Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Burundi - Sécurité 12 mai 2018
|Vingt-cinq personnes tuées et 7 blessées dans une attaque armée

Burundi - Sécurité11 mai 2018
|Les milieux des droits de l’homme dressent un bilan du mois d’avril

Burundi - Sécurité10 mai 2018
|Attention aux parents des enfants en bas âge, du commerce "florissant"...

Burundi - Rdc - Sécurité - Santé 9 mai 2018
|L’épidémie d’Ebola signalée au nord-ouest du Burundi, à la frontière avec la Rdc

Burundi - Sécurité 8 mai 2018
|La femme du journaliste Antoine Kaburahe échappe à un attentant en Belgique.

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

L’explosion d’une grenade fait trois blessés à Cibitoke

26 février 2018

Bujumbura, le 26 février 2018 (Net Press) . Une grenade a été lancée dans la zone de Cibitoke située au Nord de la capitale, à la 15ème avenue, tout près d’une station d’essence Kobil vers 21h30 ce dimanche 25 février 2018, faisant trois blessés qui ont été admis au centre hospitalier Msf Belgique.

Des sources de cette entité indiquent que le ou les criminel(s) n’ont pas été identifiés malgré les dispositifs militaires et policiers qui se trouvent sur place pour appréhender l’auteur. Ils ont dû bloquer le pont Nyabagere reliant la zone de Ngagara à celle de Cibitoke.

Et au moment où nous mettons presse, la zone de Cibitoke, dans la localité dite " Ryakanyoni" était encerclée par une armada des militaires et policiers. Des arrestations en cascade des personnes qui n’avaient des cartes nationales d’identité ou qui ne sont pas inscrits dans les cahiers de ménage ont été observées.

Dans le même chapitre, un corps d’une nourrisson sans vie a été découvert ce samedi 24 février 2018 dans la localité de Mutakura. Ledit corps a été conservé dans une maison en cours de construction et il a été inhumé ce dimanche, en présence des autorités de base. Des témoins indiquent que la victime aurait été égorgée par sa mère qui était en quête de paternité de cet enfant.

Burundi - Politique

L’opposition contre le référendum constitutionnel

Arusha, le 26 février 2018 (Net Press) . A la veille du sommet des chefs d’Etat du 21 au 23 février 2018, l’opposition dans sa globalité avait envoyé une correspondance à ces derniers afin de tirer la sonnette d’alarme. Ils évoquent les risques et les menaces contenues dans le projet de la constitution, les conséquences de ce projet de constitution ainsi que la requête de l’opposition burundaise.

Concernant les risques et menaces, ces politiciens notent l’enterrement de l’accord d’Arusha, la négation et l’arrêt du dialogue inter burundais en cours à Arusha, la fin de la démocratie consensuelle, l’instauration du du pouvoir absolu du chef de l’Etat et la négation du principe de séparation des pouvoirs, l’institutionnalisation du monopartisme de fait, le bannissement des droits humains et l’institutionnalisation ainsi de l’exclusion politique et ethnique, l’institutionnalisation de l’impunité, la privatisation du service national des renseignements au profit du seul chef de l’Etat, l’allongement de la durée du mandat présidentiel, la remise en cause eu principe de la laïcité de l’Etat, la volonté de militariser l’administration territoriale ainsi que le mépris des anciens chefs d’Etat.

Quant aux conséquences, ces leaders évoquent la suppression de l’Accord d’Arusha, un coup d’arrêt au processus de dialogue inter burundais initié par la communauté de l’Afrique de l’Est, le risque d’une guerre civile suivi d’un désastre humanitaire qui embraseraient le Burundi et la région ainsi que le risque de fragilisation des organisations sous-régionales, régionales et internationales dans leurs missions d’asseoir la paix et résoudre les conflits dans le monde.

Concernant leur requête, ces politiciens avaient demandé au sommet des chefs d’Etat d’exiger de Pierre Nkurunziza l’arrêt immédiat du processus de changement de la constitution. Ils avaient également sollicité au sommet des chefs d’Etat d’exiger de Pierre Nkurunziza l’arrêt immédiat des exécutions sommaires, des arrestations et des emprisonnements arbitraires ainsi que des disparitions forcées des membres de l’opposition. Ils voulaient également une convocation d’une session de dialogue inter burundais.

Le document avait été produit a Dar es Salam en date du 19 février 2018 par le président du Cnared, le Dr. Jean Minani ainsi que par le bureau de l’opposition formé à Ngurdoto, composé de Léonce Ngendakumana et du professeur Evariste Ngayimpenda.

Burundi - Droits de l’Homme

La Fidh s’inquiète sur le prochain amendement de la constitution

Paris, le 26 février 2018 (Net Press) . Dans son report mensuel du mois de février 2018, la fédération internationale des droits de l’homme (Fidh), à travers son président Dimitris Christopoulus, s’inquiète sur le prochain amendement de la constitution et que selon lui, « la retouche de la constitution vient à jeter du feux au poudre".

La Fidh dit que les propos du président de la République, Pierre Nkurunziza, lors du lancement officiel de la retouche de la constitution, trace « une ligne rouge tracée à l’avance contre ceux qui constitueront une entrave pour le vote de cette loi élémentaire rénovée et préoccupante"

Dimitris Christopoulos déplore des arrestations en cascades des membres de l’opposition jugés d’enseigner de voter « non « et ajoute que cette retouche n’est qu’un trompe œil pour montrer la communauté burundaise est sur la voie de la démocratie.

Dimitris Christopoulos demande au conseil de sécurité des Nations unies qui va tenir une session sur le Burundi ce lundi le 26 février 2018, de prendre des mesures visant à empêcher la mise en application de l’amendement de la constitution et conclut que la ligue des jeunes du parti au pouvoir Imbonerakure sont cités dans des nombreuses violations de droits de l’homme.

Signalons que la semaine passée, au moins quatre personnes ont été assassinées dans différentes localités, dont trois victimes d’attaques à la grenade. La vie d’un homme dont l’identité n’a pas été communiquée est également en danger depuis son enlèvement par des agents du service national des renseignements dans la province de Cibitoke. Ses proches n’ont aucune nouvelle de la victime. L’on a également près de douze arrestations arbitraires. Parmi celles-ci, figurent deux magistrats de Gitega, dont le président de la cour d’appel de Gitega ; ainsi qu’un activiste des droits de l’homme qui finalement a été libéré quelques jours après son arrestation. Plusieurs personnes continuent également d’être arrêtées et accusées de sensibiliser au vote du « non » pour le referendum constitutionnel de mai 2018 du gouvernement burundais.

Burundi - Média

Des journalistes de plus en plus inquiétés

Bujumbura, le 26 février 2018 (Net Press) . Après la disparition mystérieuse du journaliste du groupe de presse Iwacu, Jean Bigirimana, qui a coulé beaucoup d’encre été et de salive, un autre journaliste reporter du même groupe de presse, Désiré Sindihebura, a été battu par les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, les (Imbonerakure), dans son village natal, en commune Giheta de la province de Gitega..

D’après nos sources, l’évènement macabre a eu lieu dans un bistrot de cette entité où ce journaliste partageait un verre avec les membres de sa famille et ses voisins. Soudain, un groupe de jeunes du parti au pouvoir les Imbonerakure l’ont l’agressé, l’accusant de publier dans son journal des propos qui ternissent l’image du pays. Pour eux, notre confrère n’a pas un esprit d’aimer sa commune natale. Selon les mêmes informations, le journaliste Désiré Sindihebura a été admis dans l’une des cliniques de Gitega. Des témoins sur place affirment qu’après ce passage à tabac, ces Imbonerakure l’on dépouillé une somme de 70.000 francs burundais ainsi que deux téléphones portables et une chainette.

Burundi - Cameroun – Economie

Cameroun : Biya aurait dépensé près de 65 millions de dollars en déplacements

Yaoundé, le 26 février 2018 (Net Press) . D’après un rapport de l’ong transperncy international, le président camerounais, Paul Biya, depuis son accession au pouvoir, vient de passer 4 ans et demi d’absence au Cameroun en sillonnant les pays comme la Suisse, la France et les Etats Unis, des deplacements qui ont couté au tresors public de ce pays 64 millions de dollards.

Et pour estimer le coût des voyages, les auteurs ont simplement multiplié le nombre de jours par le prix d’une nuit d’hôtel à l’Intercontinental de Genève où Paul Biya a ses habitudes. A ces 65 millions de dollars, il faut ajouter les frais de location d’avion.

Selon cette enquête, les trois-quart de ces voyages sont d’ordre privé et pourtant, explique Emmanuel Freudhental, il est très probable que des fonds publics servent à financer ces déplacements. « Ca vient soit des budgets de la présidence, soit assez probablement aussi des caisses de la société nationale des hydrocarbures, parce qu’il y a à peu près la moitié de son budget qui est hors budget, donc qui est assez opaque, on ne sait pas exactement où va cet argent. »

Et un humoriste nigérien, Mahamane, dans son humour intarissable, indique que les medias privés de ce pays font des commentaires. Quand le président camerounais rentre de Genève au Cameroun, ils indiquent que « le président Paul Biya vient d’effectuer une visite officielle dans son pays »

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))