Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Burundi - Sécurité 1er juin 2020
|Deux éducateurs inquiétés par la police pour violence sexuelles

Burundi - Santé 30 mai 2020
|Des activistes de droits de l’homme alertent ...

Burundi - Politique - Sécurité29 mai 2020
|Le candidat Agathon Rwasa arrête une altercation

Burundi - Sécurité 28 mai 2020
|Une nuit peu tendre au nord de la capitale économique !

Burundi - Sécurité 27 mai 2020
|Un ancien technicien de la radio Bonesha toujours introuvable !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une maison d’une journaliste en retraite calcinée

11 février 2020

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press) . La victime en question est Clémence Ntirampeba, retraitée depuis quelques années de la radio et télévision nationale RTNB. Il était vers 23 heures de ce lundi 10 février au quartier VII de la zone Ngagara, commune urbaine de Ntahangwa en mairie de Bujumbura, quand sa maison a pris feu. Selon les premières informations, des complications électriques de la Régideso seraient l’origine de cet incendie.

Selon des témoignages sur place, la famille était tranquille et s’apprêtait à aller dormir lorsqu’une petite étincelle suivie d’un incendie qui a vite envahi toute la maison. Les mêmes témoins affirment que la maison, tout comme les biens qui s’y trouvaient, ont été réduits en cendres, obligeant la famille malheureuse a s’évacuer vers une famille voisine pour demander l’hospitalité.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme évoquent des allégations, des atteintes et des violations des droits de l’homme enregistrées la semaine dernière. Au moins 5 personnes ont été tuées, 1 autre a été victime de violences basées sur le genre, 6 encore victimes de torture et 2 arrêtées arbitrairement.

Parmi les victimes identifiées figure 1 femme torturée. Des jeunes membres du parti de l’Aigle, des policiers, des agents du Snr et des administratifs sont pointés du doigt comme étant des présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Parmi les victimes enregistrées figurent des membres du parti Cnl, un membre du parti Cndd-Fdd et un membre du parti Uprona. N.R.

Burundi - Politique

Qu’est ce qui se trame au parti "Cnloi" ?

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press) . Alors que toutes les candidatures aux présidentielles doivent avoir été présentées au plus tard le 20 de ce mois, des analystes politiques à Bujumbura se posent la question de savoir si oui ou non le patron du Cnl va se présenter comme candidat aux élections de mai prochain. D’autant plus qu’il y a déjà une dizaine de candidatures des partis politiques comme des indépendants.

Pour le moment, tout est calme dans cette formation politique. Le président de parti, Agathon Rwasa est devenu "muet", politiquement parlant, ne s’exprime pas sur son éventuelle candidature, ni sur l’intimidation de ses membres et qui fuient le pays l’Ouganda ces derniers jours.

Dans ce pays, l’absence d’information en crée une autre. Pour certains, Agathon Rwasa a été interdit de poser sa candidature par le pouvoir en place car ce dernier a peur d’une victoire écrasante de ce mobilisateur hors pair des foules, lors des présidentielles. Pour les autres, sa formation politique date du 14 février 2019, donc il ne peut pas se présenter car son parti n’a pas 2 ans d’existence juridique.

Toujours dans le cadre des explications données par des uns et des autres, Agathon Rwasa peut réclamer la présidence du Fnl aujourd’hui dirigé par Jacques Bigirimana, lors de la signature du cessez-le-feu, mais cette voie n’est pas possible car son président reconnu par Gitega est également candidat aux présidentielles.

L’on apprend que le parti Cnl a un congrès extraordinaire ce weekend et que son objectif est d’aligner un candidat aux élections de mai prochain. A en croire toujours l’opinion, sa formation politique peut effectivement le mettre en avant et la cour constitutionnelle refuser cette candidature.

L’opinion n’avance pas davantage car elle indique qu’en date du 20 février, le président de la République va convoquer les élections du 20 mai et que dans ces conditions, aucune autre candidature ne sera acceptée. Mais ceux qui connaissent Agathon Rwasa attestent qu’il est prêt à se présenter, avec ou sans parti politique et dans les deux cas, il est presque sûr de gagner, pourvu que les élections soient crédibles et transparentes. J.M.

Burundi – Politique

Le respect du code électoral est obligatoire pendant le scrutin

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press) . Pierre-Claver Kazihise, président de la commission électorale nationale indépendante, Ceni, l’a répété au cours de la réunion qu’il avait organisée à l’intention des partis politiques et des Indépendants à la fin de la semaine dernière.

Il a profité de cette occasion pour animer une discussion avec les responsables politiques en rapport avec le nombre de documents que chaque candidat doit présenter à la Ceni. La plupart d’entre eux ont alors émis le souhait de réduire les documents exigés pour que les candidats aux élections de 2020 puissent avoir moins d’ennuis avec les services administratifs habilités à délivrer ces dits documents.

L’intrépide président de la Ceni avait répondu majestueusement que sa commission ne fait qu’appliquer le code électoral promulgué par le président de la République le 20 mai 2019. La seule proposition d’allégement concerne les dossiers des candidats aux conseillers communaux où le primus inter pares au niveau collinaire peut présenter des documents au moment où ses suppléants pourront les présenter plus tard.

Mais d’aucuns se demandent pourquoi Pierre –Claver Kazihise s’alarme du respect du code électoral par les partis politiques et des Indépendants plus de deux mois avant la tenue du scrutin ? C’est parce que lui-même n’est pas du tout convaincu s’il ne pourra pas par hasard resurgir une situation de tricherie ou de holdup électoral. Dans ce cas, un état conflictuel peut naître de la contestation des résultats. C’est dans cette perspective que le président de la Ceni veut se fonder sur le prescrit de la loi, ce qui est une très bonne chose en somme.

Certes, de mauvaises langues alimentent l’opinion par le postulat selon lequel, le président de la Ceni aurait été nommé à ce poste pour remplir un cahier des charges lui soumis par le parti au pouvoir, le Cndd-Fdd, afin de lui porter aux fonts baptismaux.

Si tel est le cas, c’est que les propos des jeunes Imbonerakure perçus à travers leurs slogans selon lesquels « le scrutin de 2020 est gagné d’avance, il ne reste que sa validation » sont plus plausibles. Dans ces conditions, le processus électoral ne serait qu’une mascarade politique qui hypothéquerait irrémédiablement le principe électoral dans notre pays. D.N.

Burundi - Droits de l’Homme

La question des droits numériques à l’assemblée nationale

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press) . L’on entend par droits numériques la partie du droit spécifique aux nouvelles technologies. Ce droit régit les problèmes créés par l’émergence de la société de l’information, et vise principalement la protection de la vie privée mise à mal parla collecte informatique des données ; la protection de la propriété intellectuelle, les œuvres étant facilement copiables illicitement sous leur forme numérique ainsi que l’accessibilité numérique contre fracture numérique.

Ce nouveau type de droit, très récent, tente de se ressourcer sur des textes et conventions régionaux et internationaux pour atteindre leurs objectifs. Au niveau panafricain à titre d’exemple, ces droits sont protégés par la Convention de l’Union Africaine sur la Cybersécurité et la protection des données à caractère personnel ( appelée aussi la Convention de Malabo) adoptée par la 23ème conférence ordinaire de l’Union Africaine en date du 27 Juin 2014.

Nous apprenons que le Burundi est encore en arrière car le taux d’utilisation des nouvelles technologies est de 8%, selon des effectifs des experts en la matière. Lors des questions orales hier à l’assemblée nationale, un député, activiste des droits numériques, a posé la question à la ministre chargée des Tic, Evelyne Buyoyi, de savoir où le gouvernement en est en ce qui concerne l’adhésion à la Convention de Malabo du 27 juin 2014.

La ministre Butoyi a répondu qu’au niveau de son ministère, l’on se penche sur le dossier et que d’un moment à l’autre, il peut être présenté à la table de l’assemblée nationale. L’on saura que plus de la moitié des pays africains sont déjà membres de cette Convention de l’Union Africaine sur la Cybersécurité et la protection des données à caractère personnel. Ch.N.

Burundi - Canada - Droits de l’Homme

La question des droits de l’homme sur la table de la diaspora burundaise

Montréal, le 11 février 2020 (Net Press) . Nous apprenons que l’ABC, assemblée des Burundais du Canada, vient d’annoncer la visite de Charles Mukasi, partisan de la restauration d’un Etat de droit au Burundi, de Me Bernard Maingain et de Me Armel Niyongere, deux avocats œuvrant sur la scène internationale pour la promotion des droits de l’homme au Burundi, au mois de février courant.

Pour cela, l’assemblée invite les Burundais de Montréal et d’ailleurs à une conférence le 22 février 2020, à partir de 16 heures. Ce sera une occasion, poursuit l’annonce, de se rassembler et de discuter, entre autres, des violations des droits de l’homme au Burundi, de l’impact de celles-ci sur le quotidien des Burundais, de l’implication de l’appareil de l’Etat burundais dans les crimes souvent de sang, de la participation des milices Interahamwe stipendiées par l’Etat dans lesdits crimes et bien d’autres témoignages accablants sur l’institutionnalisation de la terreur contre tout supposé opposant au régime burundais.

Selon une certaine opinion, le gouvernement de Gitega a tout intérêt à y envoyer des représentants pour défendre ses points de vue car, de prime abord, l’on constate que les conférenciers ne sont pas de nature à donner un quelconque cadeau au régime en place. Dans ces conditions, comme tous les stratèges des questions politiques ne cessent de le dire, la politique de la chaise vide ne peut pas payer car, qu’on le veuille ou pas ; en cas d’absence, l’opinion montréalaise retiendra les versions des trois conférenciers. J.M.

Burundi - Administration

Du nouveau dans l’administration, un haut fonctionnaire de l’Etat jette l’éponge

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press). Il s’appelle Elie Ntihagowumwe, il était conseiller au bureau d’études stratégiques et de développement à la présidence de la République jusqu’au 28 janvier 2020, date à laquelle il a démissionné. Dans sa correspondance au chef de l’Etat, il exprime d’abord sa gratitude envers le numéro un burundais pour la confiance qu’il a placée en lui en le nommant à ce poste en date du 13 novembre 2019.

Il estime que quand il était encore directeur général de BBS ou Burundi Blackbone System, il a participé à l’éclosion numérique, à la vulgarisation et à la promotion des technologies de l’information dans notre pays. Il déplore néanmoins le fait que quand il a été nommé, alors qu’il représentait le BBS dans AFRICACOM, en Afrique du Sud, il a été victime d’une campagne d’humiliation, suivie d’un déploiement des policiers, à son retour le 16 novembre, l’empêchant d’accéder à son bureau et de procéder à une remise.

Il se dit avoir été victime d’être traité comme un criminel, d’avoir été emprisonné et torturé. Comme il sent que sa sécurité est menacée, il est également humiliée à tel point qu’il est inapte à bien servir le poste que lui a confié le président de la République. Pour cela, il démissionne pour retourner auprès de sa famille.

Une partie de l’opinion estime que c’est une témérité de démissionner alors qu’on est pas n’importe quel conseiller, mais celui de la présidence de la République. Des actions pareilles ne sont pas fréquentes dans notre pays car la plupart des fonctionnaires, toute honte bue, s’accrochent à leurs postes quelles que soient les humiliations subies.

Mais pour d’autres, les raisons de son départ ne sont pas du tout claires et il y aurait autre chose derrière cette démission. Une information non encore vérifiée indique qu’il était nettement mieux payé à BBS qu’à la présidence de la République. La rédaction a tenté de le contacter, mais en vain. D.N.

Burundi –Energie

Electrification du domicile de l’ancien président de la République, Cyprien Ntaryamira

Bujumbura, le 11 février 2020 (Net Press). Le ministre de l’hydraulique, de l’énergie et des mines, Côme Manirakiza, a procédé ce lundi 10 février à l’inauguration de la ligne électrique Mageyo – Kinama – Mubimbi, d’une longueur de 22 km et qui a couté 1,3 milliard de nos francs. Il a profité de cette occasion pour demander l’électrification du ménage de feu président Cyprien Ntaryamira à Mageyo, avant le 06 avril 2020. La date du 6 avril rappelle l’anniversaire de son décès dans le ciel de Kigali, aux côtés de son homologue rwandais, Juvénal Habyalimana.

Nombreux se demandent pourquoi cet ancien président Cyprien Ntaryamira mort dans le ciel de l’aéroport international de Kanombe à Kigali, ne bénéficie pas des avantages juteux d’un ancien chef de l’Etat, d’autant plus que sa maison située en zone Mageyo, commune Mubimbi dans Bujumbura rural, se trouve en mauvais état et dépourvu d’eau et de l’électricité. Autant le président de la République, Pierre Nkurunziza, a construit une villa à la mère du président Ndadaye, autant il devrait le faire pour Ntaryamira.

Les mêmes gens qui se posent des questions trouvent que cela constitue une politique de deux poids, deux mesures. En d’autres termes, concluent-ils, le successeur direct du président Ndadaye devrait avoir des considérations et non que sa famille croupisse dans une misère indescriptible.

Ceux qui participent régulièrement à la commémoration de l’anniversaire de la mort de feu président Cyprien Ntaryamira, le 6 avril de chaque année, sont indignés de voir sa famille mal habillée portant des gerbes de fleurs sur la tombe en présence des hautes personnalités de la République en habits flambants neufs sans qu’un geste ne soit posé à son égard. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.