Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 juin 2021
|Makamba : Quatre jeune accusés d’extorsion interpellés en commune Kibago

Burundi - Sécurité4 juin 2021
|Des enfants trouvent la mort dans le sud du pays

Burundi - Sécurité3 juin 2021
|Une personne tuée par des personnes non encore identifiées en commune Bukemba

Burundi - Sécurité 2 juin 2021
|Une personne tuée lors d’un accident de roulage en province de Bubanza !

Burundi - Sécurité 1er juin 2021
|Trois personnes tuées en province de Kayanza et de Cibitoke

Burundi - Sécurité 31 mai 2021
|Une cache de bandits qui bascule sous le silence de la commune urbaine de Ntahangwa

Burundi - Kenya - Politique 29 mai 2021
|Le président de la République du Burundi attendu au Kenya !

Burundi - Sécurité 28 mai 2021
|Trois corps sans vie découverts en province de Cibitoke

Burundi - Politique27 mai 2021
|Audience à la présidence de la République

Burundi - Sécurité 26 mai 2021
|Explosion de grenades sur Bujumbura, deux morts et des blessés, selon la police

Burundi - Rwanda - Sécurité25 mai 2021
|L’armée burundaise dément formellement une information des réseaux sociaux

Burundi - Sécurité 24 mai 2021
|Six personnes mortes dans la noyade en province de Muyinga

Burundi - Onu - Génocide22 mai 2021
|Le Burundi vote contre la responsabilité de protéger et de prévenir le génocide

Burundi - Sécurité21 mai 2021
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité20 mai 2021
|Des vols répétitifs de vaches dans la province de Bujumbura dit rural

Burundi - Sécurité19 mai 2021
|"La province de Mwaro devient un hébergement des criminels", dixit un ressortissant

Burundi - Sécurité18 mai 2021
|Trois enfants mordus par un chien en zone Kinama

Burundi - Rwanda - Sécurité 17 mai 2021
|Un rapatrié venu du Rwanda introuvable !

Burundi - Sécurité15 mai 2021
|Une personne d’origine congolaise trouve la mort au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité14 mai 2021
|Des pêcheurs trouvent la mort dans le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité13 mai 2021
| Plus de 200 maisons détruites et brulées sur la sous colline Nyarure

Burundi - Sécurité12 mai 2021
|La population de Bujumbura, de Mwaro et de Muramvya invitée à garantir et à sauvegarder la paix et la sécurité

Burundi - Sécurité11 mai 2021
|Une personne morte sur la colline Cunyu en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 10 mai 2021
|Un journaliste de la radio Culture retrouvé mort.

Burundi - Justice8 mai 2021
|Condamnation de l’ancien député Fabien Banciryanino

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une personne se donne la mort en province de Bubanza

29 avril 2021

Bubanza, le 29 avril 2021 (Net Press) . Phénias Busimba s’est suicidé ce mercredi 28 avril à l’aide d’un tissu en pagne en commune et province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Selon nos informations recueillies par les voisins de la victime, une mésentente entre lui et son épouse serait à l’origine de ce suicide.

Les mêmes informations poursuivent que la victime était en état d’ébriété quand il s’est chamaillé avec son épouse. Il avait jugé bon de se donner la mort, de se pendre à l’aide d’un pagne et il a trouvé la mort sur le champ. Les mêmes voisins rapportent que ce dernier entretenait des relations de mauvais voisinage avec son entourage. N.R.

Burundi - Justice

La cour d’appel de Ngozi confirme le jugement du premier degré rendu à Kirundo

Ngozi, le 29 avril 2021 (Net Press) . Dans ses dépêches de ce 28 avril, la rédaction a mentionné une comparution d’un certain Joseph Mitima à la cour d’appel de Ngozi, qui avait été condamné au mois de mars par le tribunal de grande instance de Kirundo, à une perpétuité et à 55 millions d’amende pour dédommagement. Il avait interjeté appel et c’est hier qu’il a été entendu à Ngozi, au Nord du pays, après une quatrième remise.

Malgré sa défense, la cour d’appel de Ngozi a confirmé le premier jugement de Kirundo. Il a été reconnu coupable d’avoir tué 6 personnes qu’il a enterré dans sa parcelle. Il avait également subtilisé motos, véhicules et maisons de ses victimes, ce qu’il avait nié en bloc, arguant qu’il les a achetés. Au cas où il ne paierait cet argent, la cour a demandé que soient vendus tous ses biens pour que ce montant soit dégagé. D.N.

Burundi - Politique

Audience à la présidence de la République

Bujumbura, le 29 avril 2021 (Net Press). Ce mercredi 28 avril 2021, le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a reçu en audience Filippo Grandi, haut commissaire des Nations unies chargé pour les réfugiés, au palais Ntare Rushatsi. La porte-parole du président, Evelyne Butoyi, dit que le représentant du Hcr voulait savoir pourquoi les Burundais rentrent en grand nombre ces derniers jours car 23.000 refugiés ont déjà regagné le pays.

Evelyne Butoyi a fait savoir que le président estime qu’à part ceux qui sont déjà sur le sol burundais, que le pays attend 20.000 autres dans les prochains jours et qu’il y a d’autres qui rentrent sans passer par l’enregistrement, mais qui s’adressent directement au président de la république où écrivent au ministère ayant l’intérieur dans ces attributions.

Elle a dit que la paix qui règne au Burundi est l’une des explications du rapatriement volontaire des réfugiés burundais, en plus d’autres avantages. Elle a ajouté que le gouvernement du Burundi ne ménagera aucun effort pour que les réfugiés puissent rentrer dans leurs pays car la paix et la sécurité sont garanties dans le pays afin de contribuer au développement du pays.

Ils ont échangé également sur les réfugiés des autres pays résidant ici au Burundi comme ceux des pays voisins, allusion faite à la Rd Congo et ailleurs. Filippo Grandi a promis que le Hcr va aider dans le processus du rapatriement des réfugiés burundais. N.B.

Burundi - Politique

Le premier ministre reçoit en audience l’ambassadeur d’Egypte

Bujumbura, le 29 avril 2021 (Net Press) . Selon le porte-parole du premier ministre, Moïse Nkurunziza, le premier ministre, Alain Guillaume Bunyoni, a reçu en audience l’ambassadeur de l’Egypte au Burundi ce jeudi 29 avril 2021. Les deux autorités ont échangé sur les relations bilatérales qui existent entre ces deux pays.

Il dit que le premier ministre a exprimé ses vifs remerciements à l’endroit de l’Egypte d’avoir toujours été proche du Burundi. Les relations entre ces deux pays concernent les domaines de la Santé, de l’éducation, de l’agriculture, ainsi que dans le secteur de la communication et de la culture.

Les deux autorités se sont convenues sur le processus de supprimer le visa pour les Burundais qui veulent voyager en Egypte et vice-versa, pour ceux qui sont en mission de travail ou qui possèdent des passeports diplomatiques. L’ambassadeur de l’Egypte dit que son pays va aider dans la lutte contre la pandémie du covid-19 en fournissant des outils et du personnel soignant. N.B.

Burundi - Politique

Gitega prévoit une enveloppe de vingt-huit milliards pour la construction des routes du pays .

Gitega, le 29 avril 2021 (Net Press) . C’est aujourd’hui que le ministre des infrastructures, de l’équipement et des logements sociaux, Déo Nsanganiyumwami, a présenté à la presse le bilan des réalisations du trimestre passé. Il a fait savoir que son ministère prévoit une enveloppe assez importante de 28 milliards pour la construction et la réhabilitation des infrastructures.

Le ministre Nsanganiyumwami a déclaré que son ministère prévoit la hausse des subsides salariales qui passent d’un à deux milliards car selon lui, le ministère va recruter plus de 300 ingénieurs qui vont opérer dans le secteur routier. L’orateur du jour a affirmé que son ministère a rencontré des défis, en l’occurrence le manque des équipements constitués par des engins et le personnel spécialisé. N.R.

Burundi - Protection Sociale

Le nouveau code de la protection sociale apporte des innovations

Cibitoke, le 29 avril 2021 (Net Press) . Ce sont des révélations d’Arcade Nimubona, le secrétaire exécutif de la Sep/CNPS, dans un atelier de deux jours organisé par le ministère de la solidarité nationale, des affaires sociales, des droits de la personne humaine et du genre via le Sep /CNPS et le projet Merankabandi, en partenariat avec le ministère de la communication à l’endroit des membres du réseau des médias pour la protection sociale du 27au 28 avril 2021 à Cibitoke, au Nord-ouest du pays.

Arcade Nimubona dit que le code de la protection sociale vient en remplacement du code de sécurité sociale. Alors que l’ancien code couvre seulement les travailleurs sous contrat et sous statut, le nouveau code couvre toutes les couches de la population, que ce soit les parties contribuables ou non contribuables.

Un autre avantage est qu’il reconnait des pensions anticipées où, au lieu de prendre la retraite à 60 ans, un membre peut demander une pension à 55 ans. Arcade Nimubona dit également que dans le nouveau code, les frais funéraires d’un membre reviennent à l’ONPR où à l’INSS d’où il a demandé à ces institutions de mettre en place les textes légaux pour que les membres puissent bénéficier de cette gratuité dans les prochains jours.

Un autre avantage est que les mutuelles bénéficient des fonds de garantie pour que ces dernières ne tombent pas en faillite à tout moment et en instaurant un droit à l’assistance sociale comme un droit à tout citoyen burundais.

Une autre innovation majeure est les sanctions qui sont infligées à l’endroit des employeurs qui n’affilient pas leurs employés dans le système de sécurité sociale mais aussi à l’endroit des affiliés qui trichent. N.B.

Burundi - Gouvernance

L’Olucome contre l’adoption de l’assemblée nationale

Bujumbura, le 29 avril 2021 (Net Press). L’observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques, Olucome, informe que l’assemblée nationale a adopté à l’unanimité le projet de loi portant suppression des institutions de lutte contre la corruption au Burundi. Pour cet observatoire, c’est un recul gravissime en matière de lutte contre la corruption.

Il dénonce par ailleurs la violation par le gouvernement burundais de la convention des Nations unies contre la corruption et celle de l’Union africaine, toutes ratifiées par le Burundi le 18 avril 2005. Il estime en outre que l’argument selon lequel une seule cour ne peut pas lutter contre le fléau de corruption ne tient pas debout.

Il en veut pour preuve que l’office burundais des recettes, Obr, après sa réforme profonde en 2009, a multiplié par 2,5 les recettes publiques. Pour cet observatoire, les corrompus viennent d’obtenir gain de cause, ce qui condamne tout un peuple dans l’oppression de misère extrême et d’injustices sans nom. Ch.N.

Burundi - Société

"Monsieur le ministre, vous avez notre soutien, soyez impartial jusqu’à tirer au clair cette affaire", dixit les convoyeurs de Bujumbura

Bujumbura, le 29 avril 2021 (Net Press) . Les convoyeurs de la garnison de Bujumbura disent qu’ils soutiennent une démarche objective du ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et du développement communautaire, Gervais Ndirakobuca, visant à départager deux hommes qui se disputent la présidence de l’association des convoyeurs.

Ils dénoncent le comportement d’un certain Lewis Niyongabo, un ancien convoyeur devenu député de la législature passée et qui voudrait devenir à tout prix président de l’association des convoyeurs. En date du 14 janvier dernier, des élections avaient été organisées, mais d’aucuns avaient soulevé des irrégularités.

Alors que le gros des convoyeurs voulaient que la présidence soit assurée par Jean Claude Gahitira, une lettre a fait savoir que ce dernier a démissionné, ce qu’il a toujours nié. Il a demandé une audience auprès du ministre ayant l’intérieur dans ses attributions, celui-ci l’a écouté attentivement, ce qui avait satisfait ce chef d’association.

Gervais Ndirakobuca, droit dans ses bottes, a cherché à rencontrer les deux hommes pour vider cette affaire et un rendez-vous fut fixé au 28 avril 2021. Curieusement, en date du 27 avril, soit la veille du rendez-vous, Jean Claude Gahitira a été enlevé par des gens soupçonnés d’être des agents du service national des renseignements, sur influence de Lewis Niyongabo.

Des réactions ont directement suivi sur les réseaux sociaux et après quelques temps, les convoyeurs ont appris que leur président est enfermé dans les cachots du service national des renseignements. ces derniers demandent alors au ministre de l’intérieur de prendre en mains cette affaire, de la traiter objectivement comme il avait commencé pour mettre fin à ces rivalités inutiles entre les deux hommes. J.M.

Burundi - Génocide

Le 29 avril : une date loin de faire l’unanimité des Burundais

Bujumbura, le 29 avril 2021 (Net Press). Il y a aujourd’hui, 49 ans jour pour jour, qui viennent de s’écouler après les massacres du 29 avril 1972 et des jours suivants. Certains avancent qu’il s’agit d’un génocide contre les Bahutu au moment où d’autres parlent du génocide contre les Batutsi, avec cette avancée que des gens commencent à s’exprimer sur cette période.

Parmi ceux qui croient qu’il y a eu génocide contre les Bahutu, figure une association des rescapés et des victimes du génocide basée au Canada et présidée par Frédéric Nzeyimana alias Federico Mayor. Cette association fait tout pour convaincre la communauté internationale afin qu’elle confirme ce génocide de 1972.

D’un autre côté, il y a une association de lutte contre le génocide, Ac-Génocide Cirimoso, une branche basée elle aussi au Canada et pilotée par Emmanuel Nkurunziza. De son côté, elle fait tout ce qu’elle peut pour solliciter la même communauté internationale afin qu’elle reconnaisse le génocide contre les Batutsi cette même année.

L’on est alors étonné de voir que ces deux parties ne cherchent pas apparemment de médiateur pour que la question soit nettement tranchée. En effet, des acteurs internationaux ont proposé qu’il y ait une commission internationale d’enquête pour établir les faits, mais l’impression est qu’elle n’est pas non plus la bienvenue dans cette perception des Burundais où chaque partie reste campée sur sa position.

De son côté, une organisation des Burundais de la diaspora, Mouvement d’actions patriotiques, Map Burundi Buhire, organise ce 1er mai un panel sur la commission vérité et réconciliation. Le titre est "La CVR au Burundi, est-elle un instrument pour une société paisible et réconciliée comme le prévoyait l’accord d’Arusha ?

Les modérateurs de ce panel sur zoom sont le journaliste Antoine Kaburahe, directeur du groupe de presse Iwacu et Jean Gabin Ntebutse, professeur à l’université de Sherbrooke. Les panélistes sont Eugène Nindorera, Pierre-Claver Ndayicariye, Evariste Ngayimpenda, Mme Marie Louise Baricako, Novat Nintunze et Térence Mushano. Il aura lieu de 18 heures à 20h30’.

A la même date, Ac-génocide Cirimoso, section Canada, organise sur zoom elle aussi "La commémoration du génocide tutsi de 1972 perpétré par l’organisation UBU". Le titre de la conférence est "La mémoire vigilante face au négationnisme de la Cvr et aux illusions d’Arusha". Elle se tiendra de 13 h à 15 h, heure du Canada et Usa et de 19h à 21 h au Burundi.

Le modérateur dans cette séance est Joe Dalton Ndoricimpa et les animateurs sont Charles Mukasi qui parlera des mensonges et des illusions d’Arusha, Emmanuel Nkurunziza qui s’exprimera sur les outils du négationnisme de la Cvr sur 1972 et Béatrice Nimbona qui parlera du génocide tutsi de 1972 : le calvaire des femmes.

L’on saura que Charles Mukasi s’est toujours opposé aux négociations d’Arusha, d’où son limogeage à la tête de l’Uprona le 7 octobre 1998 par feu Pierre Buyoya, président de la République à l’époque et issu de la formation politique dite de Rwagasore. Au moment où certains hommes politiques disent que l’accord d’Arusha est une référence incontournable, Charles Mukasi a toujours déclaré qu’Arusha est la pire chose qui soit arrivée au Burundi depuis le discours de Harroy en 1958.

Même le sénat burundais est entré dans la danse. A l’occasion du 49ème anniversaire des "événements de 1972", le sénat du Burundi a organisé cinq conférences pour se souvenir et bien qualifier les "événements de 1972" au Burundi. Toutes ces conférences seront animées par l’ancien président de la République du Burundi, Sylvestre Ntibantunganya.

La première a eu lieu hier 28 avril, la deuxième se tiendra le vendredi 14 avril, la troisième le vendredi 28 mai, la quatrième le vendredi 11 juin et la cinquième aura lieu le vendredi 25 juin 2021.Il était prévu un débat citoyen sur "la géopolitique des processus de vérité et réconciliation en Afrique. Quelle vérité, quels enjeux au delà du Burundi ?"

Les animateurs de ce débat sont Pr. Augustin Nsanze, Historien, enseignant-chercheur à l’université du Burundi, ancien ambassadeur et ancien ministre des affaires étrangères, Dr. Denis Banshimiyubusa, politologue, enseignant-chercheur à l’université du Burundi et Isaac Bakanibona, expert en matière de justice transitionnelle, représentant de l’ACOPA Burundi.

Le modérateur est Dr. Eric Ndayisaba, Historien, enseignant-chercheur à l’Ens et université du Burundi. Responsable du service de la communication et de la recherche scientifique du CIRID. A la dernière minute, le représentant de l’ACOPA Burundi indique que pour des raisons indépendantes de leur volonté, la séance du débat citoyen qui était prévue pour ce jeudi est reportée pour une date qui sera communiquée ultérieurement.

A cette occasion, l’ancien président de la République, Sylvestre Ntibantunganya, a animé hier sa première conférence au Royal Palace. Lors de son exposé, il a été on ne peut plus clair : « le génocide Hutu en 1972 est une réalité ». Il a été organisé et commandité par le président de la République Michel Micombero.

Pour l’ancien président Sylvestre Ntibantunganya, le génocide Hutu de 1972 devrait être reconnu par l’Etat, avant de demander à la communauté burundaise et internationale de ne pas sombrer dans le comportement de négationnisme de cet événement douloureux de 1972. Cet ancien chef d’Etat affirme que tout a commencé vers 1929 lors de la réforme administrative.

L’élite Hutu a été écartée dans les intrigues du pouvoir monarchique, en 1961, le prince Louis Rwagasore avait promis à Paul Mirerekano de lui succéder à la tête du parti Uprona. Après sa mort, ce dernier a été écarté a la tête de cette formation politique, la désignation de Léopard Bihumugani, un Muganwa, comme premier ministre est venue comme une forme d’exclusion des Bahutu dans les reines du pouvoir.

Les périodes allant de 1965 à 1972 sont venues comme l’eau qui déborde la vase où les Hutu ont été écartés du pouvoir politique et social, ce qui occasionné la naissance de rébellion Hutu en 1972 qui a commis un massacre à grande échelle envers les Tutsi du Sud-ouest du pays dans les provinces de Makamba, de Bururi, de Bujumbura et de Bujumbura rural.

L’ancien président Sylvestre Ntibantunganya a demandé aux leaders politiques d’œuvrer en faveur de dédommagement des générations victimes du génocide Hutu de 1972,et de réconciliation nationale pour réconforter les esprits blessés.

A la question de la rédaction de savoir les critères sur lesquels il se base pour affirmer que le gouvernement Micombero avait commandité ce qu’il qualifie de " génocide Hutu de 1972 " alors qu’au Sud du pays, des massacres des Bututsi du Sud (plus ou moins 3.000) ont été commis par les insurgés Hutu au sud du pays, l’ancien numéro un burundais Sylvestre Ntibantunganya a renvoyé le reporter de l’agence Net Press à une autre conférence publique qu’il compte organiser le 14 mai 2021 pour plus d’éclaircissements. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE