Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 mai 2019
|Le Chef de l’Etat recommande une série de mesures pour la sécurité

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Burundi - Sécurité6 mai 2019
|Un motard échappe de justesse à la mort dans Bubanza

Burundi - Sécurité4 mai 2019
|De l’intifada à l’église adventiste

Burundi - Tanzanie - Sécurité3 mai 2019
|Insécurité intérieure, mais également au-delà des frontières

Burundi - Sécurité 2 mai 2019
|Le commissaire communal de la police de Nyabihanga tué

Burundi - Sécurité1er mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord Ouest du pays

Burundi - Sécurité - Médias30 avril 2019
|Un journaliste brièvement arrêté par la police

Burundi - Sécurité 29 avril 2019
|Une personne tuée et pendue sur un arbre en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité27 avril 2019
|Le ravin du Sud de la capitale secoue les populations de la place

Burundi - Sécurité26 avril 2019
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité25 avril 2019
|La commune de Gihanga instaure un couvre-feu

Burundi - Sécurité24 avril 2019
|Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

Burundi – Sécurité23 avril 2019
|Nuit cauchemardesque à Gihanga

Burundi - Mauritanie - Sécurité Routière22 avril 2019
|L’ancien président Buyoya légèrement blessé dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité20 avril 2019
|Un pasteur de l’église de Pentecôte de Bujumbura échappe à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité19 avril 2019
|Assassinat d’un homme dans la commune de Mpanda

Burundi - Sécurité18 avril 2019
|Une personne tuée à Kanyosha

Burundi - Sécurité17 avril 2019
|Deux hommes arrêtés pour détention illégale d’armes au Sud du pays

Burundi - Sécurité16 avril 2019
|Deux personnes tuées en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 15 avril 2019
|Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

Burundi - Sécurité13 avril 2019
|Un corps sans vie retrouvé au Sud du pays

Burundi - Sécurité12 avril 2019
|Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

Burundi - Sécurité11 avril 2019
|Irruption des hommes armés dans les alentours de la forêt Kibira

Burundi - Sécurité10 avril 2019
|Des fusils et plusieurs munitions découverts au domicile d’un ex-agent du Snr

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Attaque armée contre une position policière à Gihanga

8 avril 2019

Bubanza, le 8 avril 2019 (Net Press) . Dans la soirée de ce 6 avril, vers 23 heures, une position policière dans le village V de la commune de Gihanga a été la cible d’une attaque armée, perpétrée par des hommes qui seraient venus de la réserve naturelle de la Rukoko mais qui n’ont pas été identifiés.

L’administrateur de cette commune, Léopold Ndayisaba, a tenté de minimiser l’impact de cette attaque sur les ondes de la radio nationale, déclarant qu’il n’y a pas de dégât à déplorer, mais des informations sur place indiquent que six policiers auraient été grièvement blessés, raison pour laquelle le commissaire provincial de police les a transférés vers Bujumbura pour des soins intensifs.

En outre, les assaillants ont volé des vivres pour ces policiers ainsi que leurs tenues. L’administrateur parle de bandits armés qui sont auteurs de cette attaque. Il semble que les forces de l’ordre ont poursuivi les agresseurs, mais l’administrateur demande à la population de signaler toute présence suspecte.

Les activistes des droits humains indiquent qu’au moins quatre personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière. Parmi les victimes, figurent un homme assassiné à son domicile, une victime non identifiée exécutée et jetée dans une rivière ainsi que deux autres hommes abattus par la police.

Ils évoquent également des arrestations arbitraires et abusives visant les membres du parti d’opposition Cnl qui se poursuivent dans différentes communes du pays. Au moins trois militants de ce parti sont portés disparus et sept arrêtés arbitrairement. Quatre autres personnes ont été victimes d’arrestations arbitraires, dont un ancien haut gradé de l’armée actuellement à la retraite.

Burundi - Politique

Un militant du Cnl battu dans la permanence du parti au pouvoir

Muyinga, le 8 avril 2019 (Net Press) . L’événement malheureux a eu lieu en date du 5 avril vers 15 heures. En effet, un membre du parti d’Agathon Rwasa a été interpellé puis battu par ses adversaires politiques Imbonerakure, au chef-lieu de la commune de Butihinda, dans la province de Muyinga, au Nord Est du pays.

Un certain Abdoul Hatungimana, qui se trouvait à la mosquée de la colline de Kibande, a été appréhendé par ces jeunes qui l’ont accusé de recruter pour le compte du Cnl alors que tous les témoignages affirment qu’il dirigeait la prière de vendredi. Il a été ensuite emmené de force à la permanence du Cndd-Fdd où il aurait été battu jusqu’à 18 heures. Ses proches indiquent qu’il est arrivé à domicile vers 19 heures, très affaibli par un mauvais traitement subi.

Il présentait des signes de coups reçus et il a dû fréquenter une structure de santé tout proche pour des soins. Les responsables du Cnl trouvent qu’il s’agit d’une injustice notoire que de passer à tabac une personne innocente avant de demander à la justice de se saisir de ce cas qui est on ne peut plus flagrant.

L’intolérance politique refait surface dans ce pays car, selon des informations recueillies ici et là dans le pays, le ton monte chez les maîtres du Cndd-Fdd un peu partout dans le pays. Le plus original est celui du gouverneur de Bururi qui a demandé aux enseignants de bien veiller pour que le seul parti Cndd-Fdd organise des activités politiques dans toute cette province.

Burundi - Politique

Y a-t-il eu de réconciliation effective à l’Uprona de l’opposition ?

Bujumbura, le 8 avril 2019 (Net Press) . En date du 17 mars dernier, les deux tendances de l’Uprona de l’opposition, mais sans réelles différences idéologiques, toutes dirigées par des professeurs d’université, Evariste Ngayimpenda et Charles Nditije, avaient fait savoir que c’était désormais chose faite.

Une déclaration avait été rendue publique et les médias contactés pour diffuser largement cette victoire d’un parti réconcilié avec lui-même, surtout que l’on indiquait que même l’Uprona proche du pouvoir est intéressé par cette démarche pour réconcilier définitivement les membres et sympathisants du parti de Rwagasore.

Mais une autre information vient de tomber dans la rédaction de Net Press qui fait croire que Charles Nditije ne cautionne pas du tout ce qui a été fait le 17 mars 2019. A la limite, il parle de supercherie entre le professeur Evariste Ngayimpenda et l’ancien député Bonaventure Gasutwa, une situation de nouveau compliquée.

Qui parle de l’Uprona, parle aussi de Charles Mukasi, son ancien président destitué par le président Buyoya le 7 octobre 1998. Il vient de donner des éclaircissements sur ce qu’on appelle le Collectif 1972 avec des conseils à Frédéric Nzeyimana, son président. Il démontre par A+B que le génocide qui était préparé en 1972 est celui du parti Ubu, umugambwe w’abakozi d’uburundi (parti des travailleurs du Burundi) qui voulait exterminer tout ce qui est tutsi dans ce pays, avec la naissance de la République du Soleil.

Il a fait le même raisonnement pour le parti Frodebu en 1993 et quand une question d’un journaliste lui a été posée pour savoir si en 1972 et en 1992, ce sont des Hutu qui ont perpétré le génocide contre les Tutsi, Charles Mukasi a d’emblée conseillé de dissocier les Hutu de l’Ubu, les Hutu du Frodebu.

A la question de savoir s’il n’aide pas les Tutsi car il a travaillé avec eux depuis 1981, il a répondu que quand il a vu le jour, son père était à l’Uprona et que rien ne dit que ce parti est celui des Tutsi. Il a conseillé de ne pas mentir et de cacher la vérité car plus on ment, plus on s’expose au mépris.

Burundi - Eac - Politique

L’Eac absente au Rwanda lors des cérémonies du souvenir

Kigali, le 8 avril 2019 (Net Press) . Lors du 25ème anniversaire du génocide des Tutsi au pays de Paul Kagame, d’aucuns ont été surpris que la communauté est-africaine, dans son entièreté, était absente au Rwanda. En effet, aucun chef d’Etat ou de gouvernement n’a fait le déplacement de Kigali pour commémorer aux côtés des Rwandais.

Si certains ont vu en cette absence un isolement relatif de Kigali de la part de ses voisins, d’autres trouvent que la sous-région est des fois jalouse des avancées du Rwanda dans tous les domaines, 25 ans seulement après la destruction totale des personnes et des infrastructures lors du génocide.

En effet, même s’il y a des turbulences en politique, il était de notoriété publique que le président Paul Kagame entretient de mauvaises relations avec le Burundi, son voisin du Sud et l’Ouganda. Mais de là à voir que le Kenya, la Tanzanie et le Sud Soudan se sont absentés, c’est qu’il y a électricité en l’air dans la sous-région.

De leur côté, les présidents du Tchad, Idriss Déby, du Congo, Denis Sassou Nguesso, de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, du Niger, Mahamadou Issoufou, ainsi que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, ont assisté à la cérémonie au mémorial. Seul non-Africain, le Premier ministre belge Charles Michel est venu exprimer le soutien de l’ancienne puissance coloniale. L’on signalera qu’une autre visite qui n’a pas eu lieu mais qui était très souhaitée était celle d’Emmanuel Macron, président de l’Hexagone.

Burundi - Rdc - Santé

Rdc : un pays spécial où une convention verbale est en vigueur

Goma, le 8 avril 2019 (Net Press) . Le bureau de l’Oms à Goma à l’Est de la Rdc a été envahi par des agents de lutte contre la maladie à virus Ebola ce vendredi 5 avril 2019 et pour cause, ils revendiquent leurs primes journalières qu’ils n’ont pas touchées depuis janvier dernier, un sit-in de personnes représentant 1650 agents dont chacun attend 900 dollars américains.

Selon ces informations, les membres de l’équipe des relais communautaires de Goma et de Nyiragongo doivent toucher 10 dollars américains par jour, selon une convention verbale qu’ils ont avec la coordination de l’Oms, sous bureau du Nord Kivu qui regroupe Goma et la région volcanique de Nyiragongo.

La rédaction est parvenue à entrer en contact avec l’organisation de l’Oms à Goma qui a confirmé les faits. A la question de savoir si elle peut avoir un contrat verbal alors qu’elle est régie par un système onusien, la réponse est que c’est une pratique normale et courante qui contourne la lenteur administrative. Le patron de ce bureau a indiqué que désormais, chacun recevra désormais 50 dollars américains par mois et non plus 10 dollars par jour.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte