Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

24 octobre 2019
|Burundi - Sécurité Après l’attaque de Bubanza,...

Burundi - Grande Bretagne - Sécurité23 octobre 2019
|Les Anglais vivant au Burundi priés d’observer des consignes pour leur sécurité

Burundi –Sécurité 22 octobre 2019
|Une attaque mêlée d’interpellations des rebelles en province de Bubanza

Burundi - Sécurité21 octobre 2019
|Peur-panique dans certaines communes de Cibitoke

Burundi - Sécurité19 octobre 2019
|La police sur le point de recruter des agents

Burundi – Sécurité18 octobre 2019
|Les militants du Cnl sans espoir du lendemain

Burundi - Gambie - Sécurité17 octobre 2019
|La sécurité des réfugiés burundais en Tanzanie évoquée à Banjul

Burundi - Sécurité16 octobre 2019
|Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

Burundi - Sécurité15 octobre 2019
|Des intempéries occasionnent des catastrophes dans la province de Ngozi

Burundi - Tanzanie- Sécurité14 octobre 2019
|Les polices burundaise et tanzanienne décident d’œuvrer ensemble

Burundi – Sécurité12 octobre 2019
|Le paroxysme de l’intolérance politique à Kirundo

Burundi – Sécurité - Opinion11 octobre 2019
|Les hauts-faits d’un ministère de la sécurité

Burundi - Sécurité 10 octobre 2019
|Cinq jeunes du parti de l’Aigle arrêtés pour tentative d’assassinat de leur représentant

Burundi – Sécurité9 octobre 2019
|Manifestation contre un agent de renseignement

Burundi – Rdc – Sécurité8 octobre 2019
|Deux missionnaires burundaises mortes en Rd Congo

Burundi - Sécurité7 octobre 2019
|Pourquoi des militaires dans les quartiers ?

Burundi – Sécurité5 octobre 2019
|Quand la province de Muyinga reste le mouroir de l’opposition !

Burundi - Sécurité4 octobre 2019
|Décès d’une personne dans la province de Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Décès d’une personne dans la province de Bubanza

4 octobre 2019

Bubanza, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Un prénommé Ezéchiel de la commune Gihanga, dans la province de Bubanza, à l’Ouest du pays, a trouvé la mort très tôt ce matin alors qu’il était en train d’extraire du moellon. Il semble que la pluie tombait et à un certain moment, une grosse pierre s’est écroulée sur lui, ne lui laissant aucune chance de survie.

Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que la police vient de découvrir le corps de Jean Marie Vianney Rugerinyange, ancien cadre au ministère des sports et de la culture, disparu le 30 septembre dernier. Son corps a été trouvé chez lui, selon des gens qui étaient présents lors de son exhumation.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme font apparaître un rapport de monitoring des violations et atteintes aux droits de l’homme au Burundi. Ils estiment que, au regard de la période considéré du mois de septembre 2019, les violences liées au processus électoral de 2020 deviennent de plus en plus courantes dans notre pays.

Ainsi, pour la période couverte par le présent rapport, ils ont recensé 14 cas d’assassinats, 40 cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales, ainsi que 10 cas de tortures. Dans ce rapport, il y a des détails sur chaque cas présenté même si du côté de l’administration, la tendance est de nier les faits sans qu’il y ait des informations de sa part. N.R.

Burundi - Rwanda - Justice

Le procès de Nyamirambo qui remet en cause le Burundi et l’Ouganda reporté

Kigali, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Le président du siège au tribunal militaire de Nyamirambo, dans la ville de Kigali, le lieutenant-colonel Charles Madudu, a reporté ce jeudi 3 octobre le procès des rebelles fidèles au général Kayumba Nyamwasa, au 14 octobre 2019. Rappelons qu’ils sont accusés de collaborer avec le Burundi et l’Ouganda afin d’organiser une rébellion dont l’objectif est de perturber l’ordre et la tranquillité du Rwanda.

Dans un procès tenu hier dans la capitale rwandaise, les vingt-cinq captifs, dont quatre Burundais, trois Ougandais et un Malawite, dont le chef de file est le major Habib Mudasiru, lui aussi tombé en disgrâce de l’armée patriotique rwandaise, avaient signifié qu’ils ne peuvent pas se défendre devant cette juridiction militaire sans aucune assistance juridique, ce que le président du siège, lieutenant-colonel Charles Madudu, a accepté avant de remettre le procès à cette nouvelle date.

Pour rappel, ces vingt-cinq captifs qui combattaient au rang de la rébellion contre Kigali, ont été traqués par les forces armées de la République démocratique du Congo, les Fardc, avant d’être extradés vers le Rwanda. Ils sont poursuivis pour trois chefs d’accusation, entrer en relation avec le Burundi et l’Ouganda pour perturber l’ordre et la sécurité du Rwanda, atteinte à la sécurité intérieure de ce pays, ainsi que l’organisation d’une rébellion pour attaquer le pays de Paul Kagame. D.N.

Burundi - Politique

Quatre jeunes interpellés dans la commune de Mugamba

Bururi, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Quatre jeunes gens, dont deux élèves de l’école fondamentale de Ruko, dans la commune de Mugamba, province de Bururi, au Sud du pays, ont été interpellés par la police de cette commune ce 3 octobre. Nestor Nkengurutse et Fabrice Ninahaza, deux élèves, ont été interpellés dans l’après-midi alors que les prénommés Jean-Claude et Olivier, ont été arrêtés alors qu’ils ingurgitaient la bière de sorgho.

Ils sont soupçonnés de détention illégale d’armes, une dénonciation d’un Imbonerakure de la colline de Mugendo Ndengo. Ce qui est curieux dans tout cela, c’est que la personne qui les a arrêtés partageaient la bière avec eux. L’on apprend qu’ils ont été acheminés au cachot de la police à Mugamba par le chef de poste, en compagnie du chef de zone Mugamba. Selon les témoins, ils ont été embarqués à bord d’un véhicule de la société théicole de Tora et les habitants de cette localité craignent pour la sécurité des jeunes appréhendés. J.M.

Burundi – Tanzanie – Réfugiés

Le premier lot de rapatriés arrivé au Burundi

Ruyigi, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Dans notre édition d’hier, l’agence Net Press évoquait un rapatriement forcé de réfugiés burundais vivant en Tanzanie depuis ce jeudi 3 octobre 2019. Cette annonce de l’agence en ligne a été concrétisée par les gouvernements tanzanien et burundais à travers leur accord de rapatriement de 200.000 personnes depuis le 1er octobre de cette année.

Ce jeudi, plus de 590 rapatriés issus de 292 familles ont été accueillis vers 9h30 minutes et installés dans les camps de transit de Gisuru et de Nyabitare de la commune Gisuru en province de Ruyigi, à l’Est du pays, une commune frontalière avec la Tanzanie. Parmi ces refoulés, figurent 76 nourrissons de 0 à 2 ans, ce qui signifie que ce lot était en grande partie constitué des plus petits et des personnes âgées.

Selon certains rapatriés qui se sont confiés aux journalistes, ils ont pris le chemin de l’exil face aux menaces de mort qui pesaient sur eux tandis que d’autres affirment avoir fui le pays suite aux rumeurs de massacres en 2015 après l’échec du coup d’Etat du 13 mai 2015. L’expérience malheureuse vécue en 1993 les a poussés à prendre le large pour esquiver d’éventuelles tragédies.

Mais arrivés en Tanzanie, ils ont été confrontés aux conditions de vie trop dures surtout en rapport avec l’alimentation à laquelle ils n’étaient pas habitués et au manque de bois de chauffage pour préparer le repas. La plupart de ces rapatriés provenaient des provinces de Rutana, surtout dans la commune de Giharo à l’Est du pays et de Kirundo au Nord.

Selon Antoine Ntirandekura, conseiller à la direction générale en charge du rapatriement, ces personnes vont bénéficier d’un paquet- retour constitué de vivres divers et des non vivres. En plus, ils vont recevoir une enveloppe de 70.000 francs burundais tandis que les moins de 18 ans bénéficieront de la moitié de cette somme.

Pour madame Espérance Nimubona, chargée de la protection à l’Irc, International rescue committee, les rapatriés doivent faire inscrire leurs enfants nés en Tanzanie à l’état civil et légaliser leurs mariages, une fois que l’union conjugale n’aura pas respecté la procédure officielle et se procurer de cartes d’assurance maladie.

Soulignons que les Burundais rapatriés constituent la première vague après la convention entre les gouvernements burundais et tanzanien signée à la fin du mois d’août dernier, qui consiste à rapatrier de gré ou de force tous les Burundais vivant en Tanzanie. Ch.N.

Burundi - Tanzanie – Réfugiés

Dar es Salam renonce au rapatriement forcé des réfugiés burundais vivant sur son sol

Dar es Salam, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Au cours d’une conférence de presse tenue dans la capitale tanzanienne, le porte-parole du gouvernement tanzanien, Hassan Abbas, a affirmé que son pays ne va pas outrepasser les conventions internationales de 1951 pour la protection des réfugiés, pour forcer les réfugiés burundais vivant sur le sol tanzanien à rentrer.

Hassan Abbas a affirmé sans détour que la paix et la tranquillité règnent sur le Burundi et n’a pas écarte quelques manquements qui s’observent sur ce pays qui n’encouragent pas tous les réfugiés localisés sur le sol tanzanien de rentrer. Mais les gouvernements burundais et tanzanien encouragent les réfugiés burundais qui désirent rentrer volontairement de regagner le bercail, et a ajouté que seuls les 1.5000 citoyens burundais vivant en situation d’irrégularité vont être expulsés sur le Burundi. Ch.N.

Burundi - Usa - Politique

" Donald Trump suggère ouvertement à la Chine d’enquêter sur les Biden", selon Rfi

Washington, le 4 octobre 2019 (Net Press) . Sous le coup d’une procédure de destitution pour avoir sollicité le président ukrainien afin d’obtenir des informations compromettantes sur son rival Joe Biden, le président américain a réitéré sa demande mais cette fois devant les caméras de télévision et à l’adresse de la Chine.

« La Chine devrait lancer une enquête sur les Biden, parce que ce qui s’est passé en Chine est aussi grave que ce qui s’est passé en Ukraine », a estimé Donald Trump avant de monter dans son hélicoptère.

Cette fois, il ne s’agit pas d’une conversation téléphonique privée que la Maison Blanche a tenté de dissimuler, mais d’une déclaration devant les caméras. Comme une ultime provocation, qui vise peut être à minimiser ou à normaliser une pratique pourtant interdite, à savoir faire appel à une puissance étrangère dans le cadre d’une campagne électorale.

« Vous ne pouvez pas extorquer des gouvernements étrangers pour vous aider à être réélu », a aussitôt tweeté le démocrate Joe Biden, premier visé. Plusieurs élus ont estimé que cette déclaration offrait un deuxième motif à l’ouverture de la procédure de destitution.

Surtout que juste avant d’inviter la Chine à fouiller dans les affaires de Joe Biden, le président américain avait affirmé disposer de nombreuses options si Pékin ne se pliait pas à ses volontés dans le conflit commercial qui les oppose.

Kamala Harris, ancienne procureure de Californie et candidate aux primaires démocrates, a aussitôt demandé que les transcriptions des appels téléphoniques entre Donald Trump et le président chinois soient versées au dossier de la procédure de destitution.

Les élus républicains, pour leur part, ne se bousculent pas pour tenter d’expliquer cette dernière saillie du président. La défense de Donald Trump semble de plus en plus improvisée, et parfois périlleuse. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.