Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

21 mai 2019

Kirundo, le 21 mai 2019 (Net Press) . Un policier du nom de Nicolas Niyonzima a été tué à Bwambarangwe, dans la province de Kirundo, au Nord du pays, par son compagnon d’armes, dans la soirée de ce dimanche 19 mai, vers 19 heures. Il l’a tiré à bout portant et la victime a trouvé la mort sur le champ. L’origine de l’assassinat pourrait être une mésentente lors du partage d’un pot-de-vin.

Selon des sources fiables, le policier-assassin a été arrêté et c’est là où les choses deviennent compliquées. En effet, ce dernier a été également tué par balles de ses collègues et des crépitements d’armes avaient été entendus le lendemain vers 14 heures. Selon des témoins oculaires, le corps du policier était criblé de balles.

Pour la police, la nouvelle victime tentait de fuir du véhicule du commissaire provincial en train de rouler et les agents de transmission lui ont tiré dessus, d’où sa mort sur le champ. Selon la même version des faits, il était conduit vers le chef-lieu de la province de Kirundo dans un procès de flagrance.

Mais pour d’autres, la police aurait cherché à verrouiller la vérité sur le pot-de-vin que venaient de recevoir les deux policiers. Cette opinion trouve qu’il sera maintenant impossible de connaître la réalité car les deux témoins-clés, qui étaient au centre de l’affaire, ont été tués dans des circonstances opaques.

Sur le chapitre des droits de l’homme, l’on apprend qu’au moins 11 personnes ont été tuées la semaine dernière tandis qu’une autre a été enlevée. L’on apprend qu’il y a eu, dans la même période, neuf cas de tortures, une victime de violences basées sur le genre et six cas d’arrestations arbitraires.

Des jeunes affiliés au parti de l’Aigle, des policiers, des agents du service secret et des administratifs sont soupçonnés d’être les présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Les activistes des droits de l’homme estiment que la plupart des victimes de ces violences sont des membres des partis de l’opposition. N.R.

Burundi - Politique

Des membres du Cnl arrêtés dans la province de Gitega

Gitega, le 21 mai 2019 (Net Press) . Les deux hommes ont été arrêtés dans deux endroits différents de la province de Gitega. Le premier a été arrêté dans la commune de Gishubi, accusé d’avoir brûlé la clôture d’une maison d’un directeur d’une école. Le deuxième a été arrêté dans la commune de Ryansoro, toujours dans la capitale politique du Burundi et la rédaction ne connait pas encore les mobiles de son interpellation.

Audace Barutwanayo, membre du parti Cnl à Gishubi, a été conduit au cachot de cette commune. Les faits se sont déroulés sur la colline Nyamutobo, au chef-lieu de la zone de Nyabiraba. Quant à celui de Ryansoro, Aloys Niyonkuru, il a été interpellé dimanche alors qu’il sortait de la messe, sur la colline Ngaruzwa et conduit lui aussi au cachot de la même commune.

Les responsables de cette formation politique dans la province de Gitega parlent d’un montage pour intimider leurs membres et sympathisants et demandent leur libération immédiate et sans conditions. De son côté, l’administration aussi bien à Gishubi qu’à Ryansoro indique qu’elle n’est pas au courant de ces interpellations. J.M.

Burundi - Communication

Nestor Bankumukunzi échappe au coup de balai au Cnc

Bujumbura, le 21 mai 2019 (Net Press) . Par décret présidentiel n° 100/073 du 15 mai 2019, portant nomination des membres du conseil national de la communication, l’on voit que son président, Nestor Bankumukunzi, reste inamovible car il a gardé sa fonction. Les autres comme la vice-présidente du conseil, le secrétaire et le conseiller juridique, ont été remerciés.

Il y a également des entrées fracassantes au Cnc comme celle du tonitruant Pierre Nkurikiye, porte-parole du ministère de la sécurité publique et de la prévention des catastrophes qui est érigé au rang de membre. Jacques Bukuru, journaliste à la radio et télévision nationales, jadis membre de ce conseil, en devient son secrétaire.

L’on saura que le conseil national de la communication est composé de 14 personnes, avec un déséquilibre criant de l’aspect genre car il y avait jusqu’ici 12 hommes et seulement deux femmes. D.N.

Burundi - Assainissement

Le Burundi, pays propre : un rêve du gouvernement

Gitega, le 21 mai 2019 (Net Press) . Ces derniers jours, les autorités administratives se relayent sur les médias pour annoncer à qui veut comprendre que les chefs-lieux des provinces et les centres urbains de notre pays doivent, qu’il pleuve ou qu’il neige, compter parmi les belles villes d’Afrique.

Mais ce souhait risque de rester uniquement sur les bouts des lèvres des autorités car les agents de l’hygiène ne sont plus d’actualité dans notre pays, ne fut-ce pour familiariser les populations avec les mesures d’hygiène.

En outre, notre population est enclin dans de vielles habitudes dignes d’un autre âge qui consistent à se soulager n’importe où même en pleine ville. Il n’est pas singulier de voir un homme ou une femme, adulte de surcroît, en train de faire le petit comme le grand besoin sur les bords d’une route ou dans la nature. Cette population nécessite une rééducation en la matière car, ses vielles habitudes et sa mentalité doivent changer dans le strict respect de la nature. Alors qui va prendre le bâton de pèlerin car même la plus belle fille ne donne que ce qu’elle a ? Cette éducation doit commencer par les responsables administratifs qui vont à leur tour répercuter l’information dans la population et briller par exemple en conséquence.

Il n’est pas curieux de voir des passagers dans un bus ou à pieds éplucher une banane, une orange, une denrée emballée et jeter ses restes dans la rue sans que leur conscience ne soit inquiétée. Cette pratique pitoyable se fait au grand dam de l’autorité administrative. Si donc on veut rendre leur beauté les centres-villes burundais, à commencer par Bujumbura, il faut que les autorités de ce pays soient soumises à une sensibilisation permanente pour qu’elles reflètent l’image d’un homme respectueux de l’environnement.

Tant que le pays utilisera le charbon de bois dans les ménages et qu’il autorisera la vente des fruits et légumes dans des lieux non aménagés à cette fin, les centres – villes burundais resteront de grandes poubelles où les immondices dégageront une odeur répugnante à quiconque manifesterait une moindre nostalgie de visiter notre pays.

Et comme l’administration veut rendre leur beauté aux chefs – lieux des provinces, il serait urgent d’exiger tout aussi la propreté corporelle, alimentaire et vestimentaire des citoyens tout au moins ceux de la capitale Bujumbura car elle fait honte aux passants.

Le gouvernement doit alors disposer des poubelles un peu partout dans le pays et enseigner la population comment les utiliser. Aussi, il doit prévoir des dépotoirs et créer des services publics en charge d’assurer le transport de ces déchets vers le lieu de stockage avant leur transformation en consommables des ménages. Ce grand projet qui nécessite alors de gros moyens n’est pas inscrit parmi les priorités du gouvernement. Dans ce cas, l’Etat veut à la fois garder le beurre et l’argent du beurre, ce qui rendra chimérique le vœu du gouvernement et notre situation environnementale plus piteuse et plus perpétuelle. N.R.

Burundi - Commerce

Le manque de carburant refait surface dans la capitale Bujumbura

Bujumbura, le 21 mai 2019 (Net Press) . Les vendeurs de carburant de type Mazout se lamentent aujourd’hui du fait qu’ils viennent de passer des semaines sans ce produit. Cependant, ils ont de la peine à convaincre car les consommateurs de ce carburant pensent plutôt à la spéculation des pétroliers.

Comme il y a un silence net de la part du gouvernement, les mauvaises langues ne cessent de croire à une rareté de devises qui serait le problème n° 1 dans l’approvisionnement de ce produit. Cependant, l’essence est plus ou moins disponible, ce qui rend caduc l’idée de manque de devise, selon certains observateurs économiques.

D’autres trouvent que certains pétroliers auraient acheté ce produit à un prix au baril qui a chuté juste après cette opération, d’où ils attentent, le carburant dans leurs stocks, que les jours soient meilleurs pour vendre ou alors à défaut, que le gouvernement revoie à la hausse ce produit. Autant d’explications qui ne tiennent d’aucune réalité outre que ce produit fait défaut sur le marché.

Malgré cela, les populations en paient les frais car ce manque entraîne la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité. Selon des informations parvenues à la rédaction, un litre de Mazout coûte actuellement 4.000 Fbu au marché noir, d’où les produits alimentaires importés par des camions à Mazout augmentent de prix. J.M

Burundi - Rdc - Société

Le Congo sur le stade d’employer la main d’œuvre burundaise

Uvira, le 21 mai 2019 (Net Press) . Nous apprenons que les Congolais utilisent les jeunes burundais réfugiés dans ce pays comme maçons, pêcheurs ou domestiques à la place d’autres Congolais. Malgré cela, ces derniers ne voient pas cela d’un bon œil car, frappés d’un chômage en pleine recrudescence, voudraient également faire ces travaux.

Le problème est très simple, ces réfugiés burundais qui ont inondé le sol congolais depuis 2015 exigent un salaire bas et travaillent plus de temps par jour, un problème qui se pose même dans d’autres pays, comme en Afrique du sud. Et de leur côté, les employeurs préfèrent une main d’œuvre nettement moins chère mais plus productive.

Ces Burundais préfèrent travailler dans la localité d’Uvira car le dollar a une grande valeur par rapport à cette monnaie dans leur pays. Ils disent qu’ils peuvent gagner facilement 50 dollars américains, soit plus de 100.000 francs burundais par mois.

L’on signalera que dans le temps, le Zaïre était un pays prestigieux si bien que les Burundais étaient complexés et se nommaient Zaïrois et non Burundais. Ceux de la capitale Bujumbura feignaient d’ignorer le kirundi pour parler le kiswahili à la zaïroise. Tout était prospère aux années 1970 sous le fondateur de l’Authenticité, Mobutu Sese Seko, qui était très courtisé par les Occidentaux.

Une fois au bistrot, les Congolais achetaient la bière par caisses et on nous apprend qu’une fois qu’une mouche plongeait dans une bouteille remplie de boisson, les consommateurs versaient toute la caisse pour en acheter une autre. Mais la vie devint de plus en plus difficile, quand la mouche se retrouvait sur une bouteille de bière, l’on extrayait uniquement la bouteille pour vider les 11 restantes.

Plus tard, quand une mouche trempait dans un verre, l’on versait le verre et finalement, les Congolais ont pris la résolution de sucer la mouche pour lui soutirer le peu de bière qu’elle aurait ingurgité. Aujourd’hui, l’heure est à la relance dans ce pays car il préfère employer des expatriés, qui sont des Burundais. D.N

Burundi –Sport

Sponsor de l’équipe nationale "Les Hirondelles" au Can 2019

Bujumbura, le 21 mai 2019 (Net Press) . L’équipe nationale de football continue à avoir des soutiens de la part des hommes d’affaires burundais. Outre les entreprises qui avaient donné leurs contributions il y a une semaine, le président de la Ffb a collecté d’autres fonds.

Selon nos sources, l’entreprise Musumbasteel, une entreprise de fabrication des tubes et des clous a donné un coup de main à concurrence de vingt millions de nos francs. La banque Bcb en a délivré 10 millions au moment où la fédération nationale des coopératives du Burundi (Fenacobu), a octroyé également 10 millions de nos francs.

La société de brassage du vin de banane sise en province de Kayanza, Imena, a contribué à hauteur de 10 millions et la régie de distribution d’eau et de l’électricité, Regideso, a également délivré 10 millions de nos francs. La société sucrière du Moso (Sosumo) a donné un coup de main de 5 millions et la diaspora burundaise de Shanghai en République populaire de Chine a elle aussi donné une contribution de 5 millions de francs burundais. La banque Kenyan commercial Bank (Kcb) a donné 5 millions et la pharmacie Unifarma, 4 millions

Le président de la fédération de football du Burundi, Reverien Ndikuriyo, au cours d’une conférence de presse animée à cette occasion, a remercié les opérateurs économiques qui ne cessent de contribuer financièrement pour soutenir l’équipe nationale du Burundi pour le rendez-vous de la coupe d’Afrique des Nations qui va se dérouler dans la ville d’Alexandrie en Egypte et demande aux autres donateurs de les emboiter le pas. Ch. N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte