Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Droits de l’Homme7 juillet 2020
|Les activistes des droits de l’homme s’expriment...

Burundi - Sécurité6 juillet 2020
|L’administration de Nyanza-Lac ordonne l’enterrement d’une personne non identifiée

Burundi - Sécurité4 juillet 2020
|Un homme disparaît dans le lac Cohoha

Burundi - Politique3 juillet 2020
|Un "Cnloi" porté disparu dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité2 juillet 2020
|Des bandits arrêtés momentanément dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité1er juillet 2020
|Enlèvement d’une avocate en plein exercice de son métier

Burundi - Droits de l’Homme30 juin 2020
|La situation des droits de l’homme de la semaine dernière selon les activistes

Burundi - Sécurité 29 juin 2020
|"Le sol burundais ne peut pas être le sanctuaire des éléments armés qui perturbent la sécurité", dixit le porte-parole de l’armée.

Burundi - Rwanda - Sécurité27 juin 2020
|Le Rwanda dénonce une attaque armée sur son sol en provenance du Burundi

Burundi - Politique - Nécrologie26 juin 2020
|Inhumation officielle de l’ancien président de la République

Burundi - Sécurité25 juin 2020
|Arrestation des personnes soupçonnées d’avoir tendu une embuscade

Burundi - Sécurité - Politique24 juin 2020
|Des Imbonerakure détenus au commissariat de la commune Buganda

Burundi - Sécurité23 juin 2020
|Un weekend peu tendre ici et là dans le pays !

Burundi - Sécurité22 juin 2020
|Un corps sans vie découvert dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité20 juin 2020
|Un militaire tué accidentellement par son propre pistolet

Burundi – Politique19 juin 2020
|Vers un retour au bercail des réfugiés burundais

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité18 juin 2020
|Des crépitements d’armes entendus au nord de la capitale économique

Burundi - Justice17 juin 2020
|Audition des 5 enseignants incarcérés dans la province de Bubanza

Burundi - Onu - Droits de l’Homme 16 juin 2020
|La commission d’enquête des Nations Unies sur le Burundi sur sa soif d’enquêter sur les violations des droits des personnes humaines au Burundi

Burundi - Sécurité15 juin 2020
|Un policier en état d’ébriété tue une personne dans la commune de Mpanda

Burundi - Politique13 juin 2020
|Réapparition du président élu sur la scène publique

Burundi - Politique12 juin 2020
|La cour constitutionnelle saisie par le gouvernement

Burundi - Sécurité Routière 11 juin 2020
|Un mort et des blessés lors d’un accident de roulages en zone Kamenge

Burundi - Nécrologie - Politique10 juin 2020
|Départ pour l’Eternité du président de la République

Archives

 

 

 



Burundi - Nécrologie - Politique

Départ pour l’Eternité du président de la République

10 juin 2020

Gitega, le 10 juin 2020 (Net Press) . La nouvelle de la mort du président de la République a filtré pour la première fois dans l’après-midi de ce 8 juin mais tout le monde le prenait pour une rumeur. Cependant, dans la soirée de lundi, l’on pouvait remarquer que les véhicules des autorités tant militaires qu’administratives roulaient presqu’à tombeau ouvert, signe qu’elles avaient une information qui n’était pas encore parvenue au public

Ce n’est qu’hier que le gouvernement a confirmé la nouvelle de son décès inopiné, suite à l’arrêt cardiaque. Pierre Nkurunziza vient de quitter cette planète à 55 ans, alors qu’il était encore en fonctions, un âge relativement jeune quand on sait que tous les présidents qui ont dirigé ce pays, - à l’exception de Melchior Ndadaye avec cette différence que ce dernier a été assassiné tout au début de son mandat - atteignent 70 ans, allusion faite à feu Jean-Baptiste Bagaza, à Pierre Buyoya, à Domitien Ndayizeye et à Sylvestre Ntibantunganya qui est âgé aujourd’hui de 64 ans mais dont la santé laisse croire qu’il a encore quelques années devant lui.

Pierre Nkurunziza est donc cet homme qui a rejoint le maquis en 1995 alors qu’il était professeur d’éducation physique à l’université du Burundi. Après la rébellion, son mouvement devenu parti politique Cndd-Fdd, il rentra et occupa le poste de ministre chargé de la bonne gouvernance du 30 avril 2003 au 26 août 2005, lors de la deuxième tranche de la transition pilotée par Domitien Ndayizeye.

Rappelons que le président défunt est né le 18 décembre 1964 dans la province de Ngozi, au Nord du pays. Il vient de trouver la mort avant qu’il ne remette officiellement le pouvoir à son successeur élu, en la personne d’Evariste Ndayishimiye, au mois d’août prochain, probablement le 20, si du moins l’on considère la dernière date où le président Pierre Nkurunziza a prêté serment en 2015.

L’on saura que le Pierre Nkurunziza a été le président dont le règne a duré le plus longtemps de ceux qui ont dirigé ce pays car il s’est étendu du 26 août 2005 au 8 juin 2020, soit plus ou moins 15 ans d’affilé au trône. Il a devancé son prédécesseur Pierre Buyoya qui a totalisé 17 ans au pouvoir, mais avec une interruption de 3 ans, de 1993 à 1996.

L’ambiance à Bujumbura

A l’annonce de sa mort, presque tout le monde était déjà au courant de la mauvaise nouvelle même si personne n’osait en parler à haute voix. En d’autres termes, cela n’a pas été une surprise pour les "Bujumburais". Comme réaction, les citadins ont quitté le centre-ville assez tôt pour se diriger dans leurs quartiers où, bon nombre d’entre eux, ont fréquenté les bars comme si de rien n’était, probablement pour avoir de plus amples détails sur le décès du président. Pour ceux qui étaient encore en ville, l’on raconte que vers 19 heures, les rues de la ville étaient tout simplement désertes.

Dans certains quartiers, des policiers auraient traqué des citoyens qui étaient dans les bistrots pour leur intimer l’ordre de rentrer. C’est dans ce contexte qu’un message a circulé sur les réseaux sociaux pour éviter qu’il y ait des gens qui soient arrêtés dans ces conditions. Mais dans l’ensemble, la capitale économique Bujumbura était calme, à part un embouteillage qui a été enregistré presque dans tous les axes qui mènent du centre-ville vers les zones de la mairie de Bujumbura.

Le gouvernement a décidé de mettre sur pieds un deuil national de 7 jours à partir de ce 9 juin, le jour du lancement du communiqué officiel. A la télévision nationale, uniquement des chants religieux sont animés, ce qui rappelle la période de l’assassinat de Melchior Ndadaye où des chorales entières ont été obligées de s’exhiber à la télévision, ce qui avait contribué à leur visibilité.

La gestion des affaires courantes

A propos de la gestion de l’intérim jusqu’au 20 août 2020, les deux constitutions apparemment en vigueur accordent leurs violons sur celui qui gère les affaires courantes. En effet, la loi fondamentale de 2005 prévoit qu’en cas d’empêchement ou de décès du président de la République en fonctions, il est remplacé par le président de l’assemblée nationale. Même la nouvelle constitution de juin 2018 stipule, en son article 121, que le président de la République, en cas d’empêchement, est remplacé par le président de l’assemblée nationale.

Mais il est à constater que ce dernier est un civil qui a moins de chances d’être accepté par ceux qui ont participé à la rébellion car dans ce pays, ce sont eux qui ont le dernier mot, que ce soit dans les affaires militaires, civiles ou politiques où des décisions importantes doivent être prises. Ce qui est presque sûr est que des réunions se tiennent en permanence depuis bien avant l’annonce officielle du décès du président pour que les choses rentrent dans l’ordre. J.M.

Burundi - Politique

Un directeur d’une école limogé à cause de son appartenance politique

Ngozi, le 10 juin 2020 (Net Press) . Sébastien Kavakure n’est plus directeur du lycée Pape Paul VI de Kiremba depuis la veille des élections du 20 mai 2020. Ce représentant communal du parti d’opposition Cnl est accusé par son chef hiérarchique de participer plus dans la campagne électorale qu’au service.

Kavakiure étant candidat député en province de Ngozi, nord du Burundi et des conseillers communaux de Kiremba pour le compte du Cnl, il s’organisait à dispenser des cours en réajustant l’horaire de façon que les élèves continuent à avoir son cours en même temps échapper à un mandat d’arrêt qui serait en cours contre lui.

Gratien Arakaza, directeur de la direction communale de l’enseignement, la formation technique et professionnelle (DCEFTP) de Kiremba, aurait échoué de faire arrêter Sébastien Kavakure à l’école, faisant des recours chez l’église catholique et chez le DPEFTP pour lui licencier sans succès.

Arakaza Gratien aurait fait des manœuvres pour user de l’administration et un rapport qui serait dressé au ministère a été favorable pour limoger le directeur Sébastien Kavakure du lycée Pape Paul VI de Kiremba. Signalons que Sébastien Kavakure est finalement élu conseiller communal de Kiremba lors des élections du 20 mai 2020 mais reste chômeur malgré son intelligence et que les élèves et ses collègues regrettent son départ qui est un coup dur à l’établissement scolaire sous convention catholique. N.R.

Burundi - Santé - Justice

Les détenus de la prison centrale de Ngozi au seuil de plusieurs intempéries.

Ngozi, le 10 juin 2020 (Net Press) . Selon des sources qui n’ont pas révélé leur identité, les détenus de la prison centrale de Ngozi, au nord du Burundi, sont frappés par la famine et par une maladie non encore connue .Comme le rapportent nos sources, cette maladie a occasionné la mort de trois prisonniers, dix autres sont entre la vie et la mort

Et le malheur ne vient jamais seul, dit-on, les détenus de la prison centrale de Ngozi affirment qu’il y a une carence de la nourriture suffisante, les fournisseurs en vivres de cet établissement pénitentiaire ont peur de livrer des marchandises, surtout dans cette période de saison sèche et de maladie non encore identifiée

Selon nombreux témoignages, l’interdiction des visites des gens provenant de l’extérieur pour contrecarrer la contamination de Covid19 est venue jeter de feu au poudre car une large majorité des détenus porteurs de maladies chroniques manquent de régime alimentaire adéquat.

La prison centrale de Ngozi regorge d’une surpopulation carcérale et les conditions d’hygiène restent déplorables. Une large majorité des détenus ont été victimes de maladies dites des mains sales et demandent le désengorgement de cet établissement pénitentiaire pour le bien-être des prisonniers Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.