Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Somalie - Sécurité29 novembre 2019
|Le poste de chef d’Etat major de la force de l’Amisom revient à un Burundais

Burundi - Sécurité28 novembre 2019
|Une femme tuée par des intrus au Nord-est du pays

Burundi –Sécurité 27 novembre 2019
|Six militaires tués dernièrement mis en terre hier

Burundi - Sécurité26 novembre 2019
|Après le meurtre d’un sexagénaire, des interpellations s’ensuivent à Makamba

Burundi - Sécurité25 novembre 2019
|Multiplication des fouilles-perquisition dans les zones de la capitale économique

Burundi - Sécurité23 novembre 2019
|Un policier tire à bout portant sur un détraqué mental

Burundi - Sécurité Aérienne22 novembre 2019
|Panique dans l’avion de ligne de la compagnie Ethiopian Airlines à cause d’un ivrogne

Burundi – Rwanda - Sécurité 21 novembre 2019
|Kigali face aux accusations de Gitega !

Burundi - Sécurité 20 novembre 2019
|"Gitega entend réprimer toute forme d’agression en provenance de l’extérieur", dixit le premier vice-président

Burundi - Sécurité 19 novembre 2019
|Après l’attaque de Ngagara, une fouille-perquisition mêlée d’interpellations s’ensuit !

Burundi - Sécurité18 novembre 2019
|Une deuxième fouille-perquisition dans Nyakabiga en moins d’une semaine

Burundi - Sécurité16 novembre 2019
|Seraient-ils des Rwandais dans la Kibira ?

Burundi - Sécurité15 novembre 2019
|Arrestation d’une centaine de personnes dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 novembre 2019
|Un homme se tue au moyen d’une grenade

Burundi - Sécurité 13 novembre 2019
|Un enseignant de Muyinga porté disparu

Burundi - Sécurité 12 novembre 2019
|Quand les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans en commune Nyamurenza !

Burundi - Sécurité11 novembre 2019
|Quand des politiciens ne convainquent pas !

Burundi - Sécurité9 novembre 2019
|Les habitants de la province de Cibitoke dans la peur-panique

Burundi - Sécurité8 novembre 2019
|La mairie de Bujumbura pour une sécurité des buvettes et des places publiques

Burundi - Somalie - Sécurité7 novembre 2019
|Le contingent burundais de l’Amisom bénéficie des chars de combat

Burundi –Sécurité6 novembre 2019
|Le journaliste Rémy Ndikumana du journal Imboneza News échappe de justesse à la mort

Burundi - Sécurité 5 novembre 2019
|Un corps sans vie d’un nouveau-né découvert au quartier six de la zone Ngagara

Burundi - Sécurité4 novembre 2019
|Découvertes des corps sans vie dans la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité2 novembre 2019
|Attaque à main armée dans un bistrot situé dans le quartier Rohero I

Burundi - Sécurité1er novembre 2019
|Détention de deux frères au cachot de la police de Rumonge

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Arrestations des "Cnlois" après la tentative d’assassinat du chef de zone Muyira

29 octobre 2019

Bujumbura, le 29 octobre 2019 (Net Press) . Après la tentative d’assassinat d’un prénommé Gédéon, chef de zone Muyira, dans la commune Kanyosha, dans la nuit de vendredi à samedi 26 octobre dernier, l’heure est à l’arrestation en cascade des membres du parti Cnl dans cette localité. Les sources sur place avancent un effectif de 24 personnes qui ont été déjà appréhendées suite à cette tentative, surtout les membres du parti d’opposition Cnl.

L’on apprend que les interpellations sont systématiquement organisées par des policiers, des agents du service secret du Burundi ainsi que des jeunes Imbonerakure. Un homme et sa femme, des leaders de cette formation dans cette zone, sont également détenus en mairie de Bujumbura.

Certaines sources d’informations précisent que suite à ces arrestations intempestives, les membres de cette formation politique de l’opposition ont décidé de fuir cette localité et de s’installer en mairie de Bujumbura où le calme est plus ou moins garanti, afin d’éviter aux arrestations.

Si les populations fuient cette localité, c’est qu’elles sont informées que cette opération vise à les intimider car, d’après des sources qu’elles détiennent, le chef de zone Muyira aurait été agressé par les membres de sa formation politique de l’Aigle pour des raisons qui n’ont pas été portées à la connaissance de l’opinion.

Malgré cela, les autorités administratives tentent de calmer le jeu en indiquant que l’objectif de la police est de chercher des suspects et non des tracasseries. Pour cela, elles demandent à la population de rester sereine. D.N.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

La Tanzanie persiste et signe : le rapatriement est volontaire

Kigoma, le 29 octobre 2019 (Net Press) . Le haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Hcr, vient de réaffirmer que le rapatriement des réfugiés burundais en provenance de la Tanzanie est volontaire. Sa position reste inchangée alors que le Burundi et la Tanzanie avaient décidé de rapatrier tous les réfugiés burundais, de gré ou de force.

Le Hcr indique également que dans le passé récent, une forte pression a été exercée sur les réfugiés burundais basés en Tanzanie pour qu’ils rentrent chez eux même si par après, ce pays a changé d’avis, soutenant l’idée que le rapatriement des réfugiés doit respecter avant tout leurs droits.

Le Hcr, ce 28 octobre, a demandé encore une fois à la Tanzanie et au Burundi de respecter la convention internationale sur les réfugiés de 1951 et d’assurer la sécurité et les droits des réfugiés lors de leur rapatriement. Pour le Hcr, ce phénomène est volontaire, personne d’autre ne peut s’en mêler. Ch.N.

Burundi - Education - Justice

Du rififi à l’école primaire de Kinama I

Bujumbura, le 29 octobre 2019 (Net Press) . C’est ce matin qu’un cafouillage a été remarqué à l’école primaire de Kinama I, dans la zone de Kinama, commune de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura. La cause de ce désordre est une fillette de 10 ans qui a trouvé la mort hier à cette même école.

Sur place, les versions divergent, mais toutes tournent autour d’un enseignant qui a appelé cette fillette au tableau pour effectuer une opération en calcul. Cette pauvre demoiselle n’aurait pas réussi l’exercice et l’enseignant l’aurait frappée violemment avec un bâton sur son épaule. De ce coup survenu vers 10 heures, la fillette est tombée par terre.

Selon les mêmes informations, au lieu d’évacuer cette enfant au dispensaire, elle a été gardée dans les bureaux de la direction jusque vers 15 heures, l’heure où l’enfant a rendu son dernier soupir. Il semble que dans l’entre-temps, l’enseignant auteur de cette mort a pris le large et il reste introuvable, d’où la police a appréhendé le directeur de l’école.

Les parents de la jeune fille, indigents comme ils disent, demandent au ministère chargé de l’enseignement de suivre de près cette question pour qu’il prenne des mesures qui s’imposent. Les voisins sont également venus soutenir cette famille qui avait perdu leur enfant dans des circonstances très tragiques.

L’on signalera qu’une autre version tendant à adoucir la circonstance a avancé que la fillette n’aurait pas trouvé la mort suite à cette bastonnade, qu’elle souffrirait d’une autre maladie ; une hypothèse vite rejetée par les parents et les voisins de la victime car, disent-ils, l’enfant était très bien portante quand elle est partie à l’école. L’on apprend que la dépouille mortelle a été inhumée aujourd’hui même. N.R.

Burundi - Justice

Nos confrères du groupe de presse Iwacu devant la chambre de conseil

Bubanza, le 29 octobre 2019 (Net Press) . Huit jours après leur détention, l’on apprend que les journalistes du groupe de presse Iwacu ont été présentés aujourd’hui à la chambre de conseil dans la province de Bubanza. L’on ne sait pas ce qui va sortir de cette audience mais les sceptiques pensent qu’il y aura maintien de la détention préventive.

Ils trouvent l’expérience et l’exemple dans l’emprisonnement de notre confrère Hassan Ruvakuki, qui a passé plus de 15 mois derrière les verrous, alors qu’il s’était déplacé vers la Tanzanie pour une mission similaire pour le compte de la Radio du Monde dont il était correspondant en Kiswahili.

Il a eu la chance que le président de la République allait effectuer une visite officielle en France et qu’il devait rencontrer le président de l’Hexagone de l’époque, François Hollande, qui s’apprêtait à lui poser des questions sur cet emprisonnement du correspondant de son medium. J.M.

Burundi - France - Justice

La plainte de diffamation déposée par le chef de l’Etat en appel en France

Paris, le 29 octobre 2019 (Net Press) . Le 28 novembre prochain, aura lieu l’audience de la cour d’appel de Paris dans le dossier de diffamation déposée par le président Pierre Nkurunziza. Selon des informations dignes de foi, le président de la République, non content du jugement d’avril dernier à Paris devant le tribunal correctionnel, a interjeté appel. Mais l’on constate que le parquet de Paris, contrairement au président Pierre Nkurunziza, n’a pas interjeté appel dans ce dossier.

Pour rappel, le président Pierre Nkurunziza avait porté plainte contre l’avocat belge Me Bernard Maingain, contre un écrivain burundais, David Gakunzi et contre un médium français, France 3 à la suite d’un reportage sur le Burundi diffusé le 13 janvier 2016. Ce reportage de deux minutes s’intitulait "Le Burundi en proie à des violences extrêmes"

Il s’appuyait sur de violentes images tournées, selon le reportage, à Karuzi, au nord de Bujumbura, pour montrer des violences commises contre des opposants burundais, indiquait le commentaire de France 3. La chaîne accusait ainsi le régime burundais dans son sujet de mener « une répression impitoyable contre les opposants ».

Ce dossier a été enregistré par la cour correctionnelle de Paris le 14 avril 2017 et fixé au tribunal correctionnel de Paris les 24 et 25 janvier 2019. Au mois d’avril dernier, le 5 plus précisément, la plainte a été rejetée par le tribunal correctionnel de Paris. J.M.

Burundi - Environnement

Le partenariat national de l’eau au Burundi tient une réunion de l’assemblée générale

Bujumbura, le 29 octobre 2019 (Net Press) . Le partenariat national de l’eau au Burundi a tenu dans la matinée de ce mardi 29 octobre une réunion de l’assemblée générale, session 2019, qui s’inscrit dans le cadre de l’analyse des réalisations annuelles, de l’analyse du plan d’action à mettre en œuvre conformément à ses engagements dont la gestion intégrée des ressources en eau et le développement résilient au changement climatique au Burundi et d’autre aspect de développement intégral.

Dans son discours inaugural, le directeur général de l’environnement, des ressources en eau et de l’environnement au ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement, Jérémie Nkinahatemba, a fait savoir que le partenariat national de l’eau au Burundi a été mis en place au mois de décembre 2007 et œuvre pour la promotion de la ressource en eau.

Il a ajouté que les partenaires sont à la fois du domaine public, les organisations non gouvernementales ainsi que les partenaires au développement Jérémie Nkinahatemba a affirmé que le partenariat a dans son actif de grandes réalisations, en collaboration et en partenariat avec le secteur public dont le ministère en charge des ressources naturelles en général et les ressources en eau en particulier.

Jeremie Nkinahatemba tranquillise que la direction générale de l’environnement des ressources en eau et de l’assainissement ne ménagera aucun effort pour le soutien de ce processus qui, selon lui, constitue l’acteur principal du partenariat national de l’eau

De son côté, le président du partenariat national de l’eau au Burundi, Anicet Nkurikiye, a déploré les défis qui hantent le Pne –Bu, le manque de fonds pour la mise en œuvre des plans d’action, couplés de la non-implication effective des restitutions des organisation membres, ainsi que le départ et la fermeture du bureau régional.

Anicet Nkurikiye a affirmé que parmi ce défis, il y a les partenaires techniques et financiers qui ne répondent pas directement aux projets proposés par le partenariat national en eau.

Anicet Nkurikiye a indiqué enfin que dans les perspectives d’avenir, le partenariat national de l’eau au Burundi compte suivre des réalisations du WACDEP (programme eau, climat et développement) dans la région du Bugesera et s’aligner à la nouvelle stratégie du partenariat mondial de l’eau 2020-2025. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.