Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité Routière

Un conducteur de taxi-vélo fauché par un accident de roulage

28 juin 2019

Bujumbura, le28 juin 2019 (Net Press) . La route Kinama - Carama était complètement barrée dans la soirée d’hier de 17 heures 50 minutes à 20 heures. Depuis le quartier Mutakura jusqu’à la limite entre le quartier Carama et Kinama, au lieu-dit Kanga, on remarquait une agglutination de véhicules qui s’alignaient jusqu’à l’horizon.

Pour cause, un conducteur de taxi-vélo a été projeté par un véhicule et le choc l’a entraîné directement à la perte de la connaissance suivie d’une mort subite. A ce lieu d’accident, la population était nombreuse, venue pour assister à l’action des agents de sécurité qui ont procédé à la détermination des circonstances d’accident et à la constitution du dossier pénal pour que les parentés de la victime puissent s’en référer au tribunal et à la maison d’assurance.

Ce qui est étonnant et regrettable, selon les gens qui étaient sur place au moment des faits, c’est que la victime avait été préalablement avertie par la population pour qu’elle fasse attention car, elle conduisait son vélo avec trop de fantaisies en faisait des zigzags en pleine route. Or, cet axe est trop exigu et est beaucoup fréquenté par des voitures venues de Bubanza et celles qui rentraient de la ville vers Carama ou vice-versa.

Comme les vélos et les motos sont interdits de circuler au-delà de 18 heures et que la plupart de conducteurs vivent à Kanga, Kinama et Maramvya, l’on pourrait imaginer qu’il roulait à tombeau ouvert. Cet excès de vitesse visait d’arriver à son domicile avant qu’il ne soit arrêté par les forces de l’ordre ou la jeunesse du Cndd-Fdd, les Imbonerakure, qui font la loi dans les quartiers périphériques de Bujumbura, la capitale économique. N.R.

Burundi - Economie

Peur-panique à Rumonge suite au ralentissement des activités économiques

Rumonge, le 28 juin 2019 (Net Press) . De nos jours, les bateaux en provenance de la Tanzanie et de la République démocratique du Congo ne sont plus réguliers sur le port commercial de la province de Rumonge, au Sud-ouest du pays. La cause immédiate serait une riposte des pays qui ont vu le Burundi refuser de leur vendre les produits Brarudi.

Selon des informations fiables, cette situation vient de passer plus de trois mois et les pertes causées par ce ralentissement des activités économiques est très considérable, si l’on en croit les commerçants qui travaillent à Rumonge. Signalons que ces bateaux ramenaient au départ le sel de cuisine, les poissons secs, l’huile de palme d’où d’ailleurs les petits commerçants s’approvisionnaient.

L’autre victime de taille de cette situation est l’office burundais des recettes Obr, qui se plaint que l’assiette fiscale a été affectée par cette situation. Il semble que la saisie des produits Brarudi au port commercial de Rumonge a également entraîné de graves pertes mais dans tout ceci, les personnes contactées, de l’administration comme de la police, ne pointent pas du doigt le responsable de ce désordre.

Les commerçants, dont les familles souffrent du manque d’activités, demandent à l’office burundais des recettes et à l’administration de trouver une solution durable à ce problème. Certains commerçants ne comprennent pas pourquoi on leur empêche d’exporter ces produits vers les pays voisins alors que la Brarudi livre une production suffisante. D.N.

Burundi - Education

Le journal "La Voix de l’Enseignant" observe ...

Bujumbura, le 28 juin 2019 (Net Press) . Notre confrère trouver qu’ « Enterrer les examens » est un rite nocif et dangereux. En effet, selon toujours cet hebdomadaire, la perception des boissons alcoolisées par les jeunes, surtout scolarisés comme produit désaltérant, ayant des effets antidépresseurs les poussent à se saouler la gueule pour fêter fin des examens.

Ce rite connu sous le jargon d’ « enterrer les examens » se déroule dans les bistrons et le boites de nuit. Ces rencontres qui commencent dans une ambiance de convivialité se terminent, le plus souvent par des bagarres, des accidents et des aventures sexuelles. Les autorités administratives représentant l’État, les autorités scolaires et les parents sont au courant de ce qui se passe au cours de ces rencontres, mais n’agissent pas assez pour contrer cette pratique porteuse de tous les dangers pour les jeunes.

Par ailleurs, poursuit le journal, l’enseignement préscolaire est presqu’inexistant au Burundi. L’enseignement préscolaire est mis en place pour les enfants de 3 à 6 ans et dont la durée de formation est de 3 ans. Ce type d’éducation est organisé par l’Etat et les privés et essentiellement en milieu urbain et semi‐urbain. L’éducation préscolaire relevant de l’Etat est généralement rattaché aux écoles primaires.

Néanmoins, les écoles publiques sont presqu’inexistantes et les écoles privées sont beaucoup organisées dans les centres urbains et semi-urbains. Pas d’enseignants affectés à ce cycle d’éducation malgré la confection des manuels de la petite enfance. Pourtant, un enfant passé à ce stade d’enseignement est mieux préparé par rapport à un débutant de première année de première heure.

Mais alors, comment sanctionner les élèves qui n’acceptent pas de se coiffer ? La Voix de l’Enseignant se pose la question. Le ministère de l’éducation, de l’enseignement technique et professionnelle n’accepte plus des élèves qui gardent de longs cheveux ou des cheveux avec mèches ou défrisés. Quand il faut punir les récalcitrants, des hésitations se présentent.

Faut-il renvoyer quelqu’un qui va faire un examen ou retrancher des points en conduite ? Quelle punition lui donner ? Telles sont les questions que les responsables scolaires se posent. Un directeur nous a répondu que tels élèves perdent 3 points et s’ils persistent dans l’erreur, ils perdent 9 points pour refus d’ordre. J.M.

Burundi - Egypte - Sport

Les chances du Burundi de plus en plus minces pour accéder aux 8èmes des finales

Alexandrie, le 28 juin 2019 (Net Press) . C’est hier que les Hirondelles du Burundi ont croisé le fer avec l’équipe nationale de Madagascar, les Barea, une rencontre qui a été qualifiée de match de novices du groupe B. Cette dernière a inscrit le seul but à la 78ème minute grâce à un coup franc de Marco Ilaimaharitra, ce qui donne à la grande Ile un grand espoir d’accéder au second tour.

Dans un premier temps, Madagascar a littéralement dominé le Burundi jusqu’à la 35ème minute avant que ce dernier ne change de tactique. Il faut dire que depuis ce temps et dans les premières minutes de la deuxième partie, le Burundi a posé problème aux Malgaches avant de céder, comme lors du match contre le Nigéria, à quelques minutes de la fin du temps réglementaire.

Si les hommes d’Olivier Niyungeko ont tout tenté, ils n’ont pas réussi à trouver de faille chez les adversaires alors que visiblement, si toutes les chances étaient du côté de Bujumbura, les Hirondelles auraient ouvert le score à la 17ème minute. Ironie du sort, c’est le Burundi qui est dans une position délicate alors que Jonathan Nahimana n’avait ménagé aucun effort pour défendre son équipe. D.N

Burundi - Energie

Coupure du courant dans les quartiers du Nord de Bujumbura

Bujumbura, le 28 juin 2019 (Net Press) . Hier soir, entre 18 heures et 19 heures 30, les quartiers du Nord de la capitale économique Bujumbura étaient plongés dans le noir. Le courant électrique s’est subitement coupé et les zones administratives de Gihosha, de Ngagara, de Buterere, de Cibitoke, de Kinama et de Kamenge étaient complètement dans les ténèbres.

Des coups de téléphone retentissaient de partout pour alerter ceux qui n’étaient pas à la maison, les interpellant de rentrer tôt parce qu’il faisait noir. Heureusement que le courant s’est rétabli et les habitants de ces zones ont retrouvé leur tranquillité. Les populations de Bujumbura gardent toujours dans leur mémoire le système de délestage soumis aux quartiers, il y a environ deux ans.

Les gens étaient habitués à vivre sans électricité. Certaines activités commerciales qui nécessitaient le courant n’étaient plus exercées alors qu’elles faisaient vivres plusieurs familles. La Régideso, même si elle conserve presque le monopole de production et de distribution de l’eau et d’électricité, devrait toujours œuvrer pour le bien-être de ses clients.

Bien que la politique sectorielle en matière de l’énergie ne cesse de nous rabâcher de nouvelles lénifiantes que l’Etat va construire des barrages électriques un peu partout dans le pays depuis 2014, l’on attend encore la concrétisation de ses promesses endormantes. Car, au regard du rythme de construction zones périurbaines de Bujumbura, rien ne pourra empêcher que la Regideso fasse une redistribution équitable de ses produits au risque de favoriser certains quartiers huppés et habités par des hommes et femmes les plus privilégiés des banlieues qui regorgent des populations d’un certain niveau de vie très moyen.

Ce cas est quotidiennement vécu par certains quartier comme Ngagara et Cibitoke qui peuvent facilement passer plus d’une semaine sans être alimentés en courant électrique. Aussi, l’eau est devenue une denrée extrêmement rare dans lesdits quartiers. Et tout le monde se pose la question de savoir quel est le crime que leurs locataires auraient commis pour mériter ce traitement. Ch.N.

Burundi - Histoire - Anniversaire

Il y a 105 ans, le déclenchement de la première guerre mondiale était enregistré en Bosnie-Herzégovine

Sarajevo, le 28 juin 2019 (Net Press) . Le dimanche 28 juin 1914, était assassiné l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois et son épouse, Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg. Cet assassinat sera inscrite dans l’histoire comme attentant de Sarajevo.

Les deux hommes ont été tué par un nationaliste serbe de Bosnie nommé Gravilo Princip, membre du groupe Jeune Bosnie. Cet événement est considéré comme l’élément déclencheur de la Première Guerre Mondiale, dont les conséquences furent la défaite, la chite et le démembrement des Empires russe, austro-hongrois, allemand et ottoman. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte