Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité3 octobre 2019
|Un policier sous les verrous dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité2 octobre 2019
|Un cadre du ministère de la jeunesse et sports kidnappé

Burundi – Sécurité1er octobre 2019
|Des militaires burundais seraient en Rd Congo, dixt la population de Buganda

Burundi - Sécurité 30 septembre 2019
|Vital Cirhuza, un étudiant congolais porté disparu !

Burundi - Sécurité - Politique28 septembre 2019
|Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

Burundi - Ouganda - Sécurité27 septembre 2019
|Des pluies torrentielles détruisent des maisons au camp de réfugiés de Nakivale

Burundi - Sécurité26 septembre 2019
|Une jeune fille de Mugongomanga hospitalisée se plaint ...

Burundi - Sécurité25 septembre 2019
|L’ambassade de Belgique s’exprime sur un homme décédé devant son entrée

Burundi - Sécurité24 septembre 2019
|Un policier se donne la mort à Bujumbura

Burundi - Sécurité23 septembre 2019
|Un membre du Cnl tué dans la soirée du 21 septembre

Burundi - Sécurité21 septembre 2019
|Un Congolais trouve la mort devant l’ambassade de Belgique à Bujumbura

Burundi - Sécurité20 septembre 2019
|Des crépitements d’armes entendus à la frontière burundo-congolaise

Burundi – Sécurité19 septembre 2019
|Un rapport accablant de l’Onu pour le Burundi

Burundi - Tanzanie - Sécurité 18 septembre 2019
|Des disparitions forcées qui prennent une allure inquiétante au camp de réfugiés de Nduta

Burundi - Sécurité17 septembre 2019
|De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

Burundi - Somalie - Sécurité16 septembre 2019
|"Une douzaine de soldats burundais de l’Amisom tués dans une embuscade", dixit Rfi

Burundi –Tanzanie –Sécurité14 septembre 2019
|Les polices burundaise et Tanzanienne appréhendent 4 personnes armées

Burundi - Sécurité - Climat13 septembre 2019
|Une commune de la province de Cibitoke frappée par la grêle et les pluies violentes

Burundi - Tanzanie - Justice12 septembre 2019
|Les réfugiés burundais, une préoccupation de "Justice for Burundi"

Burundi - Sécurité11 septembre 2019
|Un homme attaqué aux machettes meurt des suites de ses blessures

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Trois jeunes filles passées à tabac par l’administrateur ...

4 septembre 2019

Kirundo, le 4 septembre 2019 (Net Press) . Trois jeunes filles en fleur d’âge accusées de chanter et danser lors des cérémonies d’ouverture d’une permanence du parti d’Agathon Rwasa (conseil national pour la liberté ), ont été infligées des coups et blessures ce dimanche 1er septembre par l’administrateur de la commune Bwambarangwe, en province de Kirundo, au Nord du pays. Nous apprenons que l’une d’entre elles se trouve dans un état critique à l’hôpital de Mukenke.

Selon des sources sur place, ces deux jeunes filles font partie d’un club culturel qui avait agrémenté les cérémonies d’ouverture de la permanence du parti Cnl dans la commune de Bwambarangwe dimanche dernier. Après les cérémonies, ces jeunes filles ont été convoquées au bureau de l’administrateur, cette dernière les a infligées des coups et blessures à l’aide d’un bâton.

Des images sur cette bastonnade ont fait le tour du monde en quelques minutes sur les réseaux sociaux. Les commentaires qui accompagnaient ces images étaient de nature à diaboliser l’administrateur de Bwambarangwe, ce qui l’aurait poussée à réagir officiellement, elle aussi par voie de presse.

De son côté, l’administrateur de la commune Bwambarangwe, Fébronie Niyongabire, rejette en bloc ces accusations et affirme que ces jeunes ont été convoquées pour ne s’être pas acquittées de l’impôt. Elle estime qu’il est impensable que ces jeunes filles soient battues au bureau communal au vu et au su de tout le monde, insinuant pas là qu’elle est victime des montages politiques des partis de l’opposition.

Sur un tout autre plan, celui de la situation des droits de l’homme, nous apprenons que les grandes tendances observées au mois d’août ont été des cas d’allégations de violations et des violations du droit à la vie, des cas de violences basées sur le genre, des cas de torture et des cas d’arrestations arbitraires et d’autres faits.

Ainsi, selon ces activistes des droits de l’homme, au moins 29 personnes ont été tuées durant cette période au moment où ils ont comptabilisé 10 victimes de violences basées sur le genre. L’on compte également 23 cas de tortures et 47 personnes arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes enregistrées, figurent 1 femme, 3 mineurs, 1 nourrisson et 1 nouveau-né tués.

Ils ont également noté des attaques sans relâche contre les permanences du parti Cnl sans oublier des affrontements presqu’au quotidien entre des membres de la ligue des jeunes du parti de l’Aigle et des jeunes "cnlois" proches d’Agathon Rwasa. Mais chaque fois que des administratifs sont contactés, ils disent tantôt que cela est faux, tantôt ils se taisent, ou alors arguant qu’ils ne donnent pas d’informations au téléphone. N.R.

Burundi - Rd Congo - Sécurité

Des membres du parti d’Agathon Rwasa en fuite au pays de Félix Tshissekedi

Uvira, le 4 septembre 2019 (Net Press) . De nouveaux réfugiés burundais composés essentiellement des membres du conseil national pour la liberté (Cnl), fuient le Burundi à destination de la République démocratique du Congo. Ils sont accueillis dans le camps de transit de Sange, de Kavimvira et de Mongemonge, dans le territoire d’Uvira au sud Kivu .

Ces nouveaux réfugiés, dont une large majorité proviennent des provinces de Kayanza, de Cibitoke, de Bubanza et de Rumonge et qui ont reçu l’hospitalité en République du Congo, affirment qu’ils fuient les intimidations et les menaces de mort infligés par les membres de la ligue des jeunes du parti aux affaires (Imbonerakure), les administratifs locaux ainsi que quelques éléments de la police .

D’autres encore, surtout des femmes, affirment avoir pris le chemin de l’exil après la disparition de leurs maris. Pour le moment, le camp de transit de Kavimvira compte plus de 730 Burundais et le camp de Sange héberge plus de 550 personnes nouvellement enregistrées. Les plus anciens viennent d’y passer trois mois et pour d’autres, une semaine.

L’on saura que Gitega clame sur tous les toits que le pays a recouvré la paix et la tranquillité et au moment où la commission nationale congolaise chargée des réfugiés, antenne d’Uvira, affirme qu’elle enregistre plus de trois Burundais demandeurs d’asile par jour. Ils transitent par la plaine de la Rusizi pour franchir la frontière avec la Rdc, alors que le gouvernement compte les rapatrier, raison pour laquelle le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique est en visite à Kinshasa. D.N.

Burundi - Politique

Libération des Imbonerakure soupçonné de destruction des meubles

Rumonge, le 4 septembre 2019 (Net Press) . Deux jeunes Imbonerakure de la commune de Burambi, qui étaient soupçonnés de détruire la permanence du Cnl das cette commune ont été relâchés par la police. Selon des informations recueillies dans cette entité, des membres influents du parti de l’Aigle auraient exigé qu’ils soient libérés.

Signalons qu’ils avaient été interpellés en date du 29 août dernier pour avoir été dénoncés par une dizaine d’habitants de la localité d’avoir démoli la permanence du parti Cnl dans la nuit de mercredi à jeudi 22 août. Il semblerait que l’Opj qui instruisait le dossier a subi des pressions d’un certain Isaac Ndikuriyo, ex-administrateur de la commune de Burambi.

Les habitants de cette commune déplorent un soutien des hommes les plus influents du Cndd-Fdd aux Imbonerakure dans des actes de vandalisme alors qu’il n’y a pas une semaine, les autorités, tant au niveau des partis politique qu’administratif, jusqu’à l’échelon du premier vice-président de la République, avaient dénoncé une intolérance politique qui se faisait de plus en plus inquiétante dans le pays et ce, à la veille des élections de 2020. Ch.N.

Burundi – Démographie

Quand le gouvernement prêche une chose et son contraire

Bujumbura, le 4 septembre 2019 (Net Press) . Le président du sénat, Révérien Ndihuriyo, a fait un déplacement au début de cette semaine dans les communes de Gisozi et de Bisoro de la province Mwaro, en compagnie du ministre du commerce, M. Jean – Marie Niyokindi, lui-même ressortissant de la commune de Gisozi.

L’objet de ce déplacement était de convier la population de ces deux communes à limiter les naissances sans préciser le nombre d’enfants acceptables par le gouvernement qu’il est préférable d’exiger à chaque couple. Une certaine opinion s’interroge sur les mobiles du choix de la région pour donner ces invectives aux règles de la nature et à l’ordre divin.

Ce message, ne serait-il pas tombé dans une oreille attentive, s’il était adressé directement à l’endroit de certaines provinces qui sont sous un poids démographique inquiétant avec des problèmes fonciers souvent sources de conflits et de criminalité ? Mais Ndikuriyo a préféré l’adresser aux gens de Gisozi et de Bisoro peut–être parce qu’ils sont de nature plus perméables aux innovations du gouvernement.

Le contraste, c’est qu’il est incompréhensible d’inviter la population à limiter les naissances alors qu’elle a bien accueilli la mesure du gouvernement d’assurer la gratuité des soins des enfants de moins de 5 ans et des mères enceintes. Pour elle, le gouvernement veut retirer de la main gauche ce qu’il a donné de la main droite.

Dans ce cas, la population paysanne ne s’alignera jamais derrière cet objectif du gouvernement car, il est contre-productif et s’inscrit contre la volonté de Dieu qui a promis à nos ancêtres de se multiplier jusqu’à atteindre le nombre des étoiles ou les grains de sable du fond des rivières.

Une population croyante comme celle de notre pays comprend mal celui qui s’inscrit contre la logique divine. Il serait souhaitable que le gouvernement procède d’abord à éradiquer certains stéréotypes et croyances obscures dans la mentalité des Burundais.

Un tel message est tout aussi contre-productif surtout qu’il est livré à la veille des élections. Si donc le Cndd – Fdd n’y prend pas garde, il risque de provoquer un certain malaise populaire qui risque de lui être fatal dans l’isoloir en mai 2020. J.M.

Burundi-Société

Vers la relocalisation des femmes et hommes vulnérables

Bujumbura, le 4 septembre 2019 (Net Press) . Le ministère de la solidarité et des droits de l’homme et du genre a organisé ce mercredi 4 septembre une campagne d’information à des personnes constituées par des hommes et des femmes vulnérables sur leur nouvelle réintégration dans leur entité d’origine.

Félix Ngendabanyikwa, le secrétaire permanent audit ministère, dans un point de presse animé à cet effet, a indiqué que cette catégorie d’hommes et de femmes vulnérables doit retourner dans leurs entités d’origine. Ils sont essentiellement constitués par des mendiants, de ceux qui font du commerce non autorisé, notamment les vendeurs ambulants, ainsi ceux qui ont fui la crise de 1993 qui a suivi après l’assassinat du président Melchior Ndadaye. Il a ajouté que plus ou moins 300 personnes sont attendues dans les villages de leur ressort, dont 100 personnes en situation de précarité vont regagner leur collines ce jeudi le 5 septembre 2019.

Félix Ngendabanyikwa affirme que dans l’optique de leur bonne intégration socio-économique, le ministère de la solidarité leur a octroyé un quit composé de 2 houes, de 25 kg de riz et une somme de cinquante mille francs burundais et qu’il va faciliter la réintégration des écoliers et des élèves dans des établissements scolaires.

Félix Ngendabanyikwa lance un appel aux autres personnes en situation d’extrême précarité à venir s’inscrire au sein de ce ministère pour bénéficier des facilités visant à leur réintégration dans leurs villages d’origine. N.R.

Burundi-politique

L’Union européenne au chevet du Burundi

Bujumbura, le 4 septembre 2019 (Net Press) . Dans un communiqué de l’Oms rendu public ce mardi 3 septembre, l’Union européenne a octroyé, en date du 21 août 2019 des fonds pour la préparation du Burundi à la riposte contre la maladie à virus Ebora, à hauteur de 465 000 €.

Dans ce même communiqué, il est précisé que ce financement sera alloué par l’intermédiaire de l’Organisation mondiale de la Santé et servira à renforcer les capacités de coordination, de surveillance et de lutte contre la maladie à virus Ebola dans quatre districts sanitaires à haut risque ayant des frontières terrestres avec la République démocratique du Congo

Dans ce même communiqué, l’on signale qu’aucun cas de maladie à virus Ebola n’a encore été déclaré au Burundi. Toutefois, le pays a relevé le niveau de la préparation à la suite de la déclaration par l’Oms de l’épidémie de la maladie à virus Ebola qui sévit dans l’Est de la RDC comme urgence de santé publique de portée internationale au mois de juillet dernier.

Dans ce cadre, plus de 1000 prestataires travaillant dans les districts prioritaires ont déjà été vaccinés contre la maladie à virus Ebola et la vaccination se poursuit, ciblant au final 4320 prestataires. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte