Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité18 mai 2020
|Une explosion de grenade fait deux blessés dans la zone de Bwiza

Burundi - Politique - Sécurité16 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Burundi – Sécurité14 mai 2020
|Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

Burundi - Sécurité13 mai 2020
|Quand un policier est tabassé et hué par des conducteurs de taxis-vélos

Burundi - Sécurité12 mai 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Bwiza ce matin

Burundi-Sécurité 11 mai 2020
|Deux personnes tuées et d’autres blessées lors d’une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 mai 2020
|Un militaire burundais trouve la mort dans le lac Rweru

Burundi - Sécurité8 mai 2020
|La population de Ngozi découvre quatre corps sans vie dans une rivière

Burundi – Sécurité7 mai 2020
|Détention abusive des membres du Cnl à Gitega

Burundi - Sécurité 6 mai 2020
|Une personne tuée en zone Kinindo

Burundi - Sécurité - Politique5 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains ici et là dans le pays

Burundi - Droits de l’Homme4 mai 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Rd Congo - Sécurité2 mai 2020
|Les militaires burundais ont 48 heures pour quitter la Rdc

Burundi - Sécurité1er mai 2020
|Une mort mystérieuse de trois personnes d’une même famille au Nord du pays

Burundi - Sécurité30 avril 2020
|Dix Congolaises arrêtées lors d’une fouille-perquisition en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 29 avril 2020
|Le parti Cnl dans le collimateur de la police nationale

Burundi - Politique - Sécurité28 avril 2020
|La Ceni rencontre les forces de défense et de sécurité

Burundi - Sécurité Routière27 avril 2020
|Un véhicule renverse des passagers dans la province de Ngozi

Burundi - Justice25 avril 2020
|L’activiste Germain Rukuki devant la cour suprême

Burundi –Sécurité 24 avril 2020
|Quand les zones Kamenge et Kinama deviennent le théâtre du banditisme

Burundi - Sécurité23 avril 2020
|Fouille-perquisition dans la zone de Nyakabiga

Burundi - Rdc - Sécurité22 avril 2020
|Des forces de sécurité burundaise et rwandaise signalées à l’Est du Congo

Burundi - Sécurité21 avril 2020
|Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 avril 2020
|L’éboulement d’une montagne emporte des vies humaines dans Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme se fait blesser grièvement dans la commune de Mpanda

17 février 2020

Bubanza, le 17 février 2020 (Net Press). Il était vers 2 heures du matin dans la nuit de dimanche à lundi 17 février quand des hommes non encore identifiés ont grièvement blessé une personne dans la commune de Mpanda, en province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Afin de se retirer de l’endroit du crime sans inquiétude, ils ont tiré en l’air pour dissuader toute tentative de poursuite.

Selon les mêmes informations, les auteurs de ce forfait ont volé un montant de 6 millions de nos francs et ils ont pris une direction jusqu’à présent inconnue. La police, tout comme l’administration locales, affirment que des enquêtes sont déjà en cours pour mettre la main sur les auteurs de ce crime.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme évoquent deux cas de décès la semaine dernière. Selon eux, les deux victimes sont des hommes dont l’un a été découvert dans le lac Tanganyika. Ils évoquent également des cas d’arrestations arbitraires concernant des membres du parti Uprona non gouvernemental. Ch.N.

Burundi - Politique

Des frondeurs du parti de l’Aigle interdits de rentrer dans leur pays

Kampala, le 17 février 2020 (Net Press). Des frondeurs du Cndd-Fdd de 2015, qui sont Jérémie Ngendakumana, ancien président de cette formation politique au pouvoir, Pamphile Muderega, ancien secrétaire permanent du comité national de coordination des aides, Melchior Simbaruhije et Dismas Nduwayo, porte-parole et conseiller à la deuxième vice-présidence sous Gervais Rufyikiri, Vincent Gahungu et Denis Hakizimana, respectivement ancien député du parti de l’Aigle et ancien conseiller de Pie Ntavyohanyuma, alors président de l’assemblée nationale, n’ont pas pu se rendre à Bujumbura comme ils l’avaient escompté.

Ses informations concordantes indiquent que c’est le gouvernement du Burundi, via l’ambassade du Burundi à Kampala, en Ouganda, qui leur a refusé l’accès sur le territoire burundais. D’après une petite note affichée depuis ce 15 février à l’entrée de l’ambassade, La patronne de ce bureau, Epiphanie Kabushemeye Ntamwana, a signifié que ces six Burundais n’ont pas accès dans les locaux de l’ambassade.

Et pourtant, l’on s’en souvient, ces hommes avaient sollicité des titres de voyage à cette même ambassade au milieu de la semaine dernière et la dame à qui la requête avait été adressée, avait promis de répondre positivement à cette demande, à condition qu’elle ait l’avis de l’autorité hiérarchique. Quand ils sont revenus pour s’enquérir de la situation, ils ont été accueillis par ladite note. Ce comportement des autorités a créé un sentiment d’amertume chez ceux qui croyaient mettre un terme à de longues années d’exil.

A la question de savoir ce qu’ils comptent faire, ils ne sont pas clairs et ils indiquent seulement qu’ils envisagent quelque chose qu’ils n’ont pas révélé. Mais des sources d’information non encore confirmées estiment que le refus aurait trait à la création d’une nouvelle formation politique par Jérémie Ngendakumana, le parti pour la démocratie et la bonne gouvernance, Pdg. Les mêmes informations précisent en outre qu’il y aurait une médiation entre la partie burundaise et les frondeurs pour trouver une issue à ce blocage. J.M.

Burundi - Politique

Le parti Cnl crie qu’il y’aurait des gens qui pensent toujours à la fraude électorale !

Bujumbura, le 17 février 2020 (Net Press) . A l’issue de son élection à la candidature du conseil national pour la liberté (Cnl ) aux présidentielles de 2020, Agathon Rwasa a dénoncé qu’il y’aurait des gens qui pensent toujours à la fraude électorale .

Dans son discours, le candidat du Cnl aux présidentiels de mai 2020 a affirmé que quand bien même la compétition électorale est de nature pacifique, il aurait constaté qu’il en est autrement au Burundi. Il a pointé du doigt certains dirigeants qui confondent la démocratie et la victoire électorale même si cette dernière était frauduleuse. Il s’en suit une mauvaise gouvernance sur tous les plans, d’où l’instabilité politique et autres agissements qui contrastent avec la démocratie .

Agathon Rwasa fait savoir qu’il est très étonnant d’entendre, en ce moment où le processus électoral est enclenché, qu’il y aurait des gens qui pensent toujours à la fraude électorale au lieu de chercher à répondre aux préoccupations de l’heure qui tiennent à cœur les citoyens Burundais. Ce candidat du cnl a dit que son message à ces gens-là qui auraient peut-être peur de la compétition électorale est que les citoyens n’accepteront qu’ils parviennent à cette sale besogne .

Quand Agathon Rwasa s’en prend aux extrémistes !

Agathon Rwasa pointe du doigt les partisans de la violence et des extrémistes sous tous leurs formes et les invitent à revenir à la raison car selon lui, le pays n’a pas besoin des personnes fortes pour détruire et s’entretuer, mais des Burundais forts, réconciliées et solidaires, artisans d’une paix durable pour impulser un développement intégral et harmonieux. Or, selon toujours Agathon Rwasa, la communauté burundaise devrait avoir l’esprit que nul n’a été créé pour être malmené, ni vivre les maux de ce monde, ni endurer des traitement inhumains ou dégradants, tout comme personne n’a le droit de malmener les autres.

Agathon Rwasa implore de laisser l’espace politique libre pour que tous les partis politiques participent pleinement à la compétition électorale et demande tous ceux qui prétendent être vainqueurs a priori de respecter le verdict des urnes car, selon lui, la voix d’un officier de l’armée ou de la police équivaut à celle d’un ministre, à celle d’un chômeur, à celle d’un gardien de vache ou encore à celle d’un cultivateur .

Agathon Rwasa lance un appel à l’endroit des gouvernants en fonction pour qu’ils soient toujours serviteurs du peuple, qu’ils renoncent aux agissements malveillants consistant à malmener les citoyens par des décisions administratives arbitraires, contraires à l’esprit et à la lettre des lois et règlements en vigueur au Burundi. Il a profité de cette occasion pour leur demander de cesser de se montrer indifférents lorsque des délinquants vandalisent les permanences du parti Cnl ici et là dans le pays, suivis de toutes sortes de tracasseries parfois assorties d’assassinats et de traitements inhumains ou dégradants. Selon lui, la justice qui devrait être impartiale a du mal à dire le droit et condamne les victimes à la place des criminels. N.R.

Burundi – Politique

Agathon Rwasa, candidat aux présidentielles de mai

Bujumbura, le 17 février 2020 (Net Press) . Ce dimanche 16 février courant, une population en liesse était massée en grand nombre à la permanence nationale du parti conseil national de la liberté Cnl, pour désigner le candidat aux élections présidentielles prochaines.

Au cours de ce congrès, Agathon Rwasa, président du Cnl, en même temps premier vice-président de l’assemblée nationale, a été désigné pour représenter ce parti aux élections présidentielles du mois de mai 2020.

Dans son discours, il a remercié tous les membres de son parti pour la confiance qu’ils ont placé en lui. Il a promis aux congressistes qu’il va bientôt présenter son projet de société avec des propositions concrètes de développement dans tous les secteurs de la vie nationale. Rwasa a profité de l’occasion pour fustiger certains comportements des militants de certains partis qui crient déjà victoire à 3 mois des élections, ce qui cache une volonté manifeste de truquer les élections. Pour sa part, Agathon Rwasa a tranquillisé ses membres que nul ne pourra tripatouiller les élections à sa guise car, la population sera préparée pour surveiller toute tentative de fraude.

Selon le nouveau candidat aux élections présidentielles, il faut que les leaders des partis politiques préparent psychologiquement leurs membres à accepter les résultats des urnes quel que sera le fruit. Il a enfin invité les autorités administratives à adopter un langage positif qui ne blesse pas l’autre.

Il a aussi fait mention des cas d’intolérance observables à travers tout le pays où les victimes deviennent des bourreaux à loger dans les différents cachots du pays, d’où il a invité la justice à jouer pleinement et correctement son rôle.

Notons qu’avaient aussi participé dans ce congrès, les représentants des Etats-Unis d’Amérique, de la France, d’Allemagne, de la Chine, de l’Afrique du Sud, du Kenya et les envoyés d’autres partis politiques comme le Cndd-Fdd, le Frodebu, les Fnl, Fds Sangira et de l’Apdr. N.R.

Burundi - Economie

La fermeture des bureaux de change crée une situation de cafouillage

Bujumbura, le 17 février 2020 (Net Press) . Depuis la décision de fermeture des bureaux de change prise par la banque centrale, cette dernière avait également pris la mesure de confier cette activité aux banques commerciales. Certaines d’entre elles avaient indiqué qu’elles allaient ouvrir leurs guichets ce 17 février, mais l’on constate que les prestations desdites banques ne sont pas à la hauteur des attentes des populations. Celles-ci se sont présentées nombreuses dans les banques, mais elles ont déchanté au regard des services offerts.

Tout d’abord, dans certaines banques, l’on procédait à l’achat des devises amenées par des clients mais ces dernières n’en vendaient pas. Pourtant, plusieurs demandes de monnaies étrangères revêtaient un caractère urgent du fait qu’ils voulaient se rendre à l’étranger, soit pour des affaires, soit pour des soins de santé.

Un ancien agent de la banque centrale qui a requis l’anonymat a indiqué que cette banque livre des devises à une seule banque, à savoir la banque commerciale du Burundi, la Bancobu, sans donner plus de détails. Cet argument est d’autant plus vrai que cette banque commerciale est la seule qui enregistre un volume important d’activités par rapport aux autres banques commerciales. D.N.

Burundi - Rwanda - Culture - Justice - Sécurité

Disparition inopinée et tragique d’un grand artiste rwandais

Kigali, le 17 février 2020 (Net Press) . Au Rwanda, la police annonce ce 17 février que le chanteur de gospel Kizito Mihigo a été retrouvé mort dans sa cellule après s’être suicidé, indiquent les autorités. Un an et demi après avoir été libéré par grâce présidentielle, il avait de nouveau été arrêté le 13 février 2020. Il était accusé d’avoir voulu traverser illégalement la frontière burundaise dans le but de rejoindre un groupe armé.

Dans un communiqué publié sur Twitter ce 17 février, la police rwandaise précise que le chanteur Kizito Mihigo a été retrouvé mort dans sa cellule vers 5h ce matin. Les autorités parlent d’un suicide, sans donner plus de précisions, et annoncent avoir ouvert une enquête.

La star rwandaise de 38 ans a été arrêté jeudi 13 février dans le district de Nyarugusu, dans le sud du Rwanda, alors qu’il tentait de se rendre au Burundi. Il était détenu par le Rwanda Investigation Bureau, Rib, à Kigali, accusé d’avoir tenté de traverser illégalement la frontière avec l’intention de rejoindre des rébellions armées. Il était également soupçonné d’avoir tenté de soudoyer les deux fermiers qui l’ont reconnu.

Kizito Mihigo a contribué à la composition du nouvel hymne national de son pays, en 2001, et avait créé une fondation pour promouvoir la paix et la réconciliation à son retour au Rwanda. Ce célèbre artiste a été pendant longtemps considéré comme proche du régime. Mais en 2014, à quelques mois des commémorations du génocide commis contre les Tutsi du Rwanda, l’artiste a publié une chanson "Igisobanuro c’urupfu" (la signification de la mort en kinyarwanda), qui a déclenché de fortes polémiques.

Ce titre était accusé de mettre sur un même pied d’égalité le génocide et les actes de vengeance commis contre les Hutu. Il a été arrêté en avril 2014, il était alors accusé "d’entente en vue de commettre un assassinat, de complicité dans un acte terroriste et de conspiration contre le gouvernement". Il avait été jugé aux côtés de trois codétenus, Cassier Ntamuhanga, Jean-Paul Dukomezumuremyi et Agnès Niyibizi. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.