Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

De jeunes Imbonerakure accusés de rançonner des populations à Bujumbura

17 septembre 2019

Bujumbura, le 17 septembre 2019 (Net Press) . Les habitants de la zone de Kamenge, au Nord de la ville de Bujumbura, spécialement les conducteurs de taxis-vélos, se lamentent du fait qu’ils sont obligés de verser de l’argent tous les jours aux jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir avant de poursuivre leurs activités.

Selon des informations en provenance de cette entité administrative, ces jeunes exigent à tout conducteur de payer 500 Fbu. Et en cas de refus, selon toujours nos sources, ces jeunes confisquent le vélo. Et pour ne pas rater leurs cibles, ces Imbonerakure se positionnent dans plusieurs coins où passent les conducteurs de taxis-vélos.

Ces derniers, tout comme leurs familles et les habitants en général de cette zone de la commune Ntahangwa, sollicitent l’intervention de l’administration et de la police pour que ce rançonnement s’arrête. Ils s’inscrivent en faux contre leurs responsables qui ne lèvent pas leurs petits doigts devant une telle situation.

En matière des droits de l’homme, l’on évoque 5 personnes tuées au courant de la semaine dernière, deux victimes de violations basées sur le genre et 10 personnes arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes, selon des activistes des droits de l’homme, il y a une femme et un nouveau-né tués.

Les mêmes défenseurs des droits de l’homme soupçonnent des jeunes affiliés au parti au pouvoir, des policiers, des agents du service secret et des administratifs d’être les auteurs de ces violations des droits humains. Outre les membres du Cnl, d’autres membres du parti Cndd-Fdd au pouvoir ont été également victimes de ces violations la semaine dernière. L’information n’est ni confirmée ni infirmée par l’administration ou la police. N.R.

Burundi - Economie

Le président de la République inaugure une entreprise de fabrication d’engrais

Bujumbura, le 17 septembre 2019 (Net Press) . C’est dans l’avant-midi que le président de la République, Pierre Nkurunziza, a fait un déplacement vers l’aéroport international de Bujumbura. Un peu avant, l’accès au boulevard de l’Uprona ainsi qu’à une partie du boulevard du peuple Murundi était interdit.

L’on a appris plus tard que Pierre Nkurunziza allait inaugurer une entreprise burundaise de fabrication des engrais chimiques, dénommée Fomi. L’activité a pris fin en début d’après-midi quand le cortège présidentiel a fait demi-tour. D’après le ministre ayant en charge l’agriculture, les Burundais ne devraient plus importer des engrais chimiques car ces derniers seront disponibles sur place, ce qui devait les rendre nettement moins chers. D.N.

Burundi - Politique

Des membres du Cnared sur le point de rentrer au Burundi

Nairobi, le 17 septembre 2019 (Net Press) . A la fin du mois d’août de cette année, des informations dignes de foi indiquent qu’une délégation du Cnared composée de Jean Minani, de Domitien Ndayizeye, de Jérémie Ngendakumana, de Gervais Rufyikiri et d’Anicet Niyonkuru, a rencontré une délégation du gouvernement dirigée par Edouard Nduwimana, l’Ombudsman burundais.

Il semble que cette rencontre a abouti à des mesures concrètes, notamment la libération des prisonniers politiques, la remise de leurs biens confisqués, leur sécurité, etc, avant qu’ils ne rentrent au pays. Le marché conclu entre les deux parties, 4 personnes devraient rentrer ce 17 septembre, en l’occurrence Jérémie Ngendakumana, Gervais Rufyikiri, Pamphile Muderega et Anicet Niyonkuru.

Aux dernières nouvelles, nous apprenons que ce programme a été annulé pour deux raisons. La première est qu’il y aurait une autre préoccupation des membres influents du Cndd-Fdd, à savoir la candidature du successeur de Pierre Nkurunziza. En outre, ceux qui ont trempé, de loin ou de près, dans la tentative du putsch du 13 mai 2015, ne sont pas les bienvenus.

Des politiciens de l’opposition ne cessent de se diviser davantage. L’on saura qu’il y a une autre coalition qui a vu le jour, le Cfor-Arusha, en se dissociant du Cnared-Giriteka. Cette création a été vivement été critiquée par le président du parti Ranac, Aloys Baricako, qui défendait en fait l’un de ses membres, Domitien Ndayizeye, qui voudrait lui aussi rentrer de son exil. J.M.

Burundi - Justice

Un responsable du parti Cnl en province de Karusi recouvre la liberté

Karusi, le 17 septembre 2019 (Net Press) . Il s’appelle Pancras Sinzinkayo, un responsable du parti conseil national pour la liberté dans la zone Rugwiza, commune Nyabikere, en province de Karuzi, au Centre-est du pays, qui a recouvré la liberté ce dimanche 15 septembre après avoir été emprisonné pendant dix jours.

Des sources proches de ses familles politique et biologique indiquent qu’il était accusé d’actes terroristes contre les membres du parti au pouvoir, Cndd-Fdd et ajoutent qu’aucune preuve tangible n’attestait ce comportement de ce fidèle d’Agathon Rwasa

Dans la même commune et presqu’au même moment, dimanche 15 septembre, un autre membre du Cnl a été appréhendé par la police et emprisonné dans le cachot de la commune. Il était accusé de détenir une arme illégalement. Après une fouille-perquisition à son domicile, une grenade y a été trouvée, mais le détenu suspecte une autre personne qui l’y aurait posée.

L’on apprend qu’hier, cette personne a été présentée devant la justice, dans un procès de flagrance. Il a été reconnu coupable de détention illégale d’armes et a été condamné pour 4 ans. Les autres membres de la formation politique d’Agathon Rwasa parlent de harcèlement pour ses convictions politiques.

A l’Ouest du pays, dans la province de Bubanza, deux enseignants du lycée de Bubanza ont été appréhendés ce 16 septembre par la police en compagnie du procureur de la République. Ils vaquaient à leurs activités quand ils ont été arrêtés. Ils sont accusés de fraude de points de viols contre les élèves-filles. Ch.N.

Burundi – Travail - Politique

Quand l’exercice d’un métier est autorisé aux seuls membres du parti au pouvoir

Kirundo, le 17 septembre 2019 (Net Press) . Le déplacement sur motos est un moyen de transport plus rapide et par conséquent, préféré par la population à travers tout le pays. Ce mode de déplacement est beaucoup plus surveillé par l’administration territoriale dans notre pays pour plusieurs raisons.

D’une part, l’administration locale veut suivre de tout près ces conducteurs de motos car se sont eux les piliers de la mobilisation et de la sensibilisation du parti Cndd-Fdd dans tout le pays. Ils utilisent les motos pour sillonner monts et vallées à la recherche des membres. A la veille des élections de 2020, le parti au pouvoir déploie ses tentacules pour mieux contrôler ce réseau.

D’autre part, ce métier est plus rémunérant et ceux qui l’exercent doivent contribuer financièrement au sein du parti Cndd-Fdd. Comme tout pouvoir veut qu’aucun argent destiné au fisc ne lui échappe, il veut conserver sa mainmise sur toute activité du contribuable burundais.

Mais le pouvoir de Gitega, en instaurant une taxe bien rigoureuse sur motos, manifeste une certaine complicité avec le parti Cndd-Fdd qui a, lui aussi, le champ libre d’exiger aux contribuables burundais, une certaine contribution mal voilée, acquittée au lieu de l’exercice de son métier et versée dans les caisses du parti au niveau de chaque colline.

C’est le cas notamment des Imbonerakure qui s’arrogent le droit d’exiger de l’argent aux conducteurs de vélos dans tout le pays. Ces contributions forcées ou cette rançon de la population vont renflouer les comptes de parti Cndd-Fdd destinés à corrompre les gens durant le processus électoral de 2020.

Pour ces raisons, les responsables de ce parti et de l’administration au Nord du pays, en province de Kirundo, viennent d’empêcher tous les conducteurs de motos qui ne sont pas d’obédience du Cndd-Fdd d’exercer ce métier dans cette circonscription administrative. Car, le représentant de l’association des conducteurs de motos au niveau de la province de Kirundo ne pouvait pas, sans se fonder sur aucune mesure administrative, interdire aux conducteurs de motos qui ne sont pas du parti au pouvoir, de vaquer quotidiennement à cette activité. Désormais, seuls les membres de ce parti ont le plein droit d’exercer ce métier en province de Kirundo.

Comment se fait-il qu’un individu, quoiqu’agissant au nom de cette association, peut introduire des règles ségrégationnistes sans le consentement de tous les membres et que le gouvernement ferme toujours les yeux sur cet acte ignoble ? Cette situation atteste une certaine complicité de l’administration pour mieux gérer ce canal de propagande du Cndd-Fdd déjà usité et qui a fait ses preuves dans les coins et recoins les plus reculés de notre pays durant les processus électoraux antérieurs. N.R.

Burundi –Santé

Le ministère de la santé publique organise une conférence nationale sur la santé !

Bujumbura, le 17 septembre 2019 (Net Press) . Dans les enceintes de l’hôtel club du Lac Tanganyika, le ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida, avec ses principaux partenaires techniques et financiers comme l’organisation mondiale de la santé (Oms) l’Unicef et la Pam, organise du 16 au 18 septembre 2019 une conférence nationale sur la santé, sous le haut patronage du deuxième vice président, Joseph Butore.

Le ministre de la santé publique de la lutte contre le Sida, Dr Thaddée Ndikumana, dans son allocution, a dit que les thèmes qui seront abordés au cours de ces assisses de trois jours permettront d’aborder d’une façon horizontale les défis liés à la couverture sanitaire universelle les déterminants sociaux de santé, la nutrition, la santé maternelle, néonatale, infantile et des adolescents, les avantages des approches multisectorielles, la contribution des acteurs non-étatiques et les défis liés aux mécanismes de financement de la santé.

Thaddée Ndikumana a affirmé que ces assises sont donc une occasion en or pour discuter entre les acteurs du secteurs de la santé sur les défis auxquels fait face le système burundais de la santé et de dégager les priorités communes pour réaliser la couvertures sanitaire universelle et tendre vers les objectifs pour le développement durable. Il a ajouté que la tenue de cette conférence nationale sur la santé offre une opportunité au gouvernement burundais en collaboration avec tous ses partenaires pour s’inscrire dans le dynamique mondial axée sur la promotion des soins de santé primaires pour l’accélération de la marche vers la couverture sanitaire universelle.

De son, coté le représentant de l’organisation mondiale de la santé au Burundi, le Dr Kazadi Milambwe, a affirmé que ces assises de trois jours seront un moment de réflexion pour faire le point sur la mise en œuvre des engagements du pays dans le domaine de la santé, ainsi que sur les projets et les difficultés sur les enjeux mondiaux du moment. Il a ajouté que c’est aussi une occasion de contribuer aux grandes orientations de la feuille de route du Burundi sur la couverture sanitaire universelle à court et à moyen terme lors des travaux en groupe du troisième jour, pour porter collectivement l’ambition de la santé pour tous.

Dr Kazadi Milambwe demande aux participants de s’unir dans un élan patriotique et inspirés par leur expertise dans leurs domaines respectifs, de saisir cette opportunité pour aider le Burundi à identifier les priorités, les reformes, les actions et les investissement à faire en vue d’accélérer les progrès vers la couverture sanitaire universelle en tenant compte des innovations déjà initiées tels que le financement basé sur la performance ou la carte d’assurance maladie en vue de l’accès a des services de santé de qualité, de protection contre le risque financier et de résilience du système de santé du Burundi.

Le Dr Kazadi Milambwe a fait savoir que l’Oms, en collaboration avec les autre agences des Nations unies et les autres partenaires au développement, continuera d’accompagner le gouvernement du Burundi dans ses efforts de promouvoir la santé. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.