Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 août 2018
|Une maison partiellement calcinée dans la zone Nyakabiga

Burundi - Rwanda - Sécurité7 août 2018
|"Le Burundi prêt à se défendre contre l’ennemi", dixit le ministre de l’intérieur

Sécurité à Kinindo6 août 2018
|Une balle de pistolet se fait entendre dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un jeune Imbonerakure trouve la mort dans la province de Muyinga

29 décembre 2017

Muyinga, le 29 décembre 2017 (Net Press) . Selon des informations concordantes, un jeune de la ligue Imbonerakure a trouvé la mort et un autre blessé dans la nuit de mardi à mercredi 27 décembre 2017 sur les collines Rabiro et Buhorana, dans la commune de Butihinda, dans la province de Muyinga, au Nord du pays.

Selon des sources sur place, ces jeunes organisaient des patrouilles nocturnes sur ces collines et ils ont voulu appréhender des personnes qui passaient tout près de leurs positions. Les informations recueillies sur place ne précisent pas cependant les véritables circonstances de la mort de ce jeune.

Dans la commune de Gihanga, des conflits entre agriculteurs et éleveurs sont toujours perceptibles. Ces derniers font brouter leurs bétails dans les champs des agriculteurs car, disent-ils, ils n’ont plus d’espace où faire brouter leurs bêtes depuis que l’administration leur a interdit d’entrer dans la réserve naturelle de la Rukoko. L’administration locale propose un élevage moderne de stabulation pour éviter ces problèmes.

Burundi - Politique

Le gouvernement du Burundi ne reconnaît pas le président de l’Eala

Kayanza, le 29 décembre 2017 (Net Press) . A partir de Kayanza où il organise une croisade de prières du 26 au 31 décembre 2017, le président de la République, Pierre Nkurunziza, a animé ce matin une conférence publique où il a répondu à plusieurs questions des populations. A propos de la présidence de l’assemblée législative de l’Eac, Pierre Nkurunziza a fait savoir que le gouvernement ne reconnaît pas le nouveau président de l’Eala, le Rwandais Martin Ngoga.

Pour le président de la République, les élections ont été émaillées de beaucoup d’irrégularités car c’était le tour du Burundi d’assumer cette fonction. Pierre Nkurunziza a davantage expliqué que la Tanzanie, le Kenya et l’Ouganda avait déjà occupé cette fonction dans un contexte de présidence rotative. Il restait donc le Burundi, le Rwanda et le Soudan du Sud. Pour lui donc, le Burundi était donc prioritaire au regard de l’alphabet des premières lettres de ces pays.

Il a indiqué enfin que le Burundi continuera à expliquer pour que l’injustice subie soit constatée et réparée par les pays concernés et qu’en cas de besoin, le pays devra porter plainte contre cette procédure.

Quant à l’exploitation des minerais dans notre pays, Pierre Nkurunziza fait savoir que les premières dividendes pour le pays sont à attendre dans 30 ans au moins.

Burundi - Justice

Un député fait emprisonner un détenu libéré par la justice !

Kayanza, le 29 décembre 2017 (Net Press) . Méthode Bigirimana de la commune Matongo dans la province de Kayanza est de nouveau incarcéré depuis ce 14 décembre alors qu’il avait bénéficié d’une liberté provisoire par la cour d’appel de Ngozi. Selon des informations sur place, cet homme avait été arrêté et incarcéré dans la province de Ngozi au mois d’octobre et après la procédure judicaire normale, la cour d’appel de Ngozi, faute de preuve de culpabilité, a accordé une liberté provisoire à l’inculpé, avec obligation de se présenter régulièrement devant cette cour, chose qui a été faite.

En date du 14 décembre 2017, alors qu’il était en réunion avec les ressortissants de la province Kayanza dont il est originaire et élu, Daniel Gélase Ndabirabe, vers la clôture de la réunion, a accordé la parole à celui ou celle qui voulait la prendre comme séance de divers. Un homme, soupçonné d’avoir fait emprisonner Méthode Bigirimana, s’est plaint de sa libération, sans toutefois mentionner qu’il s’agissait d’une décision de la justice dans la province de Ngozi.

Sans trop d’explications ni de questions de la part de ce député, il a ordonné aux policiers qui étaient tout proches d’arrêter immédiatement cette personne qui vient de passer plus de deux semaines dans les cachots de la commune Matongo. La justice tout comme l’administration locales ne font rien pour résoudre ce problème.

Burundi - Energie

Les citadins contre les agissements de la Regideso

Bujumbura, le 29 décembre 2017 (Net Press) . Des hommes contactés par la rédaction indiquent qu’ils sont contre les facturations de la Regideso qui sont gonflées à dessein pour soutirer le maximum de profit des poches de ses clients. En effet, disent-ils, cette société est censée envoyer des factures aux destinataires après une période de deux mois ou 60 jours. Selon toujours nos interlocuteurs, la Regideso s’arrange pour retarder la facturation pour l’envoyer avec une période concernée qui avoisine trois ou quatre mois. Cela entraîne des factures exorbitantes.

La rédaction de Net Press a tenté d’entrer en contact avec la direction de la Regideso mais en vain. L’on sent que toutes les portes sont verrouillées car d’une part, l’on entend que les responsables sont dans une réunion, qu’il faut passer plus tard. Quant on y retourne, l’on apprend que la réunion a pris fin assez tard et que le responsable est rentré directement après car il était fatigué. Pour le moment, il y a une autre forme d’excuses qui est sur toutes les lèvres, la croisade des prières du couple présidentiel qui regroupe la quasi totalité des fonctionnaires. Affaire à suivre !

Burundi - Libéria - Elections

"George Weah président du Liberia : chronique d’une victoire annoncée", selon Rfi

Monrovia, le 29 décembre 2017 (Net Press) . George Weah est le nouveau président du Liberia. L’ex-star du football a obtenu plus de 60% des voix lors du second tour qui l’opposait au vice-président sortant Joseph Boakai. La défaite de ce dernier est aussi la défaite du parti de l’ex-présidente Ellen Johnson Sirleaf, et alors que l’unanimité ne s’était pas faite autour de son candidat.

L’élection de George Weah, c’est la chronique d’une victoire annoncée. Il avait le soutien des jeunes, très nombreux au Liberia, de la capitale Monrovia et de beaucoup d’électeurs, comme lui, d’origine modeste que sa carrière de footballeur international a fait rêver.

Il a fait de son parti, le congrès pour le changement démocratique, une formidable machine de guerre qui remplit les stades où il soulève les foules en dénonçant la corruption gouvernementale. George Weah a même eu le soutien un peu inattendu de la présidente Ellen Johnson Sirleaf qui s’est affichée à ses côtés quelques jours à peine avant le second tour.

Sirleaf n’a pas fait campagne pour Boakai

Son adversaire, Joseph Boakai est un homme modeste, un incorruptible, un grand commis de l’Etat. C’est en tout cas le portrait que ses partisans font du vice-président sortant. Tout indique pourtant qu’il n’a pas pu compter sur le soutien de la présidente sortante, qui reste populaire même si elle l’est moins qu’avant.

« La présidente Sirleaf n’a pas fait campagne pour son vice-président. Depuis le début de la campagne, en juillet, on ne l’a vue a aucun de ses meetings », explique Patrick Honnah, un journaliste bien connu à Monrovia, qui est le directeur général adjoint de la radio publique libérienne.

Le Parti de l’unité plus divisé que jamais

Selon des rumeurs, Ellen Johnson Sirleaf aurait même financé l’opposition. Ce qu’on dément dans l’entourage présidentiel. Le différend entre elle et Joseph Boakai tiendrait à la présence d’Emmanuel Nuquay sur le ticket présidentiel. Ellen Johnson Sirleaf aurait préféré que Joe Boakai choisisse un autre candidat à la vice-présidence. Un conseil qu’il n’aurait pas suivi.

Les dissensions au sommet pourraient avoir des répercussions à plus long terme sur le parti fondé par Ellen Johnson Sirleaf. Le Parti de l’unité, malgré son nom, semble plus désuni que jamais. « Le Parti de l’unité vous dira le contraire, mais il est maintenant divisé entre une faction pro-Sirleaf et une faction pro-Boakai », affirme Patrick Honnah.

Burundi - Médias

Revue annuelle de la presse, le mois de janvier 2017 (suite et fin)

23 janvier 2017

Les agriculteurs et les bergers se rentrent dedans dans Gihanga. L’incident s’est passé hier dimanche à la 5ème transversale de la commune Gihanga en province de Bubanza. En effet, des vaches ont brouté dans des champs de haricots, de maïs et de riz qu’elles ont littéralement dévastés. C’est à ce moment que les propriétaires des champs ont fait irruption à cet endroit et ont réagi avec violence à l’encontre de ces vaches.

L’ancien ministre chargé de l’environnement remplacé. Au moment où nous mettions sous presse, nous avons appris que le ministère ayant l’environnement dans ses attributions avait un nouveau patron. Il s’agit de Célestin Ndayizeye, un sénateur élu dans la circonscription de Muramvya, tutsi comme son prédécesseur Emmanuel Niyonkuru, assassiné dans la nuit de la Saint Sylvestre, près de son domicile.

24 janvier 2017

Le camp de Mukoni attaqué par des inconnus. Dans la nuit précédente, vers 22 heures, le camp de Mukoni, dans la province de Muyinga, a été attaqué par un groupe d’hommes armés qui n’ont pas été identifiés, une information confirmée par ailleurs par l’administration locale ainsi que par les sources policières locales. Selon des informations en provenance de Muyinga, l’attaque a duré plus ou moins une heure de temps et l’on ne savait pas jusque-là évaluer les dégâts aussi bien humains que matériels causés par cette attaque.

Le parlement européen demande à la Cpi d’ouvrir sans tarder une enquête sur la violation des droits de l’homme au Burundi. Selon le journal "Jeune Afrique", le parlement européen demande à la cour pénale internationale d’ouvrir sans tarder une enquête sur la violation des droits de l’homme au Burundi depuis le printemps d’avril 2015, y compris sur le risque d’un génocide sur le territoire burundais, un sujet qui fait mal au dos. Le parlement européen n’est pas à jour, rétorque Bujumbura dans un document de 20 pages.

25 janvier 2017

Qui croire dans les informations sur l’attaque de Muyinga ? Dans son édition du 24 janvier 2017, la rédaction a fait état d’une attaque armée sur le camp militaire de Mukoni situé dans la province de Muyinga, au nord du pays. D’emblée, des tentatives d’explication, les unes plus contradictoires que les autres ont été avancées, ce qui a abouti à une information plus ou moins sibylline de la véritable situation. Au moment où le porte-parole de l’armée, le colonel Gaspard Baratuza, tentait de minimiser l’attaque en évoquant un groupe de malfaiteurs armés qui a attaqué une patrouille militaire située aux alentours de ce camp sans faire de dégâts, la gouverneure de cette province, Aline Manirabarusha, elle, affirme que le camp militaire de Mukoni a été attaqué par une bande armée, ce que nie le porte-parole de l’armée, arguant que la gouverneure n’est pas outillée dans ce domaine pour affirmer cette attaque.

Serait –il le bourrage de crane ? Les jeunes femmes journalistes de la radio "Voix d’Amérique", Raissa Liliane Inamahoro et Elsa Kwizera, qui enquêtaient sur la famine et les pluies torrentielles et leurs impacts qui se sont abattus sur presque tous les coins de la province de Karuzi, ont été déclarées persona non grata sur le sol de cette province par la gouverneure, Carinie Mbarushimana.

Humiliées par le chargé des opérations au commissariat de la province de Karuzi, les deux journalistes ont été contraintes de quitter Karuzi pour Bujumbura. Raissa Liliane Inamahoro ne comprend pas ce comportement de cette autorité au moment où son organe de presse est accrédité au conseil national de la communication qui l’autorise à faire des couvertures médiatiques sur tous les domaines de la vie nationale et sur toute l’étendue de la République du Burundi. Serait –il le moyen de faire un bourrage de crane pour cacher le malaise de la population de Karuzi, victime de la faim et aux impacts du changement climatique ? S’interroge Inamahoro.

26 janvier 2017

Un officier meurt dans un camp militaire. Nous apprenons que le major Dieudonné Karashira, officier supérieur affecté au camp militaire de Mutukura de la province de Cankuzo, au nord est du pays, a trouvé la mort dans la nuit précédente dans ce camp, tué par un de ses collègues. Ce dernier, après le forfait, s’est enfermé dans l’une des chambres du camp et il a continué à tirer jusqu’à être appréhendé.

Une attaque qui fait beaucoup d’encre et de salive et qui inquiète. L’attaque du camp de Mukoni, en province de Muyinga, fait couler beaucoup d’encre et de salive sous toutes les latitudes. Selon le porte-parole de l’armée burundaise, un groupe de bandits a tenté de cambrioler les ménages situés à proximité du camp Mukoni. Après, un coup d’arrestation s’est poursuivi dans la ville de Muyinga où 13 personnes ont été interpellées, dont 2 militaires, 2 retraités de l’armée à 100 km de Muyinga, à l’autre rive de la rivière de la Ruvubu. Les déplacés du site de Mutaho sont dérangés par une présence d’une imposante équipe de policiers où 2 jeunes ont été traqués et conduits manu militari à la prison centrale de Muyinga.

27 janvier 2017

Une personne a été retrouvée morte ce vendredi le 27 janvier 2017 en commune Rugombo de la province de Cibitoke. Des témoins indiquent qu’il serait victime de la faim. La même source indique que les habitants de Rugombo et Murwi en province de Cibitoke fuient massivement la faim vers la République démocratique du Congo.

L’Ue s’exprime suite à la libération de certains membres du Msd et manifestants. Elle a pris note de la libération, dans le cadre de la récente décision d’amnistie présidentielle, de certains membres du parti Msd emprisonnés depuis mars 2014 ainsi que des manifestants arrêtés lors des événements de 2015. Cette mesure, poursuit l’Union européenne, dont l’ampleur reste à confirmer, va dans le sens de l’apaisement et de la recherche d’une solution à la crise politique.

28 janvier 2017

Des tueries dans tous les coins. Bonaventure Ntakabanyura de la commune Kayokwe, zone Gihinga province de Mwaro, a été tué ce vendredi le 27 janvier 2017 vers 1 hoo à son domicile. Des témoins indiquent que des inconnus lui ont lancé une grenade dans sa chambre conjugale avant d’affirmer que la victime était en bons termes avec son entourage. Trois personnes, dont un domestique ont été interpellées par la police de Mwaro pour enquêtes. Sur le même chapitre, 2 personnes sans vie ont été découvertes sur la plage du lac Tanganyika dans la localité de Kibenga et de témoins indignés par cette situation horrible indiquent que le lac Tanganyika considéré comme le patrimoine utile pour la prospérité du Burundi , reste le cimetière de tous les temps.

Pour rester dans la même localité, tout près du terrain de football, une grenade a explosé aux environs de 19 heures la soirée précédente. Les informations en provenance de cette localité indiquent qu’il n’y a rien à déplorer, en vies humaines ou en matériel.

L’ambassadeur de la Belgique au Burundi sur terrain D’après un communiqué de presse de l’ambassade de Belgique au Burundi, l’ambassadeur du royaume de Belgique au Burundi, Bernard Quintin, accompagné du gouverneur de cette province et des autorités locales, a effectué une visite dans cette circonscription administrative en vue de se rendre compte des résultats atteints par la coopération belgo-burundaise dans cette province.

30 janvier 2017

Un weekend plutôt violent dans la capitale. Ces derniers jours, les quartiers 9 et 10 de la zone Ngagara dans la commune Ntahangwa observent une recrudescence des tueries, en témoigne qu’une personne sans vie a été retrouvée ce samedi matin le 28 janvier 2017 au quartier 10 de la zone de Ngagara, aucune raison de ce meurtre n’est jusqu’à présent élucidée. Sur le même chapitre, Dieudonné Nsengiyumva, résidant à Kamenge, ressortissant de la commune de Gishubi en province de Gitega au centre du pays a été retrouvé mort ce lundi le 30 janvier 2017 au quartier 9 de la même zone, tout près de la route Bujumbura –Mutakura –Bubanza. Selon le porte-parole de la police burundaise Pierre Nkurikiye, la victime a été tuée par des bandits qui l’ont ligoté.

Ex-Fab, des forces de l’ordre vers le banditisme ? Au moins 18 militaires et policiers ex-FAB avaient été arrêtés jusque jeudi. Ils proviennent de plusieurs camps militaires et sont accusés de "vol à main armée" la nuit du 23 au 24 janvier 2017 à Mukoni. Une large opinion parle des manœuvres pour bien transformer les ex fab, considérés comme les ennemis de la République. Selon des sources sous couvert d’anonymat, certains d’entre eux ont été horriblement torturés, parfois dans la forêt, par des agents du Snr.

31 janvier 2017

Des polémiques toujours autour du procès de Muyinga. Les présumés voleurs à main armée qui ont été condamnés dernièrement à 30 ans de prison courent le risque des transferts tout azimut. Selon des informations concordantes, 12 parmi eux seraient sur le point d’être transférés vers les autres maisons de détention, notamment de Ngozi, de Muramvya, de Mpimba à Bujumbura et de Rumonge.

Selon les mêmes informations, le caporal chef Richard Nkurunziza pourrait rester à Muyinga, trois d’entre eux pourraient être transférés à Ngozi. C’est le cas du major José Runyange, de l’adjudant Ildéphonse Nimubona et de l’adjudant Ernest Nzojiyobiri. Le caporal chef Eric Ndagijimana dit "Soleil" pourrait se rendre à Mpimba au moment où l’on ne connaît pas encore ceux qui seraient transférés à Rutana. De leur côté, le caporal chef Fulgence Ndayikengurutse et le caporal Ezéchiel Havyarimana pourraient être transférés à Rumonge alors que l’adjudant chef Félicien Harerimana pourrait être transporté vers Muramvya

Le Cnared demande la désignation d’un nouveau facilitateur. Ayant pris connaissance du communiqué de la 3eme réunion des garants de l’accord cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la république démocratique du Congo et la réunion du 27 janvier 2017 qui a apporté un soutien au facilitateur Benjamin Mkapa, complété par un soutien indéfectible des Nations Unies, l’Union Africaine ce samedi 28 janvier 2017, la plateforme de l’opposition burundaise, le Cnared, réaffirme qu’elle n’a plus confiance dans la facilitation qui a pris fait et cause pour le pouvoir de Bujumbura.

Le Cnared réaffirme sa confiance en la médiation parrainée par les pays de la communauté de l’Afrique de l’est et sous la conduite du médiateur dans le conflit burundais, le président ougandais, Yoweli Kaguta Museveni et demande à ce dernier de designer une autre facilitation neutre, impartiale et plus compétente.

La rédaction et le personnel de l’agence de presse en ligne Net Press souhaitent à leur lectorat une joyeuse fête de Noël et les meilleurs vœux de bonheur, de santé, de prospérité et de succès pour l’année 2018.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI