Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses17 octobre 2020
|Un rassemblement de l’église Libre méthodiste empêché !

Burundi - Sécurité16 octobre 2020
|Découverte de deux cadavres dans la commune de Rugombo

Burundi - Sécurité15 octobre 2020
|Un veilleur d’une boutique tué dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité14 octobre 2020
|Le ciel de plus en plus sévère dans notre pays

Burundi - Sécurité13 octobre 2020
|Un homme se fait assassiner dans la commune de Burambi

Burundi -Sécurité12 octobre 2020
|Des crépitements d’armes automatiques se font entendre au Nord du pays

Burundi - Sécurité10 octobre 2020
|Des personnes arrêtées au terme d’une fouille-perquisition dans la province de Ngozi

Burundi-Sécurité9 octobre 2020
|Cinquante-trois personnes irrégulières arrêtées en province de Makamba !

Burundi - Sécurité8 octobre 2020
|Arrêtée par la police pour avoir tué son mari dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité7 octobre 2020
|Un administratif à la base se fait tuer dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité6 octobre 2020
|Rectificatif d’une information fournie hier

Burundi - Sécurité5 octobre 2020
|Un corps sans vie d ’une femme découvert dans Gihanga

Burundi - Sécurité 3 octobre 2020
|Presque la moitié du marché central de Kamenge a pris feu !

Burundi - Sécurité2 octobre 2020
|Une femme fauchée par son mari dans la province de Bujumbura

Burundi –Sécurité 1er octobre 2020
|La zone de Kamenge sous le seuil des lamentations !

Burundi - Sécurité - Politique30 septembre 2020
|Incarcéré pour avoir "gêné la garde rapprochée" du chef de l’Etat

Burundi - Sécurité 29 septembre 2020
|Un animal inconnu sème la peur-panique sur la colline Rusuguti

Burundi - Sécurité28 septembre 2020
|Des criminels tuent une personne dans la province de Cibitoke

Burundi- Sécurité26 septembre 2020
|La province de Kayanza de nouveau attaquée

Burundi - Sécurité25 septembre 2020
|Les policiers et les fabricants de boissons prohibées se rentrent dedans

Burundi - Sécurité24 septembre 2020
|Un corps d’homme d’une trentaine d’années retrouvé non loin de la cathédrale

Burundi - Sécurité23 septembre 2020
|"La sécurité se porte bien dans la commune de Gitega", dixit les autorités

Burundi - Sécurité22 septembre 2020
|Un militaire fauché par des policiers, les habitants de Kanyosha s’interrogent...

Burundi – Sécurité 21 septembre 2020
|Policiers et populations s’accusent mutuellement de racket...

Burundi - Mozambique - Sécurité Routière19 septembre 2020
|Un accident de roulage met à mal des Burundaises en voyage au Mozambique

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Après l’attaque de Burambi, cinq interpellations !

8 septembre 2020

Rumonge, le 8 septembre 2020 (Net Press) . Après l’attaque dans la nuit de ce dimanche 6 septembre survenue dans la commune de Burambi, province de Rumonge, au Sud-ouest du pays et où trois personnes ont trouvé la mort sur la sous colline Gisagazuba cinq personnes ont été interpellées pour des raisons d’enquêtes.

Selon nos informations, après ce forfait, cinq personnes suspectées d’être derrière ce meurtre ont été interpellées le lendemain sur la même sous colline Gisagazuba Des sources concordantes indiquent que les hommes arrêtés sont tous des militants de l’opposition et dénoncent une chasse à la sorcière. Selon les mêmes informations, une liste des personnes à interpeller aurait été préétablie avant l’attaque.

Outre le gouverneur de cette province qui avait reconnu les faits d’il y a deux semaines, les autres sources administratives donnent l’impression de ne pas vouloir collaborer avec la presse sur ce dossier somme toute sensible. D’où des difficultés de vérifier des informations pourtant délivrées volontiers par les populations de la circonscription. N.R.

Burundi - Politique

Un nouveau visage à la tête de la Socabu

Bujumbura, le 8 septembre 2020 (Net Press) . Dans un décret numéro 106/54 du 1er septembre 2020 portant nomination d’un administrateur représentant de l’Etat du Burundi au conseil d’administration de la société d’assurance du Burundi (Socabu). Il a donc été nommé administrateur directeur de la Socabu représentant de l’Etat du Burundi audit conseil.

Selon nos informations, Charles Ndagijimana, ce juriste de formation et président de la cour constitutionnelle du Burundi, est jusqu’ici également président du conseil d’administration de Brarudi, la filiale de Heineken dans ce pays d’Afrique centrale. Selon nombreux observateurs proches de l’opposition burundaise, c’était du cadeau du président feu Pierre Nkurunziza offert à ce juge à la tête de la cour constitutionnelle qui avait autorisé son troisième mandat.

Il avait d’abord été nommé le 8 avril 2015 simple administrateur du groupe brassicole par décret présidentiel, trois semaines avant la décision de la cour d’autoriser Pierre Nkurunziza à briguer un troisième mandat présidentiel controversé, une décision aussitôt dénoncée par la communauté internationale, la constitution du pays limitant à deux le nombre de mandats présidentiels successifs.

Selon Stef Vandeginste, spécialiste de la politique burundaise à l’université d’Anvers en Belgique, affirme qu’en octobre 2015, deux mois après la réélection controversée du président Nkurunziza, M. Ndagijimana a été promu président du conseil d’administration de la Brarudi, toujours par décret présidentiel. « Un tel calendrier donne l’impression qu’on a d’abord voulu le motiver à prendre la décision politique souhaitable, puis à lui octroyer une récompense »,.

Le vice-président de la cour au moment des faits ; raconte qu’il a été le seul juge à s’obstiner dans son refus, convaincu qu’un troisième mandat allait aggraver les violences dans le pays. Il n’a pas eu d’autre choix que l’exil, poursuivi par les Imbonerakure, la jeunesse du parti au pouvoir. Aujourd’hui, il est installé non loin de Bruxelles.

Rappelons en outre que Charles Ndagijimana a toujours été le garçon de course de l’ancien président Pierre Nkurunziza, tout au long de son règne. En 2007, alors qu’il est encore un tout jeune magistrat novice dans le traitement des dossiers à caractère politique, il avait été caractérisé par un excès de zèle dans l’arrestation et l’emprisonnement d’Hussein Radjabu, ancien homme fort du Cndd-Fdd devenu "encombrant" pour le régime de Pierre Nkurunziza.

Ce sont donc tous ces faits et actions à la satisfaction des dirigeants qui font qu’il est récompensé car, à leurs yeux, ce magistrat mérite un repos de guerrier. Dans ce dossier dit Radjabu et consorts, il avait pu le condamner à une peine de 13 ans, ce qui correspondait à la fin du troisième mandat de Pierre Nkurunziza, en 2020. J.M. 

Burundi - Rwanda – Politique

Encore des rapatriements des réfugiés Burundais de Mahama prévu ce jeudi

Kigali, le 8 septembre 2020 (Net Press). A l’issue d’une réunion tripartite entre le Burundi, le Rwanda et HCR qui s’est tenue la semaine dernière, des conclusions ont abouti à une deuxième vague de rapatriement volontaire des réfugiés du camp de Mahama prévue pour ce jeudi 10 septembre prochain.

Selon nos sources, plus ou moins 500 Burundais, un effectif correspondant à la capacité d’accueil du camp de transit de Songore de la province de Ngozi au Nord du pays, sont attendus. Au camp de Mahama, les préparatifs vont bon train selon le Hcr Rwanda qui précisé que l’enregistrement volontaire des Burundais qui veulent rentrer est en cours.

Le chargé de la communication de l’office du haut commissariat pour le refugiés au Rwanda , dit que le Hcr a déjà enregistré plus de 3000 Burundais qui ont manifesté la volonté de rentrer pour le second round prévu pour jeudi le 10 septembre si rien ne change. Il dit que L’enregistrement continue.

La réunion tripartite entre le Burundi, le Rwanda et le HCR a conclu que le second retour sera composé d’au moins 500 personnes. Pour le moment, les équipes du Hcr et le gouvernement rwandais s’activent pour les vérifications individuelles de chaque réfugié ,

Certains réfugiés accusent ouvertement le Hcr de ne pas faciliter le retour volontaire. C’est dans ce contexte qu’ il y a des réfugiés qui se lamentent que le processus d’enregistrement est trop lent.et demandent au Hcr de redoubler d’effort pour assister au processus de rapatriement volontaire.

Ils n’y vont pas par quatre chemins car ils déclarent à qui veut les écouter qu’à l’époque de la fuite du pays, des refugiés demandeurs d’asile au Hcr étaient reçus par milliers mais pour la rentrée, avancent-ils, le Hcr n’enregistre que 50 individus par jour.

Cet organisme onusien rejette en bloc ces accusations qu’il qualifient d’infondées et fait savoir que le processus d’enregistrement est un travail qui n’est pas facile. D’abord, selon le communicateur de cette agence des Nations unies, l’on doit d’abord vérifier l’identification de chaque réfugié qui veut rentrer, faire des tests de Covid-19 et des autres maladies chroniques, examiner s’il est apte de tenir pour un long voyage, délivrer des certificats scolaires qui montrent le niveau d’études des enfants, etc.

Cela demande plus de moyens et de ressources humaines qui n’étaient pas initialement prévues, raison pour laquelle ces gens croient qu’il y a un ralenti, ce qui n’est nullement pas vrai. Il semble reconnaître que le début dans chaque action est toujours difficile mais qu’il est prêt à aller de l’avant.

Pour des réfugiés qui ne veulent pas retourner au Burundi pour des raisons sécuritaires, ils demandent la continuation de l’assistance.car selon eux, ils ne sont pas rassurés par la situation sécuritaire au pays pour rentrer. Ils ajoutent que ces derniers temps, les cas de violation de droits de l’homme se sont multipliés, des tueries et disparitions forcées ont repris.

D’autres disent avoir appris qu’il y a des mouvements rebelles qui ont attaqué le pays et que parmi ceux qui sont rentrés dernièrement, quelques éléments ont été emprisonnés, d’où ils estiment qu’il y a encore du pain sur la planche dans ce pays avant qu’ils ne décident de renter au bercail.

Le HCR et le ministère en charge des réfugiés au Rwanda tranquillisent ceux qui ont choisi de rester. Ils rappellent que les départs sont volontaires et que ceux qui vont rester bénéficieront toujours d’une assistance humanitaire et sécuritaire. Le Rwanda héberge encore plus de 65.000 réfugiés burundais, dont plus de 90% sont dans le seul camp de Mahama. Ch.N.

Burundi - Sécurité

Quand la police congolaise et la commission nationale en charge des réfugiés empêchent les réfugiés Burundais de rentrer

Kavimvira, le 8 septembre 2020 (Net Press). Ils sont aux environs 300 refugiés à vouloir rejoindre le territoire burundais ce lundi matin 7 septembre au matin en passant par la frontière de Kavimvira entre le Burundi et la RDC, juste à la sortie de la localité de Gatumba, dans la commune de Mutimbuzi de la province de Bujumbura, à l’Ouest.

Et des sources sur place indiquent que la police congolaise et la commission nationale en charge des réfugiés les ont reconduits aux centres de transit de Kavimvira et Sange sur le territoire d’Uvira dans la province du Sud- Kivu( Rdc). C’est la deuxième fois que l’accès à leur pays leur est refusé.

L’on se rappellera que le 3 septembre dernier, ces Burundais avaient été convaincus de retourner dans les deux sites de transit après deux semaines de séjour à la frontière de Kaberagure.et selon le représentant de ses refugiés, ils trouvent la mort suite à la famine et ces réfugiés de Sange et Kavimvira se disent vouloir fuir les conditions de vie « déplorable » auxquelles ils font face.

Les autorités burundaises affirment qu’elles sont au courant de cette situation et qu’elles discutent avec des responsables habilités pour trouver une solution durable à ce problème. Elles informent que ces réfugiés doivent avoir une communication dans l’après-midi ou au plus tard demain matin. D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi