Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Rdc - Sécurité25 octobre 2019
|Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un enseignant arrêté pour détention illégale des armes

16 octobre 2019

Karusi, le 16 octobre 2019 (Net Press) . Il s’appelle Etienne Ndayizeye, il vit dans la commune de Buhiga, province de Karusi, Centre-est du pays, où il est à la fois enseignant et président du parti de l’opposition Cnl. Il a été arrêté depuis ce matin pour détention illégale d’armes, selon des sources policières.

Son domicile qui se trouve dans le village de paix de Shanga a été encerclé par la police depuis 3 heures du matin. Une fouille-perquisition a été organisée et des effets de police y ont été retrouvés. Selon les mêmes sources d’information policières, une grenade et des chargeurs auraient été trouvés chez cet enseignant.

Ces accusations à sa charge sont cependant rejetées par sa famille qui affirme sans détours que l’enseignant Etienne Ndayizeye est détenu pour ses convictions politiques. Elle demande à l’administration et à la police de le libérer sans conditions pour qu’il aille poursuivre sa mission d’enseigner les enfants du pays.

Au Nord-ouest du pays, ce dimanche 13 octobre, une personne a été enlevée par des gens en uniformes policières dans la zone Ndava en commune Buganda de la province Cibitoke située au Nord-Ouest du Burundi.

Ses ravisseurs ne sont pas jusqu’à présent connus mais la population de Ndava soupçonne les agents du service national des renseignements de Buganda d’avoir commis ce forfait. Depuis ce lundi le 14 octobre 2019, la victime est introuvable dans tous les cachots que compte la province de Cibitoke.

D’après des sources de la localité, la victime serait accusée d’avoir collaboré et de collecter les vivres pour approvisionner les rebelles burundais qui ont établi leur base-arrière à l’Est de la Rd Congo. Ceux-ci ne cessent de commettre l’irréparable dans les communes burundaises frontalières avec notre grand voisin de l’Ouest.

La population locale et les familles de la victime ne savent pas si le leur serait toujours en vie puisqu’elles ont cherché partout dans toutes les maisons de détention de la province mais en vain.

Un membre de la famille du disparu dit que son frère a été arrêté lorsqu’il venait du marché de Ndava. Selon toujours ce dernier, il n’appartenait ni à aucun parti politique ni à un quelconque mouvement armé.

Il demande à l’administration provinciale de Cibitoke de leur porter secours dans la recherche de cette personne disparue jusqu’à trouver tout au moins son cadavre pour l’inhumer dignement.

Cependant, le patron du service national des renseignements en province de Cibitoke, Venant Miburo, nie les faits tout en affirmant que ce sont tout simplement des rumeurs et que si une fois la personne serait introuvable, qu’il faut la chercher ailleurs mais pas du côté de son service. N.R.

Burundi - Justice

Des aide-chauffeurs arrêtés dans la province de Bururi

Bururi, le 16 octobre 2019 (Net Press) . Des aide-chauffeurs, cinq au total, que l’on appelle communément convoyeurs, qui font des navettes entre les localité de Buta et de Kivuruga, dans la commune et province de Bururi, au Sud du pays, ont été arrêtés et détenus depuis hier dans les cachots de cette province.

Ils sont accusés d’avoir refusé d’obtempérer, mais ils disent qu’ils ignorent le type d’infractions qu’ils auraient commis. Ils indiquent également qu’ils ont reçu leurs convocations, rédigées en français, une langue qu’ils ne comprennent pas, alors qu’ils se trouvaient dans leurs parkings. Ils demandent leur libération immédiate et sans conditions. D.N.

Burundi – Tanzanie - Travail

Ils croupissent dans une misère indescriptible

Nduta, le 16 octobre 2019 (Net Press) . Les enfants des camps de réfugiés en Tanzanie sont encadrés par des enseignants burundais vivant dans ces sites.

Ces Burundais qui passent leur temps à côté de nos enfants perçoivent un salaire dérisoire qui ne leur permet pas d’honorer leur métier d’enseignant si exigeant. La pauvreté et le manque de manuels scolaires compliquent l’exercice de leur travail.

Ils ne mâchent pas les mots quand ils manifestent leur mécontentement en rapport avec le traitement salarial qu’ils reçoivent chaque mois. Un salaire qui ne mérite pas d’être appelé ainsi, selon les enseignants contactés à Nduta car, ceux du primaire comme du secondaire ne touchent qu’un même salaire de 55 milles shillings tanzaniens. Une sorte de motivation en somme puisque ce montant est trop modique et ne leur permet pas de s’acheter un accoutrement décent digne d’un enseignant.

En outre, ils sont traumatisés par les citoyens tanzaniens qui ne veulent pas qu’ils bénéficient d’un salaire car, ils sont rationnés. D’autres difficultés auxquelles ils font face restent la faible motivation des parents qui n’incitent pas leurs enfants à venir à l’école ainsi que l’insuffisance du matériel didactique.

Les camps de Nduta, de Mtenderi et de Nyarugusu comptent plus de 1500 enseignants, toutes catégories confondues. Face aux conditions de vie les plus médiocres qu’ils sont obligés d’affronter, ils ne peuvent pas donner convenablement des cours, ce qui dénote un caractère bénévole pour que leurs enfants apprennent tout au moins à lire et à écrire.

Aussi, il faut souligner le manque de salles de classes pour les enfants des camps de Nyarugusu et de Nduta qui sont obligés d’être regroupés sous l’ombrage d’un arbre. Pareilles conditions ne sont pas favorables à l’apprentissage et à l’assimilation de la matière.

Les enseignants de ces camps demandent aux organisations œuvrant dans le domaine de l’éducation, en l’occurrence Caritas et Save the Children, de leur fournir de manuels scolaires en quantité suffisante et de revoir à la hausse leurs salaires pour plus de motivation. J.M.

Burundi – Ouganda – Société

Certains réfugiés burundais interdits de communiquer

Kampala, le 16 octobre 2019 (Net Press) . Les réfugiés burundais vivant en Ouganda expriment leur mécontentement face à la suspension de l’enregistrement des cartes de téléphonies portables.

L’agence nationale ougandaise de régulation des télécommunications a pris une mesure transitoire de suspendre l’enregistrement des cartes des téléphones portables des réfugiés et demandeurs d’asile dans ce pays.

Car, cette agence explique que des gens mal intentionnés utilisent les téléphones enregistrés sur des noms des réfugiés pour attenter à l’ordre public. Parallèlement, d’autres personnes ont fraudé des documents de voyage des réfugiés pour se procurer des cartes de téléphones mobiles pour des raisons non encore révélées.
L’agence tranquillise les réfugiés que bientôt des lignes téléphoniques seront de nouveau octroyées aux réfugiés et demandeurs d’asile mais cette fois-ci, avec plus de rigueur.

Le mécontentement des réfugiés burundais est exprimé par certains d’entre eux qui se rendent dans des sociétés de téléphonie mobile opérant an Ouganda pour exiger qu’on leur rende l’opérationnalité de leurs appareils.

La communauté des réfugiés burundais vivant en Ouganda estime que cette mesure risque de produire des conséquences négatives pour les nouveaux arrivants. Selon eux, l’authenticité des documents électroniques des réfugiés doit être vérifiée avec expertise au lieu de leur priver le droit de communication avant de demander que cette situation soit normalisée le plus vite possible.

Cette mesure n’a pas touché uniquement des réfugiés mais aussi tous les gens qui font le business de transfert d’argent. Ceux-ci se plaignent que leurs familles en pâtissent car, ce métier faisait vivre beaucoup de gens. Des familles toutes entières peuvent mourir de faim suite aux retombées négatives de cette mesure. Ch.N.

Burundi - Alimentation

L’Onu s’exprime à l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation

New York, le 16 octobre 2019 (Net Press) . A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, le secrétaire général de l’Onu a livré un message que la rédaction propose à son lectorat :

" La Journée mondiale de l’alimentation est l’occasion de lancer un appel en faveur de l’élimination de la faim, en faveur d’un monde dans lequel toutes et tous, où qu’ils se trouvent, ont accès à des aliments nutritifs et d’un coût abordable.

" Mais à l’heure actuelle, plus de 820 millions de personnes ne mangent pas à leur faim.

" Et l’urgence climatique menace de plus en plus la sécurité alimentaire.

" Deux milliards d’hommes, de femmes et d’enfants sont en surpoids ou obèses.

" Les régimes alimentaires déséquilibrés font courir d’énormes risques de maladie et de décès.

" Il est inacceptable que la faim augmente alors que le monde gaspille plus d’un milliard de tonnes de nourriture chaque année. Il est temps de changer nos modes de production et de consommation, y compris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

" La transformation des systèmes alimentaires est essentielle à la réalisation de tous les objectifs de développement durable.

" C’est pourquoi j’espère convoquer un Sommet sur les systèmes alimentaires en 2021, dans le cadre de la Décennie d’action pour la réalisation des objectifs de développement durable.

" En tant que grande famille humaine, nous devons absolument créer un monde délivré de la faim." N.R.

Burundi - Usa - Elections

"Primaire démocrate américaine : presque tous sur Elizabeth Warren", dixit Rfi

Ohio, le 16 octobre 2019 (Net Press) . Douze candidats démocrates étaient réunis mardi 15 octobre 2019 dans l’Ohio pour un quatrième débat. Ils ont présenté un front uni contre le président américain, mais pour la première fois, Elizabeth Warren a été la cible de ses concurrents.

La sénatrice du Massashusets est en hausse constante dans les sondages, et elle menace Joe Biden, en tête de la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle 2020. C’est elle, Elisabeth Warren, qui a été interrogée la première, mardi. C’est également elle qui s’est exprimée le plus, et qui tout au long du débat a subi le feu croisé des autres candidats.

La sénatrice du Massachusetts est directement ciblée par Pete Buttedgieg, par Kamala Harris et par Amy Klobuchar, sur son projet de couverture santé universelle. « J’apprécie le travail d’Elizabeth, mais la différence entre un plan et un projet chimérique, c’est le fait de pouvoir le mener à bien », lance cette dernière, sénatrice du Minnesota.

Joe Biden s’échauffe lui aussi. Les attaques fusent sur la sénatrice au point que Cory Booker, sénateur du New Jersey, intervient : « On a une chance de faire de Donald Trump un président à mandat unique. Et la façon dont nous parlons les uns des autres dans ce débat est vraiment importante. Nous déchirer les uns les autres, parce que nos plans diffèrent, est à mon avis inacceptable. »

S’il y a un sujet sur lequel les candidats démocrates sont d’accord, c’est bien Donald Trump. Le président est vilipendé pour sa décision sur le retrait des troupes de Syrie. Et c’est Joe Biden qui a les mots les plus forts pour le condamner. « Nous avons un président erratique et fou qui ne connait rien à la politique étrangère », lance l’ancien vice-président. Le président reste le garant de l’unité des démocrates. Seule Tulsi Gabbard, élue de Hawaï, est hostile à sa destitution. La majorité des Américains jusqu’à ce jour ignoraient son nom. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.