Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Burundi - Sécurité 12 mai 2018
|Vingt-cinq personnes tuées et 7 blessées dans une attaque armée

Burundi - Sécurité11 mai 2018
|Les milieux des droits de l’homme dressent un bilan du mois d’avril

Burundi - Sécurité10 mai 2018
|Attention aux parents des enfants en bas âge, du commerce "florissant"...

Burundi - Rdc - Sécurité - Santé 9 mai 2018
|L’épidémie d’Ebola signalée au nord-ouest du Burundi, à la frontière avec la Rdc

Burundi - Sécurité 8 mai 2018
|La femme du journaliste Antoine Kaburahe échappe à un attentant en Belgique.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un trafic humain sous une nouvelle facette !

29 mai 2018

Bujumbura, le 29 mai 2018 (Net Press) . Selon une source sous couvert d’anonymat, un trafic humain sous une nouvelle facette s’observe ces derniers jours où des femmes et des filles sont vendues dans les monarchies pétrodollars. Par ailleurs, des trafics des enfants opérés par des femmes en République Démocratique du Congo ont été signalés, en témoigne qu’un enfant de 10 ans a été enlevé ce dimanche 27 mai 2018 dans la zone de Ngagara par un homme à vélo.

Selon ce témoin, il était vers 16 hoo lorsque un homme se trouvant sur un vélo s’est approché d’un enfant âgé de 10 ans qui étudie en 4ème année primaire au quartier III de la zone de Ngagara, en commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale. Selon des sources d’informations dignes de foi, cet enfant roulait lui aussi un vélo flambant neuf et le cycliste lui a dit gentiment : « écoute mon fils, ta mère vient de me demander que tu me donnes ce vélo pour que je puisse le réparer". Le garçon dont les yeux pétilles d’intelligence s’est étonné qu’un vélo fraichement acheté puisse tomber un panne. Pour être plus rassuré, le garçon lui a donné le numéro de sa mère.

Les témoins déclarent que l’homme a fait semblant de téléphoner et l’enfant est resté sur sa soif, l’intimant l’ordre de revoir ce contact et son ravisseur désarmé lui a dit qu’il n’avait pas d’argent pour acheter d’autres unités de recharge. A partir de ce quartier, le garçon fut embarqué vers le quartier VII de la même zone Ngagara. Arrivé en zone Kamenge, juste à coté de l’agence Inter Bank, le garçon a compris qu’il était sujet d’enlèvement et s’est misàa crier fortement avant de se débarrasser de son ravisseur.

Les témoins de cette scène macabre de cette événement ont demandé au ravisseur pourquoi l’enfant s’inquiète et selon ces témoins. N’ayant pas de réponse, il a préféré fuir et il court toujours tandis que l’enfant a été récupéré par ses parents au quartier VII de cette zone vers 20 hoo.

Notre source ne tarit pas d’indiquer qu’il s’observe un trafic humain tourné sous une autre facette où les hommes s’introduisent dans des ménages pour voler des enfants et les vendre selon elle, « pour cinq million « et ajoute que leurs reins sont revendu à 15 millions, estime notre source.

Et non loin de la barbarie dans la circonscription de Kigobe qui abrite les bureaux du commissariat de la police, de l’air, des frontières et des étrangers (Pafe), lors du lancement officiel du passeport de la communauté est-africaine ce lundi, devant le parterre de hautes personnalités, en l’occurrence le premier vice président de la République, Gaston Sindimwo, le ministre de la sécurité publique, le commissaire Alain Guillaume Bunyoni, le commissaire de la police de l’air, des frontières et des étrangers, Jimmy Hatungimana, a imploré la police nationale de décourager le trafic humain qui a pris une allure inquiétante ce dernier jours .

Par ailleurs, des allégations de violations et des violations des droits de l’Homme ont été enregistrées et au moins 8 personnes ont été tuées, dont 2 cadavres retrouvés, 3 autres ont été torturées tandis que 33 personnes ont été arrêtées arbitrairement, en plus de 3 victimes de violences basées sur le genre. Le phénomène de cadavres retrouvés continue à être observé. Les défenseurs des droits de l’homme relèvent des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime du Président Pierre Nkurunziza.

Une vague d’arrestations sur base de vérification des cahiers de ménage est devenue un moyen de rançonnement de la population par des policiers. Des cas d’arrestations liées à la participation à la campagne du « non » et au vote contre le référendum constitutionnel ont été observés dans différentes provinces du pays. Des jeunes Imbonerakure sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

Burundi - Politique

L’Olucome contre la dilapidation des fonds publics...

Bujumbura, le 29 mai 2018 (Net Press) . L’Olucome s’insurge contre la sortie des fonds publics destinés à poursuivre les préparatifs d’un sommet des chefs d’Etat du Comesa mais dont la tenue a été délocalisée vers Lusaka au siège du marché commun de l’Afrique de l’Est et australe.

L’observatoire est au courant que le gouvernement du Burundi a sorti en date du 24 mai 2018 un communiqué où il a souligné qu’il compte poursuivre les préparatifs de ce 20ème sommet des chefs d’Etat du Comesa déjà délocalisé. L’Olucome est également au courant que le gouvernement a déjà pris la mesure de rassembler les véhicules de l’Etat qui seront utilisés à cet événement qui n’aura pas lieu à Bujumbura.

Il se demande pourquoi le gouvernement se permet d’handicaper ses activités alors qu’il est parmi les trois pays les plus pauvres avec un taux de croissance de -1,3% selon la banque africaine de développement. Son revenu par habitant est moins de 300 dollars américains selon le fonds monétaire international et un taux de chômage de 65%. Malheureusement, constate l’Olucome, toutes les opportunités que ne cesse de rater le gouvernement seraient dues à l’aggravation de la mauvaise gouvernance et au non-respect de l’état de droit.

Pour cela, l’Olucome recommande au gouvernement d’arrêter de dépenser les fonds de l’Etat pour un sommet des chefs d’Etat du Comesa qui n’aura pas lieu à Bujumbura, d’annuler cette mesure de rassembler les véhicules de l’Etat pour un événement reporté pour le mois de juillet 2018 et qui ne se tiendra pas à Bujumbura, de diminuer la guerre des mots, mais plutôt de s’asseoir et avec objectivité les raisons majeures de la prise de cette décisions et de continuer enfin, si la possibilité se présente, les consultations diplomatiques avec la présidence du Comesa et au cas où elles aboutissent à un compromis en faveur du Burundi, de reprendre ses préparatifs.

Burundi - Société

Bujumbura lance officiellement le passeport de la communauté est-africaine

Bujumbura, le 29 mai 2018 (Net Press) . Le premier vice président de la république, Gaston Sindimwo, a procédé ce lundi 28 mai au lancement officiel du passeport de la communauté est-africaine. Selon lui, cette initiative est venue du 17eme sommet des chefs d’Etat de la confédération est-africaine tenu sur le sol tanzanien à Arusha, le 3 mai 2016 et le Burundi emboite le pas à la Tanzanie et au Kenya.

Le commissaire général de la police de l’air, des frontières et des étrangers, Jimmy Hatungimana, dit que ce lancement vient alors que ce commissariat rencontre des défis , en l’occurrence le manque d’infrastructures qui abritent ce bureau, la non-informatisation et interconnections des postes de frontière de Ruhwa, de Gasenyi et de Kobero, le manque des chiens policiers qui pouvaient détecter toute forme d’agression de l’aéroport international de Bujumbura, le trafic humain qui prend une allure inquiétante, le recensement des étrangers qui n’est pas fait d’une façon adéquate, le manque de locaux pour archivage, des cartes nationales d’identité qui ne se conforment pas aux normes modernes, source de toute forme de fraude, etc. Il a souhaité publiquement la confection de la carte nationale d’identité biométrique pour parer à ce défit.

Le commissaire Jimmy Hatungimana dit que les nouveaux passeports de la communauté est- africaine auront la même couleur sauf le logos de chaque pays et il ajoute que le nouveau passeport contient 52 pages pour les adultes et aura une validité de 10 ans et pour les enfants de 0 a 15 ans, 32 pages et une validité de 5 ans renouvelable tous les trois ans car, selon lui, « la croissance de l’enfant change le visage « .

Jimmy Hatungimana indique que le prix reste inchangé c’est-à-dire deux cent trente deux mille francs burundais (Bif 235.000) et que les détenteurs de l’ancien ont une validité de cinq pour basculer vers le nouveau passeport.

Et sur la question de savoir si la diaspora burundaise peut s’en approprier aisément, Jimmy Hatungimana fait savoir que la présence physique couplée de la l’empreinte digitale restent incontournables et invite la diaspora, spécialement de la sous région, de venir au Burundi pour demander ce document.

Burundi - France – Société

Un peu d’humour autour de l’enfant sauvé à Paris

Paris, le 29 mai 2018 (Net Press) . Mamoudou Gassama, le jeune Malien sans papiers qui a sauvé un enfant à Paris samedi dernier et dont l’Hexagone juge qu’il a posé un « acte exceptionnel « avant d’avoir l’honneur d’être reçu ce lundi 28 mai 2018 par le président français Emmanuel Macron, voit son statut régularisé conformément à la promesse du président français avant sa naturalisation et son intégration aux sapeurs pompiers.

Un humoriste noir sans papiers situé non loin de la Tour Eiffel dit que tous les sans papiers et surtout les Africains, longtemps en quête de ce statut, viennent d’être inspirés par le jeune Malien Mamoudou Gassama. Pour cela, ils grouillent autour des immeubles des différents arrondissements de Paris pour guetter à la loupe s’il n’y aurait pas d’enfants abandonnés par leurs parents pour les sauver à la "mamoudounienne" afin d’être reçus avec les honneurs par le numéro un Français pour bien sûr être en ordre avec la police française sans beaucoup de peine et pourquoi pas intégrer ce corps de sécurité française, estime l’humoriste. Il trouve pourtant que cela n’arrive que rarement et que s’il fallait demander à Mamoudou de refaire l’exercice, probablement qu’il n’y arriverait pas, de peur d’échouer là où il est devenu subitement un héros.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))