris, le 23 août 2017 (Net Press) . En marge du festival du film francophone d’Angoulême, l’ex-chef de l’Etat français est sorti de sa réserve mardi 22 août. Il a commenté pour la première fois l’action d’Emmanuel Macron, son successeur. François Hollande lui conseille de ne pas casser la reprise de la croissance en réformant brutalement le code du travail. « Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles », a-t-il prévenu. Et d’ajouter : « Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait au risque de créer des ruptures ».

Le mois dernier, vantant son bilan, l’ex-président n’avait pas souhaité commenter l’action de son successeur. Cette fois, François Hollande a décidé de sortir de sa réserve pour clairement tacler Emmanuel Macron et ce, sur un sujet sensible, la réforme du Code du travail. "Je pense que dès lors qu’on a des résultats qui arrivent, une croissance qui est beaucoup plus forte que celle qu’on a pu connaître ces dernières années, il faut absolument l’encourager, l’accompagner, l’amplifier et éviter des mesures qui pourraient être brutales".

Un discours très critique, qui intervient au moment où le gouvernement met la dernière main à son projet. Tout au long de cette semaine, le ministère du Travail reçoit les syndicats pour leur présenter la dernière mouture du texte. La présentation définitive est, elle, prévue le 31 août prochain.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.