Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Burundi -Sécurité15 août 2018
|Une explosion de grenade fait un mort au Nord du pays

Burundi - Justice - Sécurité 14 août 2018
|Accusé de fournir des informations qui ternissent l’image du pays, il écope de 20 ans prison

Burundi - Sécurité13 août 2018
|Un enfant tué par une explosion de grenade à Gitega

Burundi - Justice11 août 2018
|Le Burundi accueille la deuxième conférence internationale de la FA-UJA

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un cadre de la Dpae Muyinga tué

27 juin 2018

Muyinga, le 27 juin 2018 (Net Press) . Selon des informations en provenance de Muyinga au Nord du pays, dans la nuit d’hier, vers 22h45’, au centre ville et sur l’avenue appelée communément Rumonge, un cadre de la Dpae Muyinga (direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage), du nom de Jean Pierre Mumputu, a été tué par balles tirées à bout portant par des personnes non encore identifiées.

Selon les mêmes informations, il soumissionnait fréquemment et gagnait souvent des marchés à la Prodema ( un projet qui s’occupe de la productivité et de développement des marchés agricoles) et en ce moment, il était en train de discuter avec le coordinateur de ce projet avant de rentrer chez lui. Il a été abattu à une centaine de mètres de chez lui.

NOus apprenons que la dépouille mortelle se trouve à la morgue de l’hôpital de Muyinga. Les mêmes informations indiquent que depuis, la police locale fait tout pour mettre la main sur le ou les auteurs de ce crime.

Par ailleurs, la semaine dernière, des allégations de violations et des violations des droits de l’Homme ont été enregistrées. Au moins 6 personnes ont été tuées, dont 1 cadavre retrouvé, 1 autre a été enlevée. L’on a recensé également 5 torturées, 3 arrestations arbitraires et 2 victimes de violations basées sur le genre. Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti au pouvoir Cndd-Fdd, des policiers, des agents du Snr et des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains.

L’on a relevé aussi des cas de tuerie, d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire dont sont victimes des opposants et prétendus opposants du régime du Président Pierre Nkurunziza. Des actes d’intimidations liées au référendum constitutionnel sont signalés.

Burundi - Droits de l’homme

Une coalition d’Ong burundaises s’adresse au président du conseil des droits de l’homme

Genève, le 27 juin 2018 (Net Press) . Une coalition d’Ong’s burundaises et internationales ont écrit ce matin au président du conseil des droits de l’homme à l’occasion de la 38ème session de ce conseil qui s’occupait du dialogue interactif avec la commission d’enquête sur le Burundi.

Ces Ongs dont la majorité vivent en exil se sont focalisées sur la nouvelle constitution du 17 mai 2018 qui, non seulement a connu une campagne sanglante contre les opposants, mais également constitue une vraie menace à la minorité ethnique et remet en cause le partage de pouvoir entre toutes les forces politiques du pays. Pour ces Ong’s, les personnes soupçonnées d’avoir voté non continuent d’être persécutées, elles sont arrêtées, torturées voire exécutées ou disparaissent.

Elles semblent déplorer le fait que de telles violations se poursuivent, allusion faite à l’attaque contre le village de Ruhagarika en mai 2018, ayant entraîné la mort de 26 personnes. Elles profitent de cette occasion pour appeler la commission d’enquête à établir les faits et les circonstances de ces événements dans la cadre de son mandat et en vue de son rapport final au conseil des droits de l’homme.

Par ailleurs, mêmes les défenseurs des droits de l’homme ne sont pas épargnés car l’ancien comptable de l’Acat Burundi, a été condamné à 32 ans en date du 26 avril 2018, du fait de son travail avec l’Acat. Il a été hospitalisé le 11 juin 2018 et elles craignent qu’il soit remis en prison avant que son état de santé ne le permette. D’autres défenseurs sont également détenus, Nestor Nibitanga de l’Aprodh et trois membres de l’Ong Parcem.

Enfin, la situation des prisonniers politiques est particulièrement préoccupante. Ils font notamment l’objet d’isolement non justifié, de refus de soins et de mauvais traitements ce qui a pu occasionner la mort de certains détenus. Elles appellent donc la communauté internationale à prendre toutes les mesures pour veiller à ce que l’accord d’Arusha soit respecté, que les violations des droits de l’homme cessent et qu’il soit mis un terme à l’impunité au Burundi.

Burundi - Diplomatie

Le royaume des Pays- Bas salue la décision de se retirer du rendez-vous de 2020

Bujumbura, le 27 juin 2018 (Net Press). Lors d’un point de presse tenu ce mardi 26 juin 2018, l’ambassadeur des Pays-Bas au Burundi, Harry Verweij, a salué la décision sage du président de la République Pierre Nkurunziza de se retirer du rendez–vous de 2020 et a demandé la tenue des dialogues inclusifs.

Harry Verweij a déclaré que la décision du président Pierre Nkurunziza de se retirer à la course présidentielle de 2020 est une décision très sage, importante et diplomatique et a demandé l’ouverture de l’espace politique couplée d’un dialogue avec l’opposition, piloté par la communauté est-africaine. Il a demandé le strict respect des droits de la personne humaine, la sécurité et la croissance économique.

L’ambassadeur Harry Verweij a affirmé que le royaume des Pays–Bas a été au chevet du Burundi depuis 15 ans, surtout dans le secteur de sécurité, de la planification familiale, de la santé reproductive et de la sécurité alimentaire.

L’ambassadeur Harry Verweij a déploré que les initiatives qu’il a qualifié de « salutaires « ont basculé vers l’ingratitude de Bujumbura pour un pays philanthropique qui n’a jamais cherché des intérêts stratégiques. Il a demandé avec insistance que le Burundi coopère avec l’Union européenne en mettant un accent particulier sur la bonne relation qui existe entre le royaume des Pays–Bas depuis 15 ans par l’ouverture de l’espace politique et médiatique. L’on saura que l’ambassadeur Harry Verweij a été rappelé par son pays pour occuper des fonctions similaires au Bangladesh.

Burundi - Sao Tome et Principe – Politique

Coup d’État à São Tomé-et-Príncipe : les dessous de l’opération « Àguia »

São Tomé, le 27 juin 2018 (Net Press) . Une tentative de coup d’État armé contre le Premier ministre de l’archipel a été déjouée le 21 juin. Un sergent et un ancien ministre ont été arrêtés. Une opération qui intervient trois mois avant les prochaines élections législatives.

Deux militaires et un ancien ministre : ce combo comptait, à lui seul, renverser le pouvoir à São Tomé-et-Príncipe. Ce sont en tout cas les premières conclusions de l’enquête ouverte après l’arrestation, dans la nuit du 20 au 21 juin, de deux Santoméens suspectés d’avoir fomenté un coup d’État contre le Premier ministre Patrice Trovoada. Mais les comploteurs présumés ne sont pas allés au bout de leur projet : ils ont été arrêtés avant même de passer à l’action.

L’un est un sergent de l’armée, Ajax Managem. Le second militaire qui aurait dû participer à l’opération n’a toujours pas été identifié. Le troisième larron est un ancien ministre, Gaudencio Costa, suspecté d’être l’un des commanditaires. Ce député, membre du bureau politique du MLSTP / PSD, principal parti d’opposition, a finalement été relâché le 22 juin et assigné à résidence jusqu’à son procès. Managem a, lui, été placé en détention dans une prison militaire de l’île.

C’est l’enregistrement d’une conversation entre ces deux personnalités qui a permis aux enquêteurs d’en savoir un peu plus sur leurs intentions présumées.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi