Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Tanzanie – Sécurité8 janvier 2022
|Un voleur burundais arrêté en Tanzanie

Burundi - Transport7 janvier 2022
|La ministre ayant le commerce dans ses attributions se réjouit de la satisfaction des clients par rapport à la décentralisation des services de l’Otraco

Burundi - Sécurité 6 janvier 2022
|Ruyigi : Un sexagénaire mort poignardé

Burundi – Sécurité5 janvier 2022
|Un militant du Cndd-Fdd tué par un jeune Imbonerakure au Nord-ouest du pays

Burundi – Sécurité4 janvier 2022
|Une vacancière retrouvée morte à l’hôtel

Burundi - Sécurité 3 janvier 2022
|Un mort et deux autres grièvement blessés en province de Rumonge

Burundi - Justice 1er janvier 2022
|Et un ouf de soulagement chez certains justiciables !

Burundi - Politique - Nécrologie31 décembre 2021
|Décès de François Ngeze, ancien ministre de l’intérieur, à 68 ans

Burundi - Sécurité 30 décembre 2021
|Quatre personnes blessées dans des échauffourées en commune Mutaho

Burundi - Sécurité 29 décembre 2021
|Quand un policier devient une entrave aux activités présidentielles !

Burundi – Sécurité28 décembre 2021
|Plus de 20 kg de drogues saisis par la police à Kayanza

Burundi - Sécurité 27 décembre 2021
|Cibitoke : Une personne tuée en commune Buganda

Burundi – Sécurité25 décembre 2021
|Les forces de défense et de sécurité souhaitent un nouvel an au chef de l’Etat

Burundi – Malawi - Sécurité 24 décembre 2021
|Une jeune réfugiée burundaise vivant au Malawi portée disparue

Burundi - Sécurité 23 décembre 2021
|Ngozi : Un sexagénaire se donne la mort en commune Buraza

Burundi – Génocide22 décembre 2021
|Les langues se délient après le rapport de la commission vérité et réconciliation

Burundi-Sécurité21 décembre 2021
|Kayanza : Trois personnes blessées par un policier en commune de Muhanga

Burundi - Sécurité20 décembre 2021
|Cibitoke :Un corps sans vie découvert en commune de Rugombo

Burundi - Sécurité 18 décembre 2021
|Muyinga :Deux personnes tuées en commune Gashoho

Burundi - Sécurité17 décembre 2021
|930kg de chanvre saisis par la police détruits à Buringa

Burundi – Sécurité16 décembre 2021
|Les défenseurs des droits de la personne se révoltent …

Burundi - Sécurité15 décembre 2021
|Une femme tuée en province de Kayanza

Burundi - Politique14 décembre 2021
|Les « Cnlois » continuent de se lamenter

Burundi – Sécurité Alimentaire13 décembre 2021
|Des ménages fuient la famine dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité11 décembre 2021
|Découvertes macabres dans la commune de Buganda

 

 

 

 

 

 



Burundi – Sécurité

La province Kayanza victime d’une attaque armée

10 novembre 2021

Kayanza, le 10 novembre 2021 (Net Press). Des informations en provenance de la province de Kayanza, au Nord du pays, indiquent que la commune de Matongo, de cette entité provinciale, a connu ce matin une attaque d’hommes armés. L’on déplore deux personnes tuées et une autre grièvement blessée, au moment où une autre a été appréhendée.

Selon les mêmes informations, le groupe armé est venu de la forêt de Teza où il est basé depuis le 7 novembre dernier. Il semble ses éléments avaient lancé une grenade qui a blessé un policier et un administratif. Les autorités locales demandent que la sécurité soit renforcée, un appel aux populations et surtout aux comités mixtes de sécurité. D.N.

Burundi – Société – Politique

Les tambourinaires de Gishora n’en reviennent pas !

Bujumbura, le 10 novembre 2021 (Net Press) . L’information de la déception des tambourinaires de Gishora a été portée à la connaissance de l’opinion dans l’après-midi de ce 8 novembre, avec le départ du président de la République, Evariste Ndayishimiye, pour une visite officielle de 5 jours, aux Emirats Arabes Unis.

Selon des informations concordantes, le chef de l’Etat a contacté en personne ce groupe, le plus célèbre du pays, lui parlant de sa prochaine visite de Dubaï et souhaitait qu’il soit accompagné dans cette visite par cette équipe, de la commune de Giheta, dans la capitale politique Gitega, au Centre du pays. Très contents de l’offre présidentielle, les 12 tambourinaires sont passés directement à l’essentiel.

Ils sont descendus sur Bujumbura, la capitale économique, ils ont réservé des chambres d’hôtels, ils ont acheté des passeports pour ceux qui n’en avaient pas et ceux dont les documents de voyage n’étaient plus valides, ils ont payé le transport de Gishora vers Bujumbura. Bref, ils ont dépensé plus ou moins 5 millions de nos francs dans toutes ces démarches.

Après, le directeur général de la culture leur a filé une information funeste comme quoi leur voyage avait été annulé, sans plus de détails. Dans un premier temps, on leur reprochait de s’être fait dépister au covid-19 tardivement, pour apprendre plus tard qu’ils ont été remplacés par une autre équipe du ministère chargé du tourisme.

Les tambourinaires de Gishora demandent que de telles magouilles soient abandonnées et que les frais qu’ils ont engagés soient restitués. Ils disent que ce n’est pas la première fois qu’un tour pareil leur soit joué. Signalons qu’il y a plusieurs groupes de tambourinaires au Burundi, rivaux, qui recourent à n’importe quelle acrobatie pour pouvoir s’exhiber en dehors du pays.

Selon des milieux proches des tambourinaires, comme le tambour burundais force l’admiration du monde entier, il y a des chances de signer des contrats juteux avec des organisations étrangères des touristes. Dans ces conditions, le pays ne gagne rien car les signataires tiennent à garder le secret pour qu’ils soient toujours invités lors de grands festivals un peu partout au monde. Pour ces milieux, c’est un secteur très miné par la corruption car les contrats signés sont des affaires de gros sous. J.M. 

Burundi – Ue - Rapatriement

L’UE annonce un nouvel appui de 4 millions d’euros aux rapatriements des Burundais

Makamba, le 10 novembre 2021 (Net Press) . Dans un communiqué de presse rendu public par l’Union européenne, l’ambassadeur de l’Ue au Burundi, Claude Bochou, le représentant des Nations unis pour les réfugiés, Abdoul Karim Choul, ainsi qu’une délégation de la commission européenne ont effectué ce mardi 9 novembre 2021 une visite d’un centre de transit pour les rapatriés burundais à Gitera, dans la province de Makamba, au Sud du pays.

Ce communiqué dit que cette visite s’inscrit dans le cadre d’un nouvel appui de l’Ue au rapatriement des Burundais via deux projets visant exclusivement à rendre aux besoins humanitaires immédiats des rapatriés ainsi qu’à soutenir leur réinsertion socio-économique dans les communautés d’accueil.

Ce financement consistera en une contribution aux financements des « Kits Retour » et à l’appui pour les familles les plus vulnérables, à la réintégration, à l’autonomisation économique, à la nutrition et à la protection des rapatriés et les communautés hôtes des provinces de Makamba et de Kirundo, respectivement au Sud et au Nord du pays. Telles sont les réponses aux besoins humanitaires immédiats avec cet appui.

Le communiqué ajoute que ces projets débuteront en décembre 2021 pour une durée de 24 mois. Il ajoute également que cet appui financé par les fonds fiduciaires d’urgence pour l’Afrique vise d’assurer un retour et une réinsertion durables des réfugiés burundais qui s’inscrit dans le cadre du « plan conjoint du retour et de réintégration des réfugiés 2021 », élaboré par le Hcr et le Pnud, en partenariat avec le gouvernement du Burundi ainsi que les acteurs humanitaires.

Un des rapatriés qui venait de rentrer a demandé un appui pour accéder au logement. Il désire recevoir un appui et un accompagnement juridiques pour résoudre les multiples conflits fonciers. Signalons que selon le Hcr, 180.000 rapatriés ont déjà regagné le bercail jusqu’au 30 septembre 2021. N.B.

Burundi - Société

La succession chez les femmes et filles burundaises n’est pas pour demain la veille

Muramvya, le 10 novembre 2021 (Net Press) . C’est ce que l’on comprend à travers le discours du président de l’assemblée nationale, Daniel Gélase Ndabirabe, quand il était dans la province de Muramvya, au Centre du pays, lorsqu’il s’entretenait avec les représentants des différentes confessions religieuses. Il a fait savoir que les femmes et les filles qui évoquent ces derniers temps la succession des visent révolter les femmes et violnt la culture burundaise afin de semer la zizanie entre frères.

Pour Daniel Gélase Ndabirabe, des enquêtes faites ont révélé qu’il n’est pas encore temps que la fille burundaise puisse bénéficier de la succession de ses parents. Cela a créé un tollé chez les associations féminines qui ont été contactées par nos confrères de la Voix de l’Amérique.

Elles estiment que la législation de succession n’a pas encore eu lieu mais que cela vaut la peine car les enfants sont égaux devant la loi. Ces associations ajoutent que même en cas de litiges liés à la succession, les juges se servent des conventions et des lois internationales que le Burundi a ratifiées et les autres tranchent selon leur entendement. Ces associations plaident plutôt pour la mise en place d’une loi régissant la succession sinon, elles demandent d’élaborer un autre dénombrement de la population burundaise en excluant les femmes et les filles burundaises.

L’on se souviendra que cette question difficile de l’héritage de la fille et de la femme a toujours été une épine dans les pieds des dirigeants qui, tous, ont évoqué des enquêtes qui révèlent qu’il n’est pas encore temps que la fille bénéficie d’un héritage de ses parents. Les femmes et les filles avaient nourri d’espoir quand elles ont vu l’ancien président de la République, feu Pierre Nkurunziza, faire revenir à la surface cette question. Elles déchanteront très rapidement car il n’a pas voulu y apporter de remède.

L’ancien président de la République, feu Pierre Buyoya, trouvait lui aussi que ce n’était pas le moment de se pencher sur cette question car la situation politico-sécuritaire était prioritaire par rapport à la succession des filles et des femmes. Rappelons qu’il disait à qui veut l’écouter que « nul ne viendrait à bout de sa détermination pour réconcilier définitivement son peuple », oubliant que même les femmes et les filles faisaient partie de son peuple.

Feu Jean-Baptiste Bagaza préféra s’atteler au développement économique de son pays et mit de côté les autres préoccupations de nature sociale. Il aura tout de même le mérite de placer, pour la toute première fois dans l’histoire récente de la République du Burundi, deux femmes dans son gouvernement, Caritas Mategeko et Euphrasie Kandeke. Sous feu Michel Micombero, cette question n’a jamais été posée tous les 10 ans qu’il a dirigé le pays. N.B.

Burundi – Burkina Faso - Justice

« Procès de l’assassinat de Sankara : les accusations de Diendéré contre l’ex-Premier ministre Zida », dixit rfi

Ouagadougou, le 10 novembre 2021 (Net Press) . Face au tribunal militaire de Ouagadougou, le général Gilbert Diendéré a soutenu avoir organisé une réunion entre les hommes chargés de la sécurité du président Thomas Sankara et le capitaine Blaise Compaoré le 15 octobre 1987. Mais le sergent-chef Hyacinthe Kafando n’a pas pris part à cette rencontre. Quelques heures plus tard, des hommes de la garde rapprochée de Blaise Compaoré tirent sur le président Thomas Sankara et ses compagnons. Impossible d’entendre Hyacinthe Kafando dans cette affaire : il a fui le pays depuis 2015. Et ce, selon le général Diendéré, avec le soutien de Yacouba Isaac Zida, l’ex-Premier ministre sous la transition.

Au Burkina Faso, au procès des présumés assassins du président Thomas Sankara et de ses collaborateurs le 15 octobre 1987, depuis le début des interrogatoires des accusés, c’est le nom de Hyacinthe Kafando, sergent-chef au moment des faits, qui revient.

Pendant l’instruction du dossier Sankara, le juge avait délivré une convocation pour entendre l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando, qui était encore au Burkina Faso. Mais l’ex-patron de la sécurité du capitaine Blaise Compaoré, à l’époque, ne s’était pas présenté au cabinet du juge. « Le neveu de Hyacinthe Kafando, un caporal des forces armées, m’avait informé qu’il y avait une convocation du juge contre son oncle », soutient le général Gilbert Diendéré à la barre.

Des gendarmes aux trousses…

Selon l’ex-chef d’état-major particulier de Blaise Compaoré, c’est le général Yacouba Isaac Zida, alors Premier ministre sous la transition, qui aurait suggéré à Hyacinthe Kafando de ne pas répondre à la convocation du 22 juin 2015. « Yacouba Isaac Zida a chargé le caporal Mady Pafadnam de prévenir Hyacinthe Kafando de quitter le territoire burkinabè, car le juge d’instruction mettrait à ses trousses des gendarmes », explique le général Diendéré. C’est ainsi que le caporal Mady Pafadnam aurait conduit l’adjudant-chef Hyacinthe Kafando à l’une des frontières du Burkina Faso, sans préciser laquelle.

Le général Gilbert Diendéré affirme avoir été inculpé dans cette affaire sur instruction du général Yacouba Isaac Zida, qui lui avait pourtant promis qu’il ne serait pas inquiété. D.N.

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel