Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Administration20 février 2021
|Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Burundi - Sécurité Routière - Nécrologie25 janvier 2021
|Mise en terre d’un ancien cadre du Cndd-Fdd fauché par un accident de la route

Burundi - Sécurité23 janvier 2021
|Explosion de deux grenades au marché de city market

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un policier soupçonné de viol reste impuni, la population dénonce...

22 décembre 2020

Bururi, le 22 décembre 2020 (Net Press) . Nous sommes sur la colline Ruvumu, en commune de Songa, province de Bururi, au Sud du pays. Un policier détenteur d’un bistrot a engagé une fille de 21 ans qui venait de terminer ses études secondaires, elle était très contente de trouver une occupation rémunérée en attendant de se faire inscrire à l’université.

Mais le calvaire pour la jeune fille est apparu très tôt car elle a été engagée le 18 décembre dernier pour se faire violer le lendemain par le même policier, d’après des témoignages sur place. Elle aurait été menacée de se faire tuer en cas de cri au secours et à partir de minuit, elle aurait été violée jusqu’au petit matin.

La jeune fille a été admise à l’hôpital de Matana qui a constaté les faits, mais sa famille déplore le fait qu’elle a porté plainte contre le policier et le procureur n’a rien fait dans le sens d’arrêter le policier. Les populations de la place ne comprennent pas comment un policier, censé garantir la paix et la sécurité, n’est pas inquiété après son viol avéré.

Aux dernières nouvelles, ce policier était entré en clandestinité après le forfait, s’est lui-même au commissariat de police pour qu’il réponde de ses actes. L’information est confirmée par le porte-parole du ministère de la sécurité publique, qui affirme que son dossier est en train d’être confectionné. J.M.

Burundi - Sécurité

Un enfant brulé vif en province de Bururi

Bururi, le 22 décembre 2020 (Net Press). Il s’appelle Freddy Ndagijimana, cet enfant qui a été brulé vif par un domestique et sa patronne, Claudette Nimpagaritse, en date du 20 décembre 2020, sur la sous colline Buserura, colline Gitanga, commune Matana, en province de Bururi, au Sud du pays. Il était fraichement embauché comme berger et il a été accusé de bastonner durement l’une des vaches qu’il gardait.

Selon nos sources, cet enfant a été forcé d’abandonner l’école fondamentale de Nyagihotora, avant d’être embauché comme berger. Tout a commencé dans la soirée de ce dimanche lorsque ce jeune homme faisait rentrer les vaches. La patronne, Claudette Nimpagaritse, a aperçu des traces de bastonnades sur l’une des vaches.

Comme réaction, de concert avec le domestique, ils ont fait bouillir l’eau avant de plonger le visage de l’enfant dans l’eau chaude. La victime a été complètement défigurée avant d’être transférée a l’hôpital de Matana pour les premier soins.

Selon des sources sur place, cette dame, juste après le forfait, a cherché à cacher ce jeune homme et grâce à l’intervention musclée du voisinage, l’auteure a été interpellée par les éléments de la police de Matana en province de Bururi. Elle est incarcérée dans le cachot du commissariat de Matana pour les enquêtes préliminaires. La famille biologique du berger réclame haut et fort que la justice lui soit rendue.

De leur côté, les défenseurs des droits de la personne s’inquiètent du fait que l’année 2020 est devenue une période de dur labeur pour les enfants, allusion faite au rapport du ministère de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire. En effet, les enfants ont été victimes des violences infligés par les parents et leur tutelles dans plusieurs localités du pays.

Les mêmes défenseurs des droits de la personne humaine demandent à l’administration civile et policière de décourager ce comportement qui prend une allure inquiétante depuis ces derniers jours. N.R.

Burundi - Sécurité Routière

Des motards et des policiers en viennent aux mains dans la province de Makamba

Makamba, le 22 décembre 2020 (Net Press) . Nous apprenons qu’une bagarre a éclaté ce 19 décembre 2020 entre les policiers et les motards sur la colline de Muyange, commune de Nyanza-lac, dans la province de Makamba, au Sud du pays. En effet, un motard a pris de force des documents des policiers qui contrôlaient la circulation routière à Muyange.

Les policiers n’ont pas supporté cette agression de la part des motards et sont passés à l’offensive quand bien même le motard avait remis les documents à une autorité habilitée après un moment. Ce n’était pas fini car ce 21 décembre, les mêmes policiers ont fouillé un peu partout dans les ménages et la cible était les motos.

Nous apprenons qu’au total, 17 motos ont été saisies et acheminées vers le commissariat provincial de police. Les populations, surtout les motards disent qu’il s’agit d’une vengeance de la police, surtout que l’incident s’était passé à la fin de la semaine dernière et que les documents avaient été remis. D.N.

Burundi - Tanzanie – Droits de l’Homme

Des cris qui dénoncent les pressions exercées sur les réfugiés burundais en Tanzanie

Addis Abeba, le 22 décembre 2020 (Net Press) . Dans un communiqué rendu public ce samedi 19 décembre, la rapporteuse spéciale de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples dénonce « les pressions de plus en plus fortes que subissent les réfugiés burundais par les autorités tanzaniennes en vue de provoquer des départs forcés et/ou expulsions »,

L’Honorable Commissaire Maya Sahli-Fadel, Rapporteuse Spéciale sur les réfugiés, les demandeurs d’asile, les déplacés internes et les migrants en Afrique de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, se dit « particulièrement préoccupée par la situation de réfugiés burundais en Tanzanie, dont le respect des droits fondamentaux tels que l’accès au droit d’asile et le principe de non refoulement seraient compromis ».

Selon l’Honorable Commissaire Maya Sahli-Fadel, de nombreux rapports font état des menaces d’expulsions par le gouvernement tanzanien, la fermeture et la destruction des marchés dans les camps, l’imposition des restrictions à leurs activités commerciales, ainsi que l’accès aux différents services et la liberté de circuler.

Il y aurait également des cas de disparitions forcées dans certains camps de réfugiés burundais qui sont extrêmement préoccupants et qui constituent des atteintes à l’intégrité des personnes et qui compromettent la sécurité des camps et aux alentours.

« La Rapporteuse spéciale voudrait rappeler que le droit d’asile tel que consacré par la Convention de l’UA régissant les aspects propres aux problèmes des réfugiés en Afrique (Convention de l’UA sur les réfugiés, requière des Etats parties qu’ils s’engagent à faire tout ce qui est en leur pouvoir, dans le cadre de leurs législations respectives, pour accueillir les réfugiés et assurer l’établissement de ceux d’entre eux qui, pour des raisons sérieuses, ne peuvent ou ne veulent pas retourner dans leurs pays d’origine ou dans celui dont ils ont la nationalité (Art 2(1)) », précise le texte.

« L’octroi du droit d’asile aux réfugiés constitue un acte pacifique et humanitaire et ne peut être considéré par aucun Etat comme un acte de nature inamicale (Art 2(2)). Ainsi, aucun réfugié ne peut être soumis par un Etat membre à des mesures telles que le refus d’admission à la frontière, le refoulement ou l’expulsion qui l’obligeraient à retourner ou à demeurer dans un territoire où sa vie, son intégrité corporelle ou sa liberté serait menacées (Art 2(3)) ».

La Rapporteuse spéciale demande aux autorités tanzaniennes de mettre un terme à toutes manœuvres d’intimidations visant à cet objectif.

Elle demande également au gouvernement de coopérer pleinement avec le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies en ce qui concerne la prise en charge des réfugiés burundais ainsi que leur retour volontaire conformément aux dispositions des articles 5 (1) qui dispose que le caractère essentiellement volontaire du rapatriement doit être respecté dans tous les cas et aucun réfugié ne peut être rapatrié contre son gré.

Une large majorité s’inquiète de la façon dont depuis quelques mois, les autorités tanzaniennes persécutent et acculent les réfugiés burundais à rentrer dans leur pays. Ils auraient jusqu’à fin décembre 2020 pour exécuter ce mot d’ordre.

La Tanzanie héberge officiellement environ 160.000 réfugiés burundais. La quasi-majorité de ces réfugiés ont fui la crise politico sécuritaire dans la foulée d’une crise déclenchée en avril 2015 par la décision de l’ancien président, feu Pierre Nkurunziza, de briguer un 3ème mandat jugé illégal. N.R

Burundi - Gouvernance

Des marchandises frauduleuses saisies en province de Makamba

Makamba, le 22 décembre 2020 (Net Press). Le procureur de la République en province de Makamba, Jean Paul Bucimbona, a remis ce lundi 21 décembre à l’office burundais des recettes des marchandises frauduleuses qui transitaient sur le Burundi à partir de la Tanzanie. Selon des sources sur place, ces marchandises frauduleuses étaient composés de 99 pagnes, de 14 tissus de costumes, de 239 bouteilles de liqueurs, de 30 cartons de jus fabriqué en Tanzanie et de 4 pièces de rechanges des machines à moudre.

Selon le procureur de la République de Makamba, ces marchandises frauduleuses transitaient à partir de la Tanzanie sur le Burundi, via les communes de Kayogoro, de Mabanda et de Nyanza Lac. Tous ces produits seront vendus aux enchères pour gonfler le trésor public et le véhicule qui transportait ces marchandises est entre les mains de la police à Makamba. N.R.

Burundi - Médias

Les journalistes du groupe de presse Iwacu, 14 mois déjà !

Bubanza, le 22 décembre 2020 (Net Press) . Nos confrères et consœurs du groupe de presse Iwacu, Christine Kamikazi, Agnès Ndiribusa, Egide Harerimana et Terence Mpozenzi, sont sur le point de passer leurs deuxièmes fêtes de fin d’année en prison alors qu’ils n’ont fait que leur travail de reportage sur terrain.

Ces journalistes ont été arrêtés le 22 octobre 2019 dans la province de Bubanza, à l’Ouest du pays alors qu’ils allaient pour un reportage sur l’insécurité qui y régnait suite à une attaque armée dans la commune de Musigati. Les journalises avaient toutes les autorisations nécessaires pour faire ce travail, mais à la dernière minute, ils ont été taxés de complices des assaillants.

Depuis, tout a été dit sur cette incarcération, tout a été tenté par les avocats du groupe de presse pour leur libération, la position de la justice est restée inchangée. Ils devront purger une peine de 2 ans et 6 mois de prison ferme ainsi qu’une amende de 1 million de nos francs pour chaque journaliste. Ch.N

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi