Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Les membres du Cnl toujours dans l’oeil du cyclone

26 juin 2019

Ruyigi, le 26 juin 2019 (Net Press) . Un maçon de la colline Muhongoro, dans les commune et province Ruyigi, à l’Est du pays, du nom d’Eric Nkurunziza, est introuvable depuis dimanche 23 juin 2019. Au départ, il a répondu au téléphone d’un prénommé Alexis, habitant de la commune Kinyinya.

Selon le parent d’Eric Nkurunziza, lorsque ce dernier est arrivé à destination, il a été "cueilli" par l’administrateur, Fulgence Kwizera, en compagnie de policiers et de plusieurs Imboneerakure. Selon le même témoignage, il a été conduit dans le cachot de la police à Kinyinya, mais curieusement, il y est introuvable.

Sa famille craint le pire pour sa sécurité, ce qui ne cause pas de l’insomnie à l’autorité communale car, une fois contacté pour donner des précisions sur cette arrestation, il répond tout simplement qu’il n’est pas au courant de cela.

Toujours dans la province de Ruyigi, nous apprenons que 12 membres du parti Fnl de Jacques Bigirimana ont été interpellés le 9 avril dernier par des Imbonerakure, ce qui étonne plus d’un car cette formation politique est reconnue comme de l’opposition proche du parti au pouvoir, le Cndd-Fdd.

Ils avaient été accusés de perturber la sécurité dans la commune de Butaganzwa. Lors de leur comparution en date du 12 avril devant le tribunal de grande instance, deux d’entre eux ont été acquittés tandis que neuf autres ont été condamnés à une année et six mois de prison. Un autre enfin a été condamné à trois ans de prison ferme.

A Kirundo, au Nord du pays, les choses ne vont pas mieux comme la rédaction ne cesse de le mentionner ces derniers temps. Des informations en provenance de la commune Ntega font état de deux membres du parti politique d’Agathon Rwasa qui sont dans un état critique après avoir été copieusement battus par des jeunes Imbonerakure.

Les victimes de cette bastonnade indiquent qu’elles ont reconnu les auteurs de ce forfait et que malheureusement, elles doivent entrer en clandestinité de peur que leurs vies ne soient achevées sur le lit d’hôpital. Depuis, les autorités de cette entité communales ne sont pas joignables.

Au Nord-Ouest du pays, dans la province de Cibitoke, un corps en décomposition d’une femme a été retrouvé par la population. Des sources policières rapportent qu’elle a été d’abord violée par des gens non encore identifiés avant son assassinat. Elle présentait des blessures un peu partout sur le corps et un ordre a été donné d’enterrer la dépouille au même endroit.

Les habitants, tout comme les défenseurs des droits de l’homme dans cette circonscription dénoncent cet enterrement précipité de la dépouille avant des enquêtes et probablement une autopsie. De son côté, le commissaire provincial de la police à Cibitoke, Opc 1 Bonfort Ndoreraho, affirme avoir donné cet ordre pour éviter la contamination de la population environnante, sans autre précision.

Burundi - Politique

Des collinaires plus déterminantes au cours du processus électoral prochain

Bujumbura, le 26 juin 2019 (Net Press) . Le Burundi chemine vers les élections de 2020 au mépris des inquiétudes émises par la communauté internationale. En effet, les conclusions du rapport du conseil de sécurité des Nations unies et du commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine font état d’une situation politique et sociale qui ne garantit pas les principes de la démocratie. L’Union africaine et les Nations unies proposent la reprise des pourparlers sous la médiation de la communauté est-africaine aidée par l’Union africaine.

Même son de cloche chez Human rights watch qui égraine les cas de violation flagrante des droits de l’homme et de torture dans notre pays, une situation qui ne permet pas l’organisation des élections transparentes et apaisées. L’organisation non-gouvernementale International crisis group tire la sonnette d’alarme. Pour elle, la communauté régionale doit impérativement exercer une forte pression sur le Burundi avant la tenue des élections de 2020 pour lui préserver d’une dérive autoritaire du pouvoir qui en sera issu.

Malgré ces multiples conseils, le Burundi a réagi violemment face à ce qu’il qualifie d’ingérence de la communauté internationale dans les affaires d’un pays souverain. Pour balayer d’un revers de la main toutes ces préoccupations, le parti Cndd-Fdd et le pouvoir en place à Gitega ont organisé dans tout le pays une vaste mobilisation de la population afin de s’enrôler pour les élections de 2020 pourtant prises avec des pincettes par la même communauté internationale pour leur caractère non démocratique.

Au regard du code électoral, l’on se rend compte que les élections collinaires cachent le pronostique des résultats de ces rendez-vous de 2020. Car, Pascal Nyabenda, président de l’hémicycle de Kigobe, l’a dit à mots couverts à Cankuzo. Pour lui, le contraire du principe militaire est à prioriser, à savoir "celui qui tient les bas, tient les hauts".

Et comme ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, le Cndd-Fdd veut concentrer tous ses efforts sur les élections collinaires car l’actuel code électoral prévoit que le conseil communal sera composé de représentants des élus de chaque colline. Or, ces derniers vont élire les sénateurs, le président du conseil de la commune et l’administrateur.

Pour ces élections de 2020, le bâton de pèlerin, dans tous les coins du pays, sera tenu par les candidats aux collinaires qui vont sans doute dévoiler leur appartenance politique pour plus de crédibilité afin de rassembler les voix des membres et des sympathisants de leurs partis politiques.

Dans ce cas, ils auront fait la campagne politique pour tout le processus électoral à tous les niveaux, surtout que les scrutins sont couplés en un seul jour. Les candidats députés et présidents de la République vont appuyer les propagandistes sur les collines, ne fut-ce que pour donner un peu de tonus car ils auront mené la campagne à peu de frais, ni sans s’en rendre compte, ni sans imaginer que tout le processus de battre la campagne repose sur eux.

Burundi - Droits de l’Homme

Des défenseurs des droits de l’homme s’expriment en cette journée

Bujumbura, le 26 juin 2019 (Net Press) . Le 26 juin de chaque année, le monde célèbre la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture. Ils se joignent donc au monde entier pour témoigner leurs soutiens aux victimes de torture. Ils estiment que la torture est un crime qui ne peut être justifiée en aucune circonstance.

Cette interdiction fait partie du droit international et s’applique à tous les membres de la communauté internationale, que l’État ait ou non ratifié les traités internationaux dans lesquels la torture est expressément interdite. La pratique systématique ou généralisée de la torture constitue un crime contre l’humanité.

Ils se réjouissent du fait que l’Etat du Burundi ait adhéré à la Convention contre la torture et peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants depuis 1993. Il a aussi érigé la torture en une infraction avec la loi 1/05 du 22 avril 2009 portant modification du code pénal, la torture est incriminée dans les articles 204 à 209 du code pénal.

Cependant, malgré cet arsenal juridique, le Burundi se soustrait de ses obligations car les victimes des crimes de torture ainsi que leurs familles ne savent plus où donner la tête. Ils sont privés de leur droit à l’accès à la justice pour la simple raison que l’appareil judiciaire burundais est transformé en instrument de répression des opposants ou présumés au service du pouvoir exécutif, déplorent-ils.

En effet, poursuivent-ils, depuis la crise politico-sécuritaire de 2015, le nombre de victimes a fortement augmenté au Burundi. Cette période a été le début de fortes répressions infligées par le gouvernement à l’encontre de ses opposants ou les acteurs de la société civile. La torture a depuis été utilisée comme moyen d’extorquer les vœux ou encore d’humilier toute personne qui ose dire ce ne qui ne marche pas au Burundi.

Ils sont en outre préoccupés que le processus électoral de 2020 s’accompagne de recrudescence de graves violations des droits de l’homme dont les statistiques en matière de torture ne cessent d’accroître. C’est ainsi que de 2017 à nos jours, ils ont recensé 220 cas de torture et ces chiffres sont loin inférieurs à la réalité car beaucoup de victimes n’osent pas révéler leur situation par crainte des représailles.

Face à cette situation, les activistes des droits de l’homme s’engagent à dénoncer continuellement ces actes ignobles en publiant des rapports réguliers sur la situation des droits de l’homme, en particulier les cas de tortures recensés. Ils continuent également à faire le plaidoyer pour que le Burundi redevienne un Etat de droit dénuée de toute impunité.

Pour cela, ces activistes des droits de l’homme émettent des recommandations à l’endroit du gouvernement du Burundi, des victimes et à leurs familles ainsi qu’à la communauté internationale.

Burundi - Santé

Le Burundi au chevet de la santé des mères et des enfants

Bujumbura, le 26 juin 2019 (Net Press) . Le lancement de la 1ère semaine édition 2019 de la semaine santé mère-enfant couplée à la semaine africaine de vaccination a eu lieu hier à Nyabikere, dans la province de Karusi, au Centre-Est du pays. Selon des informations de l’Unicef, cette édition touchera environ 800.000 femmes enceintes (2ème et 3ème trimestres de grossesse) et allaitantes, 2 millions d’enfants de moins de 5 ans et 5 millions de garçons et filles de moins 15 ans.

Elle sera marquée par la sensibilisation en faveur de la vaccination, le dénombrement des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes afin d’identifier ceux qui n’ont pas respecté le calendrier vaccinal, suivi de leur récupération dans le cadre de la mise en œuvre de l’approche atteindre chaque enfant ou chaque communauté, en plus des autres éléments du paquet habituels de la semaine, les séances de sensibilisation sur la prévention des maladies liées au manque d’hygiène et sur le lavage des mains à l’eau et au savon seront réalisées sur les sites de distribution.

Dans la capitale économique Bujumbura, nombreuses sont des mères qui se plaignent pour n’avoir pas été informées de cette campagne. Signalons que cette semaine doit prendre fin ce vendredi 27 juin 2019 dans tout le pays.

Burundi - Gambie - Société

"L’ex-président gambien Jammeh rattrapé par des affaires de viols", dixit Rfi.

Banjul le 26 juin 2019 (Net Press) . Ce sont de graves accusations que Human Rights Watch publie ce mercredi 26 juin. Après 18 mois d’enquête, l’organisation accuse Yahya Jammeh de violences sexuelles. L’ex-président gambien, qui a régné durant 22 ans, est soupçonné d’avoir mis en place un véritable système pour abuser de ces jeunes femmes.

Trois victimes témoignent, mais également des proches de l’ex-président dans cette enquête de Human Right Watch. L’une des victimes qui accuse Yahya Jammeh est Toufah Jallow. En décembre 2014, elle vient d’avoir 18 ans lorsqu’elle remporte le concours de Miss Gambie. Yahya Jammeh demande à la rencontrer, explique-t-elle. Plusieurs fois.

Argent, ordinateur, eau courante dans la maison familiale, le président multiplie les cadeaux, prépare le terrain pour arriver à ses fins, selon le témoignage de la jeune femme : « À ce moment-là, il m’a demandé s’il pouvait m’épouser, raconte Toufah Jallow. J’étais très naïve. Je pensais que je pouvais refuser son offre et continuer mes études. Donc, j’ai dit non. »

En disant non, Toufah Jallow va provoquer la colère de Yahya Jammeh, poursuit-elle. Il oblige alors la jeune femme à revenir à la présidence en juin 2015. « Yahya Jammeh m’a invitée au palais, encore une fois. J’ai alors commencé à pleurer, à le supplier et à m’excuser, mais cela ne lui a rien fait », détaille Toufah Jallow.

« Il a frotté son sexe sur ma figure et il m’a forcée à me baisser. J’ai essayé de me débattre et il m’a injecté alors une seringue. Il m’a sodomisée et il m’a dit des choses pour que je regrette de l’avoir rejeté, de lui avoir dit non dès le départ. » Toufah Jallow appelle les autres victimes à raconter les abus de Yahya Jammeh. Elle sera pour sa part entendue prochainement à Banjul par la Commission vérité et réconciliation.

Un système Yahya Jammeh révélé par des ONG

Selon Human Right Watch et Trial, Yahya Jammeh avait mis en place tout un service de protocole bien huilé. Reed Brody, conseiller juridique à HRW, explique comment fonctionnait ce système : « Yahya Jammeh avait tout un système, presque un harem, des femmes qui travaillaient au palais présidentiel, mais dont le vrai boulot, c’était de coucher avec lui. »

« Il allait par exemple à des réunions, à des meetings publics, et il disait à ses collaborateurs : « Je veux celle-là », relate-t-il. On a interviewé huit personnes qui travaillaient dans sa protection rapprochée ou au palais présidentiel, qui nous ont expliqué comment, en fait, il sélectionnait lui-même les jeunes femmes pour assouvir ses fantasmes sexuels. »

Une culture du silence

En Gambie, sur les près de 700 dossiers, pas un seul ne mentionne une agression sexuelle de Yahya Jammeh au Centre des victimes. Pourtant, des histoires sont connues, certaines sont sorties dans la presse. Le problème est le même au bureau des affaires féminines de la Commission vérité et réconciliation. Sa responsable Yadicon Njie Eribo explique : « Ce sont des histoires que l’on entend ici où là, mais on espère que les victimes vont prendre la parole et expliquer leur histoire pour qu’on puisse mener des enquêtes. »

Les témoignages des victimes sont durs à recueillir, à cause d’une culture du silence dans ce petit pays où tout le monde peut se croiser. Fatou Baldeh, présidente d’une association féministe, décrit ce que peuvent subir certaines victimes ayant témoigné : « J’ai discuté avec des femmes qui ont été abusées sexuellement par des hommes très puissants sous Jammeh. Mais pour ces femmes qui osent témoigner publiquement du viol qu’elles ont subi, les conséquences peuvent être très graves. »

« Ces femmes peuvent être discriminées, abusées, ces femmes peuvent être contraintes de divorcer ou être rejetées par leurs familles. Il y a un grand nombre de facteurs qui expliquent le silence des victimes », ajoute-t-elle. Pour le moment, une dizaine de femmes seulement sont venues témoigner devant la Commission vérité et réconciliation qui achève sa cinquième session d’auditions.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte