Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité23 novembre 2019
|Un policier tire à bout portant sur un détraqué mental

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité31 octobre 2019
|Une femme tuée par des inconnus au Sud de la capitale économique

Burundi - Sud Soudan - Sécurité aérienne30 octobre 2019
|Un pilote burundais échappe de justesse à la mort à son troisième accident d’avion

Burundi - Sécurité29 octobre 2019
|Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

Burundi - Sécurité28 octobre 2019
|Le chef de zone Muyira criblé de balles

Burundi - Sécurité - Environnement26 octobre 2019
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Sécurité

Vers la stabilisation de la Rdc par ses voisins de la sous-région

25 octobre 2019

Goma, le 25 octobre 2019 (Net Press) . Des sources dignes de foi indiquent que des militaires des cinq pays de la sous-région sont réunis à Goma, à l’Est de la République démocratique du Congo, depuis ce 24 octobre, une rencontre de haut niveau dans l’objectif de stabiliser l’Est de la Rdc par une conjugaison des efforts des pays limitrophes.

L’armée congolaise évite d’évoquer l’expression "coopération conjointe" de ces armées, mais préfère la locution de mutualisation des efforts pour produire la paix dans cette région. Au cours d’un point de presse, le porte-parole de l’armée congolaise, le général Léon Richard Kasanga, a fait savoir que les affaires militaires, la programmation des activités militaires ne se traitent pas dans la rue ou dans les médias.

Signalons que de par le passé récent, il était question qu’il y ait une opération conjointe entre les armées du Burundi, du Rwanda, de l’Ouganda, de la Tanzanie et de la Rd Congo pour détraquer les groupes armées qui grouillent dans cette partie de la Rdc. Une certaine opinion avait trouvé que cette mission est pratiquement impossible.

Nous apprenons que des députés congolais auraient saisi le parlement pour que le ministre de la défense congolais puisse être convoqué. Pour ces parlementaires, l’affaire est trop sérieuse pour la laisser aux seuls militaires des 5 pays, la collaboration ne se limitant que sur l’échange des renseignements. D.N.

Burundi - Politique - Médias

Les journalistes du groupe de presse Iwacu toujours sous les verrous

Bubanza, le 25 octobre 2019 (Net Press) . A quand la levée de la muselière à nos confrères et consœurs du groupe de presse Iwacu ? En effet, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Térence Mpozenzi, Egide Harerimana et Adolphe Masabarakiza, leur chauffeur, viennent de passer leur troisième nuit d’hommes et de femmes privés de liberté dans la province de Bubanza.

Ils ont été arrêtés alors qu’ils allaient chercher des informations sur des affrontements qui avaient eu lieu la veille entre les forces de l’ordre et un groupe de rebelles armés venu de l’Est de la République démocratique du Congo. Non seulement ils ont été interpellés, mais également leurs outils de travail ont été saisis avant qu’ils ne leur soit rétrocédés plus tard.

Pour le moment, les informations en provenance de la police indiquent qu’il y a des enquêtes en cours pour savoir si les journalistes avaient le droit de se rendre sur les lieux. Selon toujours ces informations, ces enquêtes sont toujours en cours et au terme de cette activité, ils seront relâchés ou présentés devant le palais de justice.

Apparemment, il n’est pas interdit que des journalistes se rendent sur place car selon nos informations, même la radio et télévision nationales ont dépêché ce matin une équipe de reportage sur place, une mission qui ne pouvait pas avoir lieu, surtout pour un médium public, si jamais l’interdiction était formelle. Ch.N.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

Même le climat est fâché contre les réfugiés burundais de Tanzanie

Nyarugusu, le 25 octobre 2019 (Net Press) . Nous apprenons que plus de 100 maisons ont été détruites ces deux dernières semaines par des pluies torrentielles dans le camp de réfugiés de Nyarugusu en Tanzanie, ce qui a poussé ces derniers à solliciter une aide d’urgence car les zones XIII, XII, XI, X, IX et III ont été les plus touchées.

Comme pour étayer les pressions des autorités tanzaniennes, ces pluies se sont abattues sur des zones habitées essentiellement par des réfugiés burundais où depuis quelques jours, il pleut jour et nuit. Les réfugiés craignent l’irruption des maladies liées à ces nouvelles conditions de vie car même les équipements ménagers et scolaires ont été abîmés par ces pluies.

Plus grave, disent les témoignages, il y en a qui ont perdu leur ration délivrée par le Hcr dans ces pluies. Selon toujours nos informations, même les maladies des mains sales ne sont pas à exclure car les toilettes publiques ont été endommagées dans ce camp. Pour cela, ils lancent donc un appel vibrant au Hcr et aux agences humanitaires pour qu’ils leur viennent en aide. N.R.

Burundi - Afrique - Russie - Coopération

"Poutine se félicite de la « nouvelle page » ouverte avec l’Afrique à Sotchi", dixit Rfi

Sotchi, le 25 octobre 2019 (Net Press) . Le premier sommet Russie-Afrique s’est achevé jeudi à Sotchi. Avec cet événement, Moscou veut marquer son retour sur le continent et entend pérenniser ce type de rendez-vous.

Vladimir Poutine s’est félicité jeudi 24 octobre que le sommet de Sotchi ait « ouvert une nouvelle page » des relations entre la Russie et l’Afrique. Une chose est sûre, le président russe a réussi à mobiliser. L’intégralité des 54 pays d’Afrique étaient représentés, dont 43 d’entre eux par leurs chefs d’État et de gouvernement.

Pour autant, aucun contrat majeur n’a été annoncé au cours de ces deux jours. Mais le président russe se félicite d’avoir posé les bases qui devraient permettre dans le futur à son pays d’intensifier ses échanges commerciaux avec le continent.

Rencontres annuelles et triannuelles

Ces échanges sont encore faibles actuellement. Moscou veut les doubler d’ici cinq ans. Pour y arriver, le président Vladimir Poutine a annoncé la création d’un nouveau mécanisme de dialogue. Il prévoit que des sommets comme celui-ci auront désormais lieu tous les trois ans, tour à tour en Russie et dans un pays d’Afrique.

Et que chaque année, des consultations seront organisées au niveau des ministres des Affaires étrangères entre la Russie, d’une part, et trois États africains qui changeront chaque année, en fonction des rotations à la tête de l’Union africaine.

Passé anticolonial

Tout au long du sommet, Vladimir Poutine a insisté sur ce qui unit, selon lui, Moscou et le continent : un souci de défendre aujourd’hui le principe de souveraineté et un passé de lutte anticoloniale, lorsque l’URSS soutenait les pays en lutte pour leur indépendance. Une référence volontiers relayée par les dirigeants africains, à l’instar de Denis Sassou-Nguesso, président du Congo Brazzaville.

« Les peuples africains ne remercieront jamais assez le peuple russe pour l’appui déterminant qu’il a apporté aux mouvements de libération de leur continent et à sa décolonisation complète. Au moment où s’ouvre cette nouvelle page entre la Russie et l’Afrique, une espérance très forte s’empare du milliard 300 millions d’Africains qui accueillent ce nouvel élan de coopération avec optimisme et ferveur. »

Les institutions internationales dans le viseur

Le président russe a aussi insisté sur l’importante de l’Afrique pour Moscou aujourd’hui. « Les États d’Afrique ont de plus en plus d’importance politique et économique, a expliqué le dirigeant russe. Ils s’affirment en tant que piliers du monde multipolaire, et dans de nombreux dossiers nos positions sont proches et même parfois identiques. Cela favorise nos relations au sein des institutions internationales. Et nous allons donc coordonner nos actions avec les pays africains qui sont membres non permanents au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. »

Si Vladimir Poutine évoque les Nations unies, ce n’est pas par hasard. À l’exemple de la Chine, la Russie veut nouer des alliances avec les pays africains au sein de l’organisation onusienne – pour peser davantage sur les nominations, sur les décisions et sur les votes.

De leur côté, plusieurs dirigeants africains ont posé leurs conditions, à cet éventuel rapprochement avec Moscou : que la Russie les soutienne dans leur ambition d’obtenir un poste de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans une déclaration commune, signée en conclusion de ce sommet, la Russie et l’Union africaine ont d’ailleurs dénoncé « les diktats politiques et le chantage monétaire » et appelé à une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies pour que l’Afrique y soit mieux représentée. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.