Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Burundi - Sécurité 12 mai 2018
|Vingt-cinq personnes tuées et 7 blessées dans une attaque armée

Burundi - Sécurité11 mai 2018
|Les milieux des droits de l’homme dressent un bilan du mois d’avril

Burundi - Sécurité10 mai 2018
|Attention aux parents des enfants en bas âge, du commerce "florissant"...

Burundi - Rdc - Sécurité - Santé 9 mai 2018
|L’épidémie d’Ebola signalée au nord-ouest du Burundi, à la frontière avec la Rdc

Burundi - Sécurité 8 mai 2018
|La femme du journaliste Antoine Kaburahe échappe à un attentant en Belgique.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Fouille-perquisition dans la zone de Cibitoke

13 février 2018

Bujumbura, le 13 février 2018 (Net Press) . Les citadins étaient habitués à des fouilles-perquisition opérées par des policiers, mais ce matin, c’étaient des agents de la mairie en compagnie de ceux d’une société chargée d’enlèvement des immondices dénommée "DIDO GENERAL COMPANY". C’était aux 13ème et 14ème avenues de la zone de Cibitike, au Nord de la capitale Bujumbura.

Selon des informations recueillies sur place, chaque ménage doit payer 2.000 francs burundais par mois pour cette action même si la plupart des sociétés du genre peuvent passer plusieurs semaines sans se présenter chez ces ménages. Le cas qui nous a été présenté est celui d’un père de famille qui a dû payer 6.000 francs pour les mois de novembre, de décembre 2017 et de janvier 2018.

Ceux qui n’ont pas été en ordre avec ce montant ont été tout simplement transférés aux cachots de la commune de Cibitoke où ils seront certainement obligés de payer une amende. L’on apprend enfin qu’il y aurait eu même des personnes qui ont été tabassées lors de cette fouille-perquisition.

Burundi - Droits de l’Homme

Les activistes des droits de l’homme ne décolèrent pas

Bujumbura, le 13 février 2018 (Net Press) . Selon des informations concordantes, quatre personnes ont été tuées, cinq autre torturées au moment où une personne a été enlevée. L’on signalera également que 25 autres personnes ont été arrêtées arbitrairement. Les mêmes activistes pointent du doigt les forces de l’ordre et des jeunes de la ligue au pouvoir comme étant des auteurs principaux de ces violations des droits de l’homme.

Ils évoquent également des cas d’assassinats, d’enlèvements, de tortures et d’arrestations arbitraires dans plusieurs localités, sans oublier des contributions forcées et des actes d’intimidations liés au vote du référendum pour le changement de la constitution et aux élections de 2020.

Ils semblent se révolter du fait que l’impunité des crimes est accordée aux membres du parti de l’Aigle avec une complicité de l’administration, concluent-ils.

Burundi - Elections

Toujours une faible affluence vers les bureaux d’inscription

Bujumbura, le 13 février 2018 (Net Press) . Ce matin, la rédaction s’est promenée dans quelques bureaux d’inscription pour le référendum du mois de mai et les élections de 2020. Dans plusieurs écoles du sud et du centre de la capitale, les agents recenseurs étaient en train de bavarder les bras croisés et de se faire des blagues, faute des personnes à inscrire.

A l’école fondamentale de Kinindo, tous les agents recenseurs n’étaient pas occupés. Il y en a qui accueillaient des gens et d’autres qui étaient obligés d’assister les autres en train de recenser. Ceux qui ont été contactés par la rédaction ont indiqué que le grand problème est que l’inscription se fait pendant les heures de service. Comme ils travaillent en journée continue et qu’ils rentrent tard dans la nuit, ils n’ont pas la chance de rencontrer ces agents.

Pour d’autres, ce qui handicape ce travail c’est que les agents recenseurs n’acceptent pas de procuration. Celui qui s’inscrit doit se présenter physiquement pour éviter toute tentative de fraude, a-t-on appris à l’école primaire "Stella Matutina". Les autres enfin, conscients qu’il reste très peu de temps pour cet acte, préfèrent d’ores et déjà implorer l’indulgence du gouvernement pour qu’il accorde un temps supplémentaire après le 17 février 2018, ce qui n’est pas évident.

Sentant que les populations se désintéressent de plus en plus, les jeunes du parti au pouvoir, les Imbonerakure, exercent une pression sur les populations dans plusieurs coins du pays. Selon des informations concordantes, ces jeunes s’arrogent le droit de vérifier si tel s’est fait inscrire ou non, - possession d’un récépissé - auquel cas l’on s’expose à des sanctions. Ces intimidations s’observent également chez les administratifs comme les gouverneurs de province et l’administrateur de la commune Gashoho qui obligent carrément leurs populations à voter "oui" et massivement.

Une certaine opinion ne comprend pas pourquoi l’on demande ardemment aux populations de se faire inscrire car, selon elle, les pourcentages du "oui" et du "non" sont connus d’avance. Le président de la Ceni, Pierre Claver Ndayicariye, ou alors son porte-parole, Prosper Ntahorwamiye, n’attendent que le moment venu pour proclamer les résultats du scrutin. Mais pour la sécurité des populations, la même opinion pense que les gens ont intérêt à se faire inscrire.

Burundi - Afrique du Sud - Politique

Jacob Zuma lâché par les siens refuse de partir et négocie un délai

Pretoria, le 13 février 2018 (Net Press) . En Afrique du Sud, la réunion du comité exécutif de l’Anc s’est achevée à 3 heures du matin sans aucune communication officielle. Le comité s’est visiblement mis d’accord pour rappeler Jacob Zuma, mais il semble que le président sud-africain joue la montre et donne du fil à retordre aux négociateurs qui n’ont pas le pouvoir légal de le forcer à partir.

Il n’y a toujours pas eu d’information officielle ce mardi matin en Afrique du Sud, mais l’Anc doit communiquer sur la réunion de son comité exécutif de cette nuit en début d’après-midi, lors d’une conférence de presse au siège du parti à Johannesburg. Il semble bien que le comité exécutif de l’Anc se soit mis d’accord lundi soir pour rappeler Jacob Zuma et demander officiellement sa démission.

La réunion du comité exécutif de l’Anc était sensée être brève mais elle aura finalement duré 13 heures. Un véritable marathon qui n’a donc débouché sur aucune annonce officielle. Ce week-end, Cyril Ramaphosa avait pourtant promis de « finaliser » la transition et d’apporter rapidement des réponses au pays mais les informations restent très rares ce mardi matin.

On sait seulement que Cyril Ramaphosa a quitté la réunion du comité exécutif vers 22h30 pour se rendre à la résidence de Jacob Zuma à Pretoria, accompagné d’un autre haut dirigeant du mouvement, certainement pour informer le président des décisions prises un peu plus tôt à huis-clos. Cyril Ramaphosa est ensuite revenu peu avant minuit à l’hôtel où se déroulait la rencontre du comité exécutif et ce n’est que vers 3h du matin que les voitures des cadres de l’Anc ont quitté les lieux.

Zuma négocie un délai

De toute évidence, le comité exécutif de l’Anc a formellement demandé à Jacob Zuma de démissionner dans les 48 heures mais selon certaines sources d’information, ce dernier aurait demandé un délai de trois mois pour mettre ses affaires en ordre et présenter Cyril Ramaphosa auprès des organisations internationales.

Si Jacob Zuma refuse réellement de démissionner, la situation pourrait rapidement se transformer en cauchemar. Dans ce cas, l’Anc devra se tourner vers le Parlement et demander à ses députés de voter la destitution du président. L’occasion devrait d’ailleurs se présenter rapidement, puisque le parti EFF de Julius Malema a déposé une motion de défiance contre Jacob Zuma, motion qui doit être examinée très bientôt

L’opposition veut une motion de défiance

Réunie lundi après-midi, l’opposition a demandé une dissolution de l’assemblée et des élections anticipées. Pour Mmusi Maimane, leader du principal parti d’opposition, l’Alliance Démocratique, il faut que la motion de défiance, contre le chef de l’Etat, prévue le 22 février, soit avancée à cette semaine. « Tout le monde en Afrique du Sud appelle à la démission de Jacob Zuma. L’opposition présente ici dit qu’il doit partir. Les différents mouvements religieux disent qu’il doit, le comité exécutif de l’Anc dit qu’il doit partir... Il n’y a que Jacob Zuma qui refuse de partir.

Donc dans ce contexte, nous ne pouvons pas nous contenter d’être spectateurs des rivalités au sein de l’Anc. Nous disons : allons au Parlement et votons une motion de défiance qui nous débarrassera de Jacob Zuma... », a martelé Mmusi Maimane lors de la conférence de presse finale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))