Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 novembre 2020
|Une arme trouvée dans une salle de classe à l’Ets Gihanga !

Burundi – Sécurité3 novembre 2020
|La province de Ngozi contre les malfaiteurs

Burundi - Sécurité2 novembre 2020
|L’insécurité reste perceptible dans la commune de Burambi

Burundi - Sécurité31 octobre 2020
|Fin d’un séminaire de renforcement des capacités en matière de sécurité

Burundi - Sécurité 30 octobre 2020
|Et une disparition qui inquiète !

Burundi –Sécurité 29 octobre 2020
|Quatre personnes tuées dans Bujumbura rural !

Burundi - Sécurité28 octobre 2020
|La population "bujumburaise" priée de redoubler de vigilance

Burundi - Sécurité27 octobre 2020
|Des vaches assassinées en lieu et place de leurs propriétaire

Burundi - Sécurité26 octobre 2020
|Une personne trouve la mort à Rutumo

Burundi - Sécurité 24 octobre 2020
|Une personne trouve la mort lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité23 octobre 2020
|Découverte de deux roquettes dans le Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité22 octobre 2020
|Un jeune garçon meurt foudroyé à Kirundo

Burundi - Droits de l’homme21 octobre 2020
|Spécial "21 octobre" dans le monde politique et les droits de l’homme

Burundi - Sécurité 20 octobre 2020
|Quand la rivière de la Rusizi compte plus de quinze corps sans vie en moins d’un mois

Burundi - Sécurité 19 octobre 2020
|Le ministère ayant en charge la sécurité publique met en garde !

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses17 octobre 2020
|Un rassemblement de l’église Libre méthodiste empêché !

Burundi - Sécurité16 octobre 2020
|Découverte de deux cadavres dans la commune de Rugombo

Burundi - Sécurité15 octobre 2020
|Un veilleur d’une boutique tué dans la province de Kayanza

Burundi - Sécurité14 octobre 2020
|Le ciel de plus en plus sévère dans notre pays

Burundi - Sécurité13 octobre 2020
|Un homme se fait assassiner dans la commune de Burambi

Burundi -Sécurité12 octobre 2020
|Des crépitements d’armes automatiques se font entendre au Nord du pays

Burundi - Sécurité10 octobre 2020
|Des personnes arrêtées au terme d’une fouille-perquisition dans la province de Ngozi

Burundi-Sécurité9 octobre 2020
|Cinquante-trois personnes irrégulières arrêtées en province de Makamba !

Burundi - Sécurité8 octobre 2020
|Arrêtée par la police pour avoir tué son mari dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité7 octobre 2020
|Un administratif à la base se fait tuer dans Bujumbura rural

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un administratif à la base se fait tuer dans Bujumbura rural

7 octobre 2020

Bujumbura, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Nous sommes dans la commune d’Isale de la province de Bujumbura, à l’Ouest du pays, où, dans la nuit d’hier, vers 21 heures, un administratif du prénom de Berchmans, a été poignardé par son voisin du prénom de Pascal, pour des motifs que la rédaction ne connaît pas encore.

Il a été vite transporté vers une structure sanitaire proche de l’endroit du crime mais hélas, il est mort en cours de route avant d’arriver à l’hôpital. Quant au meurtrier, il s’est caché dans sa maison, essayant de terroriser toute personne qui tentait de s’approcher de son refuge. Ce matin, les forces de l’ordre se sont rendu chez lui afin de l’arrêter. D.N.

Burundi - Tanzanie - Sécurité

Un refugié burundais introuvable

Mtendeli, le 7 octobre 2020 (Net Press). Il s’appelle Donatien Ndayisaba, un refugié burundais de la Tanzanie et de surcroît un jeune militant de la ligue des jeunes Imbonerakure qui reste introuvable depuis la semaine dernière.

Selon sa famille biologique, le victime partageait un verre avec un policier tanzanien dans une buvette à l’intérieur du camp et sont sortis ensemble avant qu’il ne soit porté disparu. Son téléphone portable est injoignable depuis ce jour.

Selon nos sources, ce jeune qui travaillait pour Plan International, une ONG qui s’occupe du bien-être des enfants dans le camp de Mtendeli, était aussi connu pour son activisme à sensibiliser les réfugiés burundais pour rentrer. Il était également considéré comme un Imbonerakure, d’après des réfugiés contactés. Sa famille affirme l’avoir cherché dans tous les cachots, en vain. La police quant à elle a nié avoir arrêté ce jeune.

Ses proches demandent au Hcr et à la Tanzanie de les aider à le retrouver. La coalition burundaise des défenseurs des droits humains vivant dans les camps de réfugiés (Cbdh/Vicar) dénonce ce qu’elle appelle “complicité entre le pays d’accueil avec les autorités burundaises pour malmener les réfugiés burundais dans les camps en Tanzanie ».

“Des réfugiés ont été tués, d’autres ont subi et continuent de subir des emprisonnements arbitraires et des tortures. En une année seulement, plus de 170 réfugiés burundais ont été enlevés en Tanzanie. Plus 90 restent introuvables à ce jour”, a détaillé Léopold Sharangabo, vice-président de la coalition.

Il appelle au gouvernement tanzanien de respecter les droits et conventions relatifs à la protection des réfugiés qu’il a ratifiés.

Cette coalition a récemment envoyé une correspondance à la Tanzanie, au Hcr, à l’Office du Haut Commissariat des droits de l’homme, à la commission onusienne d’enquête sur le Burundi et à l’Union Africaine.

Elle leur demande de faire respecter les droits des réfugiés en Tanzanie. L’on saura que le camp de Mtendeli abrite plus de 30.000 réfugiés burundais qui ont fui en 2015 suite à une crise due à un autre mandat controversé de feu président Pierre Nkurunziza. N.R.

Burundi - Onu - Droits de l’Homme

L’Onu prolonge d’un an le mandat de la commission d’enquête sur le Burundi

Genève, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Le conseil des droits de l’homme de l’Onu a adopté ce mardi, à Genève, une décision de prolonger d’un an le mandat de la commission d’enquête sur le Burundi. Les membres de ce conseil ont expliqué que les cas de violations des droits humains se font toujours remarquer au Burundi.

Les membres du conseil ont dû procéder à un vote. Vingt-quatre ont voté pour, six contre au moment où dix-sept ont préféré ne pas s’exprimer.

Après le vote, le président de la commission Doudou Diène a présenté une mise à jour orale, la commission d’enquête sur le Burundi doit poursuivre ses investigations, des cas de violations des droits humains”

Selon Doudou Diène, la priorité sera axée sur la vigilance et de continuer de faire des enquêtes sérieuses et rigoureuses et donc une vigilance sur la situation des droits de l’homme au Burundi, identifier les responsabilités, analyser ces violations pour voir si elles constituent des crimes de droit international et en enfin, faire des recommandations.

Les experts onusiens indiquent que ce renouvellement de mandat témoigne d’un intérêt que la communauté internationale a sur le Burundi. “Le fait que le conseil de l’Onu vient de renouveler leur mandat, malgré le changement de pouvoir au Burundi, est une preuve que leur travail est apprécié et objectif.

Mise en place en place en 2016, la commission fonctionne sans que ses membres puissent se rendre au Burundi. Ils affirment toutefois vouloir continuer de demander un accès au territoire burundais.

Doudou Diène fait savoir qu’ils vont continuer de plaider l’ accès sur le territoire burundais. Et ajoute que même si les autorités burundaises leur refusent selon lui, cela n’empêche pas à l’Onu de renouveler leur mandat. Et de continuer d’utiliser leurs méthodes d’investigations.

De son coté, l’ambassadeur Rénovat Tabu, représentant permanent du Burundi auprès de l’Onu à Genève, sans surprise, a rejeté en bloc son contenu en septembre qui présentait le tableau sombre de violations de droits humains

Il a poursuivi que la commission dont le mandat a été renouvelé travaille de mèche avec les ennemis du pays.et affirme qu’il s’agit d’un rapport musclé, diffamatoire et insultant. Au regard de ce qui se passe dans le monde, la situation au Burundi n’est pas la plus alarmante pour lui valoir un quelconque mécanisme, n’eut été l’existence d’autres mobiles géopolitiques

Le représentant burundais a en outre fait état des “progrès énormes depuis les récentes élections dans le renforcement, la promotion et la protection des droits de l’homme à tel point que son pays mérite aujourd’hui d’être retiré sur l’agenda du Conseil des droits de l’homme plutôt que d’être ridiculisé aux yeux du monde par des rapports répétitifs et politiquement motivés”.

Enfin, Rénovat Tabu a estimé que le conseil doit “accepter de tourner la page et de surseoir à cette commission”. De sa part, la commission affirme qu’au cours de ses enquêtes sur cette nation de l’Afrique de l’est, elle va continuer de “coopérer avec la Cour Pénale Internationale qui mène aussi ses enquêtes sur ce pays et d’autres organisations internationales qui s’y intéressent”. N. B.

Burundi - Justice

Le tribunal de grande instance de Cibitoke contre la fraude

Cibitoke, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Le tribunal de grande instance de Cibitoke, au Nord-ouest du pays, a condamné dans l’après-midi d’hier, dans un procès de flagrance, trois hommes, dont un conseiller à l’assemblée nationale et deux femmes reconnus coupables de deux infractions à savoir l’atteinte au bon fonctionnement de l’économie et l’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Deux hommes, dont Fabrice Niyungeko, conseiller à l’assemblée nationale et Protais Sabushimike, étudiant et commerçant, ont été condamnés à deux ans de prison pour fraude de pagnes et de sachets interdits en provenance de la République démocratique du Congo. Quant au véhicule de Fabrice Niyungeko qui a transporté les produits fraudés, il doit être remis au trésor public.

De son côté, Etienne Ningabiye de Rugombo accusé pour des infractions similaires a été contraint à payer une amende de 500.000 Fbu. Deux femmes, Marie Nibigira et Espérance Barungura, ont été condamnées à payer respectivement 400.000 Fbu et 200.000 Fbu pour fraudes de pagnes, peines prononcées à la satisfaction des habitants de Cibitoke. J.M.

Burundi - Kenya - Coopération

Le président du sénat burundais reçoit l’ambassadeur du Kenya dans ce pays

Gitega, le 7 octobre 2020 (Net Press). Le président du sénat burundais, Emmanuel Sinzohagera, a accueilli ce matin l’ambassadeur du Kenya au Burundi. Ce dernier était porteur d’un message de la part du président du sénat kenyan avec deux objectifs à savoir le féliciter d’abord de son élection à ces fonctions et l’inviter ensuite à se rendre au Kenya.

Les deux institutions entendent renforcer la coopération entre elles et d’après le nouveau président du sénat burundais, l’invitation a été acceptée. Dès que c’est possible, il va sauter sur la première occasion pour se rendre dans ce pays et voir ensemble comment renforcer les relations entre les deux institutions. D.N.

Burundi - Rdc - Réfugiés

Une seconde équipe de réfugiés burundais en Rd Congo rapatriée

Bujumbura, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Plus de 300 Burundais qui étaient basés à Kavimvira, dans le territoire d’Uvira à l’Est de la République démocratique du Congo, sont rentrés ce matin. Certains venaient de passer plus de 12 mois dans le camp de transit et avaient demandé à rentrer au regard des conditions dans lesquelles ils vivaient.

A une certaine époque, ils avaient tenté de rentrer par force, donc sans l’aide des autorités congolaises et du Hcr mais sans succès, au mois de septembre dernier. Parmi ceux qui sont rentrés, il y avait également des demandeurs d’asile de Sange, de Mongemonge qui ont exprimé leur joie de rentrer au pays.

L’on se souviendra que le 23 septembre dernier, 287 réfugiés demandeurs d’asile avaient été rapatriés et l’action de ce matin porte l’effectif à 599 le nombre de compatriotes rapatriés par le Hcr et la commission congolaise chargée des réfugiés. Ch.N.

Burundi - Politique - Anniversaire

Il y a 22 ans jour pour jour, il y avait un putsch souvent ignoré

Bujumbura, le 7 octobre 2020(Net Press). Il y a 22 ans, jour pour jour, le 7 octobre 1998, l’ancien président de la République venait d’opérer son deuxième coup de force après celui de septembre 1993 contre Jean-Baptiste Bagaza. Cette fois-là, la victime était un civil, un président légalement élu à la tête de l’Uprona en 1994, Charles Mukasi.

Ce dernier avait refusé de s’asseoir avec ceux qu’il traitait de terroristes-génocidaires, une promesse pourtant tenue par le président à l’endroit de la communauté internationale. Très énervé, Pierre Buyoya organisa à la va vite une session extraordinaire du parti au centre de perfectionnement et formation en cours d’emploi Cpf - devenu plus tard ENA - et procéda tout simplement au limogeage de Charles Mukasi à la tête de l’Uprona pour le remplacer avec le professeur Luc Rukingama.

Ceux qui ont tenté de résister, à l’instar de feu Augustin Ndirabika, reçurent des coups violents de fouets sur leurs épaules, si bien que ce dernier, déjà fragilisé par une maladie de diabète, s’est évanoui et quand il s’est réveillé, il se trouvait à l’hôpital. Malgré ce mauvais traitement, Augustin Ndirabika a juré qu’il ne pouvait pas porter plainte contre l’Uprona, le parti qui l’a éduqué.

Pierre Buyoya profita de ce chaos qu’il venait de créer pour entrer en négociations avec les différentes rébellions contre la volonté de l’ex-président de cette formation politique dite de Rwagasore mais aujourd’hui morcelée en plusieurs lambeaux et dont personne ne sait plus définir son idéologie.

Jugé par une certaine opinion très sévère de fossoyeur n° 1 de la Nation burundaise, Pierre Buyoya en a payé les frais car il fait partie aujourd’hui des gens qui sont recherchés par la justice de son pays et ironie du sort, il ne peut plus mettre le pied dans le pays qu’il a gouverné pendant près de 13 ans. J.M. 

Burundi - Administration

La police burundaise recrute les candidats désirant intégrer ce corps

Bujumbura, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Dans un communiqué de presse rendu public dans la matinée de ce mercredi, le porte-parole adjoint au ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, Moise Nkurunziza, a informé que le ministère communique aux personnes désirant intégrer la police nationale du Burundi qu’il procédera à l’inscription des candidats policiers du 21 octobre 2020 au 0 novembre 2020, toutes les catégories confondues.

Selon Moise Nkurunziza, les candidats officiers qui vont regagner l’institut supérieur de police (Isp), les candidats brigadiers qui suivront leur formation à l’école des brigadiers (Ebpo). Les inscriptions se feront aux commissariats provinciaux de police de la province natale et communale pour les agents, tous les jours ouvrables, le matin de 08hoo à 12hoo et les après-midi de 14 hoo à 17hoo.

Selon ce communiqué, pour être admis à l’inscription, le candidat doit être garçon ou fille de nationalité burundaise, volontaire, être célibataire sans enfant et le rester toute la période de formation, du stage probatoire et les trois premières années après le stage probatoire, être âgé de 18 ans au moins et de 25 ans au plus, être de bonne conduite, vie et mœurs et civisme, n’avoir pas été condamné à une servitude pénale, n’avoir pas appartenu aux corps de défense et de sécurité ou être révoqué de la fonction publique, être de bonne santé et physiquement apte.

Pour ce communiqué, les candidats officiers doivent être détenteurs d’un diplôme d’Etat ou équivalent, les candidats brigadiers doivent avoir un niveau d’étude minimum de la 9ème réussie, les candidats agents doivent avoir un niveau d’étude minimum de 8ème réussi et le dossier de candidature comprend une photocopie de la carte nationale d’identité, un extrait d’acte de naissance, un curriculum vitae, une attestation d’état civil, une attestation d’identité complète, un certificat d’aptitude physique délivré par un médecin du gouvernement, une attestation de bonne conduite, vie, mœurs et de civisme, un extrait de casier judiciaire valide, six photos passeports, les tests intellectuels et physiques seront organisés du 01 au 02 décembre 2020 pour les candidats officiers et brigadiers et du 03 au 04 décembre 2020 pour les candidats agents. N.R.

Burundi - Usa - Politique

"Présidentielle américaine : l’écart se creuse entre Trump et Biden", dixit Rfi

Washington, le 7 octobre 2020 (Net Press) . Même s’il assure sur Twitter avoir triomphé du virus, Donald Trump est contraint de demeurer en quarantaine à la Maison Blanche, et ne peut plus organiser les meetings qu’il affectionne tant. De son côté, Joe Biden sillonne le terrain. Le candidat démocrate, longtemps raillé par le président pour les précautions qu’il a prises pour éviter la pandémie, prend sa revanche. Et continue de distancer le président dans les sondages.

« Comment Joe Biden peut il être en tête des sondages en Pennsylvanie ? Ce sont de fausses enquêtes ! Je vais gagner cet État », s’est étranglé Donald Trump sur Twitter depuis la Maison Blanche dont il ne peut sortir. Le candidat démocrate était dans cet État-clé mardi 6 octobre.

Joe Biden ne s’en est pas pris directement au président, mais Donald Trump était clairement dans sa ligne de mire quand il a évoqué le coronavirus, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. « Porter un masque n’est pas une déclaration politique, c’est une recommandation scientifique. La distanciation physique n’est pas une déclaration politique c’est une recommandation scientifique. Ce virus se fiche de savoir où vous vivez et à quel parti vous appartenez, il nous infecte tous, il peut emporter la vie de chacun. C’est un virus, pas une arme politique. » Joe Biden a déclaré mardi qu’il valait mieux que le deuxième des trois débats présidentiels, prévu la semaine prochaine à Miami (Floride), n’ait pas lieu si Donald Trump était toujours porteur du coronavirus.

Des vitres en plexigas pour le débat des vice-présidents

Le vice-président Mike Pence et la sénatrice Kamala Harris se retrouvent ce mercredi à Salt Lake City, dans l’Utah, pour l’unique débat des colistiers, avec des précautions supplémentaires et le feu vert des autorités sanitaires. Les candidats seront séparés par deux barrières transparentes en plexiglas d’enron 1,80 mètre chacune, détaille notre correspondant en Californie, Éric de Salve. La distanciation sociale sera renforcée, Kamala Harris sera placée à plus de 3,50 mètres de Mike Pence pour réduire les risques de transmission du virus. Des mesures prises à la demande des démocrates après la contamination de Donald Trump.

La mesure a été accueillie par des moqueries du camp républicain. « Si Kamala Harris veut créer une forteresse autour d’elle, qu’il en soit ainsi », a raillé la porte-parole de Mike Pence.

Et pourtant, des doutes planent toujours sur une possible contamination du vice-president. Ces derniers jours, Mike Pence a été en contact avec plusieurs personnes infectées, dont Donald Trump lui-même. Et le vice-président refuse de s’imposer une quatorzaine comme le recommandent pourtant les autorités sanitaires américaines alors qu’il est lui-même à la tête de la task force anti-Covid-19 de la Maison Blanche. La Maison Blanche s’est d’ailleurs transformée en cluster en moins d’une semaine. Dernier cas en date, mardi, le conseiller présidentiel Stephen Miller, qui est devenu le 22e contaminé au Covid-19 dans l’entourage de Donald Trump.

Trump annonce l’arrêt des négociations sur le plan de soutien

Donald Trump s’est indigné mardi que le Covid-19 soit un sujet central de campagne, tandis que son adversaire Joe Biden appelait les Américains à l’unité. « Les médias Fake News (...) ne veulent parler que du Covid-19 », a tonné le président américain dans un tweet rédigé depuis la Maison Blanche, qu’il a retrouvée lundi soir après trois jours d’hospitalisation. N.B.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi