Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 juillet 2019
|Des Congolais en possession de devises attaqués par des hommes armés

Burundi - Sécurité4 juillet 2019
|La police met la main sur deux personnes qui se transforment en forces de l’ordre

Burundi – Sécurité 3 juillet 2019
|Une somme de deux mille francs burundais à l’origine d’une perte d’une vie humaine

Burundi - Sécurité 2 juillet 2019
|Une jeune femme tuée en zone Kanyosha en mairie de Bujumbura

Burundi - Sécurité1er juillet 2019
|Un enseignant arrêté après avoir tenté de tuer son élève

Burundi - Sécurité29 juin 2019
|Découverte d’une dépouille ligotée au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité Routière28 juin 2019
|Un conducteur de taxi-vélo fauché par un accident de roulage

Burundi - Sécurité27 juin 2019
|Les chrétiens de Kayanza présentent une offrande pour le moins surprenante

Burundi - Sécurité26 juin 2019
|Les membres du Cnl toujours dans l’oeil du cyclone

Burundi - Sécurité25 juin 2019
|Deux enfants tués suite à des pluies torrentielles au Sud du pays

Burundi - Sécurité24 juin 2019
|Des policiers qualifiés de source d’insécurité par les motards au Sud du pays

Burundi - Rdc - Sécurité22 juin 2019
|L’Onu atteste la présence des Imbonerakure, de l’armée et des rebelles burundais en Rdc

Burundi - Somalie - Sécurité21 juin 2019
|Affrontements des militaires burundais en Somalie, info ou intox ?

Burundi - Sécurité Routière20 juin 2019
|Le curé de la paroisse Mbogora décédé dans un accident de roulage

Burundi - Rdc - Sécurité19 juin 2019
|Suspension des circulations entre le Burundi et la Rdc via la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité18 juin 2019
|Tensions entre les jeunes du Cnl et ceux du Cndd-Fdd au Nord Ouest

Burundi - Sécurité17 juin 2019
|Le siège du Cnl dans Bujumbura rural brûlé

Burundi - Sécurité15 juin 2019
|Les populations de Burundi inquiètes de la recrudescence des crimes au chef-lieu

Burundi - Sécurité14 juin 2019
|Les albinos menacés par des croyances obscurantistes

Burundi - Sécurité13 juin 2019
|Un enseignant tué dans la province de Bururi

Burundi - Sécurité 12 juin 2019
|Une maman brûle sa fillette après avoir volé 2 Kg de haricot

Burundi - Sécurité11 juin 2019
|Arrestation d’un jeune homme dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité 10 juin 2019
|Deux personnes tuées au cours de ce weekend !

Burundi - Sécurité8 juin 2019
|Une femme arrêtée pour avortement volontaire

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une femme arrêtée pour avortement volontaire

8 juin 2019

Makamba, le 8 juin 2019 (Net Press) . Nous sommes au Sud du pays, dans la province de Makamba, où une femme de 20 ans et sa mère ont été arrêtées par la police de cette circonscription. La femme aurait provoqué un avortement volontaire avec la complicité de sa mère.

L’enfant tué aurait été trouvé dans une bananeraie et quand des enquêtes ont été menées, l’on s’est rendu compte que la femme n’avait pas d’enfant alors qu’on l’avait vue enceinte. Les enquêtes se poursuivent et elles sont gardées dans les cachots pour homicide volontaire.

Toujours au chapitre de la sécurité, l’on saura que les derniers militaires qui doivent rentrer sur Bujumbura sont attendus ce samedi 8 juin. En effet, dans le cadre de l’Amisom, 312 militaires des 47ème et 48ème bataillons doivent rentrer pour se faire remplacer par ceux des 52ème et 53ème bataillons.

Selon des informations proches de l’Amisom, les 220 premiers sont arrivés ce 7 juin à Bujumbura et aujourd’hui, la capitale économique attend les 92 restants. L’on rappellera que ce rapatriement avait été reporté, une annonce qui avait été faite par le ministère de la défense et des anciens combattants, officiellement pour des raisons techniques. N.R.

Burundi - Politique - Sécurité

Quand les membres du Cnl et les Imbonerakure en viennent au pugilat

Bujumbura, le 8 juin 2019 (Net Press) . Des échauffourées ont éclaté entre les membres du Cnl et les Imbonerakure du parti de l’Aigle dans la commune de Mubimbi, province de Bujumbura rural, dimanche le 2 juin 2019 dans la soirée. L’on saura que le congrès national pour la liberté avait organisé une réunion pour ses membres et sympathisants de la localité.

Selon des informations sur place, juste après la réunion du Cnl, le parti a procédé à une réception et l’un de ses membres aurait pris un verre de trop. Il se serait méconduit jusqu’à poignarder un passant qui n’était pas impliqué dans ces chicanes, ce qui a provoqué la réaction des Imbonerakure.

Les membres du parti au pouvoir pointent du doigt ceux du Cnl d’avoir provoqué la bagarre mais ces derniers parlent de faux prétexte car tout était prémédité. Il parle de la confiscation des t-shirts du parti et d’autres outils symbolisant le Cnl. L’administration parle de la poursuite des enquêtes pour punir les fauteurs de troubles, qui qu’ils soient.

Les deux rivaux, tout comme l’administration, déplorent l’intolérance politique entre les deux formations politiques à la veille des élections de 2020. Toutes les trois parties souhaitent qu’il y ait une bonne cohabitation entre les habitants de cette zone, quelles que soient leurs tendances politiques. Une personne a été blessée suite à ces bagarres des deux parties. Ch.N.

Burundi - Grands Lacs - Sécurité

"Le Burundi absent d’une réunion des renseignements des pays des Grands Lacs", selon Rfi

Kinshasa, le 8 juin 2019 (Net Press) . La réunion s’est tenue les 5 et 6 juin dans la capitale de la République démocratique du Congo et dirigé par le président congolais, Félix Tshisekedi. Selon la radio du monde, alors que les tensions augmentent dans la région des Grands Lacs, une réunion s’est tenue mercredi et jeudi entre les services de renseignements de la région.

Sous l’égide du président Félix Tshisekedi, avec le soutien des deux organisations sous-régionales, la Cirgl, Sadc et l’envoyé spécial de l’Onu, l’objectif est de coordonner les actions dans la lutte contre les « forces négatives », notamment les groupes étrangers qui sévissent dans l’est de la Rdc.

C’est le bureau de l’envoyé spécial de l’Onu pour les Grands Lacs qui a communiqué sur cette réunion qui s’est officiellement terminée jeudi à Kinshasa. Une rencontre qui a réuni des représentants de services de renseignements du Congo, du Rwanda, de l’Ouganda, de la Tanzanie et même du Burundi.

Mais à peine le communiqué publié, du côté de Bujumbura, une source sécuritaire dément toute participation de son pays à cette réunion, sans préciser le motif. Une source interne à l’Onu confirme. Un diplomate africain impute cette bouderie au rapprochement entre le Rwanda et la RDC. La semaine dernière, les présidents congolais, rwandais et angolais avaient annoncé le renforcement d’un axe diplomatique entre ces trois pays, notamment sur les questions sécuritaires.

L’absence du Burundi est d’autant plus remarquée que cette réunion était attendue de longue date puisqu’elle était recommandée depuis un sommet de chefs de l’État de la région qui s’est tenu à Kampala en octobre dernier. Mais depuis, les relations entre Kigali et ses voisins se sont encore dégradées, ce qui a longtemps rendu cette rencontre difficile à organiser, explique-t-on de source onusienne. Sans compter l’organisation des élections au Congo.

Coordonner des actions contre les groupes armés

Du côté des chancelleries occidentales, on pousse le tout nouveau chef de l’État congolais à s’investir non seulement dans la lutte contre les groupes armés, mais aussi pour apaiser les tensions entre les pays voisins.

L’objectif est de coordonner les actions dans la lutte contre les « forces négatives » qui sévissent dans l’est du Congo alors qu’aujourd’hui, ces voisins de l’Est sont tous à couteaux tirés. « C’est vrai que les voisins sont énervés par rapport à ce qui se passe avec les groupes armés chez nous », reconnaît une source officielle congolaise.

Une source sécuritaire affirme elle que les voisins jouent eux aussi un rôle dans l’activité de ces groupes armés, en témoigne la présence de groupes étrangers sur son sol et les accusations de soutien à ces groupes formulées contre le Rwanda, le Burundi et même l’Ouganda. D.N.

Burundi - Manifestations

Manifestations aujourd’hui contre les manipulations des médias français

Bujumbura, le 8 juin 2019 (Net Press) . Dans l’édition de ce 7 juin, la rédaction avait fait part de manifestations dans tout le pays à la date d’aujourd’hui contre trois médias français à savoir Rfi, TV5 Monde et Le Monde Diplomatique pour diffusion des mensonges qui ternissent l’image du pays, notamment par l’interview des personnes ayant quitté le pays et qui sont poursuivies par la justice.

Nous apprenons que ces manifestations ont eu lieu dans tout le pays et qu’elles étaient organisées par des associations sans but lucratif reconnues par le gouvernement de Gitega. Dans la capitale économique Bujumbura, une marche-manifestation s’est rassemblée à la gare du Nord, les manifestants ont pris le boulevard du 28 novembre et ont échoué au siège de l’ambassade de France au Burundi, où ils ont fait un sit-in.

L’un des organisateurs de la marche-manifestation, Venant Hamza Burikukiye, a indiqué que l’objectif de cette activité est de décrier certaines radios, sas préciser lesquelles, qui ternissent l’image du pays. C’était également pour décrier les Burundais vivant en exil qui s’adonnent à la destruction de leur pays.

Malgré cela, l’on a senti que c’est la radio France internationale qui les empêche de dormir à travers ses déclarations. L’ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse, a rencontré les organisateurs de la marche-manifestation et a préféré ne pas faire de commentaires à la presse. J.M.

Burundi - Sport

L’équipe championne du Burundi ne participera pas au tournoi du Cecafa

Bujumbura, le 8 juin 2019 (Net Press) . Il est prévu un tournoi du Cecafa qui oppose habituellement les équipes championnes de la sous-région. Pour cette année, ce tournoi baptisé Kagame Cup aura lieu à Kigali, du 7 au 21 juillet 2019. Nous apprenons que l’équipe championne du Burundi, Aigle Noire, ne prendra pas part à cette rencontre sportive.

Selon les confrères de la radio Isanganiro qui ont recueilli l’information, cette équipe a d’autres compétitions qu’elle prépare et elle sera prise depuis la semaine prochaine jusqu’à la fin du mois de juillet, d’où elle n’entend pas se présenter dans ce tournoi de Kigali. Un journaliste a voulu savoir si cela n’est pas une perte pour le Burundi car Aigle Noire avait raflé toutes les coupes lors de la dernière édition. Le porte-parole de l’équipe a répondu par la négative.

Même si l’explication a été celle donnée, une opinion rencontrée par la rédaction et qui avait appris l’information, a trouvé l’argument peu convaincant. Elle croit savoir que des raisons politiques ne peuvent ne pas s’inviter dans ce championnat qui se passe au pays de Paul Kagame, quand on connaît les relations délétères qui caractérisent les deux pays.

La même opinion se base sur le fait que le Burundi fait tout pour éviter des rencontres avec le Rwanda, que ce soit sur le plan bilatéral ou multilatéral. Et de pointer du doigt cette rencontre qui vient de se tenir à Kinshasa et qui concernait la sécurité de toute la sous-région où le pays a été absent.

D’autres avaient évoqué le déplacement du nouveau chef d’Etat congolais dans plusieurs pays de la sous-région, dont Kigali, sans mettre ses pieds à Bujumbura. Ce serait une preuve, selon toujours cette opinion, que le départ de Joseph Kabila, qui était si proche du gouvernement de Bujumbura à l’époque, n’a pas été bien apprécié par ce dernier. J.M.

Burundi - Nécrologie

Départ pour l’Eternité d’un homme brave et intelligent

Bujumbura, le 8 juin 2019 (Net Press) . Il vient de s’en aller sans avertir, sans dire au revoir, ni à sa chère épouse, ni à qui que ce soit, mais, malgré son départ très inopiné, tout le monde s’accorde à dire que Julien Ndayiragije était un homme hors du commun de par son sens de l’honneur, de par son intelligence, de par sa bravoure, bref, un homme difficilement descriptible au regard des qualités qui l’habitaient.

Né à Maramvya, de la commune de Kayokwe, dans la province actuelle de Mwaro, Julien Ndayiragije a vu le jour le 2 février 1948, comme les autres enfants, mais a vite développé un sens poussé d’intelligence pour un gosse de son âge qui venait à peine de commencer ses études à l’école primaire de Kibumbu.

De l’intelligence de Julien Ndayiragije

Alors qu’il fréquente la 4ème année primaire, le petit Julien apprend qu’il a échoué et en compagnie de son oncle, il rentre, mais reste convaincu qu’il a échoué injustement. Après trois kilomètres de marche, il parle de sa conviction à son oncle qui l’invite à abandonner les études et à garder les vaches de son père.

Aussitôt dit, il décide de rebrousser chemin jusqu’à l’école où il trouve le directeur de l’école sur place. En sanglots, le jeune garçon indique au responsable qu’il est convaincu qu’il n’a pas échoué et qu’il pourrait y avoir erreur du maître. Le directeur surpris, appelle le maître et lui demande d’amener les notes de l’écolier. Ce dernier n’a pas exécuté les ordres de son supérieur hiérarchique mais a reconnu que l’enfant a réussi, une première victoire de ce garçon à l’avenir radieux, car il est devenu depuis un ami du savoir.

Comme il n’avait pas de difficultés à l’école, il réussit sans aucun problème au concours national et sera orienté au collège notre dame de Gitega, Cnd. Très rapidement, il montra des talents hors du commun dans le cours de Chimie dans lequel il se spécialisa d’ailleurs plus tard, lors des études universitaires.

Dans un premier temps, il a fréquenté les candidatures à l’université officielle de Bujumbura avant de poursuivre ses études supérieures à l’université de Louvain, où il a obtenu un diplôme de licence en Chimie. Il fut également spécialisé en brasserie, selon des témoins qui l’ont connu dès son jeune âge.

Il ne serait pas superflu de mentionner que grâce à son intelligence, il est parmi les rares burundais qui maîtrisent l’arbre généalogique de sa famille jusqu’au 5ème niveau, le gros de nos compatriotes se limitant au 3ème degré.

Et en matière d’informatique, l’on a appris que Julien Ndayiragije s’est vite adapté à cette nouvelle notion du savoir venue au Burundi alors qu’il ne l’avait rencontré nulle part dans sa jeunesse. L’on signalera que la plupart des gens de son âge ne savaient même pas à l’époque manipuler les machines à écrire, se contentant de confier ce travail aux secrétaires qui divulguaient les décisions prises avant qu’elles ne soient rendues publiques.

De la carrière de Julien Ndayiragije

Il a commencé son travail le 1er novembre 1972 au sein de l’entreprise commerciale Brarudi et pendant les 31 ans qu’il a servi, il a tout été, il a tout fait pour que l’entreprise aille toujours de l’avant, ce qu’il a toujours fait avec brio, d’où des promotions incessantes de la part de ses supérieurs hiérarchiques.

Tout au début de sa carrière, Julien Ndayiragije occupait le poste d’ingénieur de fabrication en tant que chef de service. En 1977, il fut désigné chef de service principal avant d’accéder au grade de chef de département 5 ans plus tard, en 1982. Comme il était intègre et intelligent, il avait toujours cette ambition de grimper des échelons dans sa carrière.

Voilà que deux ans plus tard, en 1984, Julien Ndayiragje devient directeur général adjoint de la Bragita. En 1992, il est conjointement administrateur directeur général adjoint de la Bragita et directeur commercial de la Brarudi et de la Bragita. Après la fusion de la Brarudi et de la Bragita en 1995, cet homme infatigable devient administrateur directeur de la production.

En 1999, il est directeur technique jusqu’à sa retraite en 2003. L’on a appris également qu’il a effectué plusieurs stages dans beaucoup de pays en Europe et en Amérique. Son sens de l’amour du travail bien fait, sa ponctualité, autant de qualités pour lesquelles la Brarudi ne voulait pas le lâcher, d’où même dans sa vie de retraité, il est resté dans les parages de son entreprise bien aimée.

De la bravoure de Julien Ndayiragije

Julien Ndayiragije est un homme dont l’avancée en âge ne change rien sur sa personnalité si bien qu’il est resté un jeune de 7 à 77 ans. A côté de sa carrière à la Brarudi, Julien Ndayiragije a distribué des prix au meilleur élève en Chimie au collège notre dame de Gitega où il a évolué, il est parmi les membres fondateurs du Club Shika Compagnon dont il a été président pendant longtemps.

Il a toujours couru devant les jeunes de ce club qui ne comprenaient pas comment un homme aussi âgé restait fort comme un jeune homme. Rappelons d’ailleurs que Julien Ndayiragije est mort sur le champ d’honneur, en date du 2 juin 2019, en train de faire du sport avec ses poulains, surtout les plus jeunes qui le prenaient pour tonton et ce, à l’âge respectable de 71 ans.

Julien Ndayiragije était également un Mushingantahe digne de ce nom au regard de ses initiatives de réconciliation au sein du parti de Rwagasore. Pour ses conseils justes et constructifs, il était aimé et respecté de tous, quels que soient les courants que traversaient cette formation politique.

Julien Ndayiragije a été mis en terre ce 7 juin 2019 et l’on note qu’un émissaire de haut niveau de la Brarudi a tenu à faire le déplacement de Mpanda pour exprimer de vive voix qui était Julien Ndayiragije au cours de son oraison funèbre, ce qui n’a pas étonné ceux qui connaissaient le défunt.

Julien Ndayiragije est aujourd’hui assis à la droite du Père au ciel où il est déjà notre ambassadeur. Puissent sa chère épouse, ses parentés, ses amis et connaissances le retrouver un jour dans la joie éternelle, dans une période qui serait la plus longue possible. Que la terre de ses ancêtres lui soit légère ! Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte