Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Burundi - Sécurité9 juin 2020
|Un étudiant enlevé et introuvable depuis hier soir

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi9 juin 2020
|Vacancy Announcement

Burundi - Sécurité 8 juin 2020
|Une personne tuée en province de Kirundo

Burundi - Justice6 juin 2020
|Tous les coups sont permis à la prison de Rutana....pour la bière !

Burundi –Sécurité 5 juin 2020
|Un phénomène de banditisme qui prend une allure inquiétante dans la Zone Ngagara

Burundi - Politique 4 juin 2020
|Et des révélations autour de la découverte d’une fosse commune au Nord du pays

Burundi - Droits de l’Homme3 juin 2020
|Deux groupes de défenseurs des droits de l’homme évoquent la situation du mois de mai

Burundi - Sécurité2 juin 2020
|La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Burundi - Sécurité 1er juin 2020
|Deux éducateurs inquiétés par la police pour violence sexuelles

Burundi - Santé 30 mai 2020
|Des activistes de droits de l’homme alertent ...

Burundi - Politique - Sécurité29 mai 2020
|Le candidat Agathon Rwasa arrête une altercation

Burundi - Sécurité 28 mai 2020
|Une nuit peu tendre au nord de la capitale économique !

Burundi - Sécurité 27 mai 2020
|Un ancien technicien de la radio Bonesha toujours introuvable !

Burundi-Sécurité 26 mai 2020
|Des coups de feu entendus ce matin en zone de Cibitoke

Burundi - Sécurité25 mai 2020
|Les violences se poursuivent dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité23 mai 2020
|Un homme retrouvé mort dans la province de Cibitoke

Burundi - Politique - Opinion22 mai 2020
|Vers une victoire écrasante du Cndd-Fdd ?

Burundi - Politique21 mai 2020
|Après les élections, l’heure est aux rumeurs ...

Burundi - Elections20 mai 2020
|Spécial triples élections au Burundi

Burundi - Sécurité19 mai 2020
|Deux personnes tuées dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2020
|Une explosion de grenade fait deux blessés dans la zone de Bwiza

Burundi - Politique - Sécurité16 mai 2020
|Les "Cnlois" et les "Cnddfddistes" en viennent aux mains dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité15 mai 2020
|Un Congolais tabassé par des policiers pour le simple fait qu’il est Congolais

Archives

 

 

 



Burundi – Sécurité

Enlèvement suivi de l’assassinat d’un homme d’affaires burundais.

14 mai 2020

Bujumbura, le 14 mai 2020 (Net Press) . L’homme d’affaires dont il est question n’est autre que le cambiste Jackson Simbananiye, trop connu sous le sobriquet de Kirahwata.

Kirahwata était très connu dans la capitale économique du Burundi pour son activité d’échangeur de monnaies. Le jour du drame, Jackson sortait d’une séance de sauna en zone Bwiza et a été arrêté au quartier Rohero II, avenue Bututsi, non loin de l’autoroute. Soudain, il a été enlevé par des gens soupçonnés d’être des agents du service national des renseignements, Snr. Ses ravisseurs étaient à bord d’une voiture rouge de marque TI immatriculée Bu HA 8105 qui a pris la direction Musaga après l’acte ignoble.

La voiture utilisée pour enlever l’homme d’affaires appartient à un autre cambiste du nom de Hussein Munyonge et a été retrouvée garée à Maramvya et son conducteur, Mélance Nibigira, a été identifié pour être un agent du Snr.

Le lendemain, au petit matin de ce jeudi, le corps sans vie de cet homme d’affaires a été découvert par des passants dans un caniveau du quartier II de la zone Nyakabiga, avenue de l’imprimerie. Après le constat fait par des Opj, tout semble indiquer qu’il serait tué ailleurs dans un autre lieu et son cadavre jeté là par ses ravisseurs.

Rappelons que Jackson Simbananiye avait été interpellé l’année dernière par le même Snr le 25 septembre 2019 et transféré par après à la prison centrale de Mpimba, le 4 octobre de la même année avec comme infraction de violation de change retenue contre lui.

Soulignons aussi que deux commerçants de bétails ont été retrouvés morts ce matin sur la colline Myave en zone Ndora, commune Bukinanyana de la province de Cibitoke. Leurs corps sans vie ont été découverts dans la réserve naturelle de la Kibira avec leurs têtes fracassées. Selon un élu local sous couvert d’anonymat, le soupçon pèse sur l’association de malfaiteurs composés par des militaires et des imbonerakure qui auraient tenté de voler une dizaine de vaches à ces commerçants. Ils auraient par la suite tendu une embuscade qui n’a pas laissé la vie sauve aux victimes. Nos sources indiquent que trois imbonerakure seraient entre les mains de la Police pour une enquête afin de déterminer les auteurs de ce crime. D.N.

Burundi – Sécurité

Une nuit triste à Kabezi

Bujumbura, le 14 mai 2020 (Net Press) . La fin de la journée de ce mercredi 13 mai n’a pas été du tout tendre pour la population de Kabezi.

En effet, nul n’ignore que les personnes opposées à l’idéologie du parti Cndd-Fdd sont souvent malmenées par le parti au pouvoir. Ces derniers jours, les membres des partis de l’opposition en particulier le Cnl font objet d’un harcèlement de la part des Imbonerakure, une jeunesse du parti Cndd-Fdd.

Ce mercredi, les Imbonerakure dirigés par le représentant du Cndd-Fdd à Gakungwe en commune Kabezi et province Bujumbura ont exercé une terreur sans nom sur les partisans d’Agathon Rwasa. La macabre scène commence vers 16 heures pour se prolonger tard dans la nuit.

Des Imbonerakure armés de machettes, de gourdins et quelques armes à feu ont arrêté des gens soupçonnés d’appartenir au parti Cnl. Une séance ininterrompue de bastonnade fut infligée aux membres de la principale formation politique de l’opposition.

A la tombée de la nuit, certains de ces Imbonerakure ont procédé systématiquement, par vérification de chaque maison en obligeant les locataires d’ouvrir pour être définitivement corrigés de leurs actes d’insoumission à l’ordre du parti au pouvoir. Ils leur avaient été préalablement demandés de quitter le Cnl pour intégrer le Cndd-Fdd de gré ou de force.

S’il advenait que quelqu’un tarde à ouvrir, La Porte de sa maison était directement défoncée par ces Imbonerakure et ceux qui se trouvaient à l’intérieur étaient passés à tabac avant d’être arrêtés.

Selon une certaine opinion, cet agissement des Imbonerakure vise à semer la panique dans la région pour que les gens puissent s’amender à quelques jours des élections. Une pratique en vigueur Somme toute même en 2010 et en 2015.

Les gens de l’opposition n’ont eu la vie sauve que grâce à l’intervention des militaires basés dans cette localité. Ils ont pu arrêter 3 jeunes Imbonerakure, tous armés de machettes au moment où celui armé de fusil s’était sauvé au premier contact avec les éléments de l’armée.

Soulignons que la population confortée par la présence des militaires a procédé à son tour à l’arrestation des auteurs fugitifs de ce désordre qui ont été tous ligotés et rassemblés au lieu dit pierre Livingston. J.M.

Burundi – Sécurité-Justice

L’opposition soumise à un harcèlement digne d’un autre âge

Bujumbura, le 14 mai 2020 (Net Press) . Depuis le début de la semaine dernière, 5 militants de l’opposition ont été arrêtés et mis aux cachots de police d’Ijenda en commune Mugongo - Manga de la province de Bujumbura, à l’Ouest du pays.

Il s’agit de 4 militants du Cnl en l’occurrence Vianney Kwizera, Franck Ndayishimiye, André Ndirahisha et Ida Bukeyeneza ainsi que Pierre-Claver Gatore de l’Uprona non gouvernemental. Ils seraient poursuivis pour crime d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Un mobile savamment inventé pour mettre sous tôles toute personne opposée au régime. C’est une pratique d’usage par tous les gouvernements qui ne sont pas en phase avec les principes démocratiques pour se tirer une épine dans le pied.

Ce lundi, ces détenus d’infortune ont été transférés du cachot du parquet de Bujumbura à la prison centrale de Mpimba. Contre toute procédure judiciaire, ces gens avaient été arrêtés à leur domicile sans mandat du procureur et viennent d’être transférés sans la décision de la chambre de conseil.

Selon une source proche du parquet à Kabezi, les autorités administratives et policières ainsi que les représentants du Cndd-Fdd, le parti au pouvoir, ont exercé une pression sur le magistrat afin qu’il instruise le dossier à charge des prévenus pour qu’ils soient incriminés.

Pour les familles biologiques et politiques de ces détenus, il s’agit d’une preuve qui ne trompe pas qui montre que ce dossier est purement politique et exigent leur libération inconditionnelle. En plus, le principal parti de l’opposition, le Cnl d’Agathon Rwasa, a déjà qualifié les interpellations intempestives dont font objet leurs membres, de crime de harcèlement politique qui vise à torpiller la démocratie. N.R.

Burundi - Justice

Peine à perpétuité requise contre une personne accusée de violence sexuelle sur mineures

Makamba, le 14 mai 2020 (Net Press) . Il s’appelle Venant Nicimpaye, résident au quartier Swahili, en commune de Nyanza –Lac, de la province de Makamba. Le tribunal de grande instance de Makamba a requis ce mardi une peine à perpétuité et une amende de trente-cinq millions. Ce dernier est accusé de viols sexuels commis sur 5 fillettes de moins de 12 ans.

Selon des sources sur place, l’auteur de ces viols savait qu’il était séropositif du Vih/Sida. En plus des sanctions judiciaires et comme la province de Makamba ne tarit pas d’inventions, à partir de ce mercredi jusqu’au 17mai 2020, l’auteur de ce crime sera exposé à la raillerie publique des différents manifestants en provenance des meetings politiques organisés dans toute la province de Makamba. Ch.N.

Burundi – Politique

Incertitude au sein de la classe politique burundaise

Bujumbura, le 14 mai 2020 (Net Press) . La campagne électorale tire à sa fin à moins de 3 jours d’activisme politique pour mobiliser plus de voix aux scrutins de ce mercredi 20 mai 2020.

Au fur et à mesure que la campagne électorale bat son plein, les gens bravent la peur et se montrent plus audacieux et déterminé sans faux-fuyants. Ils participent activement aux meetings organisés par les partis politiques auxquels ils n’osaient pas s’associer auparavant.

Cette ferme détermination a gonflé les rangs du principal parti de l’opposition le Cnl. Plus incisifs qu’au début de la campagne, les militants du Cnl donnent du fils à retordre au Cndd-Fdd dont les membres avaient l’habitude de provoquer les partisans d’Agathon Rwasa. Forts de cette détermination, ils résistent à toute sorte de provocation en leur opposant une légitime défense. Cette nouvelle forme de résistance du Cnl qui consacre des affrontements avec les militants du Cndd-Fdd a déjà occasionné des morts et des blessés dans les rangs de ces deux partis politiques rivaux.

Malgré des victimes de cette intolérance politique, certains membres du Cndd-Fdd qui se sont confiés à la rédaction de Net Press ont affirmé sans froid aux yeux que des fois, il faut quelques remontrances, avec l’objectif de rallier de force les membres du Cnl. En les faisant passer à tabac ou en éliminant physiquement quelques impénitents, ceux qui survivants devront automatiquement avoir peur de porter les insignes du Cnl. Pour eux, il est inconcevable qu’un autre parti politique puisse s’aventurer dans le fief du Cndd-Fdd pour enseigner son idéologie. C’est en préservant leur identité politique qu’ils recourent aux actes de violence envers les militants du parti rivale le Cnl.

Les malheureux cas survenus à Mitakataka en commune et province Bubanza ne s’inscrivent que sur la liste des hauts faits purement civiques pour tracer le cercle de l’ « inacceptable » au sein du parti Cndd-Fdd.

Une attitude qui dénote de la peur éprouvée au vu de l’autre qui veut te ravir le pouvoir. Malgré la provocation et le harcèlement, le Cnl enregistre du jour au lendemain de nouveaux adhérents et sympathisants, ce qui ôte au parti au pouvoir un privilège d’être donné pour favori aux élections prochaines. Le Cnl devient un challenger potentiel du Cndd-Fdd.

Face au gonflement inédit des meetings du Cnl surtout ces derniers jours, aucun pronostic ne peut s’aventurer pour prédire les résultats des urnes. Le pouvoir en place commence à avancer des alternatives catastrophes de contestation des résultats proclamés par la Ceni après le vote.

Ainsi, le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, se montre plus acerbe et déterminé à mater toute insurrection éventuelle pour l’intérêt de la paix et la tranquillité du pays. Les membres du Cnl sont pour le moment pointés du doigt comme étant de probables fauteurs de trouble à décourager par tous les moyens comme il en a été le cas en 2015. D.N.

Burundi – Coopération

Des employés de l’Oms déclarés « persona non grata » au Burundi

Bujumbura, le 14 mai 2020 (Net Press) . Le ministère des relations extérieures vient de renvoyer manu militari le Représentant de l’Organisation mondiale de la santé, Oms et 3 experts qui étaient basés à Bujumbura.

A travers une note verbale référencée 204.16/417/MAE/2020 du 12 mai 2020, ledit ministère en charge de la diplomatie porte à la connaissance de cette représentation que ces personnes doivent quitter le territoire du Burundi avant le 15 mai de cette à année, c’est-à-dire, en moins de 24 heures après la signification de la note.

Ces personnes sont le docteur Walter Kazadi Mulombo, représentant de l’Oms au Burundi et les experts de cette organisation mondiale sont constitués en l’occurrence du professeur Tarzy Daniel, le docteur Ruhana Mirindi Bisimwa ainsi que le docteur Jean-Pierre Mulunda Nkata.

Cette note intervient après une autre tentative d’expulsion de ces experts évités au bout d’une diplomatie active menée par le représentant de cette organisation en Afrique et au niveau mondial qui a calmé le gouvernement de notre pays qui, à son tour, s’est abstenu de la prise d’une mesure d’expulsion des cadres de l’Oms. Mais on constate que ce n’est que partie remise puisqu’ils viennent d’être déclarés persona non grata au Burundi.

Cependant, l’opinion pense que la pomme de discorde est à chercher du côté de l’annonce par le gouvernement du Burundi des chiffres des malades atteints du coronavirus et les mesures subséquentes que devraient initier le ministère de la santé de notre pays. L’Oms et le gouvernement burundais ne faisaient pas une même lecture sur la pandémie du covid-19 au Burundi. Cette organisation pensait que les chiffres des patients sont extrêmement élevés alors que le gouvernement les juge moins inquiétants. J.M.

Burundi-Santé

Adoption d’un plan commun de riposte contre le covid-19 au sein de l’Eac

Arusha, le 14 mai 2020 (Net Press) . Sur vidéo-conférence et sans le Burundi, les quatre chefs d’Etat de la communauté est-africaine ont constaté ensemble que l’économie va mal, presque au ralenti, depuis le début de la pandémie de Covid-19. Ils ont adopté un plan de riposte commune contre la pandémie et des stratégies pour atténuer l’impact économique qu’elle a occasionné.

Dans un communiqué rendu public ce mardi, les quatre chefs d’Etats de la communauté Est Africaine, en l’occurrence le Président Rwandais Paul Kagame, l’Ougandais Yoweli Kaguta Museveni, le Kenyan Uhuru Kenyatta et le Sud-soudanais Salvakiir, il transparaissait que les échanges portés sur la pandémie du nouveau coronavirus qui affecte tous les pays du monde et qui frappe douloureusement les secteurs agricoles celui du commerce et du tourisme.

Ces quatre chefs d’Etat de la communauté Est-africaine ont décidé d’adopter ensemble un plan de riposte contre le covid-19 et ont recommandé de « prioriser les chaînes de valeurs régionales pour fabriquer les produits médicaux essentiels et autres fournitures dont les masques, les désinfectants, les savons, les combinaisons et les respirateurs ».

Les ministères en charge de la santé, de la lutte contre le Covid-19 dans ces pays ont été demandés de faire un suivi régulier des chauffeurs des poids lourds pour qui, la circulation n’a pas été empêchée entre les pays de la communauté. Des tests et certification des chauffeurs de cette catégorie toutes les deux semaines ont été exigés. En plus, une surveillance digitale des équipes des camionneurs doit être finalisée.

Dans le domaine de l’agriculture, les pays membres doivent aussi amortir le choc subi par les agriculteurs.et doivent appuyer l’industrie agro-alimentaire et les chaines de valeurs comme mesures de substitution des importations et établir les critères de financement des petites et moyennes entreprises pour les aider à surmonter les effets de la crise. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.