Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2020
|Trois personnes blessées par une grenade dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 11 septembre 2020
|Des personnes tuées, blessées et disparues dans une attaque armée à Kayanza

Burundi - Sécurité10 septembre 2020
|Une double explosion de grenade fait des victimes dans la zone de Buyenzi

Burundi - Politique9 septembre 2020
|Poursuite des arrestations du Cnl dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité 8 septembre 2020
|Après l’attaque de Burambi, cinq interpellations !

Burundi - Sécurité7 septembre 2020
|Deux personnes tuées en province de Rumonge !

Burundi - Sécurité5 septembre 2020
|Des éléments de la police toujours pointés du doigt dans des rançonnements

Burundi - Sécurité4 septembre 2020
|Un agent de la Regideso se fait violenter à Kinama

Burundi - Sécurité3 septembre 2020
|Des suspects arrêtés dans la commune de Nyanza-lac

Burundi - Sécurité2 septembre 2020
|Les habitants de la commune Bukeye dans une peur-panique

Burundi - Sécurité 1er septembre 2020
|Le fils du nouvel administrateur de Mugamba interpellé !

Burundi - Education31 août 2020
|Spéciale distribution du matériel scolaire dans la zone de Mugano

Burundi - Sécurité29 août 2020
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Bujumbura

Burundi –Sécurité 28 août 2020
|Trois morts et un Indien blessé lors de l’incendie de l’entreprise Savonor

Burundi - Sécurité27 août 2020
|La police met la main sur un criminel

Burundi - Sécurité26 août 2020
|Les autorités de la province de Rumonge confirment une attaque d’hommes armés

Burundi - Sécurité - Environnement25 août 2020
|Des oubliés de l’inondation de Gatumba !

Burundi - Sécurité24 août 2020
|Une attaque rebelle fait 12 personnes tuées dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité22 août 2020
|Quand la population et la police en viennent aux mains

Burundi - Sécurité 21 août 2020
|Les quartiers nord de la ville de Bujumbura exposés à tous les maux ...

Burundi - Sécurité Maritime20 août 2020
|Un bateau tanzanien se casse dans le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 19 août 2020
|Une interpellation après le passage d’un haut gradé de la République !

Burundi - Sécurité 18 août 2020
|Des jeux d’enfant virés vers l’irréparable !

Burundi –Sécurité17 août 2020
|Un policier tue son collègue en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité15 août 2020
|Des réactions fusent de partout après l’explosion de grenade à Gahahe

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le marché de Maramvya parti en fumée

28 juillet 2020

Bujumbura, le 28 juillet 2020 (Net Press) . Le marché de Maramvya en commune Mutimbuzi, dans la province de Bujumbura dit rural, sis à la 15ème transversale, a pris feu en début d’après-midi de ce lundi vers 13h 40, selon des sources policières. Des informations parvenues à la rédaction indiquent que l’origine de l’incendie reste inconnue.

D’autre part, des sources administratives indiquent que tout a commencé vers 13 h 40 de ce lundi 27 juillet lorsqu’une flamme s’est dégagée dans un kiosque à bois, entraînant l’incendie d’autres boutiques remplies de divers articles et de marchandises qui sont parties en fumée presqu’au même moment.

Des commerçants de ce marché qui ne savent pas à quel saint se vouer qui ont vu impuissants tous leurs articles de marchandises bruler ont déploré le fait que les secouristes sont arrivés tardivement et qu’aucun article de marchandise n’a pas été sauvé. Ils se demandent alors comment ils pourront entretenir leurs familles respectives dans de telles conditions. N.R.

Burundi - Justice

Un procès de nouveau reporté pour des raisons de procédure

Makamba, le 28 juillet 2020 (Net Press) . Il s’agit d’un dossier dénommé "Affaire Kayogoro" où une quinzaine de personnes, policiers, administratifs et Imbonerakure sont poursuivis pour racket, violences et tueries des Burundais qui rentrent de la Tanzanie pendant la période d’avril à juillet 2020.

L’affaire avait été programmée pour la première fois le 23 juillet et le tribunal de grande instance de cette province s’était déclaré incompétent du fait que certains officiers supérieurs de la police avaient un privilège de juridiction. L’affaire avait été remise au 27 juillet à la cour d’appel de cette même entité administrative.

Hier, des questions se sont posées, notamment le fait de savoir pourquoi 4 autres policiers n’ont pas encore été arrêtés alors qu’ils sont impliqués dans cette affaire et suspendus de leurs fonctions.

Une question a été également soulevée lors de l’audience de ce 27 juillet, celle de savoir si le dossier doit être traité en flagrance ou s’il doit suivre les règles d’une procédure pénale ordinaire. L’interrogation a provoqué un nouveau report de l’audience à ce 28 juillet et la décision doit être prise aujourd’hui même. Ch.N.

Burundi - Communication

Le conseil national de la communication donne des précisions

Bujumbura, le 28 juillet 2020 (Net Press). Dans un communiqué rendu public ce lundi 27 juillet, le président du conseil national de la communication (Cnc), Nestor Bankumukunzi, dit que cet organe régulateur des medias affirme qu’après avoir rigoureusement vérifié, le nom de Kenny Claude Nduwimana ne figure nulle part sur la liste des journalistes enregistrés au Cnc.

Dans cet même communiqué, Nestor Bankumukunzi affirme qu’en vérifiant minutieusement la liste des cartes de presse déjà attribuées, aucune carte de presse n’a été délivrée sous le nom de Kenny Claude Nduwimana par le conseil national de la communication. Selon le numéro un du Cnc, quand bien même la personne évoquée détiendrait une carte de presse, les propos incriminés ont été publiés en dehors de tout cadre journalistique reconnu, ils incomberaient à son auteur et que de ce fait, ils échappent à l’autorité légale du conseil national de la communication.

Ce communiqué pointe du doigt le site Iwacu qui, en date du 26 juillet 2020, a publié un article évoquant le nom d’un certain Kenny Claude Nduwimana et selon Nestor Bankumukunzi, ce même article affirme que Kenny –Claude Nduwimana est journaliste et dispose d’une carte de presse régulièrement estampillée par le conseil national de la communication .

Nestor Bankumukunzi dit que le Cnc est un contact avec le journal Iwacu pour rectifier les données qu’il qualifie de " fausses " publiées sur son site. L’on saura que Kenny Claude Nduwimana est cité de publier dans les colonnes du journal Izuba des articles incendiaires et haineux et deshumanisants contre les Tutsi. D.N.

Burundi - Ue - Diplomatie

Vers le rapprochement entre le Burundi et l’Ue ?

Gitega, le 28 juillet 2020 (Net Press) . Le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a reçu en audience hier les ambassadeurs de la France, de la Belgique, de l’Allemagne et de l’Union européenne dans notre pays. Selon une information officielle, ils étaient porteurs d’un message de félicitation et de soutien au nouveau président de la République.

Ils ont également exprimé le souhait de voir se rétablir les relations entre leurs pays et le nôtre, et que le Burundi, ces pays de l’Union européenne et l’Ue s’engagent dans un dialogue franc qui permettrait de renouer les rapports de coopération. Le président Ndayishimiye a expliqué à ses hôtes que le pays n’acceptera qu’un système de coopération gagnant-gagnant.

Au moment où les 4 ambassadeurs avaient fait le déplacement de la capitale politique du pays, un autre diplomate était également présent mais pour autre chose. L’ambassadeur de Chine au Burundi, Li Changlin, déposait les gerbes de fleurs sur la tombe de feu Pierre Nkurunziza, jugé par ce pays comme un grand ami et allié de la Chine.

Cette visite des délégués de l’Union européenne au Burundi est perçue comme un geste d’ouverture entre le Burundi et l’Union européenne. Rappelons que les relations se sont dégradées entre les deux parties vers le 14 mars 2016, presqu’une année après le troisième mandat controversé du prédécesseur du nouveau président.

L’Union européenne avait suspendu tout appui budgétaire, une mesure décriée par les autorités burundaises qui accusaient l’Union européenne de soutenir les putschistes et les ennemis du Burundi afin de déstabiliser les régime démocratiquement élu. Un autre geste d’ouverture est, selon des analystes, cette mesure de la cour suprême de casser l’arrêt qui condamné Germain Rukuki à 32 ans de prison, prise le 30 juin dernier. J.M.

Burundi - Santé - Administration

L’étaux se resserre autour des responsables provinciaux de la santé

Bujumbura, le 28 juillet 2020 (Net Press) . Lors d’une réunion de restitution des grandes conclusions de la retraite gouvernementale, le ministre de la santé publique et de lutte contre le Sida, Dr. Thaddée Ndikumana, a demandé aux directeurs des bureaux provinciaux de la santé les motifs qui les ont poussés à ne pas justifier l’utilisation de 50 millions de nos francs alloués à la vaccination des enfants. La même question a été posée aux chefs de district sanitaire pour un montant de 300 millions de francs burundais.

Le ministre Thaddée Ndikumana a déclaré que seules les provinces sanitaires de Cankuzo , de Gitega et de Muramvya ont déjà justifié l’utilisation des fonds destinés à la vaccination des enfants. Une somme de cinquante million de fracs burundais n’est pas encore justifiée pour les bureaux provinciaux de la santé tout comme un montant de 300 millions pour les districts sanitaires.

Il a poursuivi que les bureaux de districts sanitaire de Bujumbura et ceux de Rutana et de Gihofi n’ont pas encore justifié une somme d’environ vingt millions de Fbu destinés a la vaccination des enfants. Le ministre Thaddée Ndikumana demande soit de les justifier, soit de les payer endéans une semaine ou de partir avec cette semaine.

Le ministre Thaddée Ndikumana demande aux directeurs des hôpitaux de contribuer dans l’application de la mesure des création des hôpitaux communaux et demande à chaque directeur de la structure sanitaire d’oublier les primes de performances. Ch.N.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome ne décolère pas !

Bujumbura, le 28 juillet 2020 (Net Press) . Cet observatoire rappelle aux serviteurs burundais de se conformer à la loi anti-corruption toujours en vigueur à travers la déclaration de leurs biens au début et à la fin de leurs fonctions. Les serviteurs burundais, estime l’Olucome, doivent joindre leurs paroles aux actes en déclarant leurs patrimoines dans 15 jours dès leur entrée en fonction.

Cet observatoire se dit satisfait que le gouvernement a, dans ses priorités, la lutte contre la corruption et les malversations économiques. Lors de la dernière retraite gouvernementale de Ngozi, cette priorité a été recommandée et soutenue comme une urgence. Il salue en outre la mesure d’arrêter 19 policiers et 4 administratifs pour cause de corruption et autres infractions connexes.

Malgré toutes ces mesures, l’observatoire a écrit au président de la République en date du 9 juillet dernier pour lui demander de mettre en application l’article 95 de la constitution et les articles 30 à 35 de la loi du 18 avril 2006 portant mesures de prévention et de répression de la corruption et des infractions connexes, par la déclaration de ses biens et en faisant déclarer les biens de ses subalternes comme le prévoit la loi.

Malgré ces dispositifs, l’Olucome estime que depuis les 20 juin 2020, date d’entrée en fonction du nouveau gouvernement, un délai de 15 jours régi par la loi est dépassé sans qu’aucune autorité publique, mandataire et haut cadre de l’Etat, n’ait encore déclaré ses biens. Pour lui, il faut le faire car il est impossible de lutter contre les infractions d’enrichissement illicite, de trafic d’influence, de blanchiment d’argent, de favoritisme et de la prise illégale d’intérêt sans cette fameuse déclaration.

Il rappelle au gouvernement de vérifier si la déclaration effectuée est sincère. Si les biens déclarés n’appartiennent pas à la personne ou alors si l’origine illicite des biens est prouvée, le gouvernement pourrait les récupérer. Il dit enfin qu’il est déterminé à annoncer à l’opinion nationale qu’à chaque fin du mois, il informera la population si les mandataires publics et les hautes cadres de l’Etat ont effectué cette pratique ou pas. N.R

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.