Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un voleur ayant fui le cachot de la zone Kanyosha arrêté

13 août 2019

Bujumbura, le 13 août 2019 (Net Press) . Il était 6 heures moins 12 minutes quand des habitants d’un rue de Kinindo ont entendu des gens qui couraient à toute allure derrière un homme et qui criaient un peu partout pour attirer l’attention des passants afin qu’ils participent dans l’arrestation de cette personne.

Il s’agissait d’un bandit qui avait fui le cachot de la zone de Kanyosha qui, par malheur, a rencontré des policiers qui patrouillaient dans les rues de Kinindo. C’est ainsi qu’il a tenté de fuir, mais quand il s’est rendu compte que les chances de s’en sortir étaient très limitées, il a escaladé un mur d’une parcelle qui était tout près de la route goudronnée, communément appelée Rusama.

Des policiers qui étaient à sa poursuite ont également fait la même chose et ont retrouvé le bandit où il était allongé sur le sol, mais à l’intérieur de cette parcelle. C’est ainsi que les mêmes policiers ont profité de cet incident pour organiser une fouille-perquisition dans quelques ménages de la place.

Ils étaient très gentils avec les habitants qui collaboraient sans aucun problème. L’on a appris plus tard qu’ils n’ont rien trouvé de suspect dans tous les ménages qu’ils ont visités. Outre des armes qui pouvaient être cachées par les populations de cette localité, ils vérifiaient également la tenue des cahiers de ménage. J.M.

Burundi - Politique

Les ex-frondeurs sur le point de regagner Bujumbura

Bruxelles, le 13 août 2019 (Net Press) . Des informations dignes de foi indiquent que le gouvernement de Gitega vient d’ouvrir les portes aux anciens membres du Cndd-Fdd qui veulent rentrer pour préparer les élections de l’année prochaine. Ils avaient quitté le pays quelques jours avant le scrutin de 2015 qu’ils avaient traité de tous les noms, allant jusqu’à déclarer qu’ils combattront toujours le troisième mandat de Pierre Nkurunziza.

Selon les mêmes informations, ce ne sont pas évidemment tout le monde qui va rentrer comme si de rien n’était. Les autorités burundaises, fortes de cette nouvelle donne, posent des conditions. En réalité, ceux qui étaient recherchés par la justice burundaise devront d’abord répondre de leurs actes.

Mais ceux qui sont "exonérés" de poursuites judiciaires auront le droit de créer leur propre formation politique pour qu’ils participent aux différentes compétitions de 2020. Même si la rédaction ne dispose pas encore des noms, il semble que les tout premiers ex-frondeurs sont attendus à Bujumbura dans les prochains jours.

Cette situation a mis à mal toute l’opposition, aussi bien intérieure qu’extérieure, car même en interne, certains partis politiques, qui étaient pratiquement tombés dans les oubliettes, commencent à délier leurs langues. C’est le cas du Cndd de Léonard Nyangoma qui a déclaré hier par voie de presse qu’il est prêt à participer aux élections de 2020.

Il se plaint cependant qu’il est victime de plusieurs cas d’intolérance politique, qu’il espère que l’environnement politique, sécuritaire et juridique sera apaisé pour la tenue des élections libres et honnêtes. Dans le cas contraire, il se réserve le droit de se retirer de ce processus électoral. Enfin, cette formation politique ne précise même pas si son président sera sur place lors de ce rendez-vous électoral de 2020. D.N.

Burundi - Droits de l’Homme - Politique

Le président de l’Aprodh fait des propositions pour une sortie de crise au Burundi

Bruxelles, le 13 août 2019 (Net Press) . A travers un document de 5 pages, Pierre-Claver Mbonimpa, Doctor Honoris Causa, président de l’Aprodh, une organisation rayée par le ministère burundais de l’intérieur, a mené une réflexion qui, pense-t-il, peut ramener le Burundi sur le chemin de la paix et de la sécurité.

Il trouve d’ores et déjà que la crise qui date d’avril 2015 - avec la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza -, s’est manifestée en 15 points, dont la violation de l’accord d’Arusha et de la constitution qui en était issue, les assassinats des citoyens par des agents de l’Etat, les disparitions, les fuites vers les pays voisins, les emprisonnements à caractère politique, etc. Pour ce défenseur des droits de l’homme, toutes ces manifestations ont engendré la déchirure totale du tissu social et la menace de la survie de l’Etat du Burundi en tant que membre des organisations régionales, africaines et mondiales.

Il évoque également la violation de la lettre et de l’esprit de l’accord d’Arusha qui est caractérisée par le changement de la constitution, celle du 7 juin 2018 ayant pour but l’enterrement définitif de l’esprit et de la lettre de l’accord d’Arusha. Pourtant, déplore-t-il, cette constitution avait permis une démocratie participative, c’est-à-dire que les partis minoritaires pouvaient accéder aux institutions, que le quorum de délibération et de prise de décision tempérait la dictature de la majorité et qu’il y avait partage politico-ethnique du pouvoir.

A travers ce document, Pierre-Claver Mbonimpa décrit les conditions optimales pour des élections crédibles. Il part des principes généraux, il évoque l’assainissement du climat politique et la création d’un environnement sécuritaire favorable aux élections crédibles. Dans ces mêmes conditions, il étale le cadre légal à mettre en place pour des élections crédibles.

Avant de terminer sa réflexion, il met en relief le rôle des garants de l’accord d’Arusha dans la réussite de l’organisation des élections crédibles ainsi que des mesures de pression éventuelles du régime de Pierre Nkurunziza. Concluant son travail, il trouve que la paix au Burundi n’est plus une affaire des seuls Burundais. Des vies humaines tombent, il y a exportation des réfugiés dans la sous-région et des élections, sources de tensions et de conflits dans plusieurs pays africains, sont prévues également au Burundi au mois de mai 2020. Ch.N.

Burundi - Justice

Du statut de magistrat à celui de détenus sans mandat

Bururi, le 12 août 2019 (Net Press) . Douze personnes, dont deux magistrats, ont été arrêtées vers midi ce dimanche 10 août, dans un bar restaurant dénommé Oasis, situé dans la zone de Muzenga, commune et province de Bururi, tout près du petit séminaire de Buta, connu pour le massacres de ses élèves orchestré il y a 22 ans aujourd’hui.

Selon des informations sur place, parmi les interpellés, figurent Tharcisse Nduwimana et Jean-Claude Ndayisenga, affectés au parquet de la République à Bururi. Ils ont été arrêtés par le parquet général près la cour d’appel de Bururi, sur ordre du gouverneur de cette entité administrative, Frédéric Niyonzima.

Il les soupçonnait de tenir une réunion illégale du parti Upd-Zigamibanga et ils ont été détenus dans le cachot de la police de Bururi. Le président de cette formation politique confirme avoir eu connaissance de ces interpellations. Il déclare que les douze ont affirmé reconnaître Marina Barampama, ancienne vice-présidente comme représentante légale de ce parti.

Après toute une journée d’interrogatoire au parquet général de Bururi, ils ont été transférés à la prison centrale de Bururi dans l’après-midi de ce lundi 12 août. Signalons cependant que sous d’autres cieux, les magistrats ont un privilège de juridiction et ne devraient pas être arrêtés comme de vulgaires vendeurs de cacahuètes. N.R.

Burundi - Rdc - Sécurité - Anniversaire

Les Cogolais Banyamulenge se souviennent des leurs, 15 ans après

Bujumbura, le 13 août 2019 (Net Press) . Quinze ans jour pour jour viennent de s’écouler après le carnage des Congolais Banyamulenge, 166 au total, dont 154 Banyamulenge et 12 Babembe qui avaient des liens de mariage avec la communauté massacrée. Ils s’étaient réfugiés dans la localité de Gatumba, dans Bujumbura rural, fuyant des hostilités qui s’étaient déclarées dans leur pays.

Cette attaque avait été revendiquée très tôt le 14 août par le porte-parole du Palipehutu-Fnl de l’époque, Pasteur Habimana. Mais plus tard, devant la justice, il avait indiqué que le président de ce mouvement rebelle, Agathon Rwasa, devait assumer et répondre devant la justice. Les deux s’étaient inquiétés à ce moment, mais le souci avait disparu très rapidement.

Pour ceux qui étaient sur place ce matin, ils ont été frappés par la ponctualité des rescapés de cet holocauste. Ils sont arrivés sur le lieu de recueillement à 9 heures et ont débuté leurs activités à 9 heures 30 comme prévu. A 11 heures, les cérémonies de recueillement venaient de prendre fin.

Une autre curiosité qui a frappé ceux qui ont fait le déplacement à ces cérémonies, c’est la participation massive de la communauté Banyamulenge à ces activités, avec une détermination sans égal des plus jeunes. L’on saura qu’ils sont venus du Burundi, de Minembwe en Rdc, des Etats-Unis et de l’Europe.

Dans leurs déclarations, ils ont dit qu’ils doivent vivre qu’il pleuve ou qu’il neige. Dans les cantiques de ces Banyamulenge, ils demandaient qu’Agathon Rwasa et son équipe soient traduits en justice. Pour eux, même en cas de réconciliation, la justice doit faire son travail, d’où ils ont demandé au Burundi de rendre justice aux victimes d’autant plus qu’ils étaient sur le sol burundais. Ils demandent également justice aux Nations Unies car ces réfugiés étaient sous le toit de l’Onu au Burundi.

Une jeune dame rescapée, qui vit actuellement aux Etats-Unis, a témoigné qu’après avoir été blessée par les assaillants, tout le monde croyait qu’elle devrait être handicapée. Mais elle a rencontré un spécialiste burundais, du nom de Dr. Sylvestre Sahinguvu, qui l’a rassurée et qui a complètement réussi son opération.

Aujourd’hui, elle lui rend hommage à titre posthume car ce n’est qu’aujourd’hui qu’elle a appris qu’il n’est plus. La communauté Banyamulenge a adressé également des mots de remerciements à l’association de lutte contre le génocide, Ac-Génocide Cirimoso, qui est toujours à leurs côtés chaque fois qu’il y a recueillement. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte