Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Burundi - Sécurité 1er juin 2020
|Deux éducateurs inquiétés par la police pour violence sexuelles

Burundi - Santé 30 mai 2020
|Des activistes de droits de l’homme alertent ...

Burundi - Politique - Sécurité29 mai 2020
|Le candidat Agathon Rwasa arrête une altercation

Burundi - Sécurité 28 mai 2020
|Une nuit peu tendre au nord de la capitale économique !

Burundi - Sécurité 27 mai 2020
|Un ancien technicien de la radio Bonesha toujours introuvable !

Burundi-Sécurité 26 mai 2020
|Des coups de feu entendus ce matin en zone de Cibitoke

Burundi - Sécurité25 mai 2020
|Les violences se poursuivent dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité23 mai 2020
|Un homme retrouvé mort dans la province de Cibitoke

Burundi - Politique - Opinion22 mai 2020
|Vers une victoire écrasante du Cndd-Fdd ?

Burundi - Politique21 mai 2020
|Après les élections, l’heure est aux rumeurs ...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des "Cnddfddistes" arrêtés dans la province de Cibitoke

21 avril 2020

Cibitoke, le 21 avril 2020 (Net Press) . Une quinzaine d’élus collinaires et quatre jeunes Imbonerakure de la commune Mabayi, province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays, ont été interpellés depuis le 18 avril dernier. Selon des informations en provenance de cette entité administrative, une situation sécuritaire tendue dans la réserve naturelle de la Kibira, tout près de la frontière avec le Rwanda, serait à l’origine des interpellations.

Les personnes arrêtées sont toutes membres du Cndd-Fdd et originaires des collines de Rutorero, de Gasebeyi et de Gafumbegeti. Nous apprenons que des fouilles-perquisition menées conjointement par des militaires et des policiers ont ciblé deux ménages dimanche dernier.

Il semble que le responsable d’un des ménages a pu fuir au moment où l’autre a été appréhendé. Les guides forestiers, au nombre de trois, eux aussi des Imbonerakure, ont été également arrêtés. Selon des informations recueillies par la rédaction, ces arrestations ont suscité un climat de méfiance entre les membres du Cndd-Fdd à Mabayi.

Le gouverneur de province a convoqué ce 20 avril une réunion d’urgence des forces de l’ordre et de sécurité, des responsables administratifs et des Imbonerakure. Certains élus locaux ont fui la région pour ne pas être appréhendés car ceux qui sont entre les mains de la police font l’objet d’une enquête pour établir les responsabilités.

De leur côté, les activistes des droits de l’homme évoquent des allégations de violations, des atteintes et des violations des droits humains la semaine dernière. Au moins 4 personnes ont été tuées, dont trois exécutées de façon sommaire. Ils parlent également d’une personne torturée et de 22 arrestations arbitraires.

Parmi les victimes, l’on enregistre une femme torturée et une autre arrêtée arbitrairement. Les jeunes du parti de l’Aigle, des administratifs, des policiers et des agents du service secret sont pressentis comme étant des auteurs de ces violations des droits de l’homme. Il y a également des membres des partis politiques comme le Cnl, le Msd et le Sahwanya Frodebu. Ch.N.

Burundi – Sécurité

Et si les membres du Cnl se défendent !

Kirundo, le 21 avril 2020 (Net Press). Depuis un certain temps, les membres du Cnl font objet de harcèlement de la part des jeunes Imbonerakure du parti Cndd-Fdd.
Le comportement adopté par les membres du Cnl a été interprété comme un sentiment de soumission et de résignation à travers tout le pays. Ce qui encourage les Imbonerakure à pousser l’audace jusqu’à l’inacceptable envers les membres du parti d’Agathon Rwasa.

La scène se passe au Nord du pays sur la colline Gatwe de la commune Ntega en province de Kirundo. Des Imbonerakure et des "Cnlois" s’en sont venus aux mains hier lundi et trois personnes ont été grièvement blessées. Ces victimes de l’intolérance politique ont été évacuées vers l’hôpital de Kirundo avant que la police ne procède à l’arrestation des opposants alors qu’ils s’étaient défendus contre des attaques menées par des Imbonerakure du Cndd-Fdd.

Selon nos sources en provenance de Kirundo, la bagarre a éclaté autour de 17 heures au moment où les membres du Cnl rentraient d’une rencontre tenue à leur permanence communale située au chef-lieu de la commune de Ntega. Les Imbonerakure qui se sont préalablement organisés après une réunion sur la colline Gatwe leur ont barré la route. Une bagarre a alors éclaté entre ces deux groupes et deux membres du Cnl et le chef de zone de Rusubije, militant pur sucre du Cndd-Fdd, ont été blessés.

Sur le lit d’hôpital, les deux groupes de victimes, chacun de son côté, rassemblait toute sa dernière énergie pour achever son adversaire, une situation qui a été calmée par l’interposition d’un agent de sécurité.

Cependant, les responsables des deux partis politiques s’accusent mutuellement en se jetant le tort d’être l’auteur de cette agression. L’autorité locale quant à elle soutient la thèse du Cndd-Fdd, son parti d’origine, d’avoir subi une agression physique. L’administration communale parle de 6 personnes déjà interpellées dont 4 du Cnl et 2 du Cndd-Fdd alors que les responsables du parti d’Agathon Rwasa avancent un chiffre de 18 détenus, tous membres du Cnl.

Nos sources indiquent qu’une vingtaine de militants du Cnl se sont plaints à l’administrateur communal ce lundi et ont fait un sit-in, refusant de retourner chez eux, sous prétexte de chercher une protection de leur intégrité physique. Par ce geste, le gouverneur de la province de Kirundo a intimé l’ordre à l’administrateur de Ntega de veiller à la sécurité de ces membres du Cnl ayant érigé domicile au chef-lieu communal de Ntega. D.N.

Burundi - Politique - Sécurité

Des politiciens de l’opposition contre la recrudescence des exécutions extrajudiciaires

Bruxelles, le 21 avril 2020 (Net Press) . La coalition des forces de l’opposition burundaise pour le rétablissement de l’accord d’Arusha, Cfor-Arusha n’y va pas par quatre chemins. Il accuse le gouvernement de profiter de l’attention du reste du monde focalisée sur la propagation et la gestion de la pandémie pour maquiller les crimes commis dans le pays. La coalition donne l’exemple de Matana, en province de Bururi, au Sud du pays, où trois individus ont été exécutés la semaine dernière par la police qui s’est chargée en plus de leur enterrement.

Elle condamne la recrudescence d’une répression féroce rythmée par des arrestations arbitraires des membres réels ou supposés de l’opposition et de la société civile. Cfor Arusha évoque aussi des destructions méchantes des biens meubles et immeubles appartenant aux partis de l’opposition et à leurs membres.

Elle demande enfin à la commission d’enquête des Nations unies de suivre de près cette situation pour le moins inquiétante des crimes contre l’humanité et de focaliser sont attention sur le pays en cette période de gestion de la pandémie et l’organisation des élections générales dans le pays. J.M.

Burundi - Santé

Cinq nouveaux cas de Covid-19 sont confirmés dans notre pays

Bujumbura, le 21 avril 2020 (Net Press) . Dans un communiqué de presse du ministère de la santé publique et de lutte contre le sida, l’on peut lire que du 18 au 19 avril, l’équipe d’intervention rapide dudit ministère a effectué des prélèvements de contrôle sur 5 patients testés positifs au Covid-19, un cas suspect sur l’alerte de la clinique prince Louis Rwagasore et 198 personnes - contact, soit 204 personnes prélevées.

Selon toujours ce communiqué, pour les cinq anciens patients sous suivi médical, les résultats des tests de contrôle sont revenus négatifs au Covid-19. Le résultat du cas suspect est revenu négatif au Covid-19. Parmi les 198 personnes-contact, 5 cas sont revenus positifs au Covid-19. Les 4 anciens patients guéris ont eu des billets de sortie de la clinique prince Louis Rwagasore.

La recherche et l’identification de toutes les personnes ayant été en contact avec les 5 nouveaux cas positifs au Covid-19 sont en cours. Le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida appelle les populations à rester sereines, tout en respectant scrupuleusement les mesures de prévention individuelles et collectives. N.R.

Burundi - Rdc - Santé

" Trade Plus, la société au cœur du scandale des médicaments périmés", dixit Rfi

Lubumbashi, le 21 avril 2020 (Net Press) . L’instruction se poursuit sur des détournements présumés dans le cadre du programme des 100 jours. Vital Kamerhe est notamment d’avoir bénéficié de rétro-commissions dans le cadre de plusieurs projets, dont un marché de 10 millions de dollars de médicaments qui se sont avérés périmés. La société bénéficiaire s’appelle Trade Plus. Même si les documents la concernant se multiplient sur le bureau du procureur, elle reste mystérieuse à bien des égards.

Selon des documents présentés par la défense de Vital Kamerhe, cette société a pour gérant un natif du Pakistan de nationalité tanzanienne et pour administrateur un ressortissant indien, tous deux officiellement domiciliés à Lubumbashi, dans le sud-est du pays. C’est ce qui figure sur une demande d’enregistrement au registre du commerce de cette ville.

La société y est bien inscrite, confirment les avocats de l’ONG Justicia Absl. Son objet : l’importation de produits manufacturés. Et c’est ce qui a provoqué la colère de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), section pharmaceutique. Elle dit s’être plainte dès le mois d’avril 2019 au ministère de la santé du choix d’une entreprise non habilitée. Plus grave encore pour la FEC, cette société achetait localement les médicaments sans utiliser les circuits homologués.

Une enquête au ministère

Ce n’est que bien plus tard, selon la FEC, que Trade Plus aurait contacté un de ses membres, Planet Pharma, et signé un contrat pour remplacer les produits périmés. Le ministère de la Santé avait dû déclencher une enquête et demandé à voir le fournisseur. Selon un membre de l’équipe de l’ancien ministre Oly Ilunga, longtemps en conflit avec la présidence et aujourd’hui en prison, c’est John Ntumba, ministre, ancien membre du comité de suivi du programme des 100 jours et proche de Vital Kamerhe, qui aurait assuré la mise en relation.

Un de ses anciens collègues affirme qu’au contraire c’est le ministère de Santé qui a conçu et piloté le projet. Toujours est-il que c’est bien un représentant congolais de la société qui s’est présenté, un certain Me Emmanuel Kupa Malenga qui s’affichait aux dernières élections comme un membre d’un des partis de la coalition pro-Kabila au Haut-Katanga.

Emmanuel Kupa n’était pas joignable, ce lundi, pour répondre aux questions de RFI. Le ministre John Ntumba n’a pas non plus souhaité répondre sur la gestion du programme des 100 jours, estimant que l’affaire était aujourd’hui entre les mains de la justice. Pour la défense de Vital Kamerhe, il est mensonger de parler d’un contrat de 10 millions de dollars, seuls 5 millions auraient été effectivement décaissés. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.