Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 août 2018
|Une maison partiellement calcinée dans la zone Nyakabiga

Burundi - Rwanda - Sécurité7 août 2018
|"Le Burundi prêt à se défendre contre l’ennemi", dixit le ministre de l’intérieur

Sécurité à Kinindo6 août 2018
|Une balle de pistolet se fait entendre dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

16 mai 2018

Bujumbura, le 16 mai 2018 (Net Press) . Vers la fin de la matinée, il y avait une très grande mobilisation des policiers dans les rues de Bujumbura, surtout au centre-ville. Selon des informations parvenues à la rédaction, ils pourchassaient les vendeurs ambulants de petits articles éparpillés ici et là dans la ville.

Tout près de l’ancien marché central, une camionnette pickup sillonnait et s’est arrêté à un certain moment. L’un des policiers qui était à bord est descendu pour marcher à pieds. L’on a constaté qu’il y avait tout un troupeau de voleurs qui guettaient dans des voitures, avec objectif de voler ceci ou cela même si l’on sait qu’ils cherchent souvent des téléphones portables.

Parallèlement à cela, cette mobilisation pourrait être liée au renforcement de la sécurité à cause du référendum de demain. Pour ce qui de cette activité justement, beaucoup d’analystes politiques estiment qu’elle est sans enjeu majeur car au regard du dernier discours du secrétaire général du parti de l’Aigle, l’on l’impression que le oui a déjà remporté et il ne pourrait en être autrement. C’est la raison d’ailleurs pour laquelle il disait adieu aux colons, sous entendu à la Belgique qui a colonisé le Burundi.

Par ailleurs, des informations des milieux des défenseurs des droits de l’homme, au moins 33 personnes ont été tuées la semaine passée, dont 3 cadavres retrouvés. Selon les mêmes sources, 19 autres ont été torturées et 23 arrêtées arbitrairement au cours de la même période.

Des cas d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime du Président Pierre Nkurunziza sont également signalés. Une vague d’arrestations sur base de vérification des cahiers de ménage est devenue un moyen de rançonnement de la population par des policiers. Des cas d’assassinat, de tortures et d’arrestations liées à la participation à la campagne pour le référendum constitutionnel ont été observés dans différentes provinces du pays.

En outre, des cas de violation du droit à l’éducation ont été relevés. Des actes d’intimidations et des discours d’incitation à la haine liés au référendum constitutionnel sont également signalés. Les mêmes milieux s’insurgent contre l’impunité des crimes dont jouissent des jeunes Imbonerakure affiliés au parti au pouvoir Cndd-Fdd, des policiers, des agents du Snr et des administratifs impliqués dans différentes violations sous la complicité affichée des pouvoirs publics.

Burundi - Suisse - Dialogue

La Suisse demande aux Burundais de reprendre la voie du dialogue

Genève, le 16 mai 2018 (Net Press) . La Suisse est inquiète de la situation qui prévaut au Burundi à la veille du référendum. Ce pays demande à toutes les parties en conflit au Burundi de reprendre le dialogue inclusif dans le but de respecter les accords d’Arusha. Selon un communiqué émanant des relations extérieures de ce pays, le référendum va se tenir alors qu’il y a des intimidations et ce, sans dialogue.

Toute en reconnaissant la souveraineté du Burundi en matière d’élections et de lois, la Suisse n’apprécie pas du tout le fait que ce projet de constitution ait été révélé aux concernés avec trop de retard. Pour ce pays, poursuit le communiqué, la suspension des radios BBC et VOA, la poursuite des journalistes dans leur métier, les condamnations trop sévères pour les défenseurs des droits de l’homme et le renforcement du code de procédure pénal démontrent à suffisance la restriction de la liberté fondamentale au Burundi. En tant que pays qui a soutenu les accords d’Arusha, la Suisse demande aux autorités de Bujumbura de respecter lesdits accords car ils avaient aidé le pays à retrouver la paix, ce qui avait été un modèle pour d’autres pays.

Le communiqué condamne enfin les massacres qui ont eu lieu sur la colline Ruhagarika, dans la commune de Buganda, en province de Cibitoke et demande aux autorités du pays de mener des enquêtes indépendantes sur ces meurtres.

Burundi - Confessions Religieuses

Paroisse St Jean Baptiste : Bonne fête aux mouvements d’actions catholiques

Bujumbura, le 16 mai 2018 (Net Press) . Le 12 mai 2018 à l’Ets Kamenge n’était pas un samedi comme les autres ! C’était bien sûr le surlendemain de la fête de l’Ascension du Seigneur, le nouvel Archevêque de Bujumbura, Son Excellence Mgr. Gervais Banshimiyubusa venait de confesser le sacrément de la confirmation à 350 chrétiens : occasion de prendre contact avec la communauté d’une jeune paroisse dont la ferveur est toujours au rendez-vous !

Ce samedi 12 mai, les festivités n’en étaient pas moins imposantes à l’Ets. Les jeunes des mouvements d’action catholique étaient au rendez-vous. Les anciens - leurs aînés - étaient nombreux pour venir poser leurs mains sur les épaules des jeunes recrus qui faisaient les promesses pour la première fois ! Les parents, quelques membres de la direction de l’école ainsi que les invités d’honneur, une chorale qui défend bien ses couleurs ... tout ce beau monde était rayonnant de sérénité en écoutant ces jeunes prononcer leurs promesses, les couronnant par ce vibrant : " Devant tous je m’engage sur mon honneur et je te fais hommage de moi Seigneur ! Je suis de tes apôtres. Et chaque jour je veux aider les autres pour ton amour ".

Un pays si vert, une jeunesse si rayonnante ! L’espoir est fondé. Il fallait terminer la journée en beauté. Le soir, la communauté de l’Archevêché leva bien haut une coupe bien pleine pour saluer l’arrivée des Bulles (lettres originales écrites à la main sur parchemin) nommant Son Excellence Mgr. Gervais Banshimiyubusa, Archevêque métropolitain de l’Archidiocèse de Bujumbura, la capitale du Burundi.

Burundi - Banque Mondiale

Nomination d’un vice-président de la banque mondiale pour les infrastructures

Washington, le 16 mai 2018 (Net Press) . Une nouvelle nomination vient de se faire à la banque mondiale et la rédaction livre l’intégralité du message délivré par cette institution.

" Makhtar Diop est nommé vice-président de la Banque mondiale pour les Infrastructures

" Washington, 11 mai 2018 —Après six ans à la tête de la Région Afrique, où il gérait un portefeuille d’un montant de 70 milliards de dollars, Makhtar Diop vient d’être nommé vice-président de la Banque mondiale pour les Infrastructures. Cette vice-présidence regroupe les domaines du transport et de l’économie numérique, de l’énergie et du secteur extractif ainsi que le financement des infrastructures et les partenariats public-privé (PPP).

" Dans ce poste stratégique, nouvellement créé, Makhtar Diop sera chargé des investissements de la Banque au niveau mondial dans le domaine des infrastructures et de développer des solutions durables pour combler le déficit en infrastructures dans les pays en développement et les pays émergents.

" Au cours des six dernières années, Makhtar Diop a joué un rôle déterminant dans la mobilisation de financements privés pour soutenir le développement des infrastructures en Afrique, favoriser les écosystèmes d’innovation et accélérer l’adoption de nouvelles technologies. Champion des énergies renouvelables, Makhtar Diop a également encouragé les investissements dans ce domaine ainsi que l’interconnectivité régionale dans les secteurs de l’énergie et du transport.

" Makhtar Diop apporte à ce poste sa connaissance approfondie des questions complexes liées au développement des infrastructures. M. Diop a été notamment directeur du secteur finances, secteur privé et infrastructure pour l’Amérique latine et les Caraïbes. Il a occupé le poste de directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Brésil où la Banque mondiale a aidé à financer la construction d’infrastructures importantes et a été directeur des opérations pour le Kenya, l’Érythrée et la Somalie.

" Reconnu pour son leadership dans le domaine du développement économique et social, il a été désigné comme l’un des Africains les plus influents.

" Makhtar Diop prendra ses nouvelles fonctions le 1er juillet 2018".

Burundi - Usa - Corée du Nord - Diplomatie

"Pyongyang menace d’annuler la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un", dixit Rfi

Pyongyang, le 16 mai 2018 (Net Press) . Le régime nord-coréen a annulé au dernier moment une rencontre de haut niveau prévue ce mercredi matin entre des vice-ministres du Sud et du Nord. Le régime proteste contre la tenue d’exercices militaires conjoints entre Américains et Sud-Coréens, mais aussi contre de récentes déclarations de l’administration Trump. La rencontre du 12 juin pourrait être compromise.

Le ministre adjoint des affaires étrangères, Kim Kye Gwan, menace de reconsidérer ce sommet avec Donald Trump si Washington « met au pied du mur » le régime et « exige unilatéralement » qu’il renonce au nucléaire.

Le haut responsable attaque aussi au vitriol le conseiller américain à la sécurité, John Bolton, qui ne cesse de mettre en avant le modèle libyen de dénucléarisation. Un modèle inacceptable pour les dirigeants nord-coréens, qui estiment que Mouammar Kadhafi serait toujours en vie s’il avait gardé son programme atomique.

Dans un second communiqué, le régime qualifie les manœuvres aériennes organisées par Séoul et Washington de « préparatifs à une frappe ». Selon la presse sud-coréenne, ces exercices incluent des bombardiers B-52, capable d’emporter des charges nucléaires. Le régime y voit une « provocation militaire délibérée » dans le contexte actuel de détente, d’autant plus qu’il vient d’accepter de libérer trois prisonniers américains et de démanteler son site d’essais nucléaires.

« Aucune notification »

Aux Etats-Unis, le département d’Etat s’est dit surpris de la réaction de Pyongyang : « Nous n’avons reçu aucune notification formelle ou informelle à ce sujet, a affirmé la porte-parole Heather Nauert. Tout ce dont nous disposons, c’est ce qu’a dit Kim Jong Un avant, à savoir qu’il comprenait la nécessité et l’utilité de la poursuite de ces exercices conjoints entre les Etats-Unis et la Corée du Sud. »

Pour la diplomatie américaine, ces exercices « légaux » et « prévus très longtemps à l’avance. Ce sont des exercices que nous pratiquons dans le monde entier avec beaucoup de nos partenaires et de nos alliés, depuis des décennies et des décennies. »

Faire monter la pression

Ces menaces font partie du processus de négociation en cours, estiment pour leur part les analystes à Séoul : le Nord cherche à renforcer ses positions, avant le sommet avec Trump, et il rappelle que lui aussi exige des concessions significatives de la part de Washington.

Les difficultés actuelles des Etats-Unis au Proche Orient et en Iran ont peut-être aussi joué dans le calcul de la Corée du Nord. Le régime a pu estimer que c’était le bon moment pour faire pression sur un Donald Trump qui ne peut pas se permettre de faire échouer le dossier nord-coréen... Dorian Malovic est un spécialiste de l’Asie et de la Corée du Nord au journal LA CROIX. Pour lui, « il faut prendre ces informations au sérieux ; tout n’est pas bouclé » :

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI