Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 15 juin 2022
|Kirundo : Une vielle femme de plus de quatre-vingt ans morte calcinée en commune de Vumbi

Burundi - Sécurité Routière14 juin 2022
|Makamba : Quatre personnes tuées lors d’un accident de roulage en commune de Mabanda

Burundi - Sécurité 13 juin 2022
|Une personne morte d’une fusillade en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 11 juin 2022
|Bururi : Trois personnes blessées lors d’une tentative de vol dans la commune de Rutovu

Burundi – Malawi – Sécurité10 juin 2022
|Deux Burundais du camp de réfugiés de Dzaleka portés disparus

Burundi - Sécurité 9 juin 2022
|Une personne retrouvée morte en commune de Mugamba

Burundi - Sécurité8 juin 2022
|Une deuxième femme blessée suite à une agression d’un chimpanzé en province de Makamba

Burundi - Sécurité 7 juin 2022
|Une fillette de 4 ans victime de violence sexuelle par deux jeunes gens

Burundi - Sécurité 6 juin 2022
|Une enfant en bas âge tuée par un chimpanzé en province de Makamba

Burundi - Sécurité 4 juin 2022
|La police burundaise dévoile les présumés auteurs de l’assassinat d’une Belgo-Burundaise au Nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité3 juin 2022
|Trois corps sans vie découverts en commune de Nyanza-lac

Burundi - Sécurité 2 juin 2022
|Une personne accusée des pratiques de sorcellerie entre les mains de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité 1er juin 2022
|Une personne se donne la mort en commune de Gasorwe

Burundi - Sécurité 31 mai 2022
|Deux personnes tuées dans un glissement de terrain en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 30 mai 2022
|Bujumbura : Encore des raffles des « bandits » en zone Bwiza

Burundi - Sécurité 28 mai 2022
|Gitega : Une personne échappe à un assassinat en commune de Mutaho !

Burundi – Sécurité27 mai 2022
|La police met la main sur un véhicule de l’Etat qui fraude des pagnes

Burundi – Sécurité26 mai 2022
|Un jeune motard tué dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 25 mai 2022
|Des matériels et équipements d’une valeur de plus ou moins trois cent millions volés à la Regideso

Burundi - Sécurité 24 mai 2022
|Bujumbura : Dix personnes « suspectes » interpellées au quartier Jabe

Burundi - Sécurité23 mai 2022
|Trois personnes grièvement blessées dans la province de Cibitoke

Burundi – Politique21 mai 2022
|Le président congolais dans nos murs

Burundi – Sécurité20 mai 2022
|Des personnes trouvent la mort, une opinion s’interroge …

Burundi – Sécurité19 mai 2022
|Enlèvement de deux femmes dans le quartier de Carama, en zone Kinama

Burundi – Sécurité18 mai 2022
|Un corps sans vie découvert dans la capitale politique

 

 

 

 

 

 



Burundi - Communication

Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

25 mars 2022

Fabien Banciryanino est un ancien député de la coalition « Amizero y’Abarundi ». Il a été élu dans la circonscription de Bubanza, à l’Ouest du pays. Lors de son passage au sein de l’Assemblée Nationale, il ne cessait de dénoncer tout ce qui n’allait pas, tout en applaudissant ce qui va très bien.

Alors que l’Assemblée Nationale se penchait sur la question d’ériger l’ancien président de la République, feu Pierre Nkurunziza, au titre de Guide Suprême du patriotisme, il n’a pas hésité à donner une opinion contraire à celle des autres parlementaires, ce qui lui a valu d’ailleurs, selon une opinion, un emprisonnement d’une année, du mois d’octobre 2020 à Octobre 2021. L’on signalera qu’il est très connu pour son franc-parler.

La rédaction a sollicité une interview auprès de lui et il a spontanément accepté de répondre à nos questions. Il a pris son temps, il était à l’aise devant nos micros et comme on peut s’en douter, il n’a pas hésité de donner son point de vue, aussi bien positif que négatif, sur l’histoire immédiate de notre pays, orientée beaucoup plus sur l’information brûlante.

Il faudrait rappeler ici que l’honorable Fabien Banciryanino vient d’adresser une correspondance au président de la République, Evariste Ndayishimiye, pour le féliciter en ce qui concerne sa diplomatie active. Il mentionne tous ses déplacements dans le monde entier, le réchauffement de sa coopération avec les partenaires tant bilatéraux que multilatéraux, etc.

Il s’exprime également sur d’autres aspects comme la justice car il en a été victime pendant toute une année. Il nourrit d’espoir malgré tout cela car il trouve que le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a une ouverture d’esprit et par conséquent, qu’il est favorable à la liberté de la presse, d’expression et d’opinion. A bâton rompu, il a répondu aux questions de la rédaction.

Le Député Fabien Banciryanino au cours d’une séance à l’Assemblée Nationale.

N.P. Honorable, voudriez-vous nous parler brièvement de Fabien Banciryanino ?

F.B. Je suis né le 20 février 1960 sur la colline de Musivya, dans la commune de Bisoro, actuelle commune de Gisozi. J’ai fait mes études primaires à l’école primaire de Gisozi, j’ai poursuivi mes études secondaires au Collège Notre Dame de Gitega, je les ai terminées au Lycée Scheppers de Nyakabiga, en qualité d’enseignant.

J’ai commencé ma carrière au canton scolaire de Bubanza où j’ai migré après mes études. J’ai fait 15 ans dans l’enseignement, c’est-à-dire 5 ans comme enseignant et 10 ans comme directeur d’école primaire. C’est dans cette province que j’ai rencontré mon actuelle épouse, originaire de la commune de Mpanda. De notre union, nous avons eu 7 enfants et nous remercions le Bon Dieu car la cadette se trouve actuellement à l’Université du Burundi.

En 1993, alors que j’avais investi dans l’agriculture, j’ai demandé une mise en disponibilité car j’estimais que la situation sécuritaire n’était pas bonne. J’étais à cheval entre deux activités, celle d’enseignant et celle d’agriculture et de commerce. J’ai fait le choix après avoir rédigé une mise en disponibilité. Je l’ai eu en 1997 mais depuis, je n’ai jamais touché un seul franc comme fonctionnaire. Ce n’est qu’en 2015, quand j’ai intégré l’Assemblée Nationale, que j’ai perçu de nouveau un salaire.

J’ai été élu dans la circonscription de Bubanza en tant que député de l’Uprona, mais de mèche avec la coalition d’Amizero y’Abarundi et ce, sur demande des Badasigana de ma région. Les autres n’ont pas voulu intégrer l’Assemblée Nationale, mais ceux qui m’étaient proches m’ont demandé de faire comprendre au Président de l’Uprona le bien-fondé d’être membre de l’Assemblée Nationale.

Ils ont indiqué que j’avais déjà connu la prison en 2011 et en 2013 et que de toutes les façons, personne ne pouvait m’emprisonner en tant qu’élu du peuple. Je suis allé voir le Président du parti Uprona qui a refusé que je fasse partie de cette Assemblée Nationale. A l’annonce de ce rejet du Président du parti, ils ont pris unilatéralement la résolution de me recommander d’y participer.

Ils m’ont donné une seule condition, celle de rester moi-même, de garder toujours mes positions de franc-parler, même en tant que député. Ils m’ont dit qu’ils me connaissent très bien, que je ne devrais pas changer suite à une bonne rémunération, etc, bref, de rester moi-même J’ai tenu promesse.

Lors de mon intervention, en pleine session de l’Assemblée Nationale qui se penchait sur le statut de Guide Suprême du patriotisme à l’endroit de l’ancien président Pierre Nkurunziza, j’ai donné une opinion contraire, faisant entendre qu’il était quelqu’un qui pourrait être poursuivi par la justice internationale au regard des bavures qui se sont commises pendant ses 15 ans de règne.

Vers la fin de mon mandat, en octobre 2020, j’ai vu des policiers sans mandat débarquer à mon domicile. J’avais convoqué une conférence de presse et je tiens à mentionner que même un journaliste de Net Press était présent. Je tenais à démentir une fausse accusation d’un pseudonyme prénommé Arthur.

J’avais demandé une permission au maire de la ville 4 jours avant l’animation de ma conférence de presse, mais je n’avais pas eu de réponse de sa part. C’est à ce moment que le chef de zone Ngagara a fait irruption chez moi et a indiqué que je n’avais pas l’autorisation d’organiser une conférence de presse.

NP. Quelle a été la suite ?

FB. J’ai été conduit manu militari à la brigade spéciale de recherche, Bsr puis à la prison centrale de Mpimba. L’on m’a accusé de l’infraction liée à mes activités parlementaires. A propos de l’ancien président Pierre Nkurunziza et de sa nomination, l’on m’avait accusé de dénonciation calomnieuse.

Au parquet, l’on a constaté qu’en réalité, il n’y avait pas d’infraction, mais l’on m’accusa d’animation d’une conférence de presse et d’avoir construit dans ma parcelle sans avoir donné des papiers à qui de droit. J’ai comparu le 19 mars de l’année suivante et au terme de la délibération, j’ai été condamné à une année de prison et à payer une amende de 100.000 Fbu.

J’ai essayé de faire recours aux instances judiciaires supérieures, mais mes documents avaient été retenus par l’autorité. J’ai bénéficié tout de même d’un bonus de 12 heures car j’ai été relâché le vendredi 1er octobre car il y avait un weekend, une période fériée alors que je devais être libéré le 2 octobre de la même année.

Je tiens tout de même à remercier l’actuel directeur de la prison centrale de Mpimba, Serges Niragira, qui m’a traité correctement, contrairement à son prédécesseur, qui m’a toujours soumis à des conditions humainement insupportables de mise en quarantaine.

Sinon, j’ai eu de la chance car les infractions qui pesaient sur moi sont condamnées d’une peine de 20 à 30 ans, mais moi, j’ai été condamné à une année seulement. Il y en a d’autres qui meurent en prison.

N.P. Honorable, vous semblez applaudir la diplomatie du chef de l’Etat, que vous qualifiez d’active. Auriez-vous changé de position car au départ vous étiez un opposant ?

F.B. Non, je n’ai pas changé du tout, car j’ai toujours été un député indépendant. J’applaudis ce qui va très bien et je dénonce ce qui ne va pas du tout. Alors, l’ancien président, feu Pierre Nkurunziza, a passé 4 ans au pouvoir sans aller nulle part. L’autre, en une année et demie de pouvoir, il vient de visiter pratiquement tous les pays du monde. C’est tout de même louable.

N.P. Honorable, vous avez dit que vous étiez un commerçant. Qu’est-ce qui vous a motivé de vous lancer en politique ?

F.B. J’ai été toujours en politique dès mon jeune âge. Nous étions des membres de la J.R.R. (Jeunesse Révolutionnaire Rwagasore, Ndlr) pour évoluer au sein du parti politique Uprona. Ce n’est qu’en 2015 que je me suis engagé au parlement en tant que membre de la coalition. Et depuis, je suis libre de tout engagement par rapport aux partis politiques.

N.P. Vous parlez de diplomatie active. Et d’autres secteurs comme la justice ?

F.B. Non, la justice a encore des problèmes aujourd’hui même s’il ne faut pas conclure hâtivement. Le chef de l’Etat est un homme engagé et il a déjà chassé deux ministres de la justice. Il vient de désigner l’actuelle qui a été vice-présidente de la cour suprême. Cela devrait marcher.

Dans mon document du 28/02/2022 que j’ai envoyé au président de la République, je lui demande d’ailleurs de placer, au niveau de la justice, des hommes aussi engagés que lui.

N.P. Il se peut que le président tâtonne dans ses prises de position ? Allusion faite à l’ancien directeur général de l’Otraco.

FB. Il ne recommencera plus une telle erreur car cet homme a encore une fois abusé et le président doit en avoir pris bonne note.

N.P. Que dire de l’interdiction des engins roulants à accéder au centre-ville de Bujumbura ?

F.B. C’est une violation des droits humains car il n’y a pas de résultats palpables. Une telle interdiction, économiquement, c’est une fuite en avant. En effet, ces motos, vélos et tricycles font nourrir plus de 100.000 personnes. Dans ces conditions, comment vont vivre les plantons, voire les fonctionnaires qui rentraient à vélos et qui perçoivent des salaires de misère ?

Par ailleurs, les prix des produits de première nécessité seront revus à la hausse car des vendeurs qui s’approvisionnent dans des marchés périphériques, notamment Chez Sion et à Ngagara, le faisaient grâce à ces engins roulants.

Les mêmes fonctionnaires et plantons seront obligés d’allonger les files d’attente au niveau des arrêts bus qui commencent vers 14 heures.

De leur côté, ces jeunes taximen ont encore de la force pour travailler. Qu’est-ce qu’ils vont faire ? Il devrait y avoir une commission mixte bien établie des experts pour voir tous les contours de cette question afin de contrecarrer cette mesure à court terme.

Propos recueillis par Norbert Rucabihari et Jean-Claude Kavumbagu

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Social

22 juin 2022 |Remerciements

COMMUNIQUE DE DECES

16 juin 2022 |Adélaïde NDIHOKUBWAYO

COMMUNIQUE DE DECES

19 avril 2022 |Monique SAHABO

COMMUNIQUE DE DECES

12 mars 2022 |Edmond TOYI

Communiqué de décès

27 février 2022 |André NYAMURANGWA

NECROLOGIE

10 février 2022 |COMMUNIQUE DE DECES

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Burundi – Rdc – Politique28 juin 2022
|A la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, une spécialiste s’exprime…

Burundi - Politique1er juin 2022
|L’état de la démocratie au Burundi

Burundi – Médias3 mai 2022
|La Patronne de l’Afjo accorde une interview à Net Press à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

Burundi - Communication25 mars 2022
|Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

Burundi - Communication18 mars 2022
|Marie Soleil Frère. Chercheur qualifié au Fonds...

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION