Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quatre enfants tués dans un accident de roulage

28 novembre 2017

Bujumbura, le 28 novembre 2017 (Net Press) . Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons qu’un véhicule non identifié par nos sources a percuté, dans la localité de Kumatafari, 4 enfants frères et leur parenté qui revenaient de l’école, ne leur laissant aucune chance de survie.

Et dans la même foulée, un corps sans vie a été retrouvé ce matin à la 4ème avenue de la zone Bwiza, commune urbaine de Mukaza. Des témoins indiquent que la victime aurait passé sa nuit chez une prostituée de cette localité. La police a commencé son enquête préliminaire pour connaitre les mobiles de ce crime.

A l’avenue Moso, joignant le boulevard de l’Uprona à l’avenue de l’université, tout près de l’ambassade de la Russie au Burundi, un cadavre non identifié a été découvert dans la petite matinée de ce 27 novembre. Le corps se trouvait dans un caniveau avec à ses côtés un véhicule qui s’était renversé dans le même caniveau. Les chaussures de la victime couvertes de sang étaient également à côté de la victime. L’on a appris que le véhicule a été dégagé très tôt le matin par des gens qui n’ont pas été identifiés.

Burundi - Politique

Le Cnared s’exprime sur le dialogue d’Arusha

Bruxelles, le 28 novembre 2017 (Net Press). Au terme de sa réunion ordinaire, le Cnared, la plateforme de l’opposition radicale vivant en exil a fait savoir, dans un communiqué rendu public ce 27 novembre 2017qu’il n’a pas été convié aux pourparlers inter burundais en cours à Arusha.

Pour rappel, les travaux de ce dialogue ont été reportés et ils commencent officiellement aujourd’hui dans l’après-midi. Revenant sur le communiqué du Cnared, il trouve que cette session est un piège qui a pour mission de réconforter le président Pierre Nkurunziza dans son aventure d’enterrer l’accord d’Arusha et la constitution qui en est issue. En outre, le Cnared estime que cette session exclut, non seulement la plateforme de l’opposition burundaise, mais également les grandes figures de la société civile, une preuve suffisante de l’absence d’inclusivité.

Par ailleurs, le Cnared dit avoir appris qu’il y aura une signature le 8 décembre d’un projet d’accord proposé la facilitation. Le gouvernement n’est même pas présent à Arusha et la coalition se demande quelles sont les parties au conflit qui vont signer en lieu et place du gouvernement et du Cnared. Ce dernier craint que ce document à signer qu’il qualifie de pseudo-accord écrit d’avance a pour mission de mettre fin aux pourparlers inter burundais et de les remettre entre les mains de Pierre Nkurunziza.

Il demande à la facilitation de reporter cette session afin d’entreprendre des consultations avec toutes les parties prenantes pour arrêter un agenda consensuel, une représentation paritaire aux négociations ainsi que des conditions sécuritaires rassurantes.

Il lance un appel solennel à la communauté internationale, spécialement aux Nations Unies et à l’Union Africaine afin qu’elles s’impliquent pour le report de cette session de tous les dangers. Les conclusions de cette session qui ne l’’engagent aucunement car elles auront de lourdes conséquences sur le Burundi.

Burundi - Politique

Vers l’impasse dans des pourparlers d’Arusha

Arusha, le 28 novembre 2017 (Net Press) . La 4ème session de dialogue qui a commencé ce mardi le 28 novembre 2017 et qui durera 2 semaines, a débuté sans la presse, selon nos confrères qui sont sur place. Selon nos sources, le bureau de la médiation ainsi que des dispositifs de la police ont empêché les journalistes burundais et étrangers d’entrer dans la salle ou se tiendront les pourparlers.

Le conseiller principal du facilitateur, David Kapya, dit “Nous ne voulons aucun journaliste dans cet hôtel. La police est là pour faire exécuter cet ordre” et d’ajouter « Nous voulons que cette réunion soit extrêmement à huit clos. Pas de fuite en avant. Sortez et vous allez recevoir des communiqués de presse”, a annoncé le bureau de Mkapa.“Nous ne voulons pas que vos médias soient des entraves au processus de dialogue” a-t-il ajouté.

D’après toujours nos sources, les journalistes ont demandé de rester aux alentours, une demande qui a été vite rejetée par le bureau du facilitateur. L’un des journalistes qui a été présent a vu son matériel confisqué par la police tanzanienne.

Cependant, les grognes fusent de partout. L’association pour la promotion des Batwa (Uniproba), dans une conférence de presse tenue ce mardi, a indiqué que le bureau de la facilitation n’a pas invité les Batwa dans les assises d’Arusha et invite le bureau de la facilitation de pouvoir inclure dans les pourparlers les différentes couches de la population burundaise

Dans la même foulée, le président de la fédération nationale des associations de défense des droits des enfants au Burundi (Fenadeb), Jacques Nshimirimana, conseille aux participants aux négociations d’Arusha d’inclure sur la table de négociation la question de plus de 18.000 enfants-soldats et plus de 25.000 orphelins victimes des évènements tragiques de 1993 avant d’ajouter que ceux qui constitue les futurs gestionnaires du pays .

Mais sur place à Arusha, la médiation semble diviser les participants avec l’introduction d’un projet de gouvernement d’unité nationale. Ceux qui sont proches du gouvernement ou qui en font partie ne veulent pas en entendre parler, un refus que l’opposition ne comprend pas du tout, estimant que c’est une suite logique des négociations.

Les autres points à étudier sont la situation sécuritaire et l’engagement à mettre fin à toutes les formes de violences, l’engagement pour l’Etat de droit et la fin de l’impunité, le statut et la mise en œuvre de l’accord d’Arusha, renforcer la culture démocratique et l’ouverture de l’espace politique, les problèmes sociaux et humanitaires, la mise en œuvre des décisions du sommet de la CAE du 8 juillet 2015 et la formation d’un gouvernement d’unité nationale, l’impact de la crise sur l’économie ainsi que les relations entre le Burundi et ses voisins et d’autres partenaires.

Burundi - Economie

Saisie d’un café à vendre frauduleusement

Cankuzo, le 28 novembre 2017 (Net Press). Le porte–parole de la police burundaise, Pierre Nkurikiye, indique qu’un camion immatriculé A8418 A qui transportait 12 tonnes de cafés vers la Tanzanie a été saisi ce mardi vers 1h 30 du matin dans la commune Gisagara de la province de Cankuzo

Selon le porte-parole de la police, le propriétaire de ce camion a pris le large vers une destination inconnue mais son chauffeur et les personnels d’appui sont entre les mains de la police de Cankuzo. Le camion et son contenu se trouvent au commissariat de la police de cette province

Burundi - Société

Vers la mise en place d’une journée en mémoire des victimes du passé par le diocèse de Ngozi

Ngozi, le 28 novembre 2017 (Net Press) . Dans son homélie de ce dimanche 26 novembre 2017, l’évêque du diocèse de Ngozi, Monseigneur Gervais Banshimiyubusa, a indiqué qu’il prévoit la mise en place d’une journée en mémoire des victimes des évènements tragiques qui ont endeuillé le Burundi.

L’évêque Banshimiyubusa a affirmé que la mise en place de cette journée est une réponse au bien-fondé de l’église catholique de Rome avant de renchérir que nul n’est au-dessus de l’autre, ni esclave de l’autre. Pour lui, cette journée sera une occasion rassembleuse du peuple burundais autour de l’unité dans le but d’affermir la paix et la tranquillité du Burundi meurtri par les divisions ethniques et régionale.

Monseigneur Banshimiyubusa indique que parmi les missions de l’églises catholique de Rome, il y a la vulgarisation du bien-fondé de la paix et la tranquillité dans la société et que tous les hommes naissent libres et égaux en dignité et en droits et que ces idéaux devraient caractériser le peuple burundais qui a été victime des différentes divisions ethniques et régionales qui ont précipités le Burundi dans diverses crises.

Burundi - Droits de l’Homme

La ligue Iteka publie son bulletin hebdomadaire n° 86

Bujumbura, le 28 novembre 2017 (Net Press) . Au cours de cette période, lee bulletin évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’homme enregistrées. Au moins 6 personnes ont été tuées dont 3 cadavres, 12 personnes torturées, 48 arrêtées arbitrairement et 4 victimes des violence basée sur le genre. Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant.

Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers ainsi que des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ce bulletin relève des cas d’assassinat, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza.

Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd. Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du Gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Politique - Anniversaire

Il y a 51 ans, le Burundi changeait de statut politique

Bujumbura, le 28 novembre 2017 (Net Press) . C’était le 28 novembre 1966 peu après 20 heures quand des Burundais, surtout de la capitale Bujumbura, ont appris par la voie des ondes que le capitaine Michel Micombero venait de destituer le jeune Ntare V, 17 ans à l’époque, qui était en mission officielle au Zaïre de l’époque, actuelle République démocratique du Congo, pour célébrer le premier anniversaire de la prise de pouvoir par Joseph Désiré Mobutu, plus tard Kuku Ngbendu wa Zabanga.

Ainsi, il venait de renverser une monarchie vieille de plus ou moins 400 ans, passant de la royauté à la république. Militaire, ce jeune officier subalterne de 26 ans bascula très vite dans la dictature et commença à éliminer les Hutu (1969) et les libéraux tutsi en 1971. L’année suivante, il a massacré les Bahutu, ce que certains d’entre eux, les intellectuels plus âgés du moins, considèrent comme un génocide contre les Hutu. Cependant, cette qualification est jugée d’inacceptable par des Tutsi, raison pour laquelle on avait proposé la réécriture de l’histoire de ce pays.

Il .fut chassé 10 ans plus tard au moyen d’un coup de force par l’un de ses meilleurs officiers, Jean-Baptiste Bagaza, le 1er novembre 1976 et entra en exil en Somalie de Syad Barre, son ami de toujours. Né le 26 août 1940, il rentra les pieds en avant le 6 août 1983, à tout juste 43 ans, ce que certains estiment qu’il est mort très jeune.

Son tombeur Jean Baptiste Bagaza sera lui aussi chassé par un coup d’Etat orchestré par Pierre Buyoya 11 ans plus tard, le 3 septembre 1987 et à son tour, il vivra en exil avec cette coïncidence que même le sien a duré exactement 7 ans. Aujourd’hui, tous les deux hommes appartiennent à la fois à l’histoire politique de ce pays et à l’au-delà.

Burundi - Zimbabwe - Politique

Serait –il un faux départ pour Emmerson Mnangagwa

Harare, le 28 novembre 2017 (Net Press) . Des sources de Harare indiquent que le président déchu Robert Mugabe vient d’obtenir un retraire dorée d’une bagatelle somme de 8 milliards d’euros comme indemnité de départ et un salaire annuel de 150.000 dollars et une gratuité des frais de voyages et de santé jusqu’à sa mort. Après, son épouse Grace Mugabe va toucher la moitié de cette indemnité, l’opposition zimbabwéenne crie un faux départ du nouveau président Emmerson Mnangagwa .

Dans la même foulée, le nouveau président zimbabwéen Emerson Mnangagwa vient de dissoudre le gouvernement de Mugabe et a confié temporairement deux portefeuilles clé à des ministres du chef de l’État démissionnaire. La Chine, soupçonnée d’avoir soutenu en sous-main le nouvel homme fort du pays dans son ascension, a par ailleurs démenti ces allégations.

Le nouveau président, qui n’a pas encore nommé son gouvernement, a convoqué les directeurs de cabinet de tous les ministères ce 28 novembre dans l’après-midi. Le temps de former un nouveau gouvernement et afin d’assurer la continuité de ministères essentiels, Emmerson Mnangagwa a nommé deux personnalités du parti au pouvoir, la Zanu-PF, à des postes clé.

Patrick Chinamasa s’est vu confier les finances, un portefeuille qu’il a déjà occupé jusqu’à récemment sous le régime Mugabe. Lors d’un remaniement en octobre, il avait cependant été affecté au ministère de la Cyber sécurité.

Simbarashe Mumbengegwi a, lui, hérité de la diplomatie. Il était chargé de la planification macroéconomique dans le dernier gouvernement Mugabe, mais avait auparavant occupé le poste de ministre des affaires étrangères. Les deux hommes se retrouvent affectés aux postes qu’ils avaient perdus en octobre dans le cadre d’un remaniement, où Emmerson Mnangagwa s’était vu, lui, priver du poste de la justice.

Pas d’implication de la Chine

Le 27 novembre, la Chine a par ailleurs salué l’investiture du nouveau président et démenti toute implication dans son ascension. Le chef des armées du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, était en visite à Pékin peu avant la crise politique qui a secoué Harare. Sa présence a soulevé des interrogations quant au rôle joué par la Chine.

Sa venue faisait partie des « interactions normales » entre les deux pays, a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères. « Elle était prévue longtemps à l’avance et était approuvée par l’ex-président Mugabe, a-t-il martelé. La Chine défend toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et cette position demeure inchangée ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi