Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 mai 2019
|Le Chef de l’Etat recommande une série de mesures pour la sécurité

Burundi – Sécurité 7 mai 2019
|Du sit in des membres de la communauté Batwa au bureau de la province

Burundi - Sécurité6 mai 2019
|Un motard échappe de justesse à la mort dans Bubanza

Burundi - Sécurité4 mai 2019
|De l’intifada à l’église adventiste

Burundi - Tanzanie - Sécurité3 mai 2019
|Insécurité intérieure, mais également au-delà des frontières

Burundi - Sécurité 2 mai 2019
|Le commissaire communal de la police de Nyabihanga tué

Burundi - Sécurité1er mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord Ouest du pays

Burundi - Sécurité - Médias30 avril 2019
|Un journaliste brièvement arrêté par la police

Burundi - Sécurité 29 avril 2019
|Une personne tuée et pendue sur un arbre en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité27 avril 2019
|Le ravin du Sud de la capitale secoue les populations de la place

Burundi - Sécurité26 avril 2019
|Découverte d’un corps sans vie au Sud du pays

Burundi - Sécurité25 avril 2019
|La commune de Gihanga instaure un couvre-feu

Burundi - Sécurité24 avril 2019
|Des cadavres découverts ici et là dans la capitale politique

Burundi – Sécurité23 avril 2019
|Nuit cauchemardesque à Gihanga

Burundi - Mauritanie - Sécurité Routière22 avril 2019
|L’ancien président Buyoya légèrement blessé dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité20 avril 2019
|Un pasteur de l’église de Pentecôte de Bujumbura échappe à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité19 avril 2019
|Assassinat d’un homme dans la commune de Mpanda

Burundi - Sécurité18 avril 2019
|Une personne tuée à Kanyosha

Burundi - Sécurité17 avril 2019
|Deux hommes arrêtés pour détention illégale d’armes au Sud du pays

Burundi - Sécurité16 avril 2019
|Deux personnes tuées en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 15 avril 2019
|Un corps sans vie découvert tout près du siège de la banque Bancobu

Burundi - Sécurité13 avril 2019
|Un corps sans vie retrouvé au Sud du pays

Burundi - Sécurité12 avril 2019
|Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

Burundi - Sécurité11 avril 2019
|Irruption des hommes armés dans les alentours de la forêt Kibira

Burundi - Sécurité10 avril 2019
|Des fusils et plusieurs munitions découverts au domicile d’un ex-agent du Snr

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Qu’est-ce qui s’est passé exactement dans la zone de Ngagara ?

12 avril 2019

Bujumbura, le 12 avril 2019 (Net Press). Les habitants des quartiers III, IV et V de la zone Ngagara rapportent que des malfaiteurs armés de machettes ont blessé 4 personnes et battu trois autres dans la nuit de mercredi à jeudi 11 avril 2019. Selon les mêmes habitants, deux personnes parmi les victimes sont hospitalisées au moment où d’autres affirment que les malfrats leur ont pris de l’argent.

Les populations de ces quartiers demandent qu’il y ait renforcement de la sécurité dans cette partie de la mairie de Bujumbura. Elles ne comprennent pas comment il peut y avoir des attaques à répétition dans une région où vivent des forces de sécurité. Elles en veulent pour preuve qu’il y a deux mois, des attaques similaires toujours à la machette avaient eu lieu dans quelques quartiers de cette même zone.

De son côté, le porte-parole du ministère chargé de la sécurité et de prévention des catastrophes, Pierre Nkurikiye, ne revient pas sur ces attaques, mais indique qu’il n’y a pas eu de vol à main armée dans la zone de Ngagara. Il parle lui d’un accrochage entre un père de famille qui rentrait le soir en compagnie de ses enfants et un groupe de jeunes de son voisinage qui lui ont barré le chemin.

D’après Pierre Nkurikiye, après un certain moment, ces jeunes lui ont laissé le passage et après avoir dépassé leur niveau, il a tenté de faire marche arrière pour les écraser. Il a préféré finalement entrer le véhicule dans sa parcelle et en est sorti avec un fil métallique pour les battre. C’est ainsi que ces derniers ont ramassé une machette d’un veilleur avec laquelle ils ont blessé cette personne qui est finalement à l’origine de la bagarre.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

Renforcement de la sécurité au camp des réfugiés burundais de Nduta

Nduta, le 12 avril 2019 (Net Press) . Au lendemain d’une attaque armée il y a quelques jours par un groupe d’hommes armés non encore identifiés au niveau de la zone VII, village 11 du camp de réfugiés de Nduta en Tanzanie, des mesures draconiennes de sécurité ont été prises dans le but de renforcer la sécurité du camp. Il s’agit notamment du renforcement des rondes nocturnes et de l’interdiction de circuler la nuit.

Une réunion urgente avait été convoquée ce mercredi 10 avril 2019 à l’intérieur du camp pour que l’on annonce les mesures prises. Par ailleurs, la vente de boissons alcoolisées était désormais interdite au moment où l’on devait étendre le champ d’organisation de ces rondes nocturnes. Enfin, pour sortir du camp, il faudra avoir la permission des autorités du camp qui doivent apprécier. Malgré la prise de ces mesures, les mêmes responsables du camp font savoir que le niveau de sécurité a été relevé dans les alentours du camp.

Au cours de cette attaque, une somme colossale d’argent, quoi que l’on ne précise pas son montant, a été volée. L’on apprend également que la partie attaquée est située non loin de la forêt où des réfugiés disent avoir vu des hommes armés qui parlent la langue burundaise, une information minimisée dans un premier temps par les responsables du camp.

Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons qu’un réfugié burundais du nom d’Eric Ngendakumana, lui aussi basé au camp de réfugiés de Nduta, a été porté disparu. Il vivait en zone VI, District III, numéro 43 et il a été arrêté le 7 avril 2019 par des membres du parti au pouvoir en Tanzanie appelés Sungusungu. Depuis cette date, il reste introuvable.

Son entourage et sa famille biologique font savoir que depuis son interpellation par les Sungusungu, il reste introuvable dans tous les cachots du pays de John Pombe Magufuli et injoignable sur son téléphone portable.

Sa famille déclare que les mobiles de son arrestation restent inconnus et craint pour sa sécurité, d’autant plus que ces jeunes sont toujours les ravisseurs des réfugiés burundais et souvent, l’on trouve leurs corps sans vie dans les environs du camps au bout de quelques jours.

Burundi - Justice

Un magistrat pris la main dans le sac

Rutana, le 12 avril 2019 (Net Press) . Qui a dit que les magistrats ne sont pas corrompus ? Sans devoir les accuser globalement, il y a au moins un, Aloys Ntibishimwa, qui a été arrêté ce 10 avril par des agents de la brigade anti-corruption. Il a été attrapé en flagrant délit de réception d’un pot-de-vin. Selon des informations dignes de foi, il a reçu une somme de 50.000 Fbu pour qu’il libère un présumé violeur.

Le "corrupteur" a eu le réflexe d’avertir la brigade anti-corruption et il serait venu remettre de l’argent au pauvre Ntibishimwa accompagné d’un agent de cette brigade à l’insu du magistrat. Ce dernier a été conduit dans un cachot jusqu’ici inconnu, mais les premières informations indiquent qu’il serait déjà à la prison centrale Mpimba de Bujumbura.

Un humoriste a crié au secours des magistrats dans ce pays. Comprenant parfaitement qu’un fonctionnaire de l’Etat, de surcroît un magistrat, peut recevoir un pot-de-vin malgré l’éthique du métier, l’humoriste est sidéré tout de même qu’un homme de son rang puisse accepter de libérer un malfaiteur pour une modique somme comme 50.000 Fbu, d’où il a plaidé pour qu’il y ait augmentation du salaire des magistrats.

Burundi - Politique

Maintien au cachot des membres du Cnl au-delà des délais

Gitega, le 12 avril 2019 (Net Press) . Trois membres du Cnl, la formation politique d’Agathon Rwasa, Jean Teddy Kwizera, Egide Nininahawe, ont été interpellés par la police le 24 mars sur la colline Jimbi, commune et province de Gitega, au Centre du pays. Ils sont accusés d’avoir attaqué des gens qui se rendaient pour les travaux communautaires. Ils ont été conduits dans les cachots de la police dans la capitale politique. Il semble que l’un d’eux aurait été battu par des jeunes du parti au pouvoir.

Depuis cette date, ils sont là et leur dossier semble ne pas bouger pour qu’ils soient jugés, punis ou acquittés, surtout qu’ils n’ont pas encore été même chez le juge de confirmation. Les membres de ce parti politique sont convaincus que des mobiles politiques sont derrière leur incarcération. Ils s’inquiètent en outre car le code pénal burundais prévoit au maximum 14 jours d’incarcération dans un cachot, ce qui n’est pas apparemment le cas.

Burundi - Education

Perturbation des activités à l’école fondamentale de Ninga

Bubanza, le 12 avril 2019 (Net Press) . Selon des informations en provenance de l’école fondamentale de Buringa, commune de Gihanga, province de Bubanza, Nord Ouest du pays, les activités scolaires ont été paralysées ce matin à cette école suite à l’arrestation de deux enseignants.

Ils sont accusés d’avoir frappé violemment une écolière au moment où l’un d’entre eux était même soupçonné d’avoir tenté de la violer. Les deux enseignants ont rejeté en bloc ces accusations, tout en confirmant qu’ils ont puni la fille pour fautes commises, sans toutefois la tabasser avec méchanceté.

Burundi - Rdc - Sécurité

Le général Aloys Nzabampema gravement blessé lors d’une attaque de la Fardc

Uvira, le 12 avril 2019 (Net Press) . Des sources de l’armée congolaise font savoir que le cerveau du mouvement rebelle du Burundi, du Front pour la libération Nationale, le général Aloys Nzabampema, a été gravement blessé lors d’une attaque de grande envergure qui opposait l’armée congolaise et ce mouvement rebelle burundais. C’était en date du 8 avril 2019 dans le territoire Fizi, dans la province du Sud Kivu.

Rappelons que dans ses dépêches antérieures, la rédaction avait évoqué le cas d’une trentaine de rebelles burundais qui avaient été tués et 24 autres grièvement blessés par la même armée qui a changé de commandant suprême en janvier dernier. L’on rappellera également que le nouveau président Félix Tshisekedi, dans son discours-programme du 24 janvier à Kinshasa, avait promis de réserver un traitement efficace à la situation sécuritaire de l’Est de son pays.

Sans que l’on puisse savoir exactement ce que se sont dit les présidents Félix Tchisekedi et Paul Kagame, respectivement de la République démocratique du Congo et du Rwanda, l’on peut tout de même se dire que la sécurité entre les deux pays n’a pas été en reste au regard de l’insécurité qui y régnait tout le long de la présidence de Joseph Kabila. Signalons qu’il était à Kigali le 26 mars dernier, une des premières visites d’un nouveau chef d’Etat après l’Angola et le Kenya.

Le porte-parole de l’armée congolaise, le capitaine Kasereka de la localité de Fizi, en territoire du Sud Kivu demande à ses compatriotes de se désolidariser d’avec ce qu’il qualifie de « forces négatives « localisées à l’Est de la République démocratique du Congo.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte