Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Burundi - Sécurité 1er juin 2020
|Deux éducateurs inquiétés par la police pour violence sexuelles

Burundi - Santé 30 mai 2020
|Des activistes de droits de l’homme alertent ...

Burundi - Politique - Sécurité29 mai 2020
|Le candidat Agathon Rwasa arrête une altercation

Burundi - Sécurité 28 mai 2020
|Une nuit peu tendre au nord de la capitale économique !

Burundi - Sécurité 27 mai 2020
|Un ancien technicien de la radio Bonesha toujours introuvable !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand les changeurs de monnaies deviennent les cibles de assassinats

20 janvier 2020

Bujumbura, le 20 janvier 2020 (Net Press) . C’était dans la nuit de ce samedi 18 janvier, une femme changeur de monnaie, Mariam Nikiza, connue sous le sobriquet de Nyota, a été tuée à l’entrée de son domicile situé à la 14ème avenue, n° 44, en zone Buyenzi, commune Mukaza, dans la capitale économique du pays. Elle porte à trois le nombre de changeurs de monnaie tués dans la ville de Bujumbura en moins de deux mois.

Cette jeune dame qui avait vu le jour en 1983 et qui laisse derrière elle six enfants, a été inhumée dans la matinée de ce dimanche comme la tradition musulmane l’exige. Selon sa famille biologique et son entourage, Mariam Nikiza avait alerté que des individus surveillaient ses mouvements depuis quelques jours.

En ce jour fatidique pour cette femme entrepreneuse, elle a fermé son magasin situé à la 13ème avenue vers 20 heures pour rentrer. Arrivée tout près de sa maison, quatre individus non encore identifiés à bord d’une voiture Probox l’y attendaient et se sont d’abord précipités sur son sac à main et sur ses appareils téléphoniques.

Après une courte bagarre où elle essayait de résister, l’un des assaillants a tiré une balle dans la tête de Nyota. Elle a été dépêchée à l’hôpital qui, malheureusement, ne put rien faire pour la sauver. Selon toujours sa famille et son entourage, la victime disait que ses jours se comptent sur les doigts, arguant que des individus surveillent tous ses mouvements pour l’assassiner. Elle l’avait même répété la veille de sa mort, vendredi 17 janvier après la prière du soir.

De son côté, le chef de zone Buyenzi a rejeté en bloc la piste d’un assassinat ciblé, préférant parler d’un cambriolage qui a tournée vers l’irréparable. Cependant, d’autres sources affirment qu’elle était un enfant qui est sorti indemne de cette attaque mortelle contre sa mère. La zone de Buyenzi était jusqqu’à présent réputée être la plus calme de la capitale économique.

La journée de samedi n’a pas été uniquement dure pour le centre-ville de Bujumbura. Même la ville de Ngozi, au Nord du pays, n’a pas été à l’abri car un autre corps sans vie d’un certain Méthode Nduwayezu a été découvert dans la matinée de ce dimanche 19 janvier au quartier Gisagara, au centre-ville de Ngozi. Selon nombreux témoignages, il a été tué à la machette et son vélo flambant neuf qu’il venait d’acheter a été volé

Du côté des droits de l’homme, les activistes évoquent les cas de violations des droits de la personne au Burundi au cours de la semaine dernière. Les cas répertoriés sont liés à des violations des libertés et à des menaces pour la sécurité. Au moins 5 personnes ont été victimes d’arrestations arbitraires dans différentes localités. N.R.

Burundi - Kenya - Sécurité

Le ministre de l’intérieur attendu au Kenya pour tenter de convaincre

Nairobi, le 20 janvier 2020 (Net Press) . Le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, est attendu aujourd’hui au camp des réfugiés burundais de Kakuma au Kenya pour tenter de convaincre les réfugiés burundais vivant dans ce pays de rentrer.

Cependant, la mission semble ne pas être facile car, des sources concordantes sur place affirment qu’une large majorité de ces réfugiés au pays d’Uhuru Kenyatta ne sont pas prêts à rentrer car, selon eux, le Burundi n’a pas recouvré la paix et la tranquillité. Ils ajoutent que des éléments non encore connus s’infiltrent dans ce camps pour perturber la paix et la tranquillité à l’image de ce qui se passe à l’image de ce qui se passe sur le sol tanzanien.

Plusieurs témoignages qui ont requis l’anonymat indiquent que les réfugiés qui ont fui le Burundi en 1972 travaillent de mèche avec le pouvoir de Gitega pour le retour forcé sur le Burundi, ce que rejettent les réfugiés qui ont fui en 2015, arguant que le Burundi n’a pas recouvert la paix et la tranquillité. J.M.

Burundi - Médias - Justice

L’avenir de notre confrère entre les mains des administratifs de Karusi

Karusi, le 20 janvier 2020 (Net Press) . D’après le directeur de la radio Isanganiro, Silvère Ntakarutimana, les gestionnaires administratifs de la province de Karusi, la gouverneure et les administrateurs, sont en conclave sur le cas de notre confrère Blaise Paascal Kararumiye, détenu dans les cachots de police dans la commune de Buhiga depuis le 16 janvier 2020.

Le numéro un de la radio Isanganiro, qui trouve cette réunion inédite sur le cas d’un journaliste, espère qu’il y aura une décision concernant le correspondant de ce médium dans la province de Karusi, au Centre-est du pays. Ch.N.

Burundi - Confessions Religieuses - Politique

Le premier candidat indépendant aux élections présidentielles se fait annoncer

Bujumbura, le 20 janvier 2020 (Net Press). Le tout premier candidat indépendant aux élections présidentielles de mai 2020 est connu. Il s’agit de pasteur Dieudonné Nahimana de l’église "Christian Oasis Center Burundi", qui, en date du 18 janvier dernier, a annoncé sa candidature pour la course présidentielle de cette année.

Ce fondateur de l’association "New Generation Burundi" en 1998 entend développer le pays pour qu’il soit rayé de la liste des pays les plus pauvres. Après avoir considéré la pauvreté extrême, l’injustice, les criminalités que connaît ce pays depuis son indépendance, il a eu l’intention de prendre une décision très importante dans le cadre de sauver les citoyens burundais.

Et au regard de l’approche des échéances électorales, il a l’ultime conviction qu’il a des chances de changer les mentalités, en ce qui concerne notamment l’intolérance politique dans ce pays. Il est en outre convaincu que les populations burundaises s’apprêtent à mettre en avant un régime qui protégera les jeunes (66% de la population), qui luttera contre les éventuelles échauffourées. Pour cela, il a décidé de se faire élire et de commencer incessamment sa campagne. D.N.

Burundi - Politique

La chambre haute renvoie dos-à-dos la chambre basse et le gouvernement

Bujumbura, le 20 janvier 2020 (Net Press) . Tous les 38 sénateurs ont voté en faveur du rejet de niveau licence pour être administrateur communal, l’ont remplacé délibérément par une disposition qui dit que pour être un administrateur communal, l’on doit avoir terminé la 10ème année, qui équivaut à la fin du 1er cycle fondamental.

Le Ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye, avait tenté de convaincre la chambre haute du parlement burundais. Il avait expliqué qu’une large majorité des communes qui ont été gouvernées par les administrateur de niveau inférieur à la licence ont été toujours en arrière dans le développement et sont des communes qui donnent du fil à retordre aux autorités du ministère.

Et de poursuivre que c’est pour conférer à la commune une autonomie dans le développement et de se conformer à la nouvelle constitution de 2018. Apparemment il n’a pas convaincu.

Le président du sénat, Reverien Ndikuriyo, un des fervents défenseurs du maintien de niveau inférieur à la licence pour diriger une commune, a affirmé que le niveau proposé n’est pas nécessaire puisque ce projet de loi prévoit la création d’un poste de secrétaire exécutif de niveau licence qui va assister l’administrateur dans la gestion de la commune.

Les trente-huit sénateurs présents ont finalement adopté le projet de loi après avoir retiré la disposition et le ministre Pascal Barandagiye déçu, a fini par cédé. L’on saura que le 6 janvier 2020, l’assemblée nationale avait pourtant légiféré en faveur d’un administrateur de niveau licence. N.R.

Revue annuelle de la presse. Août 2019

Burundi - Administration

Le commissaire de police principal Fabien Ndayishimiye révoqué de la police nationale

Gitega, le 1er août 2019 (Net Press) . Selon un décret présidentiel du 15 juillet 2019, le commissaire de police principal, Fabien Ndayishimiye, a été révoqué de la police nationale du Burundi. Le ministre de la sécurité publique et de la gestion des catastrophes, Alain Guillaume Bunyoni, est chargé de l’exécution du décret qui entre en vigueur le jour de sa signature.

Selon des informations indépendantes et dignes de foi, le commissaire de police principal Fabien Ndayishimiye, un ex-Fab, avait été nommé au poste d’attaché de police aux Pays Bas. A la fin de sa mission, il aurait préféré vivre en exil et ne pas rentrer au pays, ce qui aurait motivé cette décision de Gitega. Ch.N.

Burundi - Sécurité

Un membre du parti Uprona tué dans la province de Kayanza

Kayanza, le 2 août 2019 (Net Press) . Il s’appelait Gaspard Bunyange, il était membre du parti Uprona jusqu’à son assassinat dans la nuit du 31 juillet. Les informations en provenance de Kayanza soupçonnent les Imbonerakure d’être derrière ce crime. Alors qu’il était allé rendre visite à l’un de ses amis, il a rencontré un groupe de gens armés de machettes.

Il aurait été menacé maintes fois de mort car il était accusé de recruter pour un parti à majorité tutsi. Il aurait été donc torturé toute la nuit avant d’être exécuté. Pourtant, ce qui étonne plus d’un, c’est qu’il a crié au secours mais en vain, alors qu’il y avait une position policière non loin de l’endroit où il a été assassiné.

L’administration confirme les faits mais dit qu’elle ignore les mobiles de ce crime. Parmi les auteurs de cet ignoble assassinat, l’on a reconnu le chef des Imbonerakure de cette localité, un prénommé Moïse.
.
Toujours au chapitre de la sécurité, les défenseurs des droits de l’homme ont enregistré au moins 28 personnes tuées au mois de juillet dernier. Ils ont noté également un enlèvement de 5 personnes, des cas de violences basées sur le genre au nombre de 6, 14 personnes torturées ainsi que 66 cas d’arrestations arbitraires. N.R.

Burundi - Australie - Coopération

Le ministre des affaires extérieures refusé en Australie

Canberra, le 3 août 2019 (Net Press) . Dans nos dépêches antérieures, nous avions annoncé la visite d’une délégation burundaise en Australie, conduite par la première dame, le pasteur Denise Bucumi Nkurunziza. (voir Net Press du 30 juillet 2019). La dépêche annonçait d’ailleurs que la délégation était déjà sur place en date du 29 juillet.

Nous apprenons que le ministre des affaires étrangères et des relations internationales, Ezéchiel Nibigira n’a pas pu entrer dans ce pays et aurait pris la direction de l’Afrique du Sud, où plusieurs sources indiquent l’avoir vu en compagnie du président de ce pays, Cyril Ramaphosa.

Selon des sources concordantes en provenance de ce pays, le refus aurait été causé par des dénonciations des Burundais qui ont fui le pays. Cette décision aurait été prise par des députés et des amis des Burundais qui sont sur place. La première dame aurait eu accès dans ce pays pour la simple raison qu’elle n’est pas directement membre du gouvernement de Gitega. D.N.

Burundi - Société

Le mois d’août 2015, date noire pour les officiers supérieurs de ce pays

Bujumbura, le 5 août 2019 (Net Press) . La date d’août 2015 est de triste mémoire pour au moins deux militaires haut gradés de cette république. Il s’agit du lieutenant général Adolphe Nshimirimana et du colonel Jean Bikomagu. Le dénominateur commun de ces deux hommes est qu’ils ont été assassinés, le 1er le 2 août et le second le 15 août 2015.

Les deux militaires s’étaient battus, l’un aux côtés des rebelles et l’autre à l’ancienne armée dénommée ex-Fab. La politique en cours à l’époque avait privilégié la voie des négociations sur la victoire militaire et les deux militaires, pour des motifs de réconciliation, s’étaient rencontrés dans une émission radiodiffusée sur la radio Isanganiro.

Les deux militaires avaient déclaré qu’ils allaient se faire des cadeaux de vaches, ce qui avait mis feu colonel Jean Bikomagu aux anges, avant de déclarer sur la voix des ondes qu’il avait un faible pour la vache. L’émission animée par Gabriel Nikundana alias Jibril, avait été largement suivie par les auditeurs de la radio, qui avaient même demandé sa rediffusion, une requête assouvie par nos confrères de la radio Isanganiro. D.N.

Burundi - Sécurité

Un incendie vient de ravager un bar restaurant au Sud de la capitale économique

Bujumbura, le 6 août 2019 (Net Press) . Un incendie vient de se déclarer dans les murs d’un bar restaurant dénommé "Hekenya", situé à l’Avenue du Large, dans la zone de Kinindo, presqu’en face du marché de cette zone qui porte le même nom. Des fumées ont été dégagées dans pratiquement tous les coins de la maison incendiée, mais l’on a constate que la police s’y est dépêchée pour éteindre le feu.

Pour le moment, la rédaction ne connaît pas encore la cause de l’incendie car au moment où notre reporter est passé sur les lieux, les policiers étaient beaucoup plus concentrés sur l’extinction du feu plutôt que de bavarder avec les journalistes. N.R.

Burundi- Politique

Le président du Cnl en province de Karusi condamné à 5 ans de prison ferme !

Karusi, le 7 août 2019 (Net Press) . Le président du parti Cnl (conseil national pour la liberté) en province de Karusi, Nathan Barampama, accusé dans le procès du 26 juillet dernier par le ministère public d’actes terroristes véhiculés à travers des messages sur WhatsApp, a été condamné par le tribunal de grande instance de Karusi à 5 ans de prison ferme, tandis que Philbert Ndihokubwayo, alias Kabila, cadre de l’Obr (office burundaise des recettes), a écopé de 10 ans de prison.

Des sources dignes de foi, ces messages qui ont entraîné leur le calvaire ont été adressés au gouverneur, aux administrateurs, au secrétaire provincial et invitaient ces hauts gradés de la province de cesser les actes d’intimidation, de persécution et d’intolérance politique infligés aux membres du parti Cnl

La partie défenderesse s’inscrit en faux contre ces accusations qu’ils jugent non fondées et affirme que le numéro de téléphone utilisé pour envoyer ces messages était de l’Afrique du Sud et qu’il reste toujours opérationnel. Selon Emmanuel Nahishakiye, un des avocats de la défense, ils vont interjeter appel à la cour d’appel de Gitega. D.N.

Burundi - Nécrologie

Le Burundi inhume ses 7 militaires tués en Somalie

Gihanga, le 8 août 2019 (Net Press) . Les set militaires burundais ont été fauchés par des terroristes El Shabab dans la région de Bal’Ad, à une trentaine de kilomères au Nord-Est de Mogadiscio, en date du 27 juillet dernier. Ils ont été enterrés ce 7 août avec les honneurs militaires au cimetière de Mpanda, situé dans la commune de Gihanga, province de Bubanza.

Les cérémonies qui se sont déroulées dans un climat plutôt morose ont été précédées par une messe en leur mémoire célébrée à l’ex-camp DCA dans la zone de Ngagara. Le gouvernement a promis aux familles des disparus de tout faire pour que ces dernières bénéficient de leurs indemnités prévues par la loi. N.R.

Burundi - Santé - Nécrologie

Départ pour l’Eternité d’un enfant comédien suite à la malaria

Bujumbura, le 9 août 2019 (Net Press) . Cet enfant du prénom de Darcy, connu sous le sobriquet de Kaca Man, avait un avenir radieux devant lui car ses comédies devenaient de plus en plus célèbres au Burundi et au-delà de nos frontières. Malheureusement, il vient de perdre la vie à un bas âge, suite à une maladie de paludisme qui secoue le pays pour le moment.

Ce décès relance les débats sur la reconnaissance ou non de cette maladie comme une épidémie Le ministre de la santé publique, Dr Thaddée Ndikumana, a indiqué par voie de presse qu’il n’est pas encore temps de déclarer la malaria comme une épidémie. Une certaine opinion quant à elle se pose la question de savoir le chiffre exact de malades que le ministre veut pour qu’il place cette maladie sur la liste des épidémies.

La même opinion semble fâchée contre les patrons de ce jeune enfant qui ne l’ont pas assisté pour qu’il soit soigné. Selon tous les experts de la santé, la malaria est une maladie qui guérit vite quand elle est soignée, mais également qui tue vite quand elle n’est pas traitée à temps. Elle demande d’ailleurs que des personnes ne lui rendent pas hommage à titre posthume alors qu’elles n’avaient rien dit de son vivant. Ch.N.

Burundi - Enseignement Supérieur - Sécurité

L’Iscam à la recherche de futurs cadres

Bujumbura, le 10 août 2019 (Net Press) . C’est aujourd’hui que des épreuves ont été organisées par l’institut supérieur des cadres militaires, Iscam, afin de procéder au recrutement de nouveaux lauréats pour le service militaire. Nous apprenons que plus de 1300 candidats se sont fait inscrire afin d’accéder à l’Iscam.

L’on apprend également que dans la province méridionale de Makamba, il y avait au total 82 candidats. Deux d’entre eux se sont absentés au moment où trois autres ont été chassés et n’ont pas passé les examens. Il semble que leurs documents portaient des écritures falsifiées. Les épreuves se sont déroulées au lycée d’excellence de Makamba.

Enfin, il faudrait mentionner que sur les 82 candidats qui étaient en lice à Makamba, 77 seulement ont été acceptés et parmi eux, l’on peut compter un effectif de 10 filles, un nombre insuffisant, selon les admirateurs de l’aspect genre. Les tests liés au sport auront lieu samedi le 17 août 2019. Pour le moment, les services chargés de recrutement à l’Iscam ne sont pas en mesure de préciser le nombre de candidats qui seront retenus. J.M.

Rectificatif.

Dans l’une des dépêches de ce 18 janvier 2020, une erreur malencontreuse s’est glissée dans les dépêches de Net Press. En effet, l’Ac-Génocide accuse la Cvr de partialité et non d’impartialité. La rédaction présente ses excuses à son aimable lectorat.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.