Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 mai 2019
|Le Chef de l’Etat recommande une série de mesures pour la sécurité

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Burundi - Sécurité6 mai 2019
|Un motard échappe de justesse à la mort dans Bubanza

Burundi - Sécurité4 mai 2019
|De l’intifada à l’église adventiste

Burundi - Tanzanie - Sécurité3 mai 2019
|Insécurité intérieure, mais également au-delà des frontières

Burundi - Sécurité 2 mai 2019
|Le commissaire communal de la police de Nyabihanga tué

Burundi - Sécurité1er mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord Ouest du pays

Burundi - Sécurité - Médias30 avril 2019
|Un journaliste brièvement arrêté par la police

Burundi - Sécurité 29 avril 2019
|Une personne tuée et pendue sur un arbre en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité27 avril 2019
|Le ravin du Sud de la capitale secoue les populations de la place

Burundi - Sécurité26 avril 2019
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité25 avril 2019
|La commune de Gihanga instaure un couvre-feu

Burundi - Sécurité24 avril 2019
|Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

Burundi – Sécurité23 avril 2019
|Nuit cauchemardesque à Gihanga

Burundi - Mauritanie - Sécurité Routière22 avril 2019
|L’ancien président Buyoya légèrement blessé dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité20 avril 2019
|Un pasteur de l’église de Pentecôte de Bujumbura échappe à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité19 avril 2019
|Assassinat d’un homme dans la commune de Mpanda

Burundi - Sécurité18 avril 2019
|Une personne tuée à Kanyosha

Burundi - Sécurité17 avril 2019
|Deux hommes arrêtés pour détention illégale d’armes au Sud du pays

Burundi - Sécurité16 avril 2019
|Deux personnes tuées en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 15 avril 2019
|Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

Burundi - Sécurité13 avril 2019
|Un corps sans vie retrouvé au Sud du pays

Burundi - Sécurité12 avril 2019
|Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

Burundi - Sécurité11 avril 2019
|Irruption des hommes armés dans les alentours de la forêt Kibira

Burundi - Sécurité10 avril 2019
|Des fusils et plusieurs munitions découverts au domicile d’un ex-agent du Snr

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le porte-parole de la police met les points sur les i sur la mort de Memba

16 mars 2019

Mwaro, le 16 mars 2019 (Net Press) . Alors que les journalistes présents à la conférence publique des porte-parole des différentes institutions posaient la question à celui de la sécurité publique de savoir comment traiter ceux qui tuent avec des machettes qui sont légion dans la zone de Kinindo, quartier de Kibenga, allusion faite à l’assassinat de l’artiste Bruno Simbavimbere alias Memba, ce dernier a éclairci la situation.

Pour Pierre Nkurikiye, cet homme n’a pas été tué par des malfaiteurs comme l’information a circulé. En date du 22 février de cette année, Memba avait participé à un concert et au moment de rentrer, il a été ligoté puis tapé à l’aide des objets contondants avant de le jeter tout près de chez lui. Son assassinat était donc prémédité, ce n’est pas une affaire de malfaiteurs.

L’on rappellera que cet artiste était plongé dans le coma jusqu’au jour de sa mort, le vendredi 1er mars 2019. Une certaine opinion avait pensé à un moment à ce scénario car il existait de graves dissensions au sein de l’Amicale des musiciens du Burundi, mais personne n’osait le dire, faute de preuves.

Le porte-parole du ministère de la sécurité a précisé que ces éléments sont en train d’être recherchés par la police. La même opinion attend impatiemment l’aboutissement du travail de la police car Memba était connu dans l’opinion comme une personne intègre dont le souci premier était le rayonnement des artistes burundais, surtout les plus jeunes.

A Bujumbura, l’on a enregistré une fouille-perquisition à deux endroits ce matin, dans les zones de Cibitoke et de Kinindo. Au Nord de la capitale économique, les habitants des avenues 15, 16 et 17 ont été réveillés par une présence imposante de policiers et de militaires lourdement armés pour une fouille-perquisition dans chaque ménage de ces trois avenues.

Selon des habitants, cette activité visait les cahiers de ménages ainsi que des armes qui seraient illégalement détenues par des populations. Rien n’a été trouvé mais des personnes en situation d’irrégularité ont été interpellées et transférées au cachot de la zone Cibitoke.

Dans la zone de Kinindo, une fouille-perquisition a également eu lieu et les policiers visaient là aussi les cahiers de ménages. Comme dans la zone de Cibitoke, des personnes en situation d’irrégularités ont été arrêtées et conduites au cachot de la zone Kinindo. Il faudrait dire qu’ils ne brutalisaient pas les gens.

A Nord du pays, quatre membres du parti Cnl, Bosco Hatungimana, Marc Bagenzi, Constantin Minani et Majambere, accusés de tenir une réunion illégale, ont été arrêtés sur la colline de Nyamarobe, commune Kiremba, dans la province de Ngozi. Le responsable de ce parti dans cette circonscription déplore ces actes d’intimidation exercés sur les membres de sa formation politique et demande leur libération sans condition.

Burundi - Politique

Du rififi au sein du parti politique en exil Ppd-Girijambo

Bruxelles, le 16 mars 2019 (Net Press) . L’on croyait que le parti politique né en exil des frondeurs du Cndd-Fdd est soudé du fait qu’il s’opposait à un même régime qu’il avait servi avec loyauté pour au moins deux législatures, l’on se rend compte aujourd’hui que cette formation politique risque fort de voler en éclats au regard du radicalisme des uns et des autres qui la composent.

En date du 14 mars 2019, Léonidas Hatungimana, président de Ppd-Girijambo, prend une décision de retirer cette formation politique de la plateforme de l’opposition radicale Cnared-Giriteka dirigée par Jean Minani. Malgré cette décision, il a la souplesse de préciser que les membres de ce parti qui sont dans les structures du Cnared peuvent continuer à œuvrer dans cette plateforme à titre individuel jusqu’à fin mai 2019 qui correspond à la fin du mandat des organes du Cnared.

Passé ce délai, s’ils ne se rallient pas à la décision du parti, ils seront considérés comme démissionnaires du parti. Dans l’entre-temps, à partir du 20 mars, ceux qui n’auront pas quitté le Cnared-Giriteka seront suspendus des organes dirigeants du parti et de leurs fonctions au sein de la même formation politique.

La réaction ne s’est pas fait attendre, le 15 mars 2019, un communiqué a été rédigé pour suspendre Léonidas Hatungimana des organes du parti. Il a informé l’opinion nationale et internationale que cette décision est nulle et de nul effet. Le parti atteste que son bureau politique, dont le président du parti est secrétaire, s’est réuni le 10 mars en Belgique, mais le point portant retrait ou maintien du parti au sein de la plateforme ne figurait pas à l’ordre du jour. Le document est signé par le bureau du bureau politique et celui du comité exécutif.

L’on sent que ces personnalités ne peuvent pas émettre sur la même longueur d’ondes car ils font des démarches suivantes. Des sources dignes de foi indiquent que des membres du Cnared auraient rencontré une délégation du gouvernement à Helsinki sous la facilitation d’une Ong finlandaise pour se convenir sur les modalités de retour au pays de certains opposants en exil.

Les représentants du Cnared auraient accepté d’abandonner toutes les revendications antérieures en échange d’une amnistie, de la restitution de leurs biens confisqués par le pouvoir, des fonds de réinstallation et d’une protection des militaires choisis par eux. En vertu de cet accord, les opposants rentrés d’exil participeraient aux élections de 2020 et bénéficieraient de quelques députés.

C’est dans cette logique que le Cnanred voudrait se transformer en une coalition électorale avec Domitien Ndayizeye comme candidat-président. Cependant, il semble que la nouvelle constitution ne prévoit pas de coalition au moment des élections. C’est pour cette raison que la rédaction a contacté l’ancien président de la République, Domitien Ndayizeye à ce sujet, mais en vain.

Burundi - Médias

Pourquoi BBC et VOA restent sous sanctions du Cnc ?

Mwaro, le 16 mars 2019 (Net Press) . Les radios BBC et VOA ont écopé des sanctions du conseil national de la communication qui vont jusqu’à six mois de suspension dans notre pays. Passé ce délai, rien n’a été fait et les journalistes qui participaient à la conférence publique ont posé la question au président du Cnc qui est en même temps porte-parole de cette institution.

En ce qui concerne la voix de l’Amérique, Nestor Bankumukunzi a précisé que les sanctions n’ont pas été levées car la radio emploie toujours un journaliste burundais soupçonné d’être impliqué dans la tentative de putsch de mai 2015. L’allusion est faite à Patrick Nduwimana, qui était correspondant de cette radio en Kiswahili même avant cette tentative.

Quant à BBC, le président du Cnc a indiqué que le conseil s’apprêtait à lever les sanctions mais la radio a jeté le pavé dans la marre. Elle a produit une vidéo relative au massacre des gens dans la zone de Kinindo faits par des agents de l’Etat. Le gouvernement du Burundi avait dénoncé cette vidéo car le contenu était un mensonge grossier.

Burundi - Communication

Une guerre de juristes à travers les réseaux sociaux

Bujumbura, le 16 mars 2019 (Net Press) . L’on remarque ces derniers jours une guerre de juristes, des invectives entre Pacifique Nininahazwe et Edouard Nduwimana, deux juristes de formation et de surcroît, tous éloquents. Le point de discorde est le 6ème anniversaire de la tragédie où des policiers ont tiré sur les adeptes d’Eusebie Ngendakumana, le 13 mars 2013.

Il avait rappelé un mot de martyrs que l’ancien ministre de l’intérieur avait prononcé, ce qui a fait réagir ce dernier en indiquant qu’il assume ses propos avant d’inviter Pacifique Nininahazwe à assumer ses appels au lynchage des citoyens. Il lui demandait également de rentrer au pays pour qu’ils répondent devant la justice.

Pacifique Nininahazwe lui a demandé s’il a un seul exemple, un seul son, un seul écrit, un seul texto d’un appel au lynchage. Il voudrait de son côté une justice indépendante pour qu’il réponde, mais pas une justice à la burundaise.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte