Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme19 mars 2020
|Les activistes des droits de l’homme accusent...

Burundi - Sécurité 18 mars 2020
|"Un militant de l’opposition battu car mal pensant", dixit un témoin !

Burundi - Sécurité - Opinion17 mars 2020
|Un week end trop dur pour les membres du Cnl

Burundi - Rca – Sécurité 16 mars 2020
|Un casque bleu burundais tué dans des opérations anti –Balaka

Burundi - Sécurité14 mars 2020
|Deux frères en détention à Bururi pour coups et blessures à un Imbonerakure

Burundi - Sécurité13 mars 2020
|Une personne tuée en province Cankuzo

Burundi - Sécurité 12 mars 2020
|Un bandit éclipsé par balle en zone Bwiza !

Burundi - Sécurité 11 mars 2020
|Peur-panique chez les militants de l’opposition en province de Makamba

Burundi - Sécurité10 mars 2020
|La police accusée de tuer une personne au Sud du pays

Burundi - Sécurité 9 mars 2020
|Un sexagénaire tué en province Makamba

Burundi -Sécurité7 mars 2020
|La foudre tue une sexagénaire dans la province de Mwaro

Burundi - Sécurité6 mars 2020
|Insécurité grandissante dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité - Environnement5 mars 2020
|De fortes pluies mêlées de grêles plongent la population dans la misère au Sud du pays

Burundi - Sécurité4 mars 2020
|Les autorités du Snr à Cibitoke démentent une information relative à la torture

Burundi - Sécurité3 mars 2020
|Le ciel se fâche dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité 2 mars 2020
|Un corps sans vie retrouvé en zone Musaga au Sud de la capitale économique

Burundi - Sécurité29 février 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" se rentrent dedans au Nord du pays

Burundi - Education - Justice28 février 2020
|La justice traque les enseignants qui engrossent les élèves-filles dans Kayanza

Burundi - Sécurité27 février 2020
|De fortes pluies causent des dégâts énormes au Nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité25 février 2020
|Une vingtaine de criminels tués la semaine passée par la police

Burundi - Sécurité24 février 2020
|Un officier supérieur trouve la mort dans une opération de holdup

Burundi - Sécurité Routière22 février 2020
|Quatre élèves blessés dans un accident de roulage à Makamba

Burundi – Sécurité 21 février 2020
|Une dame tuée en zone Kanyosha

Burundi - Sécurité20 février 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la capitale économique

Burundi –Sécurité 19 février 2020
|Quand le centre-ville de Bujumbura devient la cible du banditisme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Plusieurs personnes kidnappées en un laps de temps dans la province de Cibitoke

23 janvier 2020

Cibitoke, le 23 janvier 2020 (Net Press) . Nous apprenons que dans cette province de Cibitoke, située au Nord-ouest du pays, au moins cinq personnes ont été kidnappées en moins de deux semaines dans les communes de Buganda et de Rugombo. Leurs familles n’ont aucune idée de leur emplacement actuel.

Parmi eux, un certain Jean Paul Nzeyimana qui a répondu à un appel téléphonique et qu’il aurait été intercepté par des agents du service secret, selon des témoignages sur place. Il serait soupçonné d’être de mèche avec un groupe armé dont la base arrière se trouverait en République démocratique du Congo.

Un autre du nom de Nsanzurwimo, de la localité de Nyamitanga dans la zone de Ndava, a été enlevé par des personnes inconnues jusqu’à présent et il serait accusé de collecter des vivres pour des mouvements rebelles en Rdc. Même le responsable de la police de l’air, de la frontière et des étrangers, Pafe, à la Ruhwa, a arrêté le 16 janvier une personne qu’il a remise au service secret local. D.N.

Burundi - Sécurité

Un corps sans vie emballé dans un sac retrouvé dans la rivière Ntahangwa

Bujumbura, le 23 janvier 2020 (Net Press) . Un corps sans vie emballé dans un sac a été retrouvé dans la matinée de ce mardi 21 janvier, dans la rivière Ntahangwa , entre les zones de Buyenzi et de Ngagara, au Nord de la capitale économique. La victime a été aperçue pour la première fois par les élèves et écoliers qui se rendaient à l’école. Elle n’a pas été identifiée mais elle a été transférée dans l’une des morgues des hôpitaux de Bujumbura.

Au Sud du pays, un sexagénaire du nom de Protais Marora, a été tué et le corps découvert sur la colline Nyarugerera, en commune et province de Bururi. Quatre personnes sont entre les mains de la police locale pour des enquêtes préliminaires. Sa famille dit qu’il était introuvable depuis le 19 janvier dernier.

Les mêmes informations révèlent que ses meurtriers l’ont tué puis enterré dans un champ. Le corps présentait des blessures à la tête. La sorcellerie serait à l’origine de cet assassinat. Tous les membres de sa famille sont suspectés par la police qui les a arrêtés, rapportent les témoignages en provenance de Bururi. N.R.

Burundi - Politique

Pierre Nkurunziza désigné "Guide du patriotisme" par le conseil des ministres

Gitega, le 23 janvier 2020 (Net Press) . Le conseil des ministres de ce 22 janvier tenu dans la capitale politique Gitega s’est penché sur le dossier qualifiant le président sortant Pierre Nkurunziza de "Guide du patriotisme". Le projet de loi avait été préparé et adopté par l’assemblée nationale de Kigobe, dans la capitale économique Bujumbura.

Pour rappel, il y a moins d’une année, le président Nkurunziza avait été désigné par son parti Cndd-Fdd "Guide éternel", une appellation qui a failli créer des polémiques quant à sa traduction en français. Ce projet de loi devrait âtre approuvé par décret par le président de la République à quelques mois des élections. J.M.

Burundi - Politique

Pierre Nkurunziza rassuré d’une retraite dorée

Bujumbura, le 23 janvier 2020 (Net Press) . Pierre Nkurunziza a déjà annoncé qu’il ne se représentera pas en 2020 et l’assemblée nationale vient de lui préparer, en date du 21 janvier 2020, ce que nos confrères de Rfi qualifient de "un parachute doré" . En effet, après son départ du pouvoir, Pierre Nkurunziza bénéficiera d’un milliard de francs burundais, d’une villa d’un très haut standing construite dans la localité de son choix.

Il continuera à bénéficier d’un privilège de juridiction devant la cour suprême et des dispositions spéciales qui protègent l’honneur, la dignité et l’intégralité physique du chef de l’Etat en exercice ainsi qu’un système de sécurit approprié. Le sénat s’est également penché sur ce dossier aujourd’hui et a approuvé le même montant tel qu’adopté ainsi qu’une villa.

Selon la ministre de la justice qui a défendu le dossier devant les deux chambres, ces avantages concernent uniquement les chefs d’Etat qui ont été élus, allusion faite à Pierre Nkurunziza et à Melchior Ndadaye. Les présidents issus du consensus, Domitien Ndayizeye et Sylvestre Ntibantunganya, auront également une part des avantages beaucoup moins consistants que ceux des présidents élus.

Les présidents issus des coups d’Etat, à savoir Michel Micombero, Jean-Baptiste Bagaza et Pierre Buyoya ne sont pas concernés pas cette mesure du parlement burundais. Une certaine opinion y voit même une mesure injuste basée sur des divisions ethniques. Ch.N.

Burundi - Administration

Des indemnités accordées aux fonctionnaires

Bujumbura, le 23 janvier 2020 (Net Press) . Ce mercredi 22 janvier, le ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo, a rendu publique une ordonnance portant accord des indemnités aux fonctionnaires de l’Etat qui couvre une période du 1er janvier au 30 juin 2020.

Selon cette ordonnance, il est accordé aux fonctionnaires et agents du secteur public, une indemnité d’ajustement des disparités salariales. Cette mesure intervient après une longue séance de discussion entre les représentants syndicaux, les cadres de la fonction publique et les représentants des travailleurs du secteur parapublic, aidés par des experts étrangers. Soulignons que ces montants sont exemptés d’impôt pour faciliter cet ajustement des salaires des fonctionnaires qui affichaient des écarts énormes selon les ministères.

Désormais, toutes les annales et primes sont gelées jusqu’au mois de juin 2020 sauf pour les cadres et agents des ministères de la défense nationale et des anciens combattants ainsi que celui de la sécurité publique et de la prévention des catastrophes.

Aussi, il est à signaler que cette mesure s’étend à tous les établissements publics à caractère administratif et ou commercial et toute administration personnalisée ainsi que toute administration à caractère social.

Pour une certaine opinion de Bujumbura, cette mesure, bien que tardive, est si salutaire que les concernés sont en liesse. Elle est pourtant attendue depuis le mois de juillet 2019 mais vient d’être signée vers la fin du mois de janvier 2020.

En effet, le gouvernement aurait réalisé que les écarts salariaux étaient insupportables pour intervenir au moment opportun. Et cette période propice choisie par les autorités burundaises est à quelques jours du dépôt des listes électorales pour les candidats présentés au conseil communal, les parlementaires et le candidat président. A seulement 4 mois des élections, voila le geste clément du gouvernement envers les fonctionnaires dont la grogne ne cessait d’alimenter les médias au quotidien par des préavis de grève déposés par des syndicats. D.N.

Revue annuelle de la presse. Août 2019 (suite et fin)

Burundi - Politique

Le président Pierre Nkurunziza persiste et signe : il ne se représentera pas en 2020

Gitega, le 21 août 2019 (Net Press). A l’occasion d’un message à la nation lors du 4ème anniversaire de son élection au plus haut sommet de l’Etat, le président burundais Pierre Nkurunziza a a tenu à dresser un bilan des quatre ans qui viennent de s’écouler après son élection.

Il a indiqué qu’il est fier des réalisations au cours de ces quatre années, comparativement aux promesses qu’il avait faites aux populations, citant notamment la paix et la sécurité ainsi que la justice pour tous. Celles qui n’ont pas été encore accomplies, le président Nkurunziza entend se concentrer pour les mettre en pratique avant les élections de 2020.

Au cas où il y aurait des projets non réalisés lors des échéances électorales de l’année prochaine, Pierre Nkurunziza a été on ne peut plus clair. Ils seront poursuivis par son successeur, insinuant par là qu’il ne va plus se représenter comme il l’avait déjà promis lors de la promulgation de la nouvelle constitution, le 7 juin 2018. Ch.N.

Burundi - Sécurité

Un jeune homme tente de tuer son père et sa marâtre dans la commune de Mugamba

Bururi, le 22 août 2019 (Net Press) . Nous sommes dans la localité de Kavumu, de la commune de Mugamba, dans la province de Bururi, au Sud du pays. Il est presque 20h30’ ce 21 août quand soudain, un homme et son épouse, voient la lumière éteinte alors qu’ils étaient à table.

Aussitôt après, c’est l’explosion d’une grenade qui a blessé le couple. Selon des informations qui sont parvenues à la rédaction, l’auteur de ce forfait est le fils de cet homme qui n’est pas content de la présence de sa marâtre dans leur maison. Les victimes de la détonation de la grenade ont été dépêchés à l’hôpital au moment où le jeune homme se trouve entre les mains de la police. Ch.N.

Burundi - Politique - Justice

Des Imbonerakure emprisonnés dans la province de Rumonge

Rumonge, le 23 août 2019 (Net Press) . Selon des informations en provenance de cette entité administrative, deux jeunes Imbonerkure, Ezéchiel Mfisumukiza et un prénommé Richard, sont détenus depuis hier dans l’après-midi. Aussitôt arrêtés, ils ont été conduits dans un cachot de la zone Murago, dans la commune de Burambi.

Selon toujours les mêmes informations, ils avaient subi un interrogatoire de toute une journée effectué sur 13 personnes au total, des voisins de la permanence du parti Cnl démolie dans la nuit de mercredi à jeudi 22 août. Nous apprenons que 11 parmi eux ont été relâchés après l’interrogatoire, du fait qu’ils n’étaient pas impliqués dans cette affaire de démolition de la permanence, la plupart d’entre eux n’étant même pas membres de partis politiques.

Cependant, ils devront comparaître chaque fois que de besoin en tant que prévenus libres. L’on saura que l’administration avait tenté de réunir les jeunes de cette contrée dans le but de calmer le jeu, mais la participation a été faible. Elle a été reportée pour la semaine prochaine, comme le rapportent les informations de l’endroit. N.R.

Burundi - Politique

Des politiciens burundais en exil restent campés sur l’accord d’Arusha

Bruxelles, le 24 août 2019 (Net Press) . Dans une déclaration de trois pages rendue publique ce 23 août, 8 personnalités politiques burundaises se disent indignées par la situation qui prévaut au Burundi, d’où elles demandent le report des élections de l’année prochaine et dans le cas contraire, leur boycott.

Ces hommes politiques de l’opposition se sont concertés avant de sortir leur déclaration. Ils ont établi un tableau sombre car pour eux, la marche forcée vers les élections de 2020 se poursuit dans un contexte de terreur, de verrouillage des espaces des libertés civiles, politiques, d’expression, suivi de discours de haine ethnique distillés à longueur de journée, de harcèlement et d’exclusion de toute forme d’opposition politique, accompagnés de violences parfois atroces, allusion faite au parti Cnl.

Rappelons d’abord que ces opposants se sont retirés de la plateforme politique de l’opposition dite Cnared- Giriteka et qu’ils exigent d’abord un dialogue franc avec l’opposition plurielle. Ils regrettent par ailleurs que les négociations dont on attendait une voie pacifique de sortie de crise se soient arrêtées sur un échec cuisant.

Les signataires de cette déclaration sont Frédéric Bamvuginyumvira, ancien président du Frodebu et ancien premier vice-président de la République, Charles Nditije, président du parti Uprona de l’opposition, Léonidas Hatungimana, président du parti Ppd-Girijambo, Jérémie Minani, président du parti Rdb, Chauvineau Mugwengezo, président du parti Upd-Zigamibanga, Julien Nahayo, une personnalité politique, Jean Bosco Ndayikengurukiye, président du parti Kaze Fdd de l’opposition et Prosper Nzobambona, président du parti Naddebu. Ch.N.

Burundi - Politique

Un analyste politique déplore ce qui se joue au Burundi en ce moment

Pretoria, le 26 août 2019 (Net Press) . Notre interlocuteur se trouve pour le moment en Afrique du Sud, plus exactement à Pretoria. Analysant le jeu politique dans notre pays, il estime qu’au Burundi, tous les leaders, qu’ils soient de la mouvance ou de l’opposition, ils ne jouent pas de la politique. Ce qu’ils font, ils l’appellent politique mais en y regardant de près, ce n’est pas du tout de la politique.

Parlant des élections de 2020, il parie que le parti au pouvoir ne peut pas être vaincu via les élections. Il trouve qu’il y a d’autres stratégies auxquelles on peut recourir pour le chasser et cela, sans devoir recourir à la guerre civile. Notre interlocuteur n’a pas voulu développer davantage son idée, arguant que le temps lui faisait défaut. D.N.

Burundi - Politique

Statu quo malgré les appels des autorités

Ngozi, le 27 août 2019 (Net Press). Il y a quelques jours, les différentes autorités et à plusieurs niveaux du pays ont fait appel à une retenue des jeunes des différents partis politiques qui affichaient une intolérance politique de façon exagérée, jusqu’à ce que des morts d’hommes s’en suivent.

Les deux responsables des partis politiques plutôt rivaux, Evariste Ndayishimiye et Agathon Rwasa, respectivement du Cndd-Fdd au pouvoir et du Cnl à l’opposition, ont fait des déclarations appelant leurs membres à la tolérance politique pour la bonne marche de la démocratie.

Ces appels avaient été également étayés par le maire de la ville de Bujumbura ainsi que le premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, qui est allé jusqu’à demander des sanctions judiciaires pour des gens qui font recours souvent à des discours incendiaires à l’endroit des leurs adversaires politiques.

L’on vient d’apprendre qu’un responsable local de la commune Gashikanwa, dans la province de Ngozi, au Nord du pays, Emmanuel Ndayishimiye, a été arrêté hier 26 août par la police et les administratifs à la base. Il est détenu dans les cachots de la commune et il est accusé d’avoir construit une permanence sans autorisation.

Son arrestation a été décidée par l’administrateur communal ad interim, Gilbert Mbonyiyeze et des jeunes Imbonerakure se sont mobilisés pour l’arrêter à son domicile. Ces derniers n’ont pas pu l’arrêter car il leur a opposé une incompétence juridique pour le faire, raison pour laquelle l’administration et la police sont entrées dans la danse.

Cette accusation est cependant rejetée par sa famille politique qui voit en ce geste une intolérance politique et un harcèlement pur et simple avant de demander sa libration sans conditions. J.M.

Burundi - Politique

Quand la gouverneure de Bujumbura rural est contrariée par des événements

Bujumbura, le 28 août 2019 (Net Press) . Dans une interview accordée aux confrères de la radio Isanganiro, la gouverneure de la province de Bujumbura rural, Nadine Gacuti, a indiqué qu’il y a des échauffourées de temps en temps entre les jeunes du parti de l’Aigle et ceux du parti "Cnloi". Elle a cependant nuancé ses propos en déclarant que suite aux réunions de pacification tenues dans sa province, le climat s’est nettement amélioré dans cette entité administrative.

L’on note néanmoins que l’intolérance politique est plus qu’une réalité car une journée avant sa déclaration, un jeune leader Imbonerakure de la colline de Burenza avait trouvé la mort des suites de ses blessures, comme l’avait rapporté la rédaction hier 27 août. Quatre autres Imbonerakure avaient également été blessés dans ces bagarres.

L’on apprend que ces derniers avaient attaqué les "Cnlois" qui s’étaient rendu sur la route nationale n° 1 pour saluer leur patron qui venait d’une visite de travail à Kayanza et à Ruyigi. Il semble d’ailleurs que certains Imbonerakure s’étaient désolidarisés, évoquant les conseils prodigués par leurs leaders. C’est ainsi que 5 Imbonerakure avaient été blessés lors des confrontations avec les "poulains" d’Agathon Rwasa.

Pour certains, la gouverneure de Bujumbura rural devrait constater que la plupart des désordres sont observés pendant les weekends car ce sont des moments où les leaders des partis politiques font des déplacements à l’intérieur du pays, soit pour visiter leurs fidèles, soit pour, dans le cas du Cnl, l’inauguration d’une permanence. J.M.

Burundi - Justice

Des caissières de la Socabu derrière les verrous

Bujumbura, le 29 août 2019 (Net Press) . L’on apprend que deux caissières de la société d’assurance du Burundi, Socabu, sont derrière les verrous depuis plus ou moins un mois, en compagnie du caissier en chef. Selon des informations disponibles à la rédaction, les deux dames se seraient servies de l’argent dans les caisses de la société à l’insu de leurs autorités.

Le caissier en chef, qui aurait cautionné ou alors n’aurait pas remarqué un tel geste de la part de ses subalternes, n’aurait rien signalé jusqu’à ce que l’audit interne découvre l’anomalie et ce, avant que lesdites femmes ne remboursent le montant indument reçu. Il est donc poursuivi pour complicité de vol dans les caisses de la Socabu.

Il semble que cette pratique est courante dans plusieurs sociétés de la place et que des fois, il y a effectivement complicité de la hiérarchie. Cela est dû au fait qu’actuellement, les salaires des fonctionnaires et agents des sociétés ne leur permettent plus de joindre les deux bouts du mois, tout cela suite à l’effritement constant de la monnaie burundaise. C’est pour cela que seuls les caissiers qui n’ont pas de chance sont attrapés dans de telles infractions. J.M.

Burundi – Sécurité

Hakoringingo arrêté, les voisins crient au scandale

Rumonge, le 30 août 2019 (Net Press) . La scène se passe sur la colline Gisenyi, dans la zone de Maramvya de la commune Burambi en province de Rumonge située au sud-ouest du pays. C’était mercredi le 28 août 2019 à l’aube quand le patron du service national des renseignements dans cette province, accompagné d’une armada de policiers et de militaires, a ordonné d’encercler la maison des parents de l’élève Claver Hakoringingo de l’Ecofo Gisenyi.

Une source policière a révélé qu’il serait soupçonné de détenir illégalement une arme à feu. Mais après une fouille-perquisition, aucune arme n’a été trouvée dans la maison. Paradoxalement, le chef de la documentation à Rumonge a ordonné son embarcation. Il serait détenu au cachot du service national des renseignements à Rumonge.

Les voisins et les parents de l’élève Hakoringingo crient au scandale et craignent pour sa sécurité d’autant plus que même son frère aîné a été tué l’année dernière dans des circonstances tout à fait similaires.

Le chef du service des renseignements affirme l’avoir arrêté pour être soupçonné de détenir une arme que son grand-frère possédait. Mais d’aucuns se demandent quelle mouche aurait piqué un patron d’un si grand service qui serait en possession des techniques de renseignements pour avoir dirigé ses soupçons au frère du défunt.

Admettons que le regretté disparu avait une arme, selon une opinion, peut-on directement déduire qu’après sa mort, son petit frère devrait nécessairement hériter de cette arme ? Pourquoi ne devrait-il pas craindre de subir le même sort que son grand-frère ? Est-ce que réellement son frère avait-il d’arme ? Pourquoi la chercher chez sa famille alors qu’il devrait en toute logique avoir des amis dans sa génération qui devraient normalement la récupérer pour continuer leur sale besogne manigancée de commun accord. Autant de questions sans réponses qui devraient pousser le patron du service secret de Rumonge à réfléchir deux fois avant de réagir, conclut l’opinion. N.R.

Burundi - Sécurité

Le banditisme monte d’un cran dans la commune de Gihanga

Bubanza, le 31 août 2019 (Net Press) . L’on apprend que 6 personnes ont été arrêtées et détenues dans la commune de Gihanga, province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Cette incarcération a eu lieu dans l’après-midi de ce 29 août et toutes ces personnes sont accusées d’avoir volé des chèvres, 58 au total.

Ils ont été arrêtés au moment où ils amenaient 6 chèvres dans des ménages auxquels on demandait de les garder pour un petit moment. C’est ainsi que la police est intervenue, a récupéré les 6 chèvres volées qui sont, depuis cette période, gardées par la police locale. L’on apprend enfin que les enquêtes se poursuivent pour démanteler le réseau des bandits de la localité. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.