Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité8 août 2018
|Une maison partiellement calcinée dans la zone Nyakabiga

Burundi - Rwanda - Sécurité7 août 2018
|"Le Burundi prêt à se défendre contre l’ennemi", dixit le ministre de l’intérieur

Sécurité à Kinindo6 août 2018
|Une balle de pistolet se fait entendre dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité4 août 2018
|Des personnes trouvent la mort dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité3 août 2018
|Des conflits conjugaux qui virent vers l’irréparable !

Burundi - Sécurité 2 août 2018
|Une personne tuée au bord du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité1er août 2018
|Les policiers arrêtent des enfants de la rue au Sud du pays

Burundi - Sécurité31 juillet 2018
|Les policiers dans le collimateur des cordonniers

Burundi - Sécurité30 juillet 2018
|Des crépitements d’armes entendus dans la ville de Gitega

Burundi - Sécurité 28 juillet 2018
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité27 juillet 2018
|Un médecin arrêté pour viol dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité Routière26 juillet 2018
|Un véhicule de transport calciné au parking de l’ancien marché central

Burundi - Sécurité 25 juillet 2018
|Victime de la folie meurtrière, un enfant est tué à la machette

Burundi – Sécurité 24 juillet 2018
|Une vieille dame ligotée puis brûlée vive à Gitega

Burundi - Sécurité 23 juillet 2018
|Deux fusils découverts ce weekend dans des endroits différents

Burundi - Sécurité21 juillet 2018
|" Il n’y a pas d’hommes armés sur la frontière avec le Rwanda ", dixit le porte-parole de l’armée burundaise

Burundi - Sécurité 20 juillet 2018
|Un refoulement mêlé d’inquiétudes !

Burundi - Sécurité19 juillet 2018
|Le ministère de la sécurité publique fait un bilan du 2ème trimestre

Burundi - Malawi - Sécurité18 juillet 2018
|Un Burundais brûlé vif au Malawi

Burundi - Sécurité17 juillet 2018
|Un présumé criminel appréhendé à Kirundo

Burundi - Sécurité16 juillet 2018
|Un jeune homme tué à Nyakabiga

Burundi - Sécurité14 juillet 2018
|La paix présente dans les discours, absente sur terrain

Bujumbura –Sécurité Routière13 juillet 2018
|Vers un retour à la case départ ?

Burundi - Sécurité 12 juillet 2018
|Bujumbura dans le collimateur de l’église adventiste du 7ème jour !

Burundi - Sécurité 11 juillet 2018
|Deux grenades lancées au sud du pays

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des arrestations à Muyinga

23 mai 2018

Muyinga, le 23 mai 2018 (Net Press) . Quatre hommes suspectés d’être derrière le meurtre d’un motocycliste, Isaac Mwarabu, au centre-ville de Muyinga, en date du 21 mai 2018, ont été arrêtés dans la matinée de ce mercredi. Des sources d’information de Muyinga indiquent que parmi les interpellés, figure une sentinelle qui aurait assisté à l’enterrement de la victime dans la parcelle qu’il gardait.

Les motocyclistes de Muyinga réclament la justice car une telle pratique devient une monnaie courante dans cette entité administrative. Selon des informations concordantes, une dizaine d’entre eux ont été assassinés et leurs motos volées et ce, dans une période relativement courte.

De leur côté, les milieux des droits de l’homme indiquent avoir concentré sur attention sur le dernier référendum du 17 mai 2018. Pour eux, des allégations de violations et des violations des droits de l’homme et irrégularités liées au processus électoral ont été observées au cours de la période du 1er au 20 mai 2018. Ils ont enregistré au moins 46 personnes tuées dont 10 cadavres retrouvés, 3 personnes enlevées, 32 torturées, 124 arrêtées arbitrairement et une victime des VBG.

Pour les mêmes milieux, la période référendaire a été caractérisée par des attaques armées perpétrées par des gens non identifiés, des actes ciblés de tortures et d’arrestations arbitraires. Des discours et actes d’intimidation des cadres du parti Cndd-Fdd et des jeunes Imbonerakure ont marqué la période de propagande référendaire.

Le scrutin a été entaché d’irrégularités diverses commises par des jeunes Imbonerakure, des agents de l’administration, des policiers, des agents du Snr et des mandataires du parti au pouvoir en faveur de ce parti. Le scrutin s’est déroulé dans un climat de tension, en l’absence quasi-totale des observateurs indépendants et des mandataires des partis politiques d’opposition. Ces derniers ont été chassés des bureaux de vote, arrêtés et incarcérés.

Des agents de la Ceni ont affiché un comportement complice et une attitude passive face aux violations diverses commises aux différents bureaux de vote. Des Imbonerakure ont été des acteurs clés dans la perturbation de la propagande organisée par des partis politiques de l’opposition en général et dans la chasse à l’homme des membres de la coalition « Amizero y’Abarundi » en particulier. Au cours de la période électorale, des cas de violation des droits économiques, sociaux et culturels ont été relevés.

Burundi - Economie

Malgré la relocalisation du sommet, Bujumbura semble décidé !

Bujumbura, le 23 mai 2018 (Net Press) . Margré la relocalisation du sommet du Comesa qui pouvait se tenir initialement en date du 1er au 10 juin 2018 dans notre pays et qui a été renvoyé au mois de juillet au siège du Comesa, soit en Zambie, Bujumbura se dit être prêt, que tous les préparatifs sont en place pour accueillir ce sommet.

Le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, a adressé une correspondance aux membres du gouvernement pour qu’ils libèrent les jeeps afin qu’elles soient garées dans les enceintes de la présidence de la République à partir de ce 23 mai 2018. Selon la même correspondance, lesdits véhicules doivent être récupérés en date du 11 juin 2018, soit au lendemain du sommet du Comesa.

Le ministre du commerce et de l’industrie ; Jean Marie Niyokindi, indique que le gouvernement burundais a accueilli avec amertume le transfert de ce sommet vers Lusaka en Zambie, tout en s’inscrivant en faux contre la décision du secrétaire général du Comesa Sindiso Ngweya, qui, selon le Ministre Niyokindi, n’avait pas les prérogatives de prendre cette décision qui relève des chefs d’Etats du Comesa. Et de conclure que le Burundi continue donc les préparatifs pour accueillir le Sommet et ils sont pratiquement terminés".

Burundi - Confessions Religieuses

Visites inter - choristes le jour de la Pentecôte

Bujumbura, le 23 mai 2018 (Net Press) . La Chorale de l’ETAL ne pouvait mieux choisir ! Elle aussi a enjambé le pont de la Ntahangwa pour visiter les chorales sœurs du Lycée Regina Pacis. Accueil à 10h30. Eucharistie à 11 h. Echanges d’expérience. Mini-concerts sans en porter le nom. Rien de mieux pour cultiver et sceller l’amitié véritable entre jeunes.

Il y avait de l’ambiance. Les visages étaient tout rayonnants, d’un bonheur longtemps contenu et attendu ! La visite plus d’une fois reportée ne pouvait qu’être plus agréable ce 50ème jour après la célébration de la fête de Pâques. Heureux sont les responsables des écoles ainsi que les parents qui voient se développer dans les cœurs de ces jeunes cette culture de l’amitié et de la camaraderie scolaires : Thème fréquent dans la littérature quoi qu’il arrive. Ils doivent se dire : le Burundi a de l’avenir, pourvu que cet esprit fasse tâche d’huile, de bonheur communicatif. Nous félicitons les jeunes qui cultivent le chant religieux, surtout liturgique. La culture du beau ne peut qu’y gagner la prière et le bon esprit à l’intérieur des établissements aussi.

Burundi - Media

Le Cnc revoit les décisions de suspendre les activité de certains medias

Bujumbura, le 23 mai 2018 (Net Press) . Dans une conférence de presse tenue dans la matinée de ce mercredi, le président du conseil national de la communication (Cnc), Ramadhan Karenga, a indiqué que cet organe de régulation a revu sa décision de suspendre les activités de certains medias, locaux et internationaux.

Karenga Ramadhan indique qu’en date du 22 mai 2018, le Cnc a tenu une réunion du bureau exécutif pour analyser l’évolution de la situation de certains media fermés. Il a ajouté qu’après avoir analysé la lettre de présentation d’excuses et de demande de levée des sanctions du journal officiel « Le Renouveau du Burundi « adressées au président du Cnc, ce dernier apprécie le comportement que les responsables du journal ont adopté en reconnaissant les manquements observés et en s’engageant encore une fois à respecter la loi régissant la presse au Burundi. Pour cela, le Cnc a accordé l’autorisation de publication au journal officiel « Le renouveau du Burundi » de sa rubrique "Annonce et Publicités" dans les langues autres que le français , c’est-à-dire anglais et swahili à partir du 24 mai 2018.

Karenga Ramadhan ajoute qu’après avoir analysé les correspondances des radios internationales la « Bbc Londres « et la voix de l’Amérique « Voa » adressées au président du Cnc, la Bbc, dans sa correspondance du 11 mai 2018, affirme et reconnait que l’émission « l’invité de la semaine « n’a pas respecté la ligne éditoriale de la Bbc et que les principes d’équilibre de l’information et de la vérification rigoureuse des sources n’ont pas été respectés.

Par cette même occasion, la Bbc regrette et a présenté ses excuses et a promis de prendre des mesures sérieuses pour que de telles erreurs ne se reproduisent plus. Le Cnc a apprécié le comportement des responsables de la Bbc qui prouve le haut niveau du professionnalisme qui l’a toujours caractérisée. Karenga Ramadhan attend la suite du droit de réponse que la Bbc a accordée au gouvernement du Burundi.

Karenga Ramadhan ajoute que la Voa, dans sa correspondance du 18 mai 2018, a fourni des explications sur les manquements relevés et a reconnu avoir diffusé une information déséquilibrée tout en remettant en cause certaines accusations formulées contre elle. C’est pourquoi le conseil d’administration de Voa aimerait envoyer une délégation pour trouver une solution.

Burundi - Intégration Régionale

Vers le lancement du passeport de la communauté est africaine

Bujumbura, le 23 mai 2018 (Net Press) . Dans un communiqué rendu public ce mercredi, le commissariat général des migrations au Burundi informe le public que suite aux cérémonies de lancement national du passeport de la Communauté Est Africaine prévues ce 29 mai 2018, le production des passeports nationaux sera suspendu du 24 au 28 mai 2018.

Burundi - Rwanda - France - Coopération

"Visite du président rwandais Paul Kagame sous le signe de l’apaisement", dixit Rfi

Paris, le 23 mai 2018 (Net Press) . Trois ans qu’il n’est pas revenu en France. Paul Kagame à Paris ce mercredi 23 mai pour une visite de deux jours. Le président rwandais participera jeudi au salon Viva technologies, un rendez-vous international consacré au numérique. Avant cela, il sera reçu ce mercredi à l’Elysée, d’abord pour un déjeuner avec des acteurs du numérique, puis pour un entretien avec son homologue français. Emmanuel Macron et Paul Kagame tiendront ensuite une conférence de presse commune. Signe que le réchauffement s’accélère entre Paris et Kigali, alors que les relations sont tendues entre les deux capitales depuis 1994 et le génocide rwandais.

Le salon Viva technologies étant cette année tourné vers l’Afrique, la venue du président rwandais était totalement justifiée, explique-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Car Paul Kagame est un des leaders de l’innovation sur le continent, juge une source élyséenne.

Dans ce cadre, ce dernier déjeunera ce mercredi midi avec plusieurs acteurs de premier plan du numérique, dont Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, avant de déambuler demain avec Emmanuel Macron dans les travées de ce salon consacré au numérique.

Mais ce ne sont pas seulement les questions d’innovation qui ont motivé la venue de Paul Kagame. Ce dernier a surtout fait le voyage pour rencontrer son homologue français cet après-midi en tête à tête. Le symbole est fort, l’entretien aura lieu à l’Elysée où le président rwandais n’a plus remis les pieds depuis septembre 2011.

L’Union africaine au menu

Plus que d’innovation, les deux hommes devraient parler de l’Union africaine dont Paul Kagame est le président en exercice depuis janvier. A ce titre, il porte deux réformes sur le financement des opérations de maintien de la paix et sur l’Union africaine qui intéressent l’Elysée.

Pour un pays comme la France, il est erroné de rencontrer l’un des plus grands dictateurs et criminels de tous les temps. Et même son ministre des Affaires étrangères, on sait bien que c’est son numéro deux. Pourquoi la France ne devrait pas l’accepter ? Cet homme-là a supprimé le français comme langue officielle au Rwanda. Deuxièmement, on sait bien que l’ambassade de France à Kigali a été fermée et elle reste toujours fermée jusqu’à aujourd’hui. On sait bien que le mot francophonie n’existe plus, n’a plus de sens au régime de Kigali.

Autre sujet qui devrait être abordé cet après-midi : l’éventuelle candidature de Louise Mushikiwabo, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Une candidature visiblement bien perçue par l’Elysée et dont l’objectif est de faire revenir le Rwanda dans la sphère d’influence française.

Pour le responsable Afrique de la FIDH, la Fédération internationale des ligues des droits humains, Florent Geel, il faut que cette visite soit l’occasion pour Emmanuel Macron de réaffirmer les valeurs de la France, comme de la francophonie. « Cette rencontre avec le président Kagame demeure pour Emmanuel Macron très clairement un test, affirme-t-il. Il est important de pouvoir défendre les valeurs de démocratie, de respect des droits humains sans donner des leçons à tout le monde mais en essayant de les respecter soit même, la France en premier lieu. Aujourd’hui, on ne peut pas dire que le Rwanda remplisse les garanties de démocratie qui doit être portée par l’Organisation internationale de la francophonie ».

De la part des deux présidents et surtout de la part du président de la République français Emmanuel Macron, il y a une volonté affichée que je trouve totalement louable, c’est de se projeter sur les enjeux de demain, de travailler entre les diverses jeunesses, de structurer une relation sur un certain nombre de sujets qui sont importants pour les économies et pour les sociétés de ces deux pays-là.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI