Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité4 octobre 2018
|Bujumbura sous la cadence des explosions de grenade et de crépitements d’armes

Burundi - Sécurité3 octobre 2018
|Le début du mois d’octobre peu tendre !

Burundi - Sécurité2 octobre 2018
|Une personne s’est « suicidée », trouvée pendue sur un avocatier

Burundi - Sécurité1er octobre 2018
|Deux personnes tuées dans la commune de Gitaramuka

Burundi - Sécurité Routière29 septembre 2018
|Le gouvernement prévoit des sanctions contre les pannes sur la voie publique

Burundi - Sécurité28 septembre 2018
|Les habitants de Gihanga agacés par une mesure impopulaire

Burundi - Sécurité27 septembre 2018
|La police montre à la presse un rebelle du mouvement Red Tabara

Burundi - Sécurité26 septembre 2018
|Les populations de la zone Musaga se plaignent..

Burundi - Sécurité 25 septembre 2018
|Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

Burundi - Sécurité 24 septembre 2018
|Quand un père tue sa fillette !

Burundi - Sécurité22 septembre 2018
|Deux policiers tués lors d’un accident de roulage !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2018
|Une arrestation qui inquiète !

Burundi - Tanzanie – Sécurité20 septembre 2018
|Les réfugiés burundais de Nduta craignent d’autres disparitions !

Burundi - Sécurité 19 septembre 2018
|Deux corps en extrême décomposition repêchés dans la rivière Ruvyironza

Burundi - Sécurité18 septembre 2018
|Une découverte d’armes à Kabondo !

Burundi - Sécurité 17 septembre 2018
|L’attaque de Gatumba interprétée différemment !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2018
|Une personne tuée lors de l’attaque de l’agence Bancobu !

Burundi - Sécurité14 septembre 2018
|Arrestation d’un homme en possession illégale d’armes à feu

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité Routière

Un mort et des blessés dans un accident de roulage

15 mai 2018

Bujumbura, le 15 mai 2018 (Net Press) . Un véhicule s’est renversé dans la matinée de ce mardi, faisant plusieurs blessés et un mort, juste au rond-point de la place de l’indépendance.

Des messages qui condamnent le carnage de Ruhagarika fusent d’un peu partout, en l’occurrence la communauté est africaine, l’Union européenne. Dans un communiqué publié dans la soirée de ce lundi 14 mai, l’envoyé spécial des Nations unies au Burundi, l’ex président intérimaire burkinabais, Michel Kafando, a condamné fermement le carnage de Ruhagarika en province de Cibitoke.

Michel Kafando présente ses condoléances aux familles éprouvées et ajoute que cette attaque est intervenue dans une époque cruciale à l’approche du referendum constitutionnel. Il a découragé tout acte visant à perturber la paix et la tranquillité du pays avant d’inviter les protagonistes burundais à résoudre leurs différents pacifiquement. Il a lancé un appel vibrant au gouvernement burundais de traduire les auteurs devant la justice.

Coïncidence ou pas, le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi, vient de mettre en place une commission chargée de mettre la lumière sur ce carnage et annonce que des contact avec la République démocratique du Congo sont en en train d’être faites pour identifier les auteurs de ce carnage.

Pour être tout - à - fait complet sur ce dossier, nous apprenons que les 26 personnes tuées la semaine dernière ont été inhumées ce mardi 15 mai 2018.

Burundi - Nations Unies - Droits de l’Homme

"Les atteintes aux droits de l’homme s’aggravent au Burundi", selon Doudou Diène

Paris, le 15 mai 2018 (Net Press) . Le Sénégalais Doudou Diène préside la commission d’enquête de l’Onu sur la situation des droits de l’homme au Burundi. Selon des informations qu’il a livrées à la radio du monde, il est interdit de séjour à Bujumbura mais ses enquêteurs et lui-même rentrent d’une tournée d’investigation dans la région des grands lacs.

Selon ce président, le premier constat est que les violations des droits de l’homme et les atteintes s’aggravent au Burundi. Répondant aux questions du spécialiste de l’Afrique, Christophe Boisbouvier, il a fait le contour de toutes les questions des droits de l’homme au Burundi tout en déplorant le fait que le gouvernement du Burundi n’a jamais voulu collaborer pour l’équilibre des enquêtes.

Dans des circonstances pareilles, le gouvernement rétorque que ces rapports de l’Onu sont truffés sans produire le moindre contre-rapport. C’est ce comportement d’autosatisfaction qui rend moins crédible ses positions car, avance-t-il souvent, c’est la souveraineté du pays qui compte d’abord.

Burundi - Politique

Bujumbura et Sud Soudan invités à financer leurs délégués au Conseil des ministres de la CAE à Arusha

Arusha, le 15 mai 2018 (Net Press) . Bujumbura et Juba ont été invités à financer leurs délégués au Conseil des ministres de la communauté de l’Afrique de l’Est à Arusha la semaine dernière, après que le Secrétariat n’ait pas réussi à faire annuler leur décision par Washington et Berlin.

L’Allemagne et les Etats-Unis ont déclaré qu’ils maintiendront leurs sanctions contre le Burundi et le Soudan du Sud et ne financeront pas les délégués des deux pays aux réunions de la Communauté de l’Afrique de l’Est jusqu’à ce que les dirigeants rétablissent la stabilité politique.

Bujumbura et Juba ont été invités à financer leurs délégués au Conseil des ministres de la CAE à Arusha la semaine dernière, après que le Secrétariat n’ait pas réussi à faire annuler leur décision par Washington et Berlin. Dans une lettre datée du 21 mars adressée à l’ambassadeur d’Allemagne en Tanzanie et à l’EAC, le secrétaire général de l’EAC, le Burundais Liberat Mfumukeko, a demandé à Berlin de reconsidérer sa décision, mais l’Allemagne était catégorique.

En réponse à la crise politique au Burundi qui a débuté en 2015, l’UE a retiré son aide à Bujumbura, l’Allemagne ayant emboîté le pas. Mais Berlin a accepté de soutenir les Burundais qui ne sont pas nommés par la présidence. L’Allemagne et l’EAC ont eu de fortes collaborations depuis la création de ce dernier. Au cours des vingt dernières années, la coopération de l’Allemagne au développement avec l’EAC s’élève à 290 millions d’euros (346 millions de dollars), y compris la construction du siège de la CAE à Arusha.

Les principaux domaines d’intervention de l’Allemagne pour l’EAC sont l’intégration économique et la santé. Suite à la décision du Conseil d’intégrer le Sud-Soudan dans les activités de la CAE en février 2017, le Secrétariat a alerté l’USAID sur l’inclusion de Juba dans les projets qu’il finance.

"USAid note les préoccupations de la CAE concernant le soutien à la République du Soudan du Sud mais ne peut pas changer les restrictions américaines sur un pays. Il a été recommandé que la CAE et l’USAID continuent à s’engager sur le mécanisme de mise en œuvre qui pourrait permettre une intégration efficace du Sud-Soudan dans la CAE ", a déclaré USAID.

Au cours des 10 dernières années, le soutien d’USAID à l’EAC a totalisé 218 millions de dollars, y compris un soutien technique. Les domaines de soutien comprennent les douanes et le commerce, l’agriculture, l’environnement, l’énergie, la santé et les institutions de renforcement.
Les ministres de l’EAC ont jugé nécessaire que le bloc fournisse un rapport complet sur tous les projets financés par l’agence de développement allemande GIZ et USAID, afin d’évaluer correctement la mesure dans laquelle un financement alternatif pourrait être nécessaire. La CAE est confrontée à des contraintes financières car les membres retardent les contributions.
Le Conseil des ministres de la CAE a noté que les conditions fixées par les donateurs pourraient facilement être appliquées à un autre Etat partenaire et affecteraient finalement la Communauté dans son ensemble. Le Conseil a recommandé que la question soit résolue à plus grande échelle.

Burundi - Opinion

"Un génocide non encore dit", clame un politologue

Bujumbura, le 15 mai 2018 (Net Press) . Au moment où le 30 avril 2018 il y a eu la commémoration du 46eme anniversaire du massacre des Hutu en 1972, un politologue sous couvert d’anonymat indique que vers les années 1916, il y a eu un génocide du clan Abenengwe, d’ethnie (Banyaruguru) qui a basculé vers le silence coupable de la communauté burundaise et internationale. La même source indique que parmi les autorités qui ont régné sur le Burundi, seul le président Domitien Ndayizeye est sorti de son silence pour dénoncer ce génocide.

Selon ce politologue, tout a commencé avec l’assassinat du gendre du roi Mwezi Gisabo, le nommé Maconco qui avait épousé sa fille ainée (Kwakwara ), connu pour sa bravoure dans la lutte contre l’esclavagisme. Surnommé Maréchal, Maconco a attiré l’attention du roi Mwezi Gisabo qui lui a confié les domaines royaux en l’occurrence Busimba, en commune et province de Muramvya, Nyankarange en province de Bubanza et Burima en province de Kayanza, non loin de la commune Mutaho en province de Gitega.

Selon ce politologue, le souverain Maconco a été le premier tombeur de la monarchie burundaise, en l’occurrence son beau-père, Mwezi Gisabo, un monarque dont son règne a été caractérisé par des labeurs et des malheur.

Le politologue trouve normal qu’en politique, tous les coups sont permis et surtout quand le pays plonge dans le moment critique, en témoigne que l’entourage de l’intrigue n’est pas gêné dans « un ôtes que je m’y mette". Cela renvoie au régime de l’actuel président équato –guinéen, Teodoros Obiang Nguema, qui a renversé son oncle Macias Nguema. Il va plus loin en indiquant que chez le voisin de l’Ouest, l’assassinat du président de la République démocratique du Congo, Laurent Désiré Kabira, n’a pas agacé son fils Joseph Kabira qui a directement sauté sur le trône. Par ailleurs, des querelles fratricides ne manquent pas chez les dynasties Gnassimbé au Togo.

Comment est-ce que toute a commencé ?

Le politologue dit qu’après l’assassinat du gendre du roi Mwezi Gisabo, Maconco, chef des domaines royaux, les Benengwe ont été la cible des tueries monstrueuses, estime le politologue, dans les localités de Busimba sous lè règne de Mwezi Gisabo, au point que certains Benengwe en fuite vers les régions naturelles d’Umugamba et par peur d’être massacrés, ont changé des noms préférant devenir des Bagubere, des Bashungura et des Bahimba.

Burundi - Israël - Sécurité

Jour de la Nakba : Israël face à la colère des Palestiniens

Tel Aviv, le 15 mai 2018 (Net Press) . Les violences qui ont émaillé la journée du lundi 14 mai ont occasionné un terrible bilan : 59 morts et plus de 2 400 blessés au cours de la répression des manifestations à Gaza. Ce qui n’a pas empêché les Etats-Unis de présenter l’inauguration de leur ambassade à Jérusalem comme une étape vers la paix. Ce mardi, les Israéliens se préparent à faire face à la grève générale dans les Territoires palestiniens et à la reprise des manifestations pour la journée de la Nakba, la « catastrophe » qu’a représentée pour les Palestiniens la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948.

Après la journée la plus meurtrière à Gaza depuis l’opération « Bordure protectrice » durant l’été 2014, les Israéliens se préparent à la reprise des manifestations dans les heures qui viennent pour la journée de la Nakba, la « catastrophe », synonyme d’exode pour des centaines de milliers de Palestiniens après la création d’Israël en 1948. De nouveaux renforts ont été déployés le long de la frontière avec Gaza. Le Premier ministre a tenu des consultations dans la soirée avec les responsables des divers services de sécurité.

Israël ne fait que protéger sa souveraineté, a affirmé Benyamin Netanyahu comme le ferait tout autre pays. La détermination de Tsahal a empêché des infiltrations de Palestiniens en territoire israélien, a-t-il ajouté. Une source militaire menace que si l’escalade se poursuit, Israël pourrait prendre pour cible les dirigeants du Hamas. Ce matin, le point de passage de Kerem Hashalom entre Israël et Gaza va rouvrir sur ordre du ministre israélien de la Défense. Et puis aussi la population arabe israélienne entame une journée de grève pour dénoncer le massacre de Palestiniens à Gaza.

« Une journée historique, l’histoire à Jérusalem »... Ce sont les titres ce matin dans la presse. « Un grand jour pour la paix », a proclamé Benyamin Netanyahu lors de l’inauguration de l’ambassade américaine hier à Jérusalem. Les commentateurs tentent aujourd’hui d’analyser cette position sans vraiment y parvenir. On parle aussi de l’ambiance messianique qui régnait lors de la cérémonie. Ce matin, Jérusalem est encore pavoisée aux couleurs américaines. Et le bâtiment dans le quartier d’Arnona va accueillir les demandeurs de visa. Avec une nouvelle plaque sur laquelle figure le mot ambassade en lieu et place de consulat...

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi