Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

5 septembre 2018

Ngozi, le 5 septembre 2018 (Net Press) . Le porte-parole du ministère de la sécurité publique et de la prévention des catastrophes, Pierre Nkurikiye, a donné la lumière sur l’attaque de la province de Ngozi, dans le quartier de Gisagara, ce dimanche 2 septembre dernier, qui a fait 2 blessés.

Selon Pierre Nkurikiye, il était vers 22 hoo lorsque des éléments qui n’étaient pas identifiés ont mené une attaque à main armée sur le quartier Gisagara, dans la ville de Ngozi, faisant deux blessés, en l’occurrence Elvis Hatungimana et La Douce Bizumungu. Vers 17 h 50 de ce mardi 4 septembre, la police a effectué une fouille-perquisition dans une maison de passage "Maison Jaune ». Ainsi, sept personnes présumées auteurs de ce forfait ont été arrêtées dans cet hôtel, avec un fusil de type Kalchnikov et une grenade.

Parmi les personnes arrêtées, figure un certain Pontien Baracambariza, un démobilisé de l’armée burundaise, plus connu par la police comme un voleur à main armée qualifié, surtout dans les provinces du nord, au Rwanda et au Kenya. Il a révélé à la police que ce fusil a été volé au poste de la police de Kiziba, en commune Mwumba, en province de Ngozi en date du 18 mai 2018.

Pierre Nkurikiye a déclaré que la police de Ngozi a mis la main à d’autres présumés criminels qui logeaient dans cet hôtel, à savoir Eugene Bigirimana, Pie Ntihabose, Willy Nkunzimana, le gérant de cet hôtel, Jean Claude Ndayiragije, Jimmy Nimbona, Joseph Irambona et Reverien Ndayizeye. Tous reconnaissent avoir revendiqué cette attaque de dimanche dernier.

Dans la même rubrique sécuritaire, Mgr Seth Nkeshimana, représentant légal de l’église internationale pentecôtiste, à travers une correspondance adressée au secrétaire général de la communauté est-africaine, annonce la disparition mystérieuse au Rwanda de Mgr Michael Ignas Mnyela, représentant de l’église internationale pentecôtiste de la Tanzanie, suite à son retour de sa visite de travail au Burundi.

Mgr. Seth Nkeshimana dit qu’il avait été invité par son église du 23 au 26 aout 2018 pour organiser une formation des prières en faveur des représentant de cette église. Avant de retourner en Tanzanie, il est passé par la capitale rwandaise Kigali, où il passé la nuit, avant de faire une réservation dans un bus connu sous l’appellation de Trinity company bus. Cette compagnie devrait quitter la capitale rwandaise vers 4 hoo du matin du 28 août 2018, devrait emprunter la route de Singida puis de Dodoma pour rejoindre la ville d’Arusha en Tanzanie le même jour.

Depuis ce jour, il a été porté disparu et Mgr. Seth Nkeshimana demande aux services d’immigration de Kigali et de la Tanzanie d’éclaircir la situation sur ce prélat de l’église internationale pentecôtiste.

Des informations dignes de foi indiquent par ailleurs qu’au moins 46 personnes ont été tuées, 4 personnes enlevées et/ou portées disparues, 31 torturées, 127 arrêtées arbitrairement et 11 victimes des violences basées sur le genre le mois d’août dernier. Des cas de violation des droits économiques, sociaux et culturels ont été signalés pendant ce mois.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome s’exprime sur la corruption au Burundi

Bujumbura, le 5 septembre 2018 (Net Press) . Une session, la 9ème, du groupe d’examen de l’application de la convention desNations Unies contre la corruption vient de se tenir à Vienne en Autriche du 3 au 5 septembre 2018. A cette occasion, l’Olucome s’exprime et indique que la corruption est un mal insidieux qui sape la démocratie et l’état de droit, conduit à des violations graves des droits de l’homme, fausse le jeu des marchés, réduit laqualité de lavie et constitue un terreau à la criminalité et au terrorisme.

Cet observatoire fait savoir que le Burundi a ratifié cette convention le 18 janvier 2005 et qu’il a mis en place la loi n° 1/12 portant mesures de prévention et de répression de la corruption et des infractions connexes le 18 avril 2006 pour mettre en œuvre les dispositions de ladite convention. Ainsi, les institutions de lutte contre la corruption ont été mises en place de 2004 à 2007.

L’Olucome déplore cependant le fait que la loi anti-corruption du 18 avril 2006 est lacunaire. Aucune autorité ne déclare ses biens en entrant dans ses fonctions car ce n’est pas obligatoire. Ces institutions ne peuvent pas mener des investigations car la constitution prévoir des privilèges de juridiction. Donc le président de la République, ses deux vice-présidents, le président de l’assemblée nationale, celui du séant, les membres du gouvernement, les généraux, etc., tout ce beau monde ne peut pas être inquiété par la justice.

En outre ; juges de la cour anti-corruption sont mieux payés par rapport à ceux de la cour suprême. Pour cela, 80% des dossiers de personnes rendues coupables par la cour spéciale sont blanchies par la cour suprême. A l’époque en 2006, le Burundi occupait la 36ème position, mais il est aujourd’hui classé parmi les pays les plus corrompus du monde, selon Transparency International.

En guise de recommandations, cet observatoire demande aux partenaires du Burundi d’exiger des autorités du Burundi de montrer là où elles ont tiré leur richesse. Il recommande la mise en place de la haute cour de justice ainsi que la réforme profonde des institutions de lutte contre la corruption.

Burundi - Environnement

Grogne de la population

Bujumbura, le 5 septembre 2018 (Net Press) . Le vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a effectué une visite vers 15hoo de ce mardi 4 septembre sur la sous-colline Gahahe, colline Gasenyi, commune Mutimbuzi, dans Bujumbura rural pour constater l’exploitation anarchique de bouillon par la population de cette entité. Cette dernière indique que cette exploitation anarchique est due aux mauvaises conditions de vie dans laquelle elle est plongée.

Une large majorité des personnes qui étaient sur place ont fait entendre leur grogne que la présidence de la République s’est appropriée des propriétés avoisinant 165 hectares qui appartenaient à cette population et cela, sans indemnisation pour la construction du palais présidentiel et des infrastructures annexes.

Cette population qui ne sait plus à quel saint se vouer se lance à l’exploitation anarchique des bouillons pour pouvoir survivre et par intermédiaire du premier vice-président, Gaston Sindimwo, elle a glissé un message au président de la République de pouvoir indemniser la population de cette entité qui risque de mourir de faim.

Burundi - Rwanda - Sécurité

Quand le Rwanda fait la course aux armements en Russie !

Moscou, le 5 septembre 2018 (Net Press) . Joint par le journal russe Sputnik, l’ambassadrice du Rwanda en Russie, Jeanne d’Arc Mujawamariya, indique que son pays éprouve un manque criant de l’armement de l’air et souhaite que les deux pays signent un accord de vente des engins militaires de l’air pour se défendre contre toute agression du ciel rwandais.

L’on saura que le ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavlov, lors de sa visite au Rwanda, selon des sources sous couvert d’anonymat, aurait signé un accord secret de vente des engins militaires de l’air.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte