Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 novembre 2020
|Quand les citoyens se font une justice populaire

Burundi - Sécurité7 novembre 2020
|L’insécurité se poursuit ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité6 novembre 2020
|Une personne trouve la mort suite à une alimentation

Burundi - Sécurité 5 novembre 2020
|Une marâtre accusée de violenter un enfant arrêtée !

Burundi - Sécurité4 novembre 2020
|Une arme trouvée dans une salle de classe à l’Ets Gihanga !

Burundi – Sécurité3 novembre 2020
|La province de Ngozi contre les malfaiteurs

Burundi - Sécurité2 novembre 2020
|L’insécurité reste perceptible dans la commune de Burambi

Burundi - Sécurité31 octobre 2020
|Fin d’un séminaire de renforcement des capacités en matière de sécurité

Burundi - Sécurité 30 octobre 2020
|Et une disparition qui inquiète !

Burundi –Sécurité 29 octobre 2020
|Quatre personnes tuées dans Bujumbura rural !

Burundi - Sécurité28 octobre 2020
|La population "bujumburaise" priée de redoubler de vigilance

Burundi - Sécurité27 octobre 2020
|Des vaches assassinées en lieu et place de leurs propriétaire

Burundi - Sécurité26 octobre 2020
|Une personne trouve la mort à Rutumo

Burundi - Sécurité 24 octobre 2020
|Une personne trouve la mort lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité23 octobre 2020
|Découverte de deux roquettes dans le Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité22 octobre 2020
|Un jeune garçon meurt foudroyé à Kirundo

Burundi - Droits de l’homme21 octobre 2020
|Spécial "21 octobre" dans le monde politique et les droits de l’homme

Burundi - Sécurité 20 octobre 2020
|Quand la rivière de la Rusizi compte plus de quinze corps sans vie en moins d’un mois

Burundi - Sécurité 19 octobre 2020
|Le ministère ayant en charge la sécurité publique met en garde !

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses17 octobre 2020
|Un rassemblement de l’église Libre méthodiste empêché !

Burundi - Sécurité16 octobre 2020
|Découverte de deux cadavres dans la commune de Rugombo

Burundi - Sécurité15 octobre 2020
|Un veilleur d’une boutique tué dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité14 octobre 2020
|Le ciel de plus en plus sévère dans notre pays

Burundi - Sécurité13 octobre 2020
|Un homme se fait assassiner dans la commune de Burambi

Burundi -Sécurité12 octobre 2020
|Des crépitements d’armes automatiques se font entendre au Nord du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Insécurité grandissante dans la province de Kirundo

6 mars 2020

Kirundo, le 6 mars 2020 (Net Press) . Deux personnes ont été attaquées dans la province de Kirundo, au Nord du pays, dans la même commune, dans la nuit de jeudi à vendredi 6 mars. L’une d’entre elles était un vieil homme âgé de 65 ans, Adrien Nzeyimana, qui a été attaqué à la grenade chez lui aux environs de minuit.

Ceux qui ont largué ces grenades sont passés par la fenêtre de sa chambre à coucher et il n’a pas eu la chance de survivre à ces explosions. Il serait soupçonné de sorcellerie par ses voisins. Nous apprenons que la police a déjà appréhendé 6 personnes pour des raisons d’enquêtes.

En ce qui concerne la deuxième personne, il s’agit de Jean-Claude Nduwayezu, 48 ans, qui a été grièvement blessée par des hommes non encore identifiés armés de machettes. Ici aussi, certaines gens pensent à la sorcellerie qui pourrait être la cause de son attaque au moment où d’autres avancent un plan de son ancienne épouse aujourd’hui divorcée. Il a été dépêché à l’hôpital où il reçoit des soins.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme ont mis en relief des violations et atteintes aux droits humains commises au mois de février dans notre pays, dont des cas d’assassinat à l’approche des élections. Pour ces derniers, l’impunité est devenue un mode de gouvernance, ce qui semble mettre à l’abri ceux qui commettent ces violations. Malgré cela, les mêmes défenseurs des droits de l’homme estiment qu’il y a des instances judiciaires internationales qui se penchent déjà sur le cas du Burundi.

Ils évoquent en outre le rapport de la commission d’enquête des Nations unies de septembre 2019 qui confirme des facteurs de risques d’aggravation de la situation des droits de l’homme à l’approche des élections de 2020. Ainsi, pour cette période, 24 cas d’assassinats, 6 d’enlèvement, 56 d’arrestations arbitraires et détentions illégales, ainsi que 8 cas d’atteintes à l’intégrité physique, ont pu être répertoriés. J.M.

Burundi – Justice

Une affaire montée de toutes pièces devant la justice

Ruyigi, le 6 mars 2020 (Net Press) . L’histoire commence dans la commune de Butezi en province Ruyigi quand les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, se sont substitués à la police pour arrêter et emprisonner un homme du nom de Liboire Ntikarangira.

Comme tout montage grossier, cet infortuné muselé par le parquet de grande instance de Ruyigi, a été interpellé au mois de décembre par les jeunes militants du Cndd-Fdd en pleine nuit chez lui lorsqu’il s’entretenait avec son voisin.

Certes, les concepteurs de ce forfait machiavélique sont des membres de sa propre famille avec qui, il avait un conflit foncier pendant au tribunal de grande instance de cette province. Comme Liboire Ntikarangira avait eu gain de cause aux tribunaux de résidence et de grande instance, les justiciables perdants ont organisé, de concert avec les Imbonerakure, un guet-apens pour coincer leur adversaire.

En effet, ils ont surpris leurs bourreaux en train de causer autour d’une bière et les ont accusés de sorcellerie. Ils s’étaient munis d’un sachet contenant de médicaments traditionnels et ont endossé l’appartenance à leur victime.

A partir de cette période, commencèrent les moments les plus critiques pour les deux hommes. Ligotés, ils ont été conduits au cachot de la commune Butezi situé à plus de 10 km du lieu des faits. A la seule différence des péripéties qu’a connues Jésus-Christ sur le chemin de la croix, les deux prévenus n’ont pas été pendus mais ont été battus à mort pendant plus de 4 heures de marche intermittente de séances de bastonnade.

Les prévenus ont été transférés à la prison centrale de Ruyigi. Ce lundi 2 mars courant, Ntikarangira accusé de détenir de médicaments traditionnels dans le but de tuer ses adversaires avec qui, il a un problème foncier, a eu l’opportunité de croiser avec la présidente du tribunal de grande instance qui lui a accordé une audience.

C’est à partir de ce moment que Ntikarangira a su que ses accusations ne concernent pas les intentions d’ensorceler des gens mais plutôt le dossier de l’assassinat de Melchior Ndadaye. Car, la dame à la tête du tribunal a téléphoné son collègue du parquet qui lui a signifié en substance que ce détenu est parmi ceux qui ont tué Ndadaye, arguant qu’il servait encore la grande muette. Mais Ntikarangira s’était muni d’une attestation qui montre qu’il avait quitté ce corps au mois de janvier 1993, avant l’assassinat du président hutu élu démocratiquement. Cette attestation a été une preuve irréfutable à sa décharge mais le procureur n’a pas manqué de dire que ce prévenu mérite la prison pour sa vulgarité.

Comme la raison du plus fort est toujours la meilleure, le bagnard Ntikarangira et son coaccusé continuent à loger dans la prison malgré le manque de chefs d’accusation à leur charge. Ch.N.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

Plus de 10.000 réfugiés burundais refusent de rentrer au pays

Nyarugusu, le 6 mars 2020 (Net Press) . Cette information est relayée par la presse tanzanienne qui cite le responsable de la commission tripartite Burundi - Tanzanie - Hcr de rapatriement des réfugiés burundais basés dans les trois camps de réfugiés de ce pays, Nyarugusu, Nduta et Mtendeli, Athman Igwe.

Selon cette information, un total de 10.883 réfugiés composés de 3.163 ménages ont décidé de surseoir au rapatriement dans leur pays le Burundi. Ils font partie des 93 503 réfugiés regroupés dans 31 723 qui s’étaient fait inscrire dans le passé récent pour rentrer volontairement au Burundi.

Selon une certaine opinion, la Tanzanie a dû changer d’avis car dans un premier temps et ce, de connivence avec le régime de Gitega, il était question que tous les réfugiés burundais vivant dans ce pays rentrent de gré ou de force. N.R.

Burundi - Education

Le journal "La Voix de l’Enseignant" contre le mimétisme du 8 mars

Bujumbura, le 6 mars 2020 (Net Press) . Notre confrère, pour célébrer la date du 8 mars, se met dans la peu d’une enseignante, d’où un titre évocateur. «  Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes   », thème de la Journée internationale de la femme 2020 qui ne laisse pas indifférente l’enseignante burundaise

Par rapport au thème retenu pour la journée internationale de la femme 2020, «  Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes   », les enseignantes dans les écoles de la ville de Bujumbura disent qu’elles subissent des discriminations en ce qui concerne la nomination dans les postes de responsabilités. Elles affirment qu’à part dans les écoles fondamentales où les femmes sont suffisamment représentées comme directrices, dans d’autres secteurs du ministère de l’éducation, le nombre de femmes qui dirigent est très réduit. Ces femmes enseignantes déplorent le fait que les autorités politiques n’honorent pas les promesses leur faites à l’occasion de la journée qui leur est dédiée d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. Pour cela, elles considèrent la journée du 8 mars comme un mimétisme pour consacrer à une tradition universelle.

Par ailleurs, constate amèrement le journal, pour l’Examen d’Etat 2019, les élèves de la section Langue ont échoué lamentablement. L’analyse des résultats de l’examen d’Etat, session 2019, montre que dans la section Langue, les échecs sont lamentables. 699 écoles organisent cette section mais 216 seulement ont pu avoir la moyenne de 50% tandis que 483 écoles sont en dessous de 50% avec 31 écoles avec moins de 5 % dont 15 ont eu 0% comme taux de réussite. Les écoles sous convention viennent en tête avec des taux élevés et les collèges communaux et lycées privés prennent la queue.

Ce n’est pas non plus encourageant, des élèves de la 7è ignorent les opérations de base en mathématiques. La table de multiplication et la conversion des unités de mesure qui, jadis, étaient apprises par cœur en 3è année primaire, sont devenues bête noire aujourd’hui pour les élèves de la 7è année. Des enseignants de mathématiques en 7è sont fâchés et estiment que c’est la conséquence de la suppression du concours national de la 6è année qui permettait de sélectionner les meilleurs pour aller au secondaire. Un enseignant Psychologue ajoute la non compétence des enseignants comme cause et encourage le recrutement des enseignants par test. D.N.

Burundi - Burkina Faso - France - Justice

"La France autorise l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso", dixit Rfi

Paris, le 6 mars 2020 (Net Press) . Le gouvernement français a autorisé l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso où ce frère de l’ancien président déchu est mis en cause dans l’enquête sur l’assassinat en 1998 d’un journaliste. Le ministère de la Justice burkinabè a publié une copie du décret ministériel, signé par Anne Guédamour, une collaboratrice de la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Joint par RFI, l’avocat de François Compaoré, Maître François Henri Briard, reconnaît la conformité du document, bien qu’à cette heure, son client n’a toujours pas été notifié de cette extradition. Néanmoins, l’avocat prévoit déjà d’attaquer le décret ministériel devant le Conseil d’État. Cette démarche n’empêche pas théoriquement l’extradition, mais dans la pratique, l’usage veut que la justice française n’extrade pas tant que tous les recours n’ont pas été épuisés.

En cas d’échec, les avocats de François Compaoré n’excluent pas de saisir la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg. Des démarches qui pourraient prendre près d’un an.

En juin 2019, la Cour de cassation avait rejeté le pourvoi de François Compaoré contre son extradition vers Ouagadougou où le dossier Zongo, classé en 2003 après un « non-lieu » en faveur du seul inculpé, a été rouvert à la faveur de la chute de son frère, Blaise Compaoré.

« Nous avons patienté vingt ans, une année ne nous fait pas peur, explique Robert Zongo, le frère du journaliste assassiné. Norbert était tenace, notre famille est tenace, le peuple burkinabè aussi. François Compaoré peut prendre tout son temps, il viendra au Faso. Il faut qu’il réponde à la justice », a-t-il conclu. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi