Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Politique

Les "Cnlois" réclament, ils ne sont pas écoutés

28 septembre 2019

Muyinga, le 28 septembre 2019 (Net Press) . Un membre du parti Cnl d’Agathon Rwasa a reçu, il y a quelques jours, des coups violents de la part de trois jeunes du parti de l’Aigle dans la commune de Butihinda, dans la province de Muyinga, au Nord-est du pays. Jaffar Rwibonera, puisqu’il s’agit de lui, a demandé à ce que ses agresseurs soient poursuivis et punis, mais en vain

Pourtant, il a passé toute une semaine sur le lit d’hôpital car il a été sérieusement tabassé et pour cause, il est membre du parti Cnl. Il semblerait que les autorités de la police judiciaire se soient saisies du cas et que des mandats d’arrêts soient émis. Elles se seraient heurtées sur l’opposition du parti Cndd-Fdd et de l’administration communale de Butihinda.

Pour le moment, ces jeunes "cnddfddistes" ne sont pas inquiets alors que la victime, suite à la cassure d’un de ses os, est devenu invalide, donc infirme et ne peut plus rien faire. Il y a quelques deux mois, un membre du parti Cnl avait été assassiné dans la zone de Rugari, même province. Les membres de cette formation politique s’attendaient à un procès en flagrance contre 4 militants du parti au pouvoir. Aujourd’hui, ils perdent espoir. N.R

Burundi - Politique

Le parti Mph lance officiellement ses activités

Bujumbura, le 28 septembre 2019 (Net Press) . Il était vers 10hoo de ce samedi, dans les enceintes de l’hôtel source du Nil quand le parti Mouvement des patriotes humanistes (Mph), agréé officiellement par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique en date du 19 septembre 2019, a lancé officiellement ses activités.

Le président du parti Mouvement des patriotes humanistes, Nick Pol Casimir Nicayenzi, a fait savoir que dans ses projets de société, cette formation politique est centrée sur quatre objectifs à savoir la promotion de l’éducation de qualité, source de la lutte contre la pauvreté , le travail décent et l’industrialisation.

S’exprimant sur l’intolérance politique dont sont souvent victimes certains membres des partis politiques, Nick Pol Casimir Nicayenzi a indiqué que les partis politiques devraient présenter des projets de société utiles à la population au lieu de se rentrer dedans. Il a loué les efforts du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, qui, pour parer à ces manquements, a organisé des assises chaque mois pour discuter sur la bonne marche des activités des partis politiques. J.M. 

Burundi - Canada - Politique

Le premier vice-président au Canada inquiète la communauté burundaise

Montréal, le 28 septembre 2019 (Net Press) . Selon l’assemblée des Burundais du Canada, le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, se trouve actuellement à Montréal, ce qui suscite des inquiétudes à une grande majorité de la communauté burundaise vivant dans ce pays.

Ils citent une loi du Canada qui bloque les membres des gouvernements accusés de violations des droits de l’homme. Pour cette communauté, ladite loi impose un gel des avoirs financiers ou interdit de séjour aux dirigeants et fonctionnaires étrangers qui se sont rendu coupables de graves violations des droits de la personne.

Pour ces Burundais, Gaston Sindimwo voudrait animer une conférence ce 28 septembre. Mais ils se demandent ce qu’il veut leur dire et comment peuvent-ils s’asseoir et discuter avec un représentant d’un gouvernement qui a refusé la médiation de l’Eac pour trouver une résolution pacifique.

En bref, ils demandent aux Burundais vivant à Montréal et aux amis du Burundi de boycotter cette conférence qu’ils qualifient de mascarade aussi longtemps que son gouvernement n’a pas encore relâché tous les opposants politiques et les manifestants de 2015 et qu’il n’a pas encore ordonné et laissé faire des enquêtes indépendantes sur les disparitions forcées et les crimes commis par les forces de l’ordre.

L’on saura que Gaston Sindimwo était parti au Canada dans une visite privée où il allait voir ses enfants, raison pour laquelle son déplacement n’avait pas été annoncée par les autorités canadiennes. Mais à force de vouloir animer une conférence, son activité risque d’être interprétée comme étant politique, d’où des réactions musclées de la part de l’assemblée des Burundais du Canada risquent d’être enregistrées. D.N.

Burundi - Belgique - Tanzanie - Manifestation

L’ambassadeur tanzanien en Belgique discute avec les manifestants burundais

Bruxelles, le 28 septembre 2019 (Net Press) . La communauté burundaise de Belgique a organisé une manifestation ce 27 septembre 2019 devant l’ambassade de la Tanzanie au Royaume de Belgique. L’objectif était de demander au pays de John Pombe Magufuli de revenir sur la décision d’expulser les refugiés burundais vivant sur le sol tanzanien.

L’on saura qu’à côté des Burundais vivant en Belgique, d’autres avaient fait le déplacement des Pays-Bas et de la France pour soutenir l’initiative de la manifestation, une activité qui s’est déroulée vers 12h30’. Sur leurs pancartes, l’on pouvait lire “laisser tranquilles les Burundais qui ont trouvé refuge dans trois camps de Nduta, de Mtendeli et de Nyarugusu”.“ Stop à l’expulsion forcée et illégale de nos frères et sœurs réfugiés burundais ou encore “, l’expulsion annoncée viole différentes conventions relatives au statut de réfugiés et demandeurs d’asile et cela entache l’image de la Tanzanie”.

Ces manifestants déplorent les conditions misérables dans lesquelles vivent les refugiés burundais en Tanzanie et demandent au président tanzanien d’arrêter les arrestations et harcèlements des réfugiés burundais, des viols et violences sexuelles sur les femmes et filles burundaises réfugiées et de renforcer les mesures de sécurité dans les camps de Nduta, de Nyarugusu et de Mtendeli. Ils ont également plaidé pour qu’un réfugié ne soit pas renvoyé dans un pays où sa vie et ses libertés sont gravement menacées. Ces manifestants ont exigé en outre la réouverture des marchés et boutiques récemment fermés dans tous les camps de réfugiés burundais.

L’on saura que Gitega et Dar es Salam ont signé le 26 août dernier un accord prévoyant qu’à partir du 1er octobre prochain, tous les réfugiés burundais seront rapatriés “de gré ou de force”. Ce vendredi, les manifestants à Bruxelles ont rappelé que l’accord contrevient aux conventions sur les réfugiés de Genève (de 1951) et de l’Union africaine (de 1969), ainsi qu’à l’article 9 de la constitution tanzanienne.

A leur grande surprise, l’ambassadeur tanzanien à Bruxelles s’est approché des manifestants, leur a demandé l’autorisation de prendre des photos, décidant sur le champ de recevoir quelques uns d’entre eux pour discussions. La rédaction n’a pas pu avoir le contenu de leurs débats, mais l’ambassadeur a promis de transmettre leur message au gouvernement tanzanien.

L’on saura également que d’autres peuples, africains et non-africains, s’arrêtaient un moment pour lire les pancartes brandies par les manifestants. Certains parmi eux ont pris des photos vidéo avant de poursuivre leur chemin. Les organisateurs espèrent avoir convaincu le gouvernement de Dar es Salam.

Même son de cloche de la communauté des réfugiés burundais en Ouganda. Elle a adressé une correspondance au secrétaire général des Nations unies pour lui demander d’intervenir afin de mettre fin au rapatriement forcé de leurs compatriotes réfugiés en Tanzanie. Dans une correspondance de 2 pages adressée à Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, la communauté des réfugiés burundais en Ouganda estime qu’en cas de rapatriement forcé des réfugiés burundais en Tanzanie, ces derniers risquent de subir toutes formes de crimes et de violations de leurs droits.

Felix Ndacayisaba, secrétaire général de cette communauté basée à Kampala avance que les rapports dressent un tableau sombre sur les tueries et les disparitions forcées orchestrées par la ligue des jeunes du parti au pouvoir "Imbonerakure" ainsi que le service national des renseignements.

Les représentants des réfugiés burundais en Ouganda rappellent au secrétaire général de l’Onu que leurs compatriotes réfugiés burundais en Tanzanie ont été manifestement malmenés depuis 2015 sur la terre d’exil au vu et au su de tout le monde”. Ils disent espérer que M. Guterres, dépositaire de tous les instruments juridiques internationaux, va recommander l’arrêt de cette décision du gouvernement tanzanien qui veut violer l’article 33 de la convention de 1951 relatif au Statut des réfugiés”. Ch.N.

Burundi - Usa - Politique

"Procédure contre Trump : les démocrates exigent de Pompeo des documents", dixit Rfi

Washington, le 28 septembre 2019 (Net Press) . Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, est sommé de transmettre au Congrès des documents concernant l’Ukraine d’ici le 4 octobre. Les chefs de trois commissions de la Chambre des représentants exigent que Mike Pompeo leur adresse les pièces réclamées, sous peine d’être accusé d’entrave à la justice.

C’est le premier acte majeur de l’enquête menée dans le cadre de la procédure de destitution, et il vise directement le sommet de la diplomatie américaine. Une assignation a été envoyée à Mike Pompeo pour qu’il produire d’ici vendredi prochain tous les documents ayant trait à l’appel passé par Donald Trump à Volodymyr Zelenskiy.

Les chefs des trois commissions de la Chambre avaient réclamé dès le 9 septembre au secrétaire d’État un certain nombre de documents relatifs aux pressions exercées par le président américain sur son homologue ukrainien, mais sans succès.

Ils agissent cette fois dans le cadre de la procédure de destitution et menacent : « Votre refus de respecter cette injonction constituera la preuve d’une entrave à l’enquête de la Chambre ».

Cinq responsables du département d’État sont par ailleurs convoqués pour des dépositions au cours des deux prochaines semaines. L’un d’entre eux, Kurt Volker, l’émissaire américain pour l’Ukraine, a démissionné vendredi suite à cette convocation du Congrès.

« Il ne faut pas traîner », a déclaré Nancy Pelosi vendredi matin. Les présidents des commissions d’enquête ont reçu le message de leur cheffe : ils décident d’agir avec « célérité et de façon coordonnée ».

Une volonté d’aller vite dans la procédure de destitution contre Trump

Les démocrates souhaitent que la procédure de destitution aille rapidement. C’est ce qu’a déclaré Nancy Pelosi ce vendredi matin. Dans la première interview qu’elle a accordée depuis le lancement de la procédure, la cheffe de la majorité n’a pas mâché ses mots contre la Maison Blanche.

Pas de calendrier précis, mais une volonté d’aller vite dans la procédure : « Il ne faut pas que cela traîne », a déclaré Nancy Pelosi à la chaîne MSNBC. La cheffe de la majorité démocrate à la Chambre, qui a pendant des mois fait barrage contre la destitution, estime que cette fois elle n’avait pas d’alternative.

« C’est un moment très triste pour les États-Unis. Le président des États-Unis a trahi son serment, mis en péril notre sécurité nationale et l’intégrité de nos élections. Il ne nous a pas laissé le choix », a-t-elle déclaré.

Nancy Pelosi n’épargne pas non plus le département de la Justice qui a tenté d’empêcher le directeur national des renseignements de transmettre au Congrès la plainte du lanceur d’alerte.
« Je pense qu’ils essayent de cacher qu’ils ont étouffé l’affaire. Et c’est vraiment triste d’avoir un département de la Justice si dévoyé. Ils l’étaient depuis longtemps mais cela empire », a ajouté Nancy Pelosi.

Donald Trump lui continue d’assurer que l’échange téléphonique au cours duquel il a demandé au président ukrainien d’enquêter sur son rival Joe Biden était approprié. « C’était une conversation parfaite », a-t-il tweeté dans la matinée, tout en lettres majuscules. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.