Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 12 juin 2019
|Une maman brûle sa fillette après avoir volé 2 Kg de haricot

Burundi - Sécurité11 juin 2019
|Arrestation d’un jeune homme dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité 10 juin 2019
|Deux personnes tuées au cours de ce weekend !

Burundi - Sécurité8 juin 2019
|Une femme arrêtée pour avortement volontaire

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Archives

 

 

 



Burundi – Elections.

Les chiens aboient, la caravane passe, dit-on en français

19 décembre 2012

Bujumbura, le 19 décembre 2012 (Net Press) . La reconduction de Pierre-Claver Ndayicariye et de Prosper Ntahorwamiye aux postes qu’ils occupaient dans la commission électorale nationale indépendante (Ceni 2010) sortante, a fait et fait toujours couler beaucoup d’encre et de salive. Malgré les inquiétudes soumises par les députés et les leaders des partis politiques de l’opposition sur la crédibilité de ces deux hommes, le pouvoir du Cndd-Fdd n’a pas lâché prise. Ces cinq membres ont prêté serment avant-hier devant le président de la République et les deux chambres du parlement réunies.

Pour se moquer de leurs détracteurs, Pierre-Claver Ndayicariye a déclaré hier aux journalistes que sous d’autres cieux, les hommes politiques ne contredisent pas le parlement. Mais il a oublié de signaler que sous d’autres cieux, des membres des commissions électorales non consensuels n’ont pas droit à la parole. Ils renoncent plutôt d’avance à des promotions contestées. Le cas le plus récent est celui de Mme Susan Rice qui était pressentie successeur d’Hilary Clinton au poste de secrétaire d’Etat américain. Elle a renoncé elle-même à tenter ses chances pour éviter d’être humiliée par les Républicains qui n’ont pas aimé sa prise de position après l’attaque de l’ambassade des Etats-Unis à Benghazi qui a coûté la vie au représentant de Barack Obama en Libye.

Maintenant qu’ils se retrouvent devant le fait accompli, les membres des partis politiques de l’opposition adoptent le profit bas. Ils refusent de tomber encore une fois dans le piège du Cndd-Fdd, celui de boycotter les élections de 2015 et lui permettre comme ce fut le cas en 2010, de rafler le plus aisément du monde presque tous les sièges à l’assemblée nationale et au sénat. Dans des interviews accordées à la synergie des radios à la mi-journée, tous les leaders de l’opposition se disent prêts à participer au processus électoral prévu dans trois ans. Bien qu’ils n’aient pas confiance aux nouveaux membres imposés de la Ceni, ils s’apprêtent à suivre à la loupe la préparation de ces élections pour contrecarrer les fraudes de tout genre.

Afin de témoigner de la volonté des nouveaux commissaires de travailler en toute transparence, Pierre-Claver Ndayicariye a annoncé au cours d’un point de presse d’hier qu’ils mèneront des contacts permanents avec tous les partis politiques agréés au Burundi. Mais ce qui est paradoxal est de prétendre se faire accepter d’avance par celui qui ne cessait de t’accuser de rouler pour le camp présidentiel, surtout que leur nomination n’a pas requis le consensus de tous les partenaires politiques.

Burundi – Environnement.

La charte de la terre, un sujet important mais qui échappe aux Burundais.

Bujumbura, le 19 décembre 2012(Net Press). C’est du moins l’avis de Vital Nshimirimana du Réseau des citoyens probes (Rcp), qui s’est entretenu avec la rédaction de Net Press, concernant la première séance d’information-diffusion de la charte de la terre. Selon lui, cette dernière a été adoptée en 1992 par les pays du monde, en collaboration avec les Nations-Unies, mais celles-ci l’ont laissé aux organisations indépendantes des pays membres. L’objectif de cette charte est d’enseigner aux peuples, y compris les Burundais, qu’on ne peut pas asseoir un développement durable sans tenir compte de l’environnement, à en croire M. Nshimirimana.

Il a alors fait savoir qu’un phénomène qui se produit à n’importe quelle distance de la terre et qui détruit l’environnement affecte chaque pays, raison pour laquelle il faut une bonne synergie pour protéger l’espace terrestre contre toute sorte de dégradation. A la question de connaître le bien-fondé de cette charte au moment où la terre est devenue un problème crucial, Vital Nshimirimana a rétorqué que même le peu dont on dispose, une fois qu’il est bien entretenu suite à l’éducation relative à l’environnement, des problèmes de santé et bien d’autres seront évités. Car, affirme-t-il, tout ce qui nous arrive de mal provient de la non-prise en compte des conséquences d’un environnement pollué.

Signalons que cette charte a déjà été soutenue par 5000 organisations et parmi lesquelles, de nombreux gouvernements à travers le Rcp, comme l’a indiqué son représentant légal. Il a enfin souligné que son organisation va entamer des campagnes de sensibilisation en commençant par les cadres de l’Etat pour que les questions environnementales soient bien prises en compte dans leurs divers aspects.

Burundi – Rwanda -Politique.

Un appel auquel Paul Kagame ne peut être sourd.

Kigali, le 19 décembre 2012(Net Press). Cet appel n’est autre que celui du chef d’Etat le plus puissant du monde, Barak Obama qui, la nuit dernière, a décroché son téléphone à partir du bureau ovale de la Maison Blanche, pour s’entretenir avec son homologue rwandais, Paul Kagame. Les deux hommes ont eu des échanges sur ce qui se passe dans la partie orientale de la République démocratique du Congo et plus précisément, dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Le chef de l’exécutif américain a demandé au général-major Paul Kagame de cesser ses interférences chez son voisin, ce qui est la seule condition pour que le retour de la stabilité dans ce pays soit garanti, lui a-t-il dit.

Jusqu’à présent, les Etats-Unis et dans une moindre mesure la Grande-Bretagne, étaient considérés comme les deux « parrains » anglo-saxons de notre voisin du Nord et qui tout en exprimant leur préoccupation sur la situation en Rdc, se limitaient à exercer des pressions « amicales »sur l’homme fort de Kigali.

Dans l’entourage de Barack Obama, c’est Susan Rice, l’ambassadrice des Etats-Unis aux Nations Unies et qui, à ce titre, participe à toutes les réunions du cabinet chaque semaine à la Maison Blanche, défendait le plus ouvertement la politique rwandaise dans la région des Grands-Lacs. Sa renonciation au poste de secrétaire d’Etat pour succéder à Hilray Clinton sur pression du parti Républicain, a dû être mal ressentie du côté de Kigali, qui aurait pu continuer à mener sa diplomatie, étant assurée de la bienveillance de la puissance numéro un de cette planète-terre.

Burundi – Mali – Politique.

Romano Prodi reçu à Abidjan par Alassane Ouattara.

Bamako, le 19 décembre 2012(Net Press). C’est hier que l’ancien premier ministre italien et envoyé spécial du secrétaire général des Nations-Unies pour le Mali s’est entretenu longuement dans la capitale économique ivoirienne avec le chef de l’état de ce pays, Alassane Drahmane Ouattara, président en exercice de la Cedeao. Romano Prodi était arrivé avec un message particulier de Ban-Ki-Moon pour s’enquérir de l’évolution de la situation au Nord-Mali occupé et administré par des groupes islamistes intégristes depuis le mois de mai de cette année.

Les deux hommes n’ont pas caché les divergences de vue entre les Nations-Unies et la Cedeao pour mettre fin à la crise, car l’instance mondiale privilégie la solution politique alors que les chefs d’état de la communauté ouest africaine ont opté ouvertement pour une intervention militaire.

En réalité, les Nations-Unies se sont rangées sur la vision américaine de la solution de la crise et non sur celle de la France qui, grosso modo, ne voit le départ des islamistes et la réunification du Mali que suite à la pression militaire. C’est également de cette manière qu’un autre « grand » diplomate et facilitateur dans la crise malienne voit le retour à la normale. Il s’agit d’un certain …Pierre Buyoya, représentant spécial de l’Union africaine pour le Nord du Mali et le Sahel, qui affirmait récemment qu’une éventuelle intervention militaire devrait inclure prioritairement l’armée tchadienne, mieux aguerrie que les armées voisines pour mener des combats au désert.

Burundi – Rsa – Politique.

Jacob Zuma, bien parti pour 2014.

Pretoria, le 19 décembre 2012(Net Press). A moins d’un tremblement de terre politique inattendu, dont personne ne voit la nature, Jacob Zuma devrait être réélu confortablement pour un second mandat en mai 2014 pour rester à la tête de la première puissance économique et militaire et donc politique du continent africain jusqu’en 2019. C’est à l’issue du congrès de l’Anc, (African National congress), le parti au pouvoir depuis l’élection de Nelson Mandela en 1994 à la présidence de l’Afrique du Sud, que les choses se sont dénouées.

L’ancien médiateur dans le conflit inter burundais est parvenu à surmonter un certain nombre d’écueils, ce qui était loin d’être évident au départ. D’une part, il était contesté à l’intérieur de son propre parti par une frange de l’Anc qui estimait qu’il n’allait pas assez loin dans les réformes agraires, puisque la minorité blanche reste propriétaire des fermes les plus riches à hauteur de 75%.

Sur le plan économique également, la même frange progressiste du parti ne parvient toujours pas à arracher de M. Zuma la décision de nationaliser les mines sud-africaines qui se trouvent entre les mains des multinationales étrangères majoritairement anglo-saxonnes. Toutes ces revendications sont symbolisées par un « jeune homme » à peine trentenaire, Julius Malema, qui avait annoncé la couleur dès l’année dernière, à savoir qu’il fallait empêcher à tout prix le président sortant à poser sa candidature pour 2012. Son pari n’a visiblement pas réussi, puisque l’écrasante majorité des congressistes lui ont fait confiance hier mardi pour qu’il défende les couleurs du parti dans un an et cinq mois.

Enfin, Jacob Zuma a pu surmonter un autre problème, celui de la corruption présumée, dans un dossier où il était accusé d’avoir effectué des travaux de réfection et de réaménagement de sa résidence de campagne privée qui ont coûté au contribuable sud-africain 20 millions d’euros. Explication (risible) de l’intéressé : c’est pour assurer sa sécurité en tant que premier personnage de l’Etat, mais aussi afin d’accueillir chez lui « à l’aise »…. Ses six épouses auxquelles il est légalement uni par le mariage.

Burundi – Usa – Sécurité.

S’orienterait -t-on vers l’interdiction du port d’armes aux Etats-Unis ?

Washington, le 19 décembre 2012(Net Press). On n’en est pas encore là, mais la fusillade dans une école primaire de Newtown située dans l’état du Connecticut au Nord-Est des Etats-Unis est en train de faire bouger les lignes entre les défenseurs inconditionnels de cet article inscrit dans la constitution et ceux qui y sont opposés. Le vendredi de la semaine dernière, un tueur fou s’est introduit dans un établissement primaire et a tiré dans le tas, faisant sur le coup 26 morts dont 20 enfants de six ans en moyenne. Il faut signaler que parmi les six adultes, figurait sa propre maman, ce qui explique à quel degré de folie peut conduire « cette liberté » figurant dans la loi fondamentale américaine.

Hier soir, Barack Obama a déclaré qu’il soutiendrait toute initiative qui serait proposée à la chambre des représentants et au sénat allant dans le sens d’une réglementation du port d’armes. Les élus n’ont pas perdu du temps, puisqu’au cours de la même soirée, la sénatrice de la Californie – l’Etat le plus riche et le plus peuplé des Etats-Unis – a affirmé que dès le mois de Janvier 2013, elle déposerait un projet de loi pour réglementer l’achat des armes à feu, en interdisant de la vente les fusils d’assaut, du genre de celui dont s’est servi le jeune homme fou qui a commis l’irréparable le 14 décembre 2012.

Burundi – Algérie – Coopération.

Ce qu’attend la presse africaine de la visite de François Hollande en Algérie.

Alger, le 19 décembre 2012(Net Press). Le Chef de l’état français, François Hollande, entame une visite officielle de deux jours à partir de ce mercredi, ce qui a poussé presque tous les journaux africains de ce matin à exprimer leurs attentes sur ce déplacement qui ne ressemble guère à d’autres voyages à l’étranger des présidents français.

C’est ainsi que le quotidien « El Watan » annonce que François Hollande prononcera deux discours, l’un ce mercredi devant les deux chambres du parlement et l’autre demain jeudi devant un monument construit à la mémoire d’un citoyen français tué sous la colonisation, car il réclamait l’indépendance de l’Algérie, main dans la main avec le mouvement indépendantiste F.L.N. (front de libération nationale).

Le confrère estime que la question mémorielle dominera les discours et les échanges bilatéraux, car des deux côtés de la Méditerranée, les regards sont loin d’être concordants sur ce qui s’est passé durant la période coloniale. Dans son ensemble, l’opinion publique algérienne voudrait que la France demande pardon pour les crimes commis durant cette période, ce que les dirigeants français ont toujours rejeté, estimant en substance que s’il a pu y avoir des morts, ce sont des victimes « normales » qui ne peuvent être imputées à une volonté délibérée du colonisateur.

Les autres journaux tels que « La Tribune » d’Alger, « Le Pays » et « L’Observateur » tous les deux paraissant à Ouagadougou, évoquent eux aussi la question de la mémoire, mais invitent les deux parties à mettre de l’eau dans leur vin, surtout dans la capitale algérienne. Car ce grand pays maghrébin a recouvré son indépendance il ya déjà un demi-siècle, et qu’il ne devrait plus s’inscrire dans une démarche « puérile » consistant à exiger le pardon et la contrition de son ancienne puissance coloniale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte