Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité Routière

Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

29 septembre 2018

Ruyigi, le 29 septembre 2018 (Net Press) . C’est ce qu’a déclaré le porte-parole du ministère chargé de la sécurité publique, Pierre Nkurikiye, au cours d’une séance de conférence publique des porte-parole des différentes institutions du pays, animée à partir du chef-lieu de la province de Ruyigi, à l’Est du pays.

Ainsi, d’après ce porte-parole, le propriétaire d’une voiture en panne qui ne sera pas dégagée de la voie publique payera une amende à concurrence de 50.000 Fbu par jour. La perturbation de la circulation routière est prévue par le code de procédure pénal. Il a cependant indiqué que la police dispose des moyens pour dégager de tels véhicules mais qu’ils ne suffisent pas pour desservir tout le pays.

Il demande enfin que les propriétaires des engins en panne mettent des signaux indiquant que la voiture est en difficultés pour que les utilisateurs de la route diminuent leur vitesse.

Burundi - Diplomatie

Bujumbura renforce les relations diplomatiques avec la Corée du Nord !

Bujumbura, le 29 septembre 2018 (Net Press) . Lors de l’assemblée générale des Nations Unies, le ministre des relations extérieures et de la coopération internationale, Ezéchiel Nibigira, a rencontré son homologue nord coréen, Yong Go Ri, pour discuter du renforcement des relations diplomatiques entre les deux pays.

L’on saura que le pays de l’hégémonie Kim est isolé par la communauté internationale pour son implication dans la construction des armes à destruction massive, qui suscite beaucoup d’encre et de salive sur le plan planétaire.

Burundi - Administration

Des réactions contre la décision de suspension des Ongs étrangères

Bujumbura, le 29 septembre 2018 (Net Press) . Après la décision de suspendre plus de 130 Ongs œuvrant sur le territoire burundais, des réactions fusent de partout. En effet, une certaine opinion pense que le gouvernement a violé sciemment la nouvelle constitution du 7 juin 2018 car une telle décision concerne uniquement l’administration publique.

En effet, l’article 148 de la constitution, ancienne comme nouvelle, prévoit que "L’administration est largement représentative de la nation burundaise et doit refléter la diversité de ses composantes. Les pratiques qu’elle observe en matière d’emploi sont fondées sur des critères d’aptitude objectifs et équitables ainsi que sur la nécessité de corriger les déséquilibres et d’assurer une large représentation ethnique, régionale et de genre. La représentation ethnique dans les entreprises publiques est pourvue à raison de 60% au plus pour les Hutu et 40% au plus pour les Tutsi."

Pour d’autres, ces Ongs étrangères donnent des rapports d’activités à leurs sièges respectifs et le gouvernement estime que le rapport de la commission Doudou Diène comme on dit tire ses informations de ces documents envoyés par des Ongs. En d’autres termes, c’est une façon de boucher toutes sortes de sources d’informations que le gouvernement a toujours jugées de mensongères. L’on apprend enfin que les Ongs provenant de l’Union européenne et celles des Etats-Unis se sont réunies pour adopter une position commune à présenter au ministre de l’intérieur qui a convoqué leurs responsables pour ce 1er octobre 2018.

Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que les différentes Ongs étrangères opérant au Burundi ont décidé de finaliser leurs derniers travaux durant ce weekend et qu’à partir de ce lundi 1er octobre 2018, tous les bureaux seront fermés. Ils répondront à l’invitation du ministre de l’intérieur à partir de leurs domiciles respectifs.

Burundi - Administration

Bujumbura tente de donner la lumière sur la suspension provisoire des Ongs étrangères

Ruyigi, le 29 septembre 2018 (Net Press) . Lors d’une émission publique des porte-parole des institutions tenue au centre ville de Ruyigi ce 28 septembre 2018, le porte-parole du président de la République, Jean Claude Karerwa Ndenzako, a tenté de donner la lumière sur la suspension pour une durée de trois mois des organisations non gouvernementales basées au Burundi.

Jean Claude Karerwa pointe du doigt ces Ong qu’il a qualifiées de marionnette de multinationales pharmaceutiques et des industries de l’armement, avant d’enfoncer le clou en les indexant de promouvoir l’homosexualité, ce qui occasionne le retour du colonialisme. Jean Claude Karerwa a dit que ces Ongs installent des maladies et des guerres au Burundi pour que ces multinationales trouvent des marchés d’écoulement de leurs produits ».

Jean Claude Karerwa Ndezako a dit enfin que la suspension en question est « irrévocable ». Il a ensuite menacé ces dernières : " Nous mettons en garde quiconque ne se conformera pas à la loi en vigueur au Burundi, on va même les radier en cas de besoin".

Burundi - Politique

Pancrace Cimpaye réagit au montage fait par Bujumbura

Bruxelles, le 29 septembre 2018 (Net Press) . Depuis que Pancrace Cimpaye a vu un homme accusé d’avoir été commandité par Alexis Sinduhije pour attaquer le Burundi, Pancrace Cimpaye a indiqué que ce terroriste accusé d’un massacre n’a pas l’ombre d’une peur dans ses yeux.

Pour ce militant du Msd, il est calme et très bien habillé pour un homme surpris et arrêté au maquis. Pancrace ironise et dit que quand il a été arrêté et torturé en 1995, il se souvient encore de tous ces détails mais que curieusement, Ndayisaba ne se souvient ni du jour ni des circonstances de son arrestation 5 jours après.

Burundi - Education

"L’école n’est pas un sanctuaire à l’abri de la violence", dixit le journal La Voix de l’Enseignant

Bujumbura, le 29 septembre 2018 (Net Press) . Pour ce journal, l’agression verbale et physique entre élèves s’y déroule. En effet, le milieu scolaire au Burundi n’est pas toujours un lieu sacré d’apprentissage, du respect et de sécurité. La violence à multiples facettes entre élèves se fait remarquer. Les enseignants, les responsables scolaires, les parents et les élèves des écoles de Ngozi jugent que la situation est préoccupante à plus d’un titre.

A part les conséquences physiques observables, ce comportement a un impact psychologique important sur le jeune, qu’il soit auteur ou victime et conduit souvent à l’échec scolaire, estiment-ils. Pour cela, ils soulignent la nécessité d’inventer de nouvelles pratiques et règles dans les établissements scolaires qui peuvent contenir les violences en milieu scolaire.

Par ailleurs, toujours dans le secteur de l’éducation, le remplacement des enseignants en cessation de fonction est souvent tardif. Pour cela, les ministres concernés se jettent la responsabilité. Au cours de la séance des questions orales à l’Assemblée nationale de ce mardi 26 septembre 2018, le ministre de la Fonction publique, Félix Mpozeriniga, a fait comprendre aux députés que le retard dans le remplacement des enseignants qui ne sont plus en fonction est imputable au ministère de l’éducation nationale qui les gère au quotidien.

Ce membre de l’exécutif accuse le personnel du ministère de l’éducation nationale, notamment les directeurs des écoles qui ne donnent pas l’information à temps des places vacantes pour qu’elles soient comblées. Pourtant, au cours d’une séance des questions orales antérieure, la ministre de l’éducation nationale avait révélé que le blocage se situe au niveau du ministère de la Fonction publique. Une tergiversation dont les conséquences sont supportées par les enseignants disponibles à qui on impose une charge horaire qui les écrase et les parents qui payent les professeurs vacataires.

Quant aux écoles d’excellence qui constituent des filières stratégiques au post-fondamental, il y a des exceptions qui fâchent ceux qui n’y sont pas éligibles. Les élèves qui fréquentent les écoles d’excellence jouissent des conditions d’apprentissage et de vie qui révoltent leurs camarades des autres écoles publiques. Ils ont droit à trois repas alors que les autres mangent deux fois par jour. Ils ont des matelas neufs au moment où ailleurs, on dort à même le sol.

Côté pédagogique, les classes des écoles d’excellence ne dépassent pas 45 élèves, avec un livre pour chacun et des enseignants triés sur volet. Dans les lycées communaux, les effectifs par classe oscillent autour de 150 élèves, avec un livre pour dix apprenants. A cette structure scolaire exceptionnelle, s’ajoutent les sections dites « filières stratégique », c’est-à-dire les sections scientifiques et techniques du post-fondamental. Les élèves qui sont orientés dans ces sections ont droit à l’internat alors que leurs camarades des langues et des sciences sociales et humaines sont externes.

Certains parents s’insurgent contre cette catégorisation qu’ils qualifient discriminatoire. Ils demandent au gouvernement de garantir le droit d l’accès à l’éducation de qualité à tous les enfants du pays en mettant en place les meilleures conditions d’apprentissage.

Du côté didactique, les enseignants des TICE réclament le matériel didactique. Trois ans après l’introduction du cours des Technologies d’Information et de communication dans les classes du fondamental et du post-fondamental, les ordinateurs qui sont supports pédagogiques indispensables manquent dans presque tous les établissements publics. En attendant, l’octroi de ce matériel didactique, les enseignants ne dispensent que du cours théorique ou plus d’une cinquantaine d’élèves se mettent autour d’un ordinateur utilisé dans le service administratif de l’école. Les enseignants de ce cours demandent de rendre disponible ce matériel.

Enfin, les étudiants mémorands de l’ancien système réclament un délai supplémentaire. Les étudiants ayant évolué sous l’ancien système et n’ayant pas encore déposé leurs mémoires sont sommés de le faire au plus tard le 28 décembre 2018, faute de quoi ces mémoires ne seront plus reçus. Ces étudiants concernés estiment ce délai annoncé au 12 septembre trop court.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi