Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique8 juin 2021
|Le Burundi commémore pour la première fois la journée nationale du patriotisme

Burundi - Sécurité Routière - Société7 juin 2021
|Un véhicule abîmé dans un accident de roulage avec une vache

Burundi - Sécurité 5 juin 2021
|Makamba : Quatre jeune accusés d’extorsion interpellés en commune Kibago

Burundi - Sécurité4 juin 2021
|Des enfants trouvent la mort dans le sud du pays

Burundi - Sécurité3 juin 2021
|Une personne tuée par des personnes non encore identifiées en commune Bukemba

Burundi - Sécurité 2 juin 2021
|Une personne tuée lors d’un accident de roulage en province de Bubanza !

Burundi - Sécurité 1er juin 2021
|Trois personnes tuées en province de Kayanza et de Cibitoke

Burundi - Sécurité 31 mai 2021
|Une cache de bandits qui bascule sous le silence de la commune urbaine de Ntahangwa

Burundi - Kenya - Politique 29 mai 2021
|Le président de la République du Burundi attendu au Kenya !

Burundi - Sécurité 28 mai 2021
|Trois corps sans vie découverts en province de Cibitoke

Burundi - Politique27 mai 2021
|Audience à la présidence de la République

Burundi - Sécurité 26 mai 2021
|Explosion de grenades sur Bujumbura, deux morts et des blessés, selon la police

Burundi - Rwanda - Sécurité25 mai 2021
|L’armée burundaise dément formellement une information des réseaux sociaux

Burundi - Sécurité 24 mai 2021
|Six personnes mortes dans la noyade en province de Muyinga

Burundi - Onu - Génocide22 mai 2021
|Le Burundi vote contre la responsabilité de protéger et de prévenir le génocide

Burundi - Sécurité21 mai 2021
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité20 mai 2021
|Des vols répétitifs de vaches dans la province de Bujumbura dit rural

Burundi - Sécurité19 mai 2021
|"La province de Mwaro devient un hébergement des criminels", dixit un ressortissant

Burundi - Sécurité18 mai 2021
|Trois enfants mordus par un chien en zone Kinama

Burundi - Rwanda - Sécurité 17 mai 2021
|Un rapatrié venu du Rwanda introuvable !

Burundi - Sécurité15 mai 2021
|Une personne d’origine congolaise trouve la mort au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité14 mai 2021
|Des pêcheurs trouvent la mort dans le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité13 mai 2021
| Plus de 200 maisons détruites et brulées sur la sous colline Nyarure

Burundi - Sécurité12 mai 2021
|La population de Bujumbura, de Mwaro et de Muramvya invitée à garantir et à sauvegarder la paix et la sécurité

Burundi - Sécurité11 mai 2021
|Une personne morte sur la colline Cunyu en province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne tuée en commune Gihanga

14 avril 2021

Bubanza, le 14 avril 2021 (Net Press) . Jean Marie Nshimirimana, âgé de 33 ans, détenteur d’un bistrot à la 9ème avenue de la colline et zone Buringa, commune Gihanga, en province de Bubanza, à l’Ouest du pays, a été tué par un militaire du grade de caporal-chef, Fidèle Kwizera, matricule 62844HR16496, du 22ème bataillon commando. Une mésentente liée à l’achat d’une carte mémoire que ce militaire avait vendue à la victime est à l’origine de ce meurtre, comme l’annonce Pierre Nkurikiye, le porte-parole du ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique.

Ce dernier affirme que durant cette mésentente, le militaire a tiré trois balles au niveau de la poitrine de la victime et cette dernière a rendu son âme sur le champ. Le cadavre a été évacué vers la morgue de l’hôpital militaire de Kamenge et l’auteur a été appréhendé et se trouve entre les mains de la police du commissariat communal Gihanga pour enquêtes et confection du dossier judiciaire.

Pour rappel, ce crime a été commis trois semaine après un autre commis par un lieutenant-colonel prénommé Blaise qui a tiré sur un caissier âgé de 25 ans du bar " Kumucamo ", sis en zone Musaga, au quartier Kinanira, de la commune urbaine de Muha, au Sud de la capitale économique Bujumbura. Il a été condamné à une réclusion à perpétuité après une séance de flagrance, ce que risque également le caporal-chef. N.R.

Burundi - Sécurité

Le ministre de la défense et des anciens combattants sort de son silence !

Bujumbura, le 14 avril 2021 (Net Press). En marge de la présentation du bilan trimestriel de son ministère, le ministre Alain Trubert Mutabazi a demandé aux militaires d’observer une discipline et de code d’éthique et de déontologie militaires.

Le ministre Alain Trubert Mutabazi a recommandé aux militaires d’éviter tout acte qui ne rencontre l’esprit du code et déontologie militaires et d’observer une discipline au cours de l’exercice de leurs fonctions. A la hiérarchie militaire, il a encouragé de punir sérieusement tout militaire qui outrepasse le code et déontologie militaire.

Cette recommandation intervient au moment il s’observe une indiscipline au sein de quelques militaires car deux de ces derniers ont tué deux détenteurs de débits de boissons, l’un en zone Musaga, en mairie de Bujumbura et l’autre dans la localité de Buringa dans la nuit de ce mardi 13 avril. Il est allé jusqu’à conseiller aux militaires d’éviter des bistrots. N.R.

Burundi - Politique

Une quinzaine de "Cnlois" détenus à Kayanza depuis les élections de 2020

Kayanza, le 14 avril 2021 (Net Press) . Ils sont membres du parti d’opposition Cnl qui sont détenus depuis la période électorale de l’année dernière, plus précisément avant, pendant et après les élections de mai 2020. Selon des autorités de la province de Kayanza, au Nord du pays, ils sont tous accusés d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, ce que dément cette formation politique qui parle plutôt de détention abusive.

Ils sont détenus dans la prison centrale de Ngozi, dans la province voisine, toujours au Nord du pays. Lors de leurs interpellations, ils avaient d’abord été incarcérés dans les cachots de la province de Kayanza et ils étaient plus nombreux, mais l’on apprend que peu de temps après, la justice dans cette partie du pays a libéré certains parmi eux, les derniers relâchements datant du mois de mars dernier.

Le représentant du Cnl dans la province de Kayanza se félicite de cette libération, mais demande que les autres, au nombre de 15, qui sont toujours détenus, soient relaxés car ils sont victimes de leur appartenance politique. Des informations des proches des détenus indiquent qu’ils ont été arrêtés pour avoir refusé d’adhérer au Cndd-Fdd, ce que démentent les autorités du parti au pouvoir dans les provinces de Ngozi et de Kayanza. J.M.

Burundi - Administration

Nomination unique à la banque de la République du Burundi

Gitega, le 14 avril 2021 (Net Press) . Le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a nommé aujourd’hui par décret le premier vice-gouverneur de la banque de la République du Burundi, Brb. Il s’agit de M. Audace Niyonzima, qui était jusqu’ici commissaire général de l’office burundais des recettes, Obr. D.N.

Burundi - Commerce

Six commerçants interpellés en province de Ngozi

Ngozi, le 14 avril 2021 (Net Press) . Six commerçants ont été interpellés lundi et mardi 13 avril au centre-ville de Ngozi, dans cette province nordique du pays. Ils sont tous accusés de vendre le sucre à un prix supérieur à celui fixé par le gouvernement. Selon nos sources, ces commerçants accusés d’outrepasser le prix officiel de 2500Fbu, pour le kilo de ce produit entre 2700 et 3000 Fbu, ils sont gardés à vue au commissariat provincial de la police de Ngozi.

Leurs collègues contactés par la rédaction se lamentent que le ministère du commerce fixe le prix du sucre unilatéralement sans mener des concertations avec les commerçants vendeurs de ce produit. Selon eux, s’ils vendent ce produit au prix officiel, ils travaillent à perte car le sac de 50 kg de sucre sera vendu a 125000 Fbu au moment où ils se le procurent à 135000 Fbu.

Ces commerçants demandent au ministère du commerce et de l’industrie de fixer les prix de ce produit en concertation avec les commerçants pour que ces derniers ne travaillent pas à perte. Ils disent d’ailleurs qu’ils sont les victimes suivantes, à moins qu’ils n’arrêtent le commerce de ce produit, ce qui est peu probable. N.R.

Burundi - Burkina Faso - Justice

L’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara de nouveau à la surface

Ouagadougou, le 14 avril 2021 (Net Press) . Ce dossier a été largement commenté par la presse au pays des Hommes Intègres, notamment dans le journal "Le Pays", cité par Rfi, qui estime que Blaise Compaoré est mis en accusation dans l’assassinat de Thomas Sankara. La radio mondiale fait savoir que l’ancien président burkinabè, en exil en Côte d’Ivoire, sera jugé pour « complicité » dans l’assassinat de Thomas Sankara.

La date du procès n’a pas encore été fixée, mais le dossier a été renvoyé devant le tribunal militaire de Ouagadougou et les charges confirmées. 34 ans après l’assassinat de Thomas Sankara, le 15 octobre 1987, et de 12 de ses compagnons lors du coup d’État qui avait porté Blaise Compaoré au pouvoir, l’ex-président et 13 de ses coaccusés sont renvoyés devant les juges, dont 4 de ses gardes du corps de l’époque, directement accusés d’assassinat.

En fait, rappelle "Le Pays" à Ouagadougou, « le dossier Thomas Sankara n’aurait jamais enregistré pareils progrès sur le plan judiciaire si, devenu impopulaire au fil des ans, le régime de Blaise Compaoré n’avait pas réussi à faire l’unanimité contre lui, dans sa volonté de réviser l’article 37 de la Constitution.

La suite, on la connaît. Car, acculé par une rue en colère, Blaise Compaoré a fini par larguer les amarres le 31 octobre 2014 pour se réfugier à Abidjan, en Côte d’Ivoire et cela, sous les lazzis et quolibets de tout un peuple. Depuis, les langues avaient commencé à se délier ; toute chose qui a permis d’aboutir aux résultats que l’on sait.

Donc, pointe "Le Pays", pour une victoire d’étape, c’en est une pour la famille Sankara et ses avocats qui n’attendent désormais que l’ouverture du procès pour savoir ce qui s’est exactement passé le 15 octobre 1987. Qui a tué Sankara ? Qui a commandité sa mort ? Et à quelles fins ? »

De son côté, la télévision France 24 trouve qu’au Burkina Faso, l’ex-président Compaoré sera bientôt jugé pour l’assassinat de Thomas Sankara. Le dossier de l’homicide de l’icône panafricaine Thomas Sankara a été renvoyé mardi devant le tribunal militaire de Ouagadougou. L’ex-président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, va être jugé pour l’assassinat de son prédécesseur lors du coup d’État de 1987 qui l’a porté au pouvoir.

Trente-quatre ans après la mort de Thomas Sankara, le "père de la Révolution" burkinabè, "l’heure de la justice a enfin sonné, un procès peut s’ouvrir", s’est réjoui Me Guy Hervé Kam, avocat des parties civiles. L’ex-président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, actuellement en exil en Côte d’Ivoire, va être jugé pour l’assassinat de son prédécesseur lors du coup d’État de 1987 qui l’a porté au pouvoir.

Le dossier a été renvoyé mardi 13 avril devant le tribunal militaire de Ouagadougou, au Burkina Faso, après la confirmation des charges contre les principaux accusés, dont Blaise Compaoré, selon des avocats de la défense et des parties civiles.

"Il s’agit essentiellement de Blaise Compaoré et de 13 autres, accusés d’attentat à la sûreté de l’État", "complicité d’assassinat" et "complicité de recel de cadavres", a déclaré Me Guy Hervé Kam. "Il appartient donc au procureur militaire de programmer une date d’audience." Davantage de personnes étaient mises en cause initialement, mais "beaucoup d’accusés sont décédés", a précisé l’avocat.

Parmi les accusés figurent également le général Gilbert Diendéré, l’un des principaux chefs de l’armée lors du putsch de 1987, devenu ensuite chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, ainsi que des soldats de l’ex-garde présidentielle. Le général purge actuellement au Burkina Faso une peine de 20 ans de prison pour une tentative de coup d’État en 2015.

"Le dossier est renvoyé" devant le tribunal, la date du procès "n’est pas encore décidée" mais celui-ci pourrait avoir lieu "très bientôt", les mandats d’amener des accusés non "encore détenus ayant été ordonnés ce matin", a indiqué Me Mathieu Somé, avocat du général Gilbert Diendéré.

Blaise Compaoré en exil depuis sa chute

Arrivé au pouvoir par un coup d’État en 1983, le président Sankara a été tué par un commando le 15 octobre 1987 à 37 ans, lors du putsch qui porta au pouvoir son compagnon d’armes d’alors, Blaise Compaoré.

La mort de Sankara, devenue une figure panafricaine et surnommé le "Che Africain", était un sujet tabou pendant les 27 ans de pouvoir de Blaise Compaoré, lui-même renversé par une insurrection populaire en 2014.

L’affaire a été relancée, après la chute de Blaise Compaoré, par le régime de transition démocratique. Un mandat d’arrêt international a été émis contre lui par la justice burkinabè en décembre 2015. Exilé en Côte d’Ivoire depuis sa chute, Blaise Compaoré a obtenu la nationalité ivoirienne et ne peut pas être extradé. Il devrait donc être jugé par contumace. N.R./Ch.N.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

Quand la Tanzanie engage une vitesse supérieure pour faire rentrer les réfugiés

Kigoma, le 14 avril 2021 (Net Press) . Il s’agit d’une déclaration conjointe faite ce lundi 12 avril par le directeur du service des réfugiés au ministère tanzanien de l’intérieur et le gouverneur de la région de Kigoma. Ces autorités estiment que la Tanzanie va passer à la vitesse supérieure pour forcer les réfugiés burundais à retourner dans leur pays.

Selon nos informations, le directeur du service des réfugiés au ministère tanzanien de l’intérieur, le gouverneur de Kigoma (nord-ouest de la Tanzanie) où est installé le camp de Nyarugusu et un représentant du HCR, ont effectué une visite de haut niveau ce lundi dans ce camps.

Selon ce représentant du ministère tanzanien, les camps de réfugiés burundais éparpillés sur ce territoire constituent une source d’insécurité, donc des foyers d’insécurité. Et au tour de ces camps, cette autorité dit que son pays enregistre des cas de tueries, de vols, de viols et de bandes armées et de destructions de l’environnement, que son pays ne peut plus supporter tous ces manquements.

Sudi Mwakibasi recommande au responsable du Hcr de réagir immédiatement et d’aider la Tanzanie à rétablir la sécurité dans cette région et de convaincre les réfugiés burundais de rentrer au Burundi d’autant plus dans le camp de refugiés burundais de Nyarugusu, il n’y a pas d’enregistrements massifs sur les listes de retour volontaire. De son côté Le gouverneur de Kigoma a affirmé pour sa part que “sa région est plus perturbée par des Burundais qui vivent dans les camps”.

Le représentant adjoint des réfugiés burundais demande aux autorités tanzaniennes et au représentant du Hcr de laisser les réfugiés burundais en paix et ajoute qu’ils vont rentrer au moment opportun et de les sécuriser, de les épargner des assassinats ciblés, des déportations, des disparitions forcées, des arrestations arbitraires, des limitations de mouvements vers l’extérieur du camp et des coupures répétitives de la ration alimentaire,

Et pour conclure, ce représentant des réfugiés a exhorté la communauté internationale à constater et être témoin de la violation flagrante des conventions internationales qui protègent les réfugiés

De son côté, le représentant du Hcr dit que cet organisme onusien a pris note de leurs rapports, de leurs doléances. Et dit qu’il va les soumettre à son hiérarchie. Et assure que des discussions concernant les réfugiés burundais sont en train d’être menées avec le gouvernement tanzanien et va communiquer les résultats dans les jours à venir.

Depuis deux ans, des réfugiés burundais vivant en Tanzanie sont contraints de rentrer chez eux. Des mesures allant dans ce sens ne cessent d’être prises. Ils affirment néanmoins qu’ils ne vont pas céder aux intimidations jusqu’à la fermeture du dernier camp. La Tanzanie compte plus 146.000 réfugiés burundais, répartis dans trois camps à savoir Nduta, Nyarugusu et Mtendeli. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE