Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un incendie déclaré et vite maîtrisé à la compagnie de gérance du coton, Cogerco

28 août 2019

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press) . Un incendie a été aperçu ce matin au sein de l’entreprise étatique compagnie de gérance du coton, Cogerco. Il s’est déclaré vers 8 heures ce matin mais, heureusement, la police est vite intervenue et le feu n’a pas causé d’énormes dégâts à la boîte.

L’on apprend que ce genre d’incendies est connu dans cette entreprise car il prend origine dans des étincelles produites par des machines qui tournent. De tels phénomènes sont donc fréquents pendant la période des récoltes du coton et visiblement, cela n’était pas une surprise pour les travailleurs de la Cogerco.

Cependant, même si cela est fréquent à la Cogerco, l’on peut tout de même noter que les incendies deviennent nombreux ces derniers jours. Rien que pour le mois d’août, il y a trois autres endroits, tous des bars-restaurants, qui sont partis en fumée, à savoir Hekenya, Nganda Relax et Mubandi. Ch.N.

Burundi - Politique

Quand la gouverneure de Bujumbura rural est contrariée par des événements

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press) . Dans une interview accordée aux confrères de la radio Isanganiro, la gouverneure de la province de Bujumbura rural, Nadine Gacuti, a indiqué qu’il y a des échauffourées de temps en temps entre les jeunes du parti de l’Aigle et ceux du parti "Cnloi". Elle a cependant nuancé ses propos en déclarant que suite aux réunions de pacification tenues dans sa province, le climat s’est nettement amélioré dans cette entité administrative.

L’on note néanmoins que l’intolérance politique est plus qu’une réalité car une journée avant sa déclaration, un jeune leader Imbonerakure de la colline de Burenza avait trouvé la mort des suites de ses blessures, comme l’avait rapporté la rédaction hier 27 août. Quatre autres Imbonerakure avaient également été blessés dans ces bagarres.

L’on apprend que ces derniers avaient attaqué les "Cnlois" qui s’étaient rendu sur la route nationale n° 1 pour saluer leur patron qui venait d’une visite de travail à Kayanza et à Ruyigi. Il semble d’ailleurs que certains Imbonerakure s’étaient désolidarisés, évoquant les conseils prodigués par leurs leaders. C’est ainsi que 5 Imbonerakure avaient été blessés lors des confrontations avec les "poulains" d’Agathon Rwasa.

Pour certains, la gouverneure de Bujumbura rural devrait constater que la plupart des désordres sont observés pendant les weekends car ce sont des moments où les leaders des partis politiques font des déplacements à l’intérieur du pays, soit pour visiter leurs fidèles, soit pour, dans le cas du Cnl, l’inauguration d’une permanence. J.M.

Burundi - Politique

Quand toute la capitale a un même sujet sur toutes les lèvres !

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press). Il y a 19 ans jour pour jour, les citadins se posaient la question de savoir si Pierre Buyoya va signer les accords d’Arusha ou pas. La rédaction avait dépêché ses reporters un peu partout dans les bistrots dans la soirée de ce 28 août 2000 pour recueillir les avis des uns et des autres. Ainsi, la rédaction a approché ceux qui étaient au bistrot dénommé Maison Blanche et Chez Marango dans la zone Ngagara.

Au centre-ville, la rédaction avait dépêché un reporter au bar "Kumumanda" et à l’Archipel, à la fois bistrot et boîte de nuit Au Sud de la capitale, il y avait le bar du petit séminaire de Bujumbura ainsi qu’un autre bistrot dénommé "Chez Maheke" situé à l’intérieur de la zone Kinindo Ce dernier était intéressant dans la mesure où il était fréquenté par des officiers supérieurs, du grade de colonel pour la plupart.

Le constat est que dans tous ces bars, une question hantait tout le monde, le fait de savoir si Pierre Buyoya allait signer les accords d’Arusha ou pas. Les avis étaient partagés, mais le gros pensaient qu’il ne pouvait pas signer lesdits accords. Il y avait ce qu’on appelait à l’époque le "Top Ten", 10 militaires influents qui soutenaient l’ancien président dans ses démarches.

Ces derniers juraient par tous les noms que le chef de l’Etat ne pouvait pas signer ces accords, une intoxication qui était véhiculée dans l’opinion et qui avait été acceptée comme tel, suivant les souhaits des uns. C’est dans ce contexte que les militaires de Kinindo étaient on ne peut plus clair là-dessus, Pierre Buyoya ne pouvait pas signer ces accords d’Arusha.

Ce jour-là, tout le monde est resté sur sa soif car les plus patients ont attendu l’information jusque dans les heures de minuit mais en vain. L’on apprit que la signature est intervenue vers 3 heures du matin, heure d’Arusha, c’est-à-dire 2 heures à Bujumbura. Tout le monde a appris la nouvelle par la radio France internationale.

Quelques jours plus tard, le même reporter a approché les militaires de Kinindo pour leur demander un commentaire sur cet accord. Visiblement gênés, certains ne répondirent rien devant notre journaliste, mais les autres, juste pour sauver la face, ont rétorqué qu’il fallait signer quelque chose. Mais les plus honnêtes ont indiqué qu’ils ont été dupes, qu’ils étaient sûrs et certains que le président n’allait pas signer ledit accord, qu’il venait de signer leur retraite anticipée. N.R.

Burundi – Société

La Regideso incapable de satisfaire aux besoins de ses clients en eau

Bujumbura, le 28 août 2019(Net Press) . La ville de Bujumbura connait des problèmes de manque d’eau. Les populations des différents quartiers sont désemparées et sont sujettes aux maladies des mains sales.

En pleine période de la grande saison sèche, la ville de Bujumbura accuse chaque fois des pénuries d’eau. Aujourd’hui, des quartiers peuvent passer plus d’une semaine sans que cette denrée devenue si rare ne coule dans les robinets. Les quelques rares gouttes d’eau ne sont perceptibles que trop tard dans la nuit. Là aussi, elles durent le temps de la rosée.

La majorité des fonctionnaires sont obligés de se présenter au travail sans avoir fait conformément leur toilette. Imaginez-vous l’odeur que peuvent dégager les belles femmes ou demoiselles qui se maquilleraient et parfumeraient avec des produits de beauté sans se laver à côté des hommes qui venaient de passer deux à trois jours sans avoir assisté à l’eau qui dégouline sur son corps, sinon que de la sueur.

Ce manque d’eau est aussi à signalé dans toute la plaine de l’Imbo, de Nyanza-Lac en province de Makamba à Rugombo en province de Cibitoke. Dans cette plaine, les gens recouraient au forage des puits pour se procurer de l’eau. Mais ce produit puisé dans les puits n’est pas si potable. La population devrait plutôt songer à le traiter avant d’en faire usage. Dans la commune de Rugombo, les robinets sont devenus secs car cette denrée est introuvable depuis trois mois. D.N.

Burundi - Société

Du lancement du festival patriotique " Igihugu "

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press) . Le comité d’organisation du festival patriotique " igihugu " lance officiellement ce mercredi 28 août le festival « igihugu » , qui sera centré sur le pèlerinage de mémoire patriotique éparpillé à travers toute l’étendue de la République, couplé d’une visite à des personnes qui se sont donnés corps et âmes pour défendre le pays.

Pierre Nkurikiye, le président de ce comité, dit que l’objectif de cette randonnée est de réveiller l’esprit patriotique tout en ressassant le passé douloureux qu’a traversé le pays, à travers les atrocités commises qui serviraient d’exemple pour la renaissance d’un Burundi de paix et de patriotisme hors du commun.

Pierre Nkurikiye affirme que des atrocités qui ont marqué l’histoire du Burundi sont le résultats du manque d’esprit patriotique et espère que les pèlerins, surtout les jeunes, qui vont visiter les sites mémoriels auront un bagage patriotique très important pour parer à d’autres malheurs qui peuvent s’abattre sur le Burundi.

Pierre Nkurikiye invite la population des sites mémoriels qui seront visités à venir massivement pour écouter le message et savoir ce qui s’est passé au Burundi. D.N.

Burundi – Hygiène

Quand les habitants de la zone Ngagara s’en prennent à la Regideso

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press) . Les habitants du quartier III, de la zone Ngagara, commune urbaine de Ntahangwa au Nord de la capitale économique Bujumbura, qui ont requis l’anonymat, affirment qu’une large majorité de cette localité consomme de l’eau remplie d’excréments.

Selon des témoins qui ont été interrogés par la rédaction, le quartier III de la zone Ngagara connaît une rareté d’eau et les domestiques sont obligés d’aller puiser dans des bornes fontaines publiques de la zone voisine de Cibitoke. Pour eux, les rares eaux qui coulent sont remplies d’excréments humains et demandent à la régie de distribution d’eau et d’électricité de juguler ce manquement au risque de mettre en péril la santé de la population de cette entité administrative.

Un technicien de la Regideso qui a requis l’anonymat fait savoir que la saleté de cette eau est le résultat des constructions anarchiques des maisons de cette localité, avant de préciser que ce manquement se trouve uniquement dans ce quartier, informant que les autres quartiers de cette zone sont à l’abri de la saleté d’eau.

Nombreux témoins de cette localité s’en prennent aux administratifs de cette zones qui ne lancent pas un cri d’alarme pour trouver une solution à ce problème. Lors d’une réunion de sécurité tenue occasionnellement, il semblerait que ces autorités ne se penchent pas sur cette question épineuse. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte